La langue française

Pelotonner

Définitions du mot « pelotonner »

Trésor de la Langue Française informatisé

PELOTONNER, verbe trans.

A. −
1. Mettre en peloton (v. ce mot I A); enrouler en boule (du fil, des rubans). Cette bonne Savoyarde (...) qui s'est faite dévideuse de soie et qui pelotonne sans trêve ses écheveaux (Loti,Chât. Belle-au-bois-dorm., 1910, p.250).Anne-Marie l'écouta, pelotonnant sa laine, devant un écheveau passé au dossier d'une chaise (Pourrat,Gaspard, 1931, p.94).V. enfantin rem. ex. de Gide.
2. Mettre en pelote (v. ce mot B); ramasser en un amas compact. V. impulsion A 1 ex. de Bernardin de Saint-Pierre.
Empl. pronom. Le brouillard se tasse, se pelotonne, se floconne (Du Camp,Nil, 1854, p.66).Ceux-ci [les ascaris] peuvent se pelotonner et former de véritables bouchons vermineux (Garcin,Guide vétér., 1944, p.74).
Part. passé et/ou adj. [Des vaisseaux] sont entrelacés et pelotonnés de mille manières, et forment des masses plus ou moins considérables (Cuvier,Anat. comp., t.5, 1805, p.208).L'énergie (...) est pelotonnée sous forme de grains d'énergie (L. de Broglie,Théorie quanta, 1959, p.96).
3. Empl. pronom., vieilli. Se mettre en peloton (v. ce mot II); se rassembler pour former un groupe compact. Lorsqu'un gros de ces pillards maudits s'avança vers nous, notre troupe se pelotonna rapidement et nous fîmes feu (Gobineau,Nouv. asiat., 1876, p.213).
B. − En partic.
1. [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps] Rassembler, replier vers soi. Synon. recroqueviller.Petite, pelotonnant dans un fauteuil ses rondeurs de jolie brune douillette, elle riait (Zola,Page amour, 1878, p.982).Il insinue sa longue personne sur la poupe de mon radeau, plie ses jambes, ses bras, pelotonne son torse (Colette,Fanal, 1949, p.93).
2. Empl. pronom. réfl., usuel. Replier vers soi ses membres et se mettre en boule. Synon. se blottir, se ramasser, se recroqueviller.Se pelotonner dans un fauteuil, sous les draps, au coin du feu; se pelotonner comme un chat. Il remonta sur son lit, et, là, se pelotonna, se cacha, comme pour se dérober à une arme (Zola,Th. Raquin, 1867, p.106).Il avait besoin de pitié, de caresse. Il se pelotonnait contre elle, dans le noir (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p.192):
. Comme si elle eût voulu récupérer un potentiel nécessaire d'énergie, laisser s'accumuler en elle une réserve suffisante de force, elle s'accroupit sur elle-même, se pelotonna en boule pour rendre à ses muscles épuisés, avec la chaleur que leur portait son sang généreux de jeune bête, la force indispensable pour assurer son salut. Pergaud,De Goupil, 1910, p.103.
Rare. [Le suj. désigne une partie du corps] Sa main toucha mes doigts, vint se pelotonner sous la mienne (Lacretelle,Am. nupt., 1929, p.209).Les orteils se pelotonnent dans un chausson spécial pour soutenir tout le corps par leurs bouts (Arts et litt., 1935, p.44-7).
Au fig. Synon. se replier, se renfermer.La disette, les épidémies, la guerre, les exactions de ses maîtres l'accablaient [l'homme]. Il se pelotonnait dans des communautés étroites −famille, voisins, métier, paroisse (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p.67).
3. Part. passé et/ou adj. Elle dort pelotonnée sur elle-même, en «chien de fusil» (Bernanos,Mouchette, 1937, p.1300).C'est également la tête repliée entre les pattes et tout pelotonné qu'il [un singe] s'endort (Gide,Feuillets d'automne, 1949, p.1114).
C. − P. anal., littér. [Le suj. désigne qqc.; corresp. à supra A 3 et B 2] Former un groupe compact et replié sur soi. Des villages en deux étages (...) se pelotonnent et se déroulent sur le flanc de deux montagnes (Hugo,Alpes et Pyr., 1885, p.220).
REM.
Pelotonnement, subst. masc.Action de pelotonner, de se pelotonner. a) [Corresp. à supra A 2] Chacun de ces lobes peut être considéré comme résultant du pelotonnement d'un tube (E. Perrier,Zool., t.1, 1893, p.953).b) [Corresp.à supra B 2] Les bras contractés dans un pelotonnement frileux (Goncourt,Journal, 1873, p.938).Au fig. La langueur, c'est avant tout un pelotonnement, un refus de se laisser tirer hors du cercle d'un enchantement maléfique (Du Bos,Journal, 1925, p.386).
Prononc. et Orth.: [pəlɔtɔne]. Barbeau-Rodhe 1930 je pelotonne [ʒ əplɔtɔn]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1616 trans. «mettre en peloton» (Oudin, Thresor des deux langues esp. et fr.); 2. 1735 pronom. «s'agglomérer en masses rondes» (Pluche, Spectacle de la nature, III, 365 ds DG); 3. 1784 pronom. «se ramasser sur soi» (Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, II, 21, éd. Théâtre complet, NRF, t.2, 1931, p.78). Dér. de peloton*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 177.

Trésor de la Langue Française informatisé

PELOTONNER, verbe trans.

A. −
1. Mettre en peloton (v. ce mot I A); enrouler en boule (du fil, des rubans). Cette bonne Savoyarde (...) qui s'est faite dévideuse de soie et qui pelotonne sans trêve ses écheveaux (Loti,Chât. Belle-au-bois-dorm., 1910, p.250).Anne-Marie l'écouta, pelotonnant sa laine, devant un écheveau passé au dossier d'une chaise (Pourrat,Gaspard, 1931, p.94).V. enfantin rem. ex. de Gide.
2. Mettre en pelote (v. ce mot B); ramasser en un amas compact. V. impulsion A 1 ex. de Bernardin de Saint-Pierre.
Empl. pronom. Le brouillard se tasse, se pelotonne, se floconne (Du Camp,Nil, 1854, p.66).Ceux-ci [les ascaris] peuvent se pelotonner et former de véritables bouchons vermineux (Garcin,Guide vétér., 1944, p.74).
Part. passé et/ou adj. [Des vaisseaux] sont entrelacés et pelotonnés de mille manières, et forment des masses plus ou moins considérables (Cuvier,Anat. comp., t.5, 1805, p.208).L'énergie (...) est pelotonnée sous forme de grains d'énergie (L. de Broglie,Théorie quanta, 1959, p.96).
3. Empl. pronom., vieilli. Se mettre en peloton (v. ce mot II); se rassembler pour former un groupe compact. Lorsqu'un gros de ces pillards maudits s'avança vers nous, notre troupe se pelotonna rapidement et nous fîmes feu (Gobineau,Nouv. asiat., 1876, p.213).
B. − En partic.
1. [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps] Rassembler, replier vers soi. Synon. recroqueviller.Petite, pelotonnant dans un fauteuil ses rondeurs de jolie brune douillette, elle riait (Zola,Page amour, 1878, p.982).Il insinue sa longue personne sur la poupe de mon radeau, plie ses jambes, ses bras, pelotonne son torse (Colette,Fanal, 1949, p.93).
2. Empl. pronom. réfl., usuel. Replier vers soi ses membres et se mettre en boule. Synon. se blottir, se ramasser, se recroqueviller.Se pelotonner dans un fauteuil, sous les draps, au coin du feu; se pelotonner comme un chat. Il remonta sur son lit, et, là, se pelotonna, se cacha, comme pour se dérober à une arme (Zola,Th. Raquin, 1867, p.106).Il avait besoin de pitié, de caresse. Il se pelotonnait contre elle, dans le noir (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p.192):
. Comme si elle eût voulu récupérer un potentiel nécessaire d'énergie, laisser s'accumuler en elle une réserve suffisante de force, elle s'accroupit sur elle-même, se pelotonna en boule pour rendre à ses muscles épuisés, avec la chaleur que leur portait son sang généreux de jeune bête, la force indispensable pour assurer son salut. Pergaud,De Goupil, 1910, p.103.
Rare. [Le suj. désigne une partie du corps] Sa main toucha mes doigts, vint se pelotonner sous la mienne (Lacretelle,Am. nupt., 1929, p.209).Les orteils se pelotonnent dans un chausson spécial pour soutenir tout le corps par leurs bouts (Arts et litt., 1935, p.44-7).
Au fig. Synon. se replier, se renfermer.La disette, les épidémies, la guerre, les exactions de ses maîtres l'accablaient [l'homme]. Il se pelotonnait dans des communautés étroites −famille, voisins, métier, paroisse (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p.67).
3. Part. passé et/ou adj. Elle dort pelotonnée sur elle-même, en «chien de fusil» (Bernanos,Mouchette, 1937, p.1300).C'est également la tête repliée entre les pattes et tout pelotonné qu'il [un singe] s'endort (Gide,Feuillets d'automne, 1949, p.1114).
C. − P. anal., littér. [Le suj. désigne qqc.; corresp. à supra A 3 et B 2] Former un groupe compact et replié sur soi. Des villages en deux étages (...) se pelotonnent et se déroulent sur le flanc de deux montagnes (Hugo,Alpes et Pyr., 1885, p.220).
REM.
Pelotonnement, subst. masc.Action de pelotonner, de se pelotonner. a) [Corresp. à supra A 2] Chacun de ces lobes peut être considéré comme résultant du pelotonnement d'un tube (E. Perrier,Zool., t.1, 1893, p.953).b) [Corresp.à supra B 2] Les bras contractés dans un pelotonnement frileux (Goncourt,Journal, 1873, p.938).Au fig. La langueur, c'est avant tout un pelotonnement, un refus de se laisser tirer hors du cercle d'un enchantement maléfique (Du Bos,Journal, 1925, p.386).
Prononc. et Orth.: [pəlɔtɔne]. Barbeau-Rodhe 1930 je pelotonne [ʒ əplɔtɔn]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1616 trans. «mettre en peloton» (Oudin, Thresor des deux langues esp. et fr.); 2. 1735 pronom. «s'agglomérer en masses rondes» (Pluche, Spectacle de la nature, III, 365 ds DG); 3. 1784 pronom. «se ramasser sur soi» (Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, II, 21, éd. Théâtre complet, NRF, t.2, 1931, p.78). Dér. de peloton*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 177.

Wiktionnaire

Verbe

pelotonner \pə.lɔ.tɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se pelotonner)

  1. Mettre en peloton.
    • Pelotonner du fil, de la soie, de la laine, etc.
    • (Militaire) - Nous résolûmes de nous tenir pelotonnés, et de nous diriger ainsi vers nos embarcations, en nous ouvrant le chemin à l’aide de nos armes à feu. — (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
  2. (Pronominal) Ramasser son corps en forme de boule, en parlant d’une personne ou d’un animal.
    • Je reçu une terrible rossée, après laquelle je me pelotonnai sous un canapé, où je me tins coi. — (Edgar Poe, Le système du docteur Goudron et du professeur Plume, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire)
    • Dans cette attente, Vaksine se pelotonna sur la malle, passa un bras sous sa tête et entreprit de réfléchir. — (Anton Tchekhov, Les nerfs, traduction Anne Coldefy-Faucard, Librio 698, 2004, E.J.L.)
    • (Figuré)Solitaire endurci, M. des Lourdines aurait, à la rigueur, consenti à voir les gens, mais il ne voulait pas être vu, de sorte qu’on avait fini par le laisser se pelotonner dans son Fougeray, comme un pigeon dans son boulin. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap.1, 1910)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PELOTONNER. v. tr.
Mettre en peloton. Pelotonner du fil, de la soie, de la laine, etc.

SE PELOTONNER s'emploie figurément et se dit d'une Personne ou d'un animal qui ramasse son corps en forme de boule. Se pelotonner au fond d'un fauteuil. Le hérisson se pelotonne.

Littré (1872-1877)

PELOTONNER (pe-lo-to-né) v. a.
  • 1Mettre en peloton. Pelotonner du fil, de la soie.
  • 2Se pelotonner, v. réfl. Être mis en peloton. Ce fil s'est pelotonné aisément.

    Par extension, prendre la forme d'une boule, d'un peloton. [Dans les avalanches] quelques portions de neige se détachent du sommet [des montagnes], se pelotonnent et grossissent en descendant jusqu'à devenir une masse aussi grosse qu'une petite montagne, Buffon, Add. et corr. théor. terr. Œuv. t. XIII, p. 28. Ce sel, en se desséchant, se pelotonne et devient farineux, Gay-Lussac, Instit. Mém. scienc. 1812, 2e part. p. 111.

    Se mettre en forme de peloton, ramasser, réunir ses membres. Quand on saute, on se pelotonne…, Beaumarchais, Mar. de Figaro, II, 21.

  • 3 Fig. Se réunir en groupe. Les abeilles se pelotonnent.

HISTORIQUE

XVIe s. Pelottoner, Oudin, Dict.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pelotonner »

(Siècle à préciser) Dénominal de peloton.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Peloton.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pelotonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pelotonner pœlɔtɔne

Citations contenant le mot « pelotonner »

  • Une carrière réussie est une chose merveilleuse, mais on ne peut pas se pelotonner contre elle, la nuit, quand on a froid l'hiver. De Marilyn Monroe
  • La nuit, chacun peut y trouver sa place. Les solitaires apprécieront de se pelotonner sous la couette. Un instant de calme, de repos, de détente. À l’opposé, c’est un moment pour lâcher prise, idéal pour faire la fête et se rassembler.  midilibre.fr, Montpellier la nuit : la playlist des élèves de l'ESJ Pro - midilibre.fr
  • Faites le tour complet et restez dans la yourte de mur d’Hadrien (canopyandstars.co.uk), à seulement 11 km de Corbridge, où cette course folle a commencé. Niché dans des pâturages remplis de taches de rousseur, à deux pas du sentier du mur d’Hadrien, il regorge de branchies en toile avec des antiquités, des meubles en acajou et un poêle à bois pour se pelotonner jusqu’à une veille froide. JAPANFM, Les meilleurs endroits à visiter dans le Northumberland, des sites d’observation des étoiles à l’art rupestre antique – JAPANFM
  • Parce qu'après une bonne journée de ski ou de randonnée, on ne rêve que d'une chose : se pelotonner au coin du feu et profiter d'une soirée entre amis ou en famille... Voici notre sélection des plus beaux chalets de montagne sur Airbnb, pour un séjour aux sports d'hiver enchanteur. Marie Claire Belgique, Sports d'hiver : 6 chalets de montagne qui nous font rêver de vacances - Marie Claire Belgique
  • Quoi de mieux, un soir d’automne frisquet, que de se pelotonner pour regarder une comédie romantique bien mielleuse? Avoir quelqu’un pour la regarder avec soi. Ce qui est bien plus susceptible de se produire durant ces mois les plus froids, selon des chercheurs de l’Université des Sciences et Technologie de Hong Kong. Plus il fait froid, plus nous sommes motivés pour regarder des comédies romantiques. Le Huffington Post, L’automne joue sur notre vie sexuelle (mais nous n’y prêtons pas forcément attention) | Le Huffington Post LIFE

Images d'illustration du mot « pelotonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « pelotonner »

Traductions du mot « pelotonner »

Langue Traduction
Anglais curl up
Espagnol acurrucarse
Italien rannicchiarsi
Allemand roll dich zusammen
Chinois 卷起
Arabe متكور
Portugais enrolar
Russe свернуться
Japonais くるくるする
Basque makurtu
Corse curlà
Source : Google Translate API

Synonymes de « pelotonner »

Source : synonymes de pelotonner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pelotonner »

Pelotonner

Retour au sommaire ➦

Partager