La langue française

Pers, perse

Définitions du mot « pers, perse »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERS, PERSE, adj.

Littéraire
A.− D'une couleur où le bleu domine. Athéna, la déesse aux yeux pers; des yeux gris pers. On inventa des couleurs nationales; on prit le chaperon mi-partie de drap rouge et pers (bleu verdâtre) (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist.,t.4, 1831, p.173).Quatre robes, ma chère, quatre amours de robes qui me venaient de Londres, perdues à la douane. Si vous les aviez vues, c'est à en pleurer; il y en avait une perse et une puce: on ne fera jamais rien de pareil (Musset, Caprice,1840, 3, p.187).Une avenue enclose de peupliers géants était droite et fraîche sous un ciel pers (Adam, Enf. Aust.,1902, p.447).
B. − [En parlant d'un bleu] Qui tire sur une autre couleur (le vert, le violet). Ciel fantasque, où, sur le fin bleu pers les nuages affairés couraient (Rolland, Âme ench.,t.2, 1925, p.120).
Prononc. et Orth.: [pε:ʀ], fém. [pε ʀs̥]. Homon. pair, paire, père, perd (de perdre) et perce (de percer). Att. ds Ac. dep.1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 «livide (en parlant du visage)» (Roland, éd. J. Bédier, 1979). Du b. lat. persus «de couleur jacinthe: violet, bleu foncé» (viiies., Gloses de Reichenau, éd. H. W. Klein-A. Labhardt, no584, t.1, p.85: Iacinctinas: persas). Selon J. Brüch ds Z. rom. Philol. t.39, p.211, persus serait dér. du nom de pays Persia «la Perse»: en effet, au témoignage de Pline [Hist. Nat. 11, 75-76], on utilisait des cocons importés d'Assyrie dans la fabrication des bombycinae vestes («vêtements de soie»); au lieu de «assyrien», on disait «persan», et il est possible que l'on ait appelé *persae vestes («vêtements persans») ces vêtements de soie, et si une certaine variété d'entre eux étaient teints en bleu foncé, l'adj. *persa, d'où un masc. *persus, en serait venu, par spécialisation d'empl., à désigner cette couleur (v. FEW t.8, 277). Fréq. abs. littér.: 26. Bbg. Brüch 1913, p.69. _Meier (H.). Ein Dunkles Farbwort. In: [Mél. Schalk (F.)]. Frankfurt, 1963, pp.101-110. _Vidos (B. E.). Mots créés, mots empruntés et curiosités lexicol. R. port. Filol. 1951, t.1, p.303.

Wiktionnaire

Adjectif

pers \pɛʁ\

  1. Qui est entre le bleu et le vert (surtout en parlant des yeux).
    • Il eût été malaisé de se prononcer, à voir sa chevelure en désordre, sa face machurée, sa barbe en broussailles, ses sourcils épais comme deux brosses à crins rougeâtres, ses yeux pers, entre le vert et le bleu, et dont le larmier humide était circonscrit du cercle sénile. — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 1-16)
    • J’obéis aux vouloirs d’une fille aux yeux pers.
      En regardant ses yeux, je pense aux mers profondes
      Dont l’abîme inconnu désespère les sondes :
      Si je veux lire au fond de ses yeux, je m’y perds.
      — (André Lemoyne, Fleurs du chemin, dans Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux, Slatkine Reprints, 1971, Initialement 1866, pages 106-107)
    • Pour bercer son sommeil mystique de Bretonne,
      Au fond du petit lit où l’on se pelotonne,
      Je lui chante à mi-voix les chansons de jadis,
      Viviane aux yeux pers, Merlin ou le Roi d’Ys,
      Qu’étreignait un démon accroupi sur sa selle.
      — (Charles Le Goffic, La Chanson de Marguerite, dans Poésies complètes (1889-1903 ; 1913), Librairie Plon, 1922, pages 30-33)
    • Le chapeau doit estre de couleur perse qui démonstre science, en signe que science vient de DIeu qui est au ciel, lequel est de couleur perse, et par ainsi science sera près de prudence. — (Félix Soleil, Les heures gothiques et la littérature pieuse aux 15e et 16e siécles, Slatkine, 1882, page 43)

Nom commun 1

perse \pɛʁs\ masculin

  1. (Linguistique) Langue parlée dans la Perse antique.

Nom commun 2

perse \pɛʁs\ féminin

  1. Toile peinte et glacée, dont on pensait au XVIIIe siècle qu’elle était importée de Perse alors qu’en réalité elle venait d’Inde.
    • Simple, mais très-confortable, ce petit salon était tendu et meublé de toile de perse, comme le reste de la maison. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Les chambres à coucher, tendues de perse, se recommandent par une coûteuse simplicité. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le lit à colonnes chastement drapé de vieille perse à ramage était remplacé par une couchette de noyer garnie du rideau à flèche. — (Gérard de Nerval, « Sylvie », in Les Filles du feu, 1854)
    • Sur le bord, au long des fossés, de pauvres gens s’en allaient à pied derrière de petites voitures à bras pleines de meubles de l’ancien temps, des bergères fanées, des tables Empire, des miroirs garnis de perse […] — (Alphonse Daudet, Les paysans à Paris, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 74.)
    • Ma chambre, peinte en blanc et tendue de perse, est empreinte des grâces galantes du XVIIIe siècle. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 86.)

Adjectif

perse \pɛʁs\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la Perse antique, son peuple ou sa langue.
    • Ainsi parlait Hérodote des Sassanides, soulignant la particularité du zoroastrisme, culte officiel de l’État perse de l’époque : son monothéisme. — (Célian Macé, Ainsi parlait le zoroastrien, dans Libération, du 3 août 2012, p.IV)

Nom commun 1

perse \pɛʁs\ masculin

  1. (Linguistique) Langue parlée dans la Perse antique.

Nom commun 2

perse \pɛʁs\ féminin

  1. Toile peinte et glacée, dont on pensait au XVIIIe siècle qu’elle était importée de Perse alors qu’en réalité elle venait d’Inde.
    • Simple, mais très-confortable, ce petit salon était tendu et meublé de toile de perse, comme le reste de la maison. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Les chambres à coucher, tendues de perse, se recommandent par une coûteuse simplicité. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le lit à colonnes chastement drapé de vieille perse à ramage était remplacé par une couchette de noyer garnie du rideau à flèche. — (Gérard de Nerval, « Sylvie », in Les Filles du feu, 1854)
    • Sur le bord, au long des fossés, de pauvres gens s’en allaient à pied derrière de petites voitures à bras pleines de meubles de l’ancien temps, des bergères fanées, des tables Empire, des miroirs garnis de perse […] — (Alphonse Daudet, Les paysans à Paris, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 74.)
    • Ma chambre, peinte en blanc et tendue de perse, est empreinte des grâces galantes du XVIIIe siècle. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 86.)

Adjectif

perse \pɛʁs\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la Perse antique, son peuple ou sa langue.
    • Ainsi parlait Hérodote des Sassanides, soulignant la particularité du zoroastrisme, culte officiel de l’État perse de l’époque : son monothéisme. — (Célian Macé, Ainsi parlait le zoroastrien, dans Libération, du 3 août 2012, p.IV)

Nom commun 1

perse \pɛʁs\ masculin

  1. (Linguistique) Langue parlée dans la Perse antique.

Nom commun 2

perse \pɛʁs\ féminin

  1. Toile peinte et glacée, dont on pensait au XVIIIe siècle qu’elle était importée de Perse alors qu’en réalité elle venait d’Inde.
    • Simple, mais très-confortable, ce petit salon était tendu et meublé de toile de perse, comme le reste de la maison. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Les chambres à coucher, tendues de perse, se recommandent par une coûteuse simplicité. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le lit à colonnes chastement drapé de vieille perse à ramage était remplacé par une couchette de noyer garnie du rideau à flèche. — (Gérard de Nerval, « Sylvie », in Les Filles du feu, 1854)
    • Sur le bord, au long des fossés, de pauvres gens s’en allaient à pied derrière de petites voitures à bras pleines de meubles de l’ancien temps, des bergères fanées, des tables Empire, des miroirs garnis de perse […] — (Alphonse Daudet, Les paysans à Paris, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 74.)
    • Ma chambre, peinte en blanc et tendue de perse, est empreinte des grâces galantes du XVIIIe siècle. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 86.)

Adjectif

perse \pɛʁs\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la Perse antique, son peuple ou sa langue.
    • Ainsi parlait Hérodote des Sassanides, soulignant la particularité du zoroastrisme, culte officiel de l’État perse de l’époque : son monothéisme. — (Célian Macé, Ainsi parlait le zoroastrien, dans Libération, du 3 août 2012, p.IV)

Nom commun 1

perse \pɛʁs\ masculin

  1. (Linguistique) Langue parlée dans la Perse antique.

Nom commun 2

perse \pɛʁs\ féminin

  1. Toile peinte et glacée, dont on pensait au XVIIIe siècle qu’elle était importée de Perse alors qu’en réalité elle venait d’Inde.
    • Simple, mais très-confortable, ce petit salon était tendu et meublé de toile de perse, comme le reste de la maison. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Les chambres à coucher, tendues de perse, se recommandent par une coûteuse simplicité. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le lit à colonnes chastement drapé de vieille perse à ramage était remplacé par une couchette de noyer garnie du rideau à flèche. — (Gérard de Nerval, « Sylvie », in Les Filles du feu, 1854)
    • Sur le bord, au long des fossés, de pauvres gens s’en allaient à pied derrière de petites voitures à bras pleines de meubles de l’ancien temps, des bergères fanées, des tables Empire, des miroirs garnis de perse […] — (Alphonse Daudet, Les paysans à Paris, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 74.)
    • Ma chambre, peinte en blanc et tendue de perse, est empreinte des grâces galantes du XVIIIe siècle. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 86.)

Adjectif

perse \pɛʁs\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la Perse antique, son peuple ou sa langue.
    • Ainsi parlait Hérodote des Sassanides, soulignant la particularité du zoroastrisme, culte officiel de l’État perse de l’époque : son monothéisme. — (Célian Macé, Ainsi parlait le zoroastrien, dans Libération, du 3 août 2012, p.IV)

Nom commun 1

perse \pɛʁs\ masculin

  1. (Linguistique) Langue parlée dans la Perse antique.

Nom commun 2

perse \pɛʁs\ féminin

  1. Toile peinte et glacée, dont on pensait au XVIIIe siècle qu’elle était importée de Perse alors qu’en réalité elle venait d’Inde.
    • Simple, mais très-confortable, ce petit salon était tendu et meublé de toile de perse, comme le reste de la maison. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Les chambres à coucher, tendues de perse, se recommandent par une coûteuse simplicité. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le lit à colonnes chastement drapé de vieille perse à ramage était remplacé par une couchette de noyer garnie du rideau à flèche. — (Gérard de Nerval, « Sylvie », in Les Filles du feu, 1854)
    • Sur le bord, au long des fossés, de pauvres gens s’en allaient à pied derrière de petites voitures à bras pleines de meubles de l’ancien temps, des bergères fanées, des tables Empire, des miroirs garnis de perse […] — (Alphonse Daudet, Les paysans à Paris, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 74.)
    • Ma chambre, peinte en blanc et tendue de perse, est empreinte des grâces galantes du XVIIIe siècle. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 86.)

Adjectif

perse \pɛʁs\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la Perse antique, son peuple ou sa langue.
    • Ainsi parlait Hérodote des Sassanides, soulignant la particularité du zoroastrisme, culte officiel de l’État perse de l’époque : son monothéisme. — (Célian Macé, Ainsi parlait le zoroastrien, dans Libération, du 3 août 2012, p.IV)

Nom commun 1

perse \pɛʁs\ masculin

  1. (Linguistique) Langue parlée dans la Perse antique.

Nom commun 2

perse \pɛʁs\ féminin

  1. Toile peinte et glacée, dont on pensait au XVIIIe siècle qu’elle était importée de Perse alors qu’en réalité elle venait d’Inde.
    • Simple, mais très-confortable, ce petit salon était tendu et meublé de toile de perse, comme le reste de la maison. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Les chambres à coucher, tendues de perse, se recommandent par une coûteuse simplicité. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le lit à colonnes chastement drapé de vieille perse à ramage était remplacé par une couchette de noyer garnie du rideau à flèche. — (Gérard de Nerval, « Sylvie », in Les Filles du feu, 1854)
    • Sur le bord, au long des fossés, de pauvres gens s’en allaient à pied derrière de petites voitures à bras pleines de meubles de l’ancien temps, des bergères fanées, des tables Empire, des miroirs garnis de perse […] — (Alphonse Daudet, Les paysans à Paris, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 74.)
    • Ma chambre, peinte en blanc et tendue de perse, est empreinte des grâces galantes du XVIIIe siècle. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 86.)

Adjectif

perse \pɛʁs\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la Perse antique, son peuple ou sa langue.
    • Ainsi parlait Hérodote des Sassanides, soulignant la particularité du zoroastrisme, culte officiel de l’État perse de l’époque : son monothéisme. — (Célian Macé, Ainsi parlait le zoroastrien, dans Libération, du 3 août 2012, p.IV)

Nom commun 1

perse \pɛʁs\ masculin

  1. (Linguistique) Langue parlée dans la Perse antique.

Nom commun 2

perse \pɛʁs\ féminin

  1. Toile peinte et glacée, dont on pensait au XVIIIe siècle qu’elle était importée de Perse alors qu’en réalité elle venait d’Inde.
    • Simple, mais très-confortable, ce petit salon était tendu et meublé de toile de perse, comme le reste de la maison. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Les chambres à coucher, tendues de perse, se recommandent par une coûteuse simplicité. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le lit à colonnes chastement drapé de vieille perse à ramage était remplacé par une couchette de noyer garnie du rideau à flèche. — (Gérard de Nerval, « Sylvie », in Les Filles du feu, 1854)
    • Sur le bord, au long des fossés, de pauvres gens s’en allaient à pied derrière de petites voitures à bras pleines de meubles de l’ancien temps, des bergères fanées, des tables Empire, des miroirs garnis de perse […] — (Alphonse Daudet, Les paysans à Paris, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 74.)
    • Ma chambre, peinte en blanc et tendue de perse, est empreinte des grâces galantes du XVIIIe siècle. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 86.)

Adjectif

perse \pɛʁs\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la Perse antique, son peuple ou sa langue.
    • Ainsi parlait Hérodote des Sassanides, soulignant la particularité du zoroastrisme, culte officiel de l’État perse de l’époque : son monothéisme. — (Célian Macé, Ainsi parlait le zoroastrien, dans Libération, du 3 août 2012, p.IV)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PERS (pêr, pèr-s') adj.
  • 1 De couleur bleue dans toutes les nuances, puisqu'on rencontre dans les textes ces étoffes dites de pers clair, azuré, etc. De Laborde, Émaux, p. 438.
  • 2 En général cependant, d'un bleu foncé, tellement foncé même qu'il peut servir de tenture de deuil, ce que nous appelons le noir bleu, De Laborde, ib. Les noirs des étoffes de haut prix seront de fort guède d'un bleu brun, nommé bleu-pers, pour la bonne qualité duquel il ne sera mêlé que 6 livres d'indigo avec chacune balle de pastel, Règlement sur les manufactures, août 1669, Teinturiers en laine, art. 9. Le fil pers, appellé vulgairement fil à marquer… seront teints avec inde platte ou indigo, ib. art. 59.

    La déesse aux yeux pers, Minerve. Les premières [jeunes filles] portaient force présents divers ; Tout le reste entourait la déesse aux yeux pers, La Fontaine, Filles de Minée.

  • 3 S. m. Pers, drap bleu foncé, teint de bleu pers.

HISTORIQUE

XIe s. Teint [il] fut et pers, descoloret et pale, Ch. de Rol. CXLVI.

XIIIe s. Tot ot le vis [visage] et pale et pers, Si con il ot esté blecié, Ren. 24978. Ses robes [de Louis IX] estoient de camelin ou de pers, Joinville, 290.

XIVe s. Sache de vray qu'en tout endroit Que on descript armes à droit, La couleur de pers est clamée Azur, s'elle est à droit nommée, Machaut, p. 84.

XVe s. Pers est aultre couleur qui approche fort du bleu, mais il est de plus clere matiere et n'est pas si obscur ; ceste-cy ne se blasonne en aultre maniere, pource qu'elle est trop près du bleu, sinon qu'elle signifie beau parler, doulx penser, et l'engin subtil, Sicille, le Blason des couleurs, p. 88.

XVIe s. Il estoit un peu roux de visage, et avoit les yeux pers…, Amyot, Caton, 2. Draps pers et autres accoustumés estre tendus et mortuaires, De Laborde, Émaux, p. 438.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pers »

(c. 1100)[1] De l’ancien français pers (« bleu tirant sur le violet, livide »), et moyen français pers[1]. Il vient du latin persus (« de couleur jacinthe, bleu foncé ») qui vient d’un hypothétique *persae vestes qui désigne des vêtements bleu venu de Perse[1]. La métonymie a fait désigner par le nom du pays, le latin Persia (« la Perse »), les vêtements qui y sont issu, l’hypothétique nom *persae, et, de même des vêtements, l’adjectif persus de la couleur qui les caractérisait[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. pers ; ital. perso ; bas-lat. persus, persicus, perseus, et aussi persegies, persegues ; du lat. persicum, pêche (voy. PÊCHE) ; ad persei mali colorem accedens, dit du Cange. L's, qui est radicale, écarte le grec περϰνὸς, de couleur sombre ; et πράσος, poireau, indiqué par Ménage, ne concorde ni avec les formes ni avec le sens.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pers »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pers pɛr

Citations contenant le mot « pers »

  • Le point « Covid » : Ouvert au public, le circuit de Lissartel fonctionne dans le respect des gestes barrières. Les casques sont désinfectés après chaque utilisation et chaque personne s’équipe d’une charlotte. À l’intérieur, le port du masque est de rigueur. , Cantal. On a testé pour vous : Découvrir les joies du Karting au circuit du Lissartel, à Pers | Actu Cantal
  • Le nouveau rapport de recherche sur le marché mondial du Systèmes dintervention durgence personnelle (PERS) fournit un aperçu du marché avec la dernière portée de lindustrie et les segments des principaux acteurs. Cette étude offre un aperçu complet du scénario dinvestissement, de la taille et de la part du marché, des potentiels de croissance et de lanalyse SWOT de lindustrie. Le rapport sur le marché Systèmes dintervention durgence personnelle (PERS) a également fourni des données précises sur la croissance, le volume, la demande, les dépenses, la marge brute et les revenus de lindustrie pour aider les joueurs à mieux comprendre la situation globale actuelle et future du marché. , Taille du marché Systèmes dintervention durgence personnelle (PERS) avec les principaux acteurs 2020 à 2026 Ventes, prix et part du segment, analyse des coûts de fabrication avec les régions – The Fordactu
  • 1/2 journée (4 h) : 15 € - 45 € (pour 4 pers.)*1 journée (8 h) : 25 € - 75 € (pour 4 pers.)*2 jours : 40 € - 120 € (pour 4 pers.)*3 jours : 55 € - 165 € (pour 4 pers.)* Ma ville solidaire®, Au fil de l’Yon : découvrir la vallée de l’Yon à vélo - Ma ville solidaire®
  • Global Systèmes d’intervention d’urgence personnelle (PERS) marché propose des recherches complètes, offrant une analyse régionale détaillée et des perspectives de croissance. Le rapport sur les prévisions du marché Systèmes d’intervention d’urgence personnelle (PERS) 2024 met en évidence l’économie, les tendances passées et émergentes de l’industrie et la disponibilité des ressources de base. Ce rapport sur le marché des mots clés se concentre sur les principaux fabricants d’Amérique du Nord, d’Europe, du Japon, de Chine et d’autres régions (Inde, Asie du Sud-Est, Amérique centrale et du Sud, et Moyen-Orient et Afrique). , Perspectives du marché mondial Systèmes d’intervention d’urgence personnelle (PERS) 2020 jusqu’en 2024: principales entreprises du marché, tendances et facteurs de croissance et détails pour le développement des affaires – La Tribune de Tours
  • Les experts témoignent des découvertes révélées par les fouilles dans cette colonie rurale qui a dû être détruite lors de l’invasion perse au 7ème siècle. Ils pointent notamment une mosaïque. Info Chrétienne, Archéologie : Une ville chrétienne, détruite par les Perses au 7ème siècle, découverte en Galilée
  • Les Sassanides, qui régnèrent de 224 à 651, furent les premiers à appeler leur pays Eranshahr, « l’empire des Aryens », en se réclamant de l’héritage des Grands Rois perses achéménides. Au début du IIIe siècle, une riche famille du Fars profite de sa puissance financière pour s’allier à la noblesse perse des environs de la ville d’Istakhr, près de Persépolis.  National Geographic, L'empire sassanide : l'ultime éclat de la Perse antique | National Geographic

Images d'illustration du mot « pers »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pers »

Langue Traduction
Anglais pers
Espagnol pers
Italien pers
Allemand pers
Chinois
Arabe بيرس
Portugais pers
Russe перс
Japonais パース
Basque pers
Corse pers
Source : Google Translate API

Synonymes de « pers »

Source : synonymes de pers sur lebonsynonyme.fr

Pers

Retour au sommaire ➦

Partager