La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « parvis »

Parvis

Définitions de « parvis »

Trésor de la Langue Française informatisé

PARVIS, subst. masc.

A. −
1. HIST. Place ou cour située devant (la porte principale d') un édifice religieux, en particulier d'une cathédrale ou d'une église, et qui, selon les religions et les époques, a diverses fonctions. Parvis de marbre; dalle du parvis; se rassembler sur le parvis. Devant Notre-Dame, trois rues se dégorgeaient dans le parvis, belle place à vieilles maisons. Sur le côté sud de cette place se penchait la façade ridée et rechignée de l'Hôtel-Dieu (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.143).À Babylone, les lieux de rassemblement sont les sanctuaires ou les parvis de sanctuaires (P. Lavedan, Urban., 1926, p.242):
. Des pénitents, recouverts de surplis noirs, sortirent un à un de l'église, se groupèrent sur le parvis, puis commencèrent de descendre les marches. Camus, Exil et roy., 1957, p.1679.
ANTIQ. HÉBRAÏQUE. Chacune des trois cours du temple de Jérusalem. Parvis des gentils (auquel les non-juifs étaient admis), parvis d'Israël (où les juifs avaient accès), parvis des prêtres (réservé aux prêtres). Dans l'axe médian du parvis des hommes, se trouvait le naos (Encyclop. univ.t.201975).
2. P. anal. Espace dégagé, généralement réservé aux piétons, devant un édifice public. Le parvis de la Bourse (Miomandre, Écrit sur eau, 1908, p.216).Parlant devant une foule immense sur le parvis de l'Hôtel de Ville, j'affirme: (...) (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p.140).
3. P. métaph. Synon. de seuil.Comprendre les prix du silence et de la solitude dont les steppes étoilées sont le parvis des Mondes Spirituels (Balzac, Séraphita, 1835, p.320).Un novice qui tâtonne au parvis mystérieux de l'amour (Barrès, Déracinés, 1897, p.82).
B. − P. méton., vx, littér., au plur.
1. Parvis sacrés. Temple, sanctuaire. Les victimes tombant dans les parvis sacrés (Chénier, Bucoliques, 1794, p.71).
2. Célestes, sacrés parvis; parvis éternels. Paradis. D'où viennent ces transports de joie qui éclatent dans les parvis éternels? (Chateaubr., Martyrs, t.3, 1810, p.160).
Prononc. et Orth.: [paʀvi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Ca 1200 parevis «place située devant la façade d'une église, d'une cathédrale» (Dialogues Grégoire, 212, 6 ds T.-L.); ca 1223 parvis (Gautier de Coinci, éd. V. F. Koenig, II Mir. 25, 142); 2. 1535 «ensemble de cours successives et concentriques qui entouraient le sanctuaire du temple de Jérusalem» (Olivetan, trad. de la Bible, II Par. 4, 9 ds Kunze, p.92); 3. 1804 célestes parvis «paradis» (Delille, Paradis perdu, t.1, p.211). Du lat. chrét. paradisus (v. paradis) «parc, enclos» qui, d'abord en Italie du Sud, a pris le sens de «place située devant la façade d'une église»; le δ gr. de π α ρ α ́ δ ε ι σ ο ς , prononcé à basse époque comme une spirante dentale, phonème inconnu du roman d'Italie, a prob. été rendu dans la même région par un [ν]. V. Nyrop, Hist. étymol. de deux mots fr. (haricot, parvis), 1918; FEW t.7, p.616; Kahane, Byzanz, col. 368, 434, 446; ces derniers aut. proposent une infl. de π ε ρ ι β ο ́ λ ι ο ν «jardin d'un cloître», plusieurs fois associé à π α ρ α ́ δ ε ι σ ο ς «id.» chez des écrivains byz. L'a. fr. a également connu pareïs, parevis, parvis au sens de «paradis»: ca 1100 pareïs (Roland, éd. J. Bédier, 1135), ca 1185 parewis (Marie de France, Purgatoire, 137 ds T.-L.), ca 1220 parvis (Simon, Trois ennemis de l'homme, 612, ibid.). Fréq. abs. littér.: 355. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 622, b) 269; xxes.: a) 558, b) 497. Bbg. Archit. 1972, p.140.

Wiktionnaire

Nom commun - français

parvis \paʁ.vi\ masculin

  1. (Architecture) Place devant la grande porte d’une église, d’une cathédrale.
    • Il les vit monter dans un fiacre qui les attendait devant le parvis Notre-Dame. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • II lut un vieux journal de modes, sortit, fuma un cigare, remonta trois rues, songea qu'il était temps et se dirigea lestement vers le parvis Notre-Dame. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
  2. (Architecture, Urbanisme) (Par extension) Place ou espace dégagé devant un bâtiment public.
    • (...) les membres du Bureau accompagnent S. A. le Bey jusqu’au parvis de l’Hôtel de Ville, tandis que M. le Président de la République demeure quelques instants dans la Salle des Prévôts avec les Membres de la Municipalité. — (Conseil municipal de Paris, Réception de Son Altesse le Bey de Tunis à l’Hôtel de ville de Paris le 13 juillet 1904. Imprimerie nationale, 1905, p. 32.)
    • On peut en dire autant de la Piazzetta de Venise, parvis du palais des Doges, dont les bornes son indiquées par le campanile et les colonnes. — (Pierre Lavedan, Histoire de l’urbanisme, 2e éd. [non refondue], tome 2 (Renaissance et temps modernes). Éd. H. Laurens, 1959, p. 123.)
    • L’énorme publicité qu’elle a organisée autour de Pollock est concrétisée par l’impressionnante photo reproduite à des milliers d’exemplaires et qu’on peut voir dominant le parvis Beaubourg. — (Georges Charensol, chronique « Les beaux-arts » (partie « Deux Américains à Paris »). Revue des deux Mondes, mai 1982, p. 436.)
    • (...) lorsque la pergola devient une figure à l’échelle d’un bàtiment public, comme la pergola en lamellé-collé du parvis du lycée international de Sophia-Antipolis, dont les dimensions gigantesques excluent toute végétation à son échelle. — (Gérard Monnier, Histoire critique de l’architecture en France : 1918-1950. Éd. Ph. Sers, coll. « Histoire des arts », 1990, p. 197.)
    • Tout d’abord quelques gargotes dans les rues alentour qui servent du thé ou des omelettes, puis les lumières de la gare et des régiments de pauvres couchés côte à côte sur l’asphalte de son parvis de plusieurs hectares. — (Marc Boulet, Dans la peau d’un intouchable. Éd. du Seuil, 1994, p. 102.)
    • Le très poétique Jarry cycliste, sculpté par Zadkme, a passe quelques années dans la verdure, devant la porte Beucheresse à Laval, avant de rejoindre le parvis de la médiathèque, derrière la mairie. — (François Pédron, Alfred Jarry et sa bande : le cycliste de Montmartre. Éd. de la Belle Gabrielle, coll. « La légende de Montmartre racontée par », 2007, p. 26.)
  3. Grandes cours qui étaient dans l’ancien temple de Jérusalem.
    • Le parvis des gentils, celui où les gentils étaient admis.
    • Le parvis d’Israël, celui où le peuple juif seul avait le droit d’entrer.
    • Le parvis des prêtres, celui qui était réservé aux prêtres.
    • Avant l’édification du temple, il y avait aussi un parvis autour du tabernacle.
  4. (Au pluriel) (Poétique) Vestibule, enceinte.
    • Les sacrés parvis.
    • Les célestes parvis, le ciel.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARVIS. n. m.
Place devant la grande porte d'une église, et principalement d'une église cathédrale. Le parvis de Notre-Dame, et plus ordinairement Le parvis Notre-Dame.

PARVIS, en parlant de l'Ancien temple de Jérusalem, désigne les Grandes cours qui étaient dans ce temple. Le parvis des gentils, Celui où les gentils étaient admis. Le parvis d'Israël, Celui où le peuple juif seul avait le droit d'entrer. Le parvis des prêtres, Celui qui était réservé aux prêtres. Avant l'édification du temple, il y avait aussi un parvis autour du tabernacle.

PARVIS, au pluriel, se dit poétiquement pour Vestibule, enceinte. Les sacrés parvis. Les célestes parvis, Le ciel.

Littré (1872-1877)

PARVIS (par-vî) s. m.
  • 1Place devant la porte principale d'une église et particulièrement d'une église cathédrale.

    Le parvis de Notre-Dame, et, plus ordinairement, le parvis Notre-Dame, le parvis de l'église de Notre-Dame à Paris. Seule à tâtons au parvis Notre-Dame Elle vient hiver comme été, Béranger, Pauv. femme.

    Par extension, il se dit de toute espèce de temple. Un jour qu'assis tous deux dans les sacrés parvis, Ils contaient cette histoire aux pèlerins ravis, La Fontaine, Phil. et Baucis.

    Poétiquement. Les sacrés parvis, une église. Quel est cet enfant débile Qu'on porte aux sacrés parvis ? Hugo, Odes, I, 9.

  • 2Chez les Juifs, dans l'ancien temple, espace qui était autour du tabernacle. Le parvis aura cent coudées de long, cinquante de large et cinq de haut, Sacy, Bible, Exode, XXVII, 18. Dans un des parvis aux hommes réservé, Cette femme superbe entre le front levé, Racine, Athal. II, 2.
  • 3 Au plur. Les parvis, vestibule, enceinte. De ses parvis sacrés [du temple] j'ai deux fois fait le tour, Racine, Athal. III, 7. De tout son corps pressant les froids parvis, à ces accents le royal solitaire Mêle tout bas quelques vœux pour son fils, Millevoye, Charlemagne à Pavie, ch. VI. On dirait qu'à ces lieux ta vue accoutumée Les connaît autrement que par la renommée ; Tout à l'heure tes pas des miens étaient suivis ; Je t'observais surtout dans ce prochain parvis Où des rois mes aïeux les armes sont rangées, P. Lebrun, Ulysse, III, 2.

    Les célestes parvis, le ciel.

HISTORIQUE

XVIe s. Bien-heureux est celui que tu as esleu, Seigneur : il habitera en tes parvis, Calvin, Instit. 740.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PARVIS. - HIST. Ajoutez : XIIe s. En cel parevis parmei cui hom vat à la glise del bieneurous Laurent, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 212.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARVIS, s. m. (Archit.) c’étoit devant le temple de Salomon, une place quarrée entourée de portiques. Par imitation on donne aujourd’hui le même nom à la place qui est devant la principale face d’une grande église, comme par exemple le parvis de Notre-Dame à Paris.

Parvis, (Critiq. sacrée.) atrium en latin, chazer en hébreu ; il signifie dans l’Ecriture la cour d’une maison. Petrus verò sedebat foris in atrio, Mat. xxvj. 69. Item la salle d’une maison. Esth. vj. 5. de plus, la maison entiere : cum fortis armatus custodit atrium suum, Luc. xj. 21. Il signifioit aussi l’entrée de quelque lieu que ce fût : in atrio carceris, Jérém. xxxij. 2. & 12. mais il marque le plus ordinairement les grandes cours du temple de Jérusalem, qu’on appelloit le parvis des Gentils, parce qu’il étoit permis aux gentils d’y venir ; la seconde cour dite parvis d’Israel, parce que tous les Israélites, pourvû qu’ils fussent purifiés, avoient droit de s’y présenter ; ensuite le parvis des prêtres, dans lequel eux & les lévites exerçoient leur ministere ; le peuple n’entroit dans cette derniere cour, que lorsqu’il présentoit quelque victime, sur la tête de laquelle il devoit mettre les mains en l’offrant au Seigneur.

Ce mot désigne encore la ville d’Enon, située aux confins de la terre promise & de Damas, Ezéch. xlvij. 17. Enfin il se prend pour la ville même de Jérusalem ; stantes erant pedes nostri in atriis tuis Jerusalem, Ps. 121. 2. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « parvis »

De l’ancien français parais pareïs, parevis, parvis (« paradis ») (Ca 1200) « place située devant la façade d’une église, d’une cathédrale » ; (Ca 1223) parvis « ensemble de cours successives et concentriques qui entouraient le sanctuaire du temple de Jérusalem » ; reprise au sens étymologique de « paradis » : célestes parvis (Delille, Paradis perdu, 1804, t.1, p.211). Du latin paradisus « parc, enclos » qui, d’abord en Italie du Sud, a pris le sens de « place située devant la façade d'une église » ; le δ grec ancien παράδεισος, parádeisos a été prononcé à basse époque comme une spirante dentale, phonème inconnu du roman d’Italie, et a probablement été rendu dans la même région par un \v\.
Certains étymologistes[1] proposent une influence de περιβόλιον, peribólion « jardin d'un cloître », plusieurs fois associé à παράδεισος « id. » chez des écrivains byzantins.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. parvisius, paravisus ; napol. paraviso ; de paradisus, pris, dans le moyen âge, pour l'espace laissé devant une église, du lat. paradisus, paradis (ancienne forme paraïs, d'où paravis, parvis) ; ainsi dit, parce que, dans la représentation des mystères, qui, à l'origine, se jouaient devant les églises, ce lieu figurait le paradis (voy. PARADIS).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « parvis »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
parvis parvi

Citations contenant le mot « parvis »

  • Dans la solitude des champs de coton se jouera également le 2 septembre sur le Parvis de la BNF, Paris 13ème, et le 3 et 4 septembre dans un lieu surprise. Le parvis de l’IMA continue quant à lui de recevoir des événements au cours de l’été, toutes les informations ici.  Toutelaculture, "Dans la solitude des champs de coton" de Koltès sur le parvis de l'IMA - Toutelaculture
  • Prévue samedi matin, l’animation éphémère sur le parvis de la mairie de Lesneven s’est finalement déroulée lundi en fin d’après-midi. Elle consistait à peindre les pavés du parvis de la mairie, dans le cadre d’une animation colorée, estivale et temporaire. Le Telegramme, À Lesneven, le parvis de la mairie coloré temporairement - Lesneven - Le Télégramme
  • Laon Depuis quelques jours le parvis de la cathédrale se transforme en terrain de jeux. Petits et grands s’affrontent Journal L'Union abonné, PHOTOS. Place aux jeux sur le parvis de la cathédrale à Laon

Images d'illustration du mot « parvis »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « parvis »

Langue Traduction
Anglais forecourt
Espagnol patio
Italien cortile esterno
Allemand vorhof
Chinois 前院
Arabe الفناء الأمامي
Portugais adro
Russe внешний двор
Japonais 前庭
Basque espaloia
Corse forecourt
Source : Google Translate API

Synonymes de « parvis »

Source : synonymes de parvis sur lebonsynonyme.fr

Parvis

Retour au sommaire ➦

Partager