La langue française

Pansement

Sommaire

  • Définitions du mot pansement
  • Étymologie de « pansement »
  • Phonétique de « pansement »
  • Citations contenant le mot « pansement »
  • Images d'illustration du mot « pansement »
  • Traductions du mot « pansement »
  • Synonymes de « pansement »
  • Antonymes de « pansement »

Définitions du mot pansement

Trésor de la Langue Française informatisé

PANSEMENT, subst. masc.

A. − Application (sur une plaie ou sur une autre lésion) de compresses, généralement stériles, sèches ou imprégnées de substances médicamenteuses, qui sont maintenues en place par un bandage ou au moyen de matériel adhésif et qui ont pour but de protéger la plaie et d'en favoriser la guérison (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972). Pansement difficile, douloureux; faire un pansement; bandes pour pansement. Ce matin, pendant que j'étais évanoui après le pansement, j'ai entendu qu'on proposait de me donner de l'opium (Stendhal,L. Leuwen,t.2, 1835, p.361).Les médecins procédaient en hâte au pansement des blessés (Zola,Bête hum.,1890, p.232).
P. métaph. Les affaires de Lamartine sont dans un plus mauvais état que les miennes (...). Mais, chère, les douleurs d'autrui ne sont pas le pansement des miennes. On ne doit pas être commandé par de semblables questions (Balzac,Lettres Étr.,t.2, 1843, p.165).À mon âge (...) l'amour est devenu une habitude d'infirme, c'est un pansement de l'âme, qui ne battant plus que d'une aile s'envole moins dans l'idéal (...), je sens très bien que je n'ai pas de temps à perdre pour jouir de mon reste (Maupass.,Fort comme la mort,1889, p.200).
B. − P. méton. Linges, mèches, bandages qui permettent de soigner une plaie, de la protéger des agents infectieux. Pansement humide, sec; pansement adhésif; pansement antiseptique, chirurgical, compressif; arracher, défaire un pansement. La proposition (...) de venir chaque nuit soigner son vieux père, qu'une opération assez grave laissait fort ébranlé: il s'agissait de pansements à renouveler, de délicats sondages, de piqûres (Gide,Faux-monn.,1925, p.960).La directrice (...) se dirige vers l'armoire à pansements, l'ouvre (Breton,Nadja,1928, p.42).On peut aussi réduire la hernie (la faire disparaître) par pression des doigts, enduire le sac vidé de collodion et appliquer un pansement légèrement compressif (Garcin,Guide vétér.,1944, p.81).
P. métaph. Ce matin, à l'aube, je me suis éveillé, la tête pleine des souvenirs que j'avais remués la veille en copiant certaines pages de mon journal. Beaucoup de choses qui m'avaient heureusement fui me sont revenues, et m'ont tourmenté (...). L'oubli est un pansement qu'il ne faut pas arracher (Green,Journal,1942, p.171).
Pansement gastrique. Préparation médicamenteuse absorbée par voie buccale, qui adhère à la muqueuse gastrique sur laquelle elle exerce une action protectrice (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972). L'administration de bismuth ou de gel d'alumine avant les repas forme un pansement gastrique et favorise la cicatrisation de l'ulcère (Quillet Méd.1965, p.139).
Prononc. et Orth.: [pɑ ̃smɑ ̃]. Ac. 1694-1740: pensement; dep. 1763: pan-. Étymol. et Hist. 1. 1531 pensemens «soins donnés à un malade ou à un blessé» (Archiv. hospit. de Paris, I, 147 ds Gdf. Compl.); 2. 1690 pancement «pansage» (Fur.); 3. av. 1615 le pensement des playes (E. Pasquier, Les Recherches de la France, 825; 1762 «action de panser une plaie» (Ac.); 4. 1874 «ensemble de ce qui est appliqué sur une plaie» (A. Guérin, Du rôle pathogénique des ferments ds C.r. de l'Ac. des Sc., t.78, p.784); 1926 pansement sec, humide (Lar. mén.); 1962 pansement gastrique (Rob.). Dér. de panser*; suff. -ment1*. Fréq. abs. littér.: 251. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 84, b) 182; xxes.: a) 487, b) 604.

Trésor de la Langue Française informatisé

PANSEMENT, subst. masc.

A. − Application (sur une plaie ou sur une autre lésion) de compresses, généralement stériles, sèches ou imprégnées de substances médicamenteuses, qui sont maintenues en place par un bandage ou au moyen de matériel adhésif et qui ont pour but de protéger la plaie et d'en favoriser la guérison (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972). Pansement difficile, douloureux; faire un pansement; bandes pour pansement. Ce matin, pendant que j'étais évanoui après le pansement, j'ai entendu qu'on proposait de me donner de l'opium (Stendhal,L. Leuwen,t.2, 1835, p.361).Les médecins procédaient en hâte au pansement des blessés (Zola,Bête hum.,1890, p.232).
P. métaph. Les affaires de Lamartine sont dans un plus mauvais état que les miennes (...). Mais, chère, les douleurs d'autrui ne sont pas le pansement des miennes. On ne doit pas être commandé par de semblables questions (Balzac,Lettres Étr.,t.2, 1843, p.165).À mon âge (...) l'amour est devenu une habitude d'infirme, c'est un pansement de l'âme, qui ne battant plus que d'une aile s'envole moins dans l'idéal (...), je sens très bien que je n'ai pas de temps à perdre pour jouir de mon reste (Maupass.,Fort comme la mort,1889, p.200).
B. − P. méton. Linges, mèches, bandages qui permettent de soigner une plaie, de la protéger des agents infectieux. Pansement humide, sec; pansement adhésif; pansement antiseptique, chirurgical, compressif; arracher, défaire un pansement. La proposition (...) de venir chaque nuit soigner son vieux père, qu'une opération assez grave laissait fort ébranlé: il s'agissait de pansements à renouveler, de délicats sondages, de piqûres (Gide,Faux-monn.,1925, p.960).La directrice (...) se dirige vers l'armoire à pansements, l'ouvre (Breton,Nadja,1928, p.42).On peut aussi réduire la hernie (la faire disparaître) par pression des doigts, enduire le sac vidé de collodion et appliquer un pansement légèrement compressif (Garcin,Guide vétér.,1944, p.81).
P. métaph. Ce matin, à l'aube, je me suis éveillé, la tête pleine des souvenirs que j'avais remués la veille en copiant certaines pages de mon journal. Beaucoup de choses qui m'avaient heureusement fui me sont revenues, et m'ont tourmenté (...). L'oubli est un pansement qu'il ne faut pas arracher (Green,Journal,1942, p.171).
Pansement gastrique. Préparation médicamenteuse absorbée par voie buccale, qui adhère à la muqueuse gastrique sur laquelle elle exerce une action protectrice (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972). L'administration de bismuth ou de gel d'alumine avant les repas forme un pansement gastrique et favorise la cicatrisation de l'ulcère (Quillet Méd.1965, p.139).
Prononc. et Orth.: [pɑ ̃smɑ ̃]. Ac. 1694-1740: pensement; dep. 1763: pan-. Étymol. et Hist. 1. 1531 pensemens «soins donnés à un malade ou à un blessé» (Archiv. hospit. de Paris, I, 147 ds Gdf. Compl.); 2. 1690 pancement «pansage» (Fur.); 3. av. 1615 le pensement des playes (E. Pasquier, Les Recherches de la France, 825; 1762 «action de panser une plaie» (Ac.); 4. 1874 «ensemble de ce qui est appliqué sur une plaie» (A. Guérin, Du rôle pathogénique des ferments ds C.r. de l'Ac. des Sc., t.78, p.784); 1926 pansement sec, humide (Lar. mén.); 1962 pansement gastrique (Rob.). Dér. de panser*; suff. -ment1*. Fréq. abs. littér.: 251. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 84, b) 182; xxes.: a) 487, b) 604.

Wiktionnaire

Nom commun

pansement \pɑ̃s.mɑ̃\ masculin

  1. Action de panser une plaie ou une blessure.
    • Faire un pansement.
  2. (Par extension) Ce qui sert à panser.
    Pansement.
    • Enfin, ayant réussi à se mettre sur son séant, le malheureux frotta sa joue contusionnée et rajusta le pansement qui lui enveloppait encore la tête. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 240 de l’éd. de 1921)
    • Il touchotte le pansement dissimulant son brin de pif. Il est inquiet pour son look, le forban. — (Frédéric Dard, San-Antonio : Papa, achète-moi une pute, éd. Fleuve Noir, 1989)
    • En plus de leurs calepins, caméras et micros, qu’ils n’oublient pas leurs gilets pare-balles et leurs pansements. — (Frédéric Pagès, La presse, quel fléau !, Le Canard Enchaîné, 6 septembre 2017, page 1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PANSEMENT. n. m.
Action de panser une plaie, une blessure. Faire un pansement. Il désigne aussi Ce qui sert à panser. Pansement humide. Pansement aseptique, antiseptique. On peut maintenant ôter, changer le pansement. Pansement individuel se dit du Pansement dont chaque soldat est muni pour son usage personnel.

Littré (1872-1877)

PANSEMENT (pan-se-man) s. m.
  • 1Action de panser une plaie. Ils allèrent tous les deux, pendant six mois, faire le pansement des blessés à l'hôpital de la Charité, Mairan, Éloges, Petit.
  • 2Pansement de la main, ou, simplement, pansement, action de panser les chevaux et autres animaux. Le pansement de la main est un soin que les cultivateurs ne doivent pas considérer comme indifférent, Genlis, Maison rust. t. I, p, 201, dans POUGENS.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PANSEMENT, s. m. PANSER, v. act. terme relatifs à la Chirurgie ; application d’un appareil propre à maintenir une partie en situation, & à contenir les remedes qui lui sont convenables. Voyez Appareil.

Les regles générales qu’il faut observer en appliquant les appareils, se réduisent à panser doucement, pour exciter le moins de douleur qu’il est possible ; mollement, c’est-à-dire en n’introduisant point sans nécessité dans les plaies, des tentes, des bourdonnets & autres corps dilatans, dont l’application empêche la réunion & peut occasionner plusieurs autres accidens. Voyez Bourdonnets.

La troisieme regle prescrit de panser promptement, pour ne pas laisser la partie trop long-tems exposée aux injures de l’air, dont l’impression peut coaguler les sucs & retrécir le diametre des vaisseaux. Il faut pour cette raison, fermer les rideaux du lit du malade pendant qu’on le panse, & tenir auprès de lui du feu dans un réchau.

Nous allons rapporter, d’après M. de la Faye, ce qu’il dit dans ses principes de Chirurgie, sur la maniere dont on doit exécuter ces regles… On met d’abord le malade & la partie malade dans une situation commode, pour lui & pour le chirurgien ; on leve les bandes ou bandages & les compresses, sans remuer la partie ; quand le pus ou le sang les ont collés à la partie, on les imbibe d’eau tiéde ou de quelqu’autre liqueur pour les détacher ; si c’est une plaie qu’on panse, on en nettoye les bords avec la feuille de myrthe & avec un petit linge ; on ôte ensuite les plumaceaux, les bourdonnets & les tentes avec les pincettes ; on essuie légerement la plaie avec une fausse tente ou un bourdonnet mollet, ou du linge fin, pour ne causer que le moins de douleur qu’il est possible, & pour ne point emporter les sucs nourriciers ; on a toujours soin de tenir sur la partie ou sur l’ulcère un linge pour les garantir des impressions de l’air ; on fait les injections, les lotions, les fomentations nécessaires ; on applique ensuite le plus doucement, le plus mollement & le plus promptement qu’il est possible, un appareil nouveau, couvert des médicamens convenables ; on fait ensuite le bandage approprié. Voyez Bandage.

Les intervalles qu’on doit mettre entre les pansemens doivent être déterminés par l’espece de la maladie, par son état, par les accidens auxquels il faut remédier, & par la nature des médicamens appliqués.

Le premier pansement ou la levée du premier appareil, ne doit se faire à la suite des grandes opérations, qu’après trois ou quatre jours ; à moins que quelque accident, une hémorragie par exemple, n’oblige à le faire plutôt. Ce premier pansement seroit fort douloureux, si l’on n’attendoit pas que l’appareil, humecté par le suintement ichoreux qui précede la suppuration, puisse se détacher aisément. On panse ordinairement les ulcères tous les vingt-quatre heures, lorsqu’ils sont en bonne suppuration ; si le pus étoit de mauvaise qualité ou s’il se formoit en trop grande abondance, il seroit à-propos de multiplier les pansemens. Dans les plaies simples, les fractures, les hernies, les luxations où la nature doit agir avec tranquillité, il faut panser rarement ; il ne faut pas que le chirurgien qui est l’aide & le ministre de la nature, vienne la troubler dans ses opérations par une curiosité mal placée. Les tumeurs & autres maladies sur lesquelles on applique des cataplasmes doivent être panses fréquemment, afin de renouveller les médicamens, qui s’alterent ou se corrompent plus ou moins promptement, suivant leur nature. Les maladies qui n’exigent que des fomentations, ne doivent être découvertes des compresses qui les enveloppent, que pour voir les progrès ou la diminution des accidens : dans ce cas, on renouvelle souvent les fomentations, mais on ne touche point chaque fois à l’appareil, puisqu’il suffit d’entretenir la partie chaude & humide ; la fomentation ayant l’usage d’un bain local. Voyez Fomentation.

L’académie royale de Chirurgie avoit proposé pour le prix qu’elle distribueroit en 1734, de déterminer dans chaque genre de maladies chirurgicales, les cas où il convient de penser fréquemment, & ceux où il convient de panser rarement. On trouve sur cette proposition deux mémoires imprimés dans le premier tome des pieces qui ont concouru pour le prix de l’académie royale de Chirurgie, publié en 1753. (Y)

Pansemens, (Maréchallerie.) c’est le soin qu’on a des chevaux, pour leurs besoins & leur propreté.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pansement »

(Siècle à préciser) Dérivé de panser à l’aide du suffixe nominal -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pansement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pansement pɑ̃smɑ̃

Citations contenant le mot « pansement »

  • Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. De Francis Blanche
  • Depuis plus de 30 ans, les Laboratoires ConvaTec apportent une expertise dans le traitement des plaies et de la cicatrisation avec des produits utilisés par les professionnels de santé du monde entier. Aujourd’hui, les Laboratoires ConvaTec lancent une nouvelle gamme de pansements : ConvaMaxTM, pansement hydrocellulaire superabsorbant indiqué pour la prise en charge des plaies aiguës et chroniques modérément à très exsudatives, comme les ulcères de jambe, les escarres, les ulcères du pied diabétique et les plaies chirurgicales déhiscentes. santé log, PLAIES EXSUDATIVES : Un nouvel hydrocellulaire superabsorbant | santé log
  • L’épidémie de COVID-19 est en cours dans le monde entier, le rapport sur le marché des pansements couvre l’impact du virus corona sur la croissance de l’entreprise. Ce rapport de recherche est classé comme les principaux acteurs du marché Hot Wound Dressing et fournit également une étude complète de l’analyse d’impact Covid-19 du marché par régions telles que (Amériques, Europe APAC et EMEA). Instant Interview, Structure du marché des pansements, taille, part, principaux acteurs, méga tendances, segments mondiaux et perspectives jusqu’en 2027 – Instant Interview
  • « C’est un pansement sur une jambe de bois. Il faut prendre en compte le contexte de Bordeaux, le projet… C’est le bordel à Bordeaux d’accord, mais il faut quand même essayer de voir ce qu’est le projet dans le fond des Girondins de Bordeaux, un projet de trading. Le portrait-robot de l’entraineur qu’il faudrait, c’est un entraineur qui sache développer des jeunes, qui s’appuie sur des jeunes joueurs… Jean-Louis Gasset ne sait pas tant le faire que ça […] On est d’accord que s’il arrive, c’est quand même un choix par défaut. Il traduit le manque total de lisibilité du projet. Ca traduit le manque d’ambition de ce club-là. Bordeaux a totalement tout foirée, et ils se retrouvent à appeler un pompier de service, pas un entraineur qui va rester 3-4 ans dans le club. A Saint-Etienne, tu as vu le temps qu’il est resté… Et l’âge aussi, tout simplement… Je pense qu’il a mérité d’avoir une vie peinarde, bien tranquille avec sa famille. Il faudrait un mec qui soit là pour 4-5 ans, pour construire, comme Galtier le fait avec le LOSC ». Girondins4Ever, Jonatan MacHardy : "C'est un pansement sur une jambe de bois. C'est un choix par défaut, un pompier de service" | Girondins4Ever

Images d'illustration du mot « pansement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pansement »

Langue Traduction
Anglais pad
Espagnol almohadilla
Italien cerotto
Allemand pad
Chinois
Arabe ضمادة
Portugais almofada
Russe подушечка
Japonais パッド
Basque pad
Corse ghjucchju
Source : Google Translate API

Synonymes de « pansement »

Source : synonymes de pansement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pansement »

Partager