La langue française

Persil

Définitions du mot « persil »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERSIL, subst. masc.

A. − BOT. Plante potagère dicotylédone, de la famille des Ombellifères, très aromatique, employé en cuisine comme assaisonnement et comme garniture. Persil commun, frisé; bouquet, garniture de persil; cueillir, hacher, semer du persil; saupoudrer de persil. Prenez six gros oignons, trois racines de carottes, une poignée de persil; hachez le tout (Brillat-Sav.,Physiol. goût, 1825, p.340).Toutes sortes d'herbes, de plantes et de fruits figurent aussi sur la liste des condiments. D'abord le persil et le serpolet à toutes les saisons (Faral,Vie temps st Louis, 1942, p.170).
P. métaph. Depuis qu'il cherche à ne plus vous imiter, il ne fait rien de bon. En attendant, il met du persil autour d'une douzaine de nouvelles pour faire un livre (Renard,Journal, 1893, p.179).
Friser comme du persil. Une petite fille de sept ans (...) avec des yeux brillants (...) des cheveux châtains qui frisaient comme du persil (Druon,Chute corps, 1950, p.267).
B. − Pop., p.anal. (de forme, de goût)
1. Cheveux. Il n'a plus de persil sur sa tête de veau (Delesalle,Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896, p.211).
2. Avoir du persil dans les oreilles. Être sale. (Ds Rey-Chantr. Expr. 1979).
3. Avoir du persil. Être piquant, relevé, amusant (Ds Rey-Chantr. Expr. 1979).
4. Grêler sur le persil. ,,Exercer son autorité, son pouvoir, ses talents, sa critique, contre des gens faibles, ou dans des choses de nulle conséquence`` (Ac. 1935). Rassurez cet homme scrupuleux en lui représentant que le diable, qu'il ne vaut pas, a daigné quelquefois grêler sur le persil (Jouy,Hermite, t.5, 1814, p.290).Et, sans insister davantage, Moquons-nous de leur radotage. Autant grêler sur le persil (Ponchon,Muse cabaret, 1920, p.218).
C. − Arg. Activité des prostituées, et en partic., action de racoler les clients. Aller au persil, faire le persil. C'était la grande retape, le persil au clair soleil, le raccrochage des catins illustres (Zola,Nana, 1880, p.1450).
P. méton., en empl. sing. coll. Monde de la prostitution de haut vol:
. Tout ce qu'il y a dans Paris de chic (...) s'est donné rendez-vous ici (...) monde (...) qui (...) ne fait parler de lui que de temps à autre, par (...) l'excentrique aventure d'un de ses membres, héros du «Persil» et de la gomme. A. Daudet,Rois en exil, 1879, pp.283-284.
Faire son persil. Se promener avec ostentation pour se faire remarquer, pour séduire. Fantassin léger, sans impedimenta, on poursuivra plus aisément l'adversaire, guilleret comme ces gens qu'on a quittés à midi sur le paquebot, fripés, hâves et défaits, et qu'on retrouve à trois heures faisant leur persil dans les ramblas du port, pimpants et farauds (Montherl.,Lépreuses, 1939, p.1507).
Prononc. et Orth.: [pε ʀsi], [-il]. Restitution récente de [l] sous l'infl. de l'orth.; Littré, Pt Rob., Lar. Lang. fr.: [-i] mais Hachette 1980: [-il] et Lerond 1980: [-i], [-il] (v. Trav. Ling. Litt. Strasbourg t.19 no1 1981, p.243). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) xiies. bot. perresil (Gloss. Tours, 327 ds T.-L.); 1328 persil (Plantaire, éd. M. A. Savoie, I, 36, 15); b) 1606 persil de marais (Crespin); c) 1888 «cheveux» (C. Villatte, Parisismen); 1901 «moustache» (Bruant, p.45); 2. 1840 «commerce de la prostitution» (Halbert d'Angers, Nouveau dict. complet de l'argot ds Larch. 1872); id. faire son persil, aller au persil «accoster les passants (en parlant des prostituées)» (Id., ibid.); 3. 1866 faucher le persil «se promener en toilette sur les trottoirs les plus fréquentés» (Delvau, p.153). Altération du lat. petrosinu (Celse), empr. au gr. π ε τ ρ ο σ ε ́ λ ι ν ο ν, qui s'est contracté populairement en *petrosīnu (d'où l'a. fr. persin encore vivant dans les patois du Nord, de l'Est et en normand, cf. aussi des formes dial. ital.) où -inu fut interprété comme suff. et remplacé par -iliu (cf. l'a. prov. pe(i)resilh). On trouve une forme petrosilio au ixes. dans les Miscellanea Tironiana (v. André Bot., p.245). L'orig. de l'expr. aller au persil reste inconnue. L'affirmation de Larch. Nouv. Suppl. 1889 selon laquelle cette expr. viendrait du prov. où persil aurait le sens de «argent» est invérifiable: aucun dict. ne donnant ce sens. Toutefois il est à souligner que l'on trouve de nombreux cas où des plantes sont en rapport avec la notion d'argent: épinard* dans aller aux épinards (v. Sain. Lang. par., p.262), oseille* et vinette* (v. étymol. de oseille). Fréq. abs. littér.: 77.
DÉR.
Persillère, subst. fém.Récipient rempli de terre et percé de trous dans lequel on fait pousser du persil en toute saison. (Dict. xixeet xxes.). [pε ʀsijε:ʀ]. 1reattest. 1869 (Littré); de persil, suff. -ère*.
BBG.Quem. DDL t. 28. −Schmitt (C.). Gräkomane Sprachstreitschriften als Quelle für die frz. Lexikographie. In: [Mél. Baldinger (K.)]. Tübingen, 1979, t.2, p.606.

Wiktionnaire

Nom commun

persil \pɛʁ.si\ ou \pɛʁ.sil\ masculin

  1. (Botanique) Plante potagère aromatique de la famille des apiacées qui ressemble au cerfeuil et qui sert à divers usages pour la cuisine.
    • Hachez du persil et des cornichons pour accompagner votre steak frites.
    • Sauce à la Sainte-Menehould. — […]; délayez votre sauce avec du lait ou de la crème; assaisonnez-la d’un bouquet de persil et ciboules, la moitié d'une feuille de laurier, quelques champignons et échalotes; mettez-la sur le feu ; […]. — (Grand dictionnaire de Cuisine par Alexandre Dumas, Paris : chez Alphonse Lemerre, 1873, p. 987)
    • Le persil, un persil fraîchement cueilli et haché menu, faisait de ce mets comme un paysage succulent, aromatique et fumant. — (Alphonse Allais, Pas de bile ! : Pauvre Césarine !, Flammarion, 1893, page 73)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PERSIL (pèr-si ; l'l ne se prononce et ne se lie jamais) s. m.
  • 1Plante potagère, apium petroselinum, L. Deux assiettes suivaient, dont l'une était ornée D'une langue en ragoût de persil couronnée, Boileau, Sat. III.

    Fig. Grêler sur le persil, voy. GRÊLER.

    Populairement. Arracheurs de persil, bateliers qui remontent les bateaux à l'aide de cordes, parce qu'ils se baissent comme s'ils voulaient cueillir quelque plante.

  • 2Persil de Macédoine, nom vulgaire du bubon macédonien (ombellifères).

    Persil des marais, un des noms vulgaires du sium angustifolium.

    Faux persil, voy. ÉTHUSE.

    Persil d'âne, nom vulgaire du cerfeuil sauvage, anthriscus silvestris.

    Persil bâtard, nom vulgaire du turgenia latifolia.

HISTORIQUE

XIVe s. Ainsi s'en vont sanz portier rien, Comme gens poures et nus… Et leur convient vivre en exil, Et aller cuillir pierresill, le Liv. du bon Jeh. 260.

XVe s. … Use porées Qui soient faictes au persil, Pour ce qu'il est de pierre essil, Et qu'il descombre les conduis, Deschamps, Noble enseignement. Verdure comme porée, choulx, navets, persin, cerfeuil…, Journ. de Paris sous Ch. VI et VII, p. 80, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERSIL, apium, s. m. (Hist. nat. Botan.) genre de plante à fleur en rose & en ombelle, composée de plusieurs pétales égaux disposés en rond, & soutenus par un calice qui devient dans la suite un fruit composé de deux semences fort menues, qui sont relevées en bosse, striées d’un côté, & applaties de l’autre. Ajoutez aux caracteres de ce genre, que les feuilles sont divisées en aîles, ou qu’elles naissent sur une côte branchue. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Sa racine est simple, longue, grosse comme le doigt, garnie de quelques fibres blanchâtres, s’enfonçant profondément en terre, & bonne à manger ; elle jette des tiges à la hauteur de trois ou quatre piés, de la grosseur d’un pouce, rondes, cannelées, nouées, creuses & rameuses. Ses feuilles sont composées d’autres feuilles vertes, découpées, attachées à de longues queues. Ses fleurs naissent aux sommets des tiges & des rameaux, en ombelles ; chaque fleur est formée de cinq pétales disposés en rose : à ces fleurs succedent des semences jointes deux à deux, menues, cannelées, grises, arrondies sur le dos, d’un gout un peu âcre. On cultive beaucoup cette plante dans les jardins potagers ; elle pousse la tige à la seconde année, fleurit en Juin & Juillet, & amene ses semences à maturité en Août. L’usage de cette plante remonte à l’antiquité la plus reculée, & elle a été vantée dans tous le tems comme un excellent légume.

Le persil contient beaucoup de sel âcre, & une médiocre quantité d’huile exaltée ; c’est apparemment par le principe de ce sel âcre, que toutes les parties de cette plante sont apéritives, propres à désobstruer, à provoquer les urines & les regles. Son usage est très-commun dans la cuisine & dans la Pharmacie ; sa racine se met dans le potage, & les feuilles par leur saveur agréable & aromatique, relevent plusieurs sortes d’alimens : cette même racine s’emploie dans les tisanes & apozèmes apéritifs. La graine est une des quatre semences chaudes mineures : elle passe pour atténuante & diurétique.

Enfin cette plante étoit employée dans l’antiquité la plus reculée à divers autres égards : on la semoit sur les tombeaux, & on en faisoit des couronnes dont on se paroit à table. Dans Virgile, le berger Linus est couronné de cette plante, apio ornatus amaro. « Mon jardin, dit Horace à Philis, vous fournira de l’ache pour vous couronner, & du lierre avec lequel vous entendez à nouer vos cheveux avec tant de grace ».

Est in horto
Philli, nectendis apium coronis ;
Est hederæ vis
Multa, quâ crines religata fulges

Les modernes cultivent dans les jardins deux autres persils ; l’un n’est qu’une variété de celui dont on vient de parler, & qui s’en distingue seulement par ses feuilles frisées & crêpées : on le nomme persil frisé ; l’autre s’eleve beaucoup plus haut, ses feuilles font plus grandes, & les racines vivaces bonnes à manger, comme celles du céleri : on appelle cette espece gros persil ; c’est l’apium hortense lactifolium de Tournefort. (D. J.)

Pirsil, (Diete & Mat. méd.) persil commun ordinaire des jardins, ou domestique. Tout le monde connoît l’usage diététique de la racine & sur-tout des feuilles de persil. La racine se mange dans les potages, & leur donne un goût relevé & une odeur fort agréable. Les feuilles, soit entieres, soit hachées, crues & cuites, fournissent un assaisonnement fort commun aux viandes & aux poissons. Cette racine & ces feuilles employées dans les alimens, passent avec raison pour échauffantes ; mais cette qualité devient à-peu-près indifférente par l’habitude à tous les sujets sains.

On emploie à titre de remede dans l’usage intérieur, la racine & la semence de persil. La racine entre dans les tisanes, les apozèmes & les bouillons apéritifs destinés à purifier le sang. On la croit diaphorétique & portant à la peau ; c’est à ce dernier titre qu’on l’emploie sous la forme de tisane pour aider l’éruption de la petite vérole & de la rougeole.

La semence de persil est une des quatre semences chaudes mineures. Voyez Semences chaudes.

L’application extérieure des feuilles de persil pilées avec du lard ou du sain-doux, ou bien arrosées avec de l’eau-de-vie, est un remede populaire assez efficace contre les contusions, & pour dissiper le lait des mammelles.

La racine de persil entre dans l’eau générale, dans le sirop de guimauve, celui des cinq racines & celui d’armoise ; dans le philonium romanum, la bénédicte laxative, l’hiere de coloquinte, &c. (b)

Persil de Macédoine (Bot.) c’est une autre fameuse espece d’ache nommée en latin comme en françois, apium macedonicum, I. R. H. 305. Il differe seulement du persil ordinaire, en ce que ses feuilles sont plus amples & un peu plus découpées, & que sa semence est plus menue, plus aromatique. On le cultive dans nos jardins, où il aime un terrein sablonneux & pierreux. Sa semence est employée dans la thériaque. (D. J.)

Persil de Macédoine, (Mat. med.) Il n’y a que la semence de cette plante qui soit employée en Médecine, & même dans quelques compositions officinales seulement ; par exemple dans la mithridate, la thériaque, les trochisques de myrrhe de la pharmacopée de Paris.

On croit que cette plante est le vrai persil des anciens, celui dont ils faisoient beaucoup de cas, surtout a cause de son usage pour le mithridate & la thériaque, & qu’ils tiroient autant qu’ils pouvoient de Macédoine, comme le meilleur. (b)

Persil de marais, (Botan.) c’est le genre de plante que Tournefort a nommé thysselinum. Voyez Thysselinum, Botaniq.

Persil de montagne, oreoselinum, genre de plante à fleur en rose & en ombelle, composée de plusieurs pétales disposés en rond & soutenus par un calice qui devient dans la suite un fruit compose de deux graines ovales, applaties, amples, striées & frangées, qui pour l’ordinaire se dépouillent aisément de leur enveloppe. Ajoutez aux caracteres de ce genre, que les feuilles sont ailées & grandes. Tournetort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « persil »

Du moyen français persil, de l’ancien français peresil, du latin petroselinum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, plezzin ; picard, persin ; esp. perexil ; ital. petrosellino, petrosemolo, prezzemolo ; du lat. petroselinum ; grec, πετροσέλινον, ache des rochers, de πέτρα, pierre, et σέλινον, ache.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « persil »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
persil pɛrsi

Citations contenant le mot « persil »

  • 2 cuillères à soupe de persil haché et 1 œuf ladepeche.fr, La poule au pot à la Noire d’Astarac-Bigorre - ladepeche.fr
  • L'homme, comme le perroquet du persil, est friand des idées qui le tuent. De Jean Rostand / Pages d'un moraliste
  • Pour cuisiner le persil voici un entremets parfumé qui se déguste chaud, tiède ou froid dans tous les cas l’accompagner d’une belle salade bien aromatisée. France Bleu, Entremets au persil
  • Ce rapport examine la portée de l’huile de persil (volume et valeur) par rivaux, régions, classes de produits et utilisateurs finaux, connaissances antérieures et connaissances des prévisions. Le document examine conjointement la perspective de la concurrence internationale sur le marché, les principaux acteurs du marché et les tendances actuelles. Il met même en évidence les opportunités et les défis à venir, les ambiguïtés et les obstacles à l’importation, les lignes de vente et les fournisseurs. Le document d’analyse estime également l’échelle de croissance de l’huile de persil comme les tendances à venir dans le monde entier. Encore plus, il sépare l’huile de persil allant du type à l’utilisation et de l’analyse complète aux principaux acteurs du marché et aux prévisions. Thesneaklife, Mise à jour COVID-19 sur le prix du marché de l’huile de persil, marge brute 2020-2026 par les fabricants Silvestris, Young Living Essential Oils – Thesneaklife
  • PréparationMélanger la chapelure fraîche avec le lait dans un grand saladier. Laisser la baigner jusqu'à ce que le lait soit absorbé. Ajouter le bœuf, le porc, le parmesan, l'ail, le sel, les flocons de piment, les œufs et le jaune d’œuf. Mélanger doucement sans trop abîmer la viande. Puis former avec la préparation 18 boules, chacune de la taille d'une balle de golf. Les disposer sur une plaque de cuisson et les saupoudrer de la chapelure sèche. Laisser reposer 1h (jusqu'à 24h maximum). Dans une grande poêle, faire chauffer de l'huile et ajouter les boulettes de viande. Laisser les griller durant 8 minutes en baissant la température pour qu'elles ne brûlent pas. Puis les disposer dans un plat en gardant un peu d'huile de cuisson au fond. Les couvrir pour les laisser au chaud. Pour la sauce, utiliser la poêle qui a cuit la viande, ajouter les oignons et les laisser cuire jusqu'à ce qu'ils deviennent tendres et translucides pendant 10 minutes. Ajouter l'ail et laisser cuire 1 minute supplémentaire. Ajouter le concentré de tomate et remuer jusqu'à ce qu'il caramélise et qu'il soit absorbé. Ajouter la pulpe de tomate, l'origan, les flocons de piment, le thym, le persil, le romarin, le sel, le sucre et le vinaigre. Porter à ébullition. Baisser le feu et laisser la sauce s'épaissir pendant 25 à 30 minutes. Puis ajouter délicatement les boulettes de viande à la sauce, puis laisser mijoter à feu moyen pour qu'elles absorbent la sauce pendant 20 à 30 minutes. Assaisonner. Pendant que les boulette de viande cuisent de nouveau dans la sauce, faire cuire les pâtes al dente en suivant les indications. Les égoutter et les ajouter à la préparation. Servir avec du parmesan et du basilic frais.  Vogue Paris, La recette des spaghetti aux boulettes de viande de Chrissy Teigen | Vogue Paris

Images d'illustration du mot « persil »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « persil »

Langue Traduction
Anglais parsley
Espagnol perejil
Italien prezzemolo
Allemand petersilie
Chinois 香菜
Arabe بقدونس
Portugais salsinha
Russe петрушка
Japonais パセリ
Basque perrexila
Corse perezzile
Source : Google Translate API

Synonymes de « persil »

Source : synonymes de persil sur lebonsynonyme.fr

Persil

Retour au sommaire ➦

Partager