Nieller : définition de nieller


Nieller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

NIELLER1, verbe trans.

AGRON., BOT. [Correspond à nielle2] Gâter une céréale, notamment le blé, par la nielle. Le mauvais temps a niellé les blés (Ac.).
REM.
Niellé, -ée, part. passé adj.Anguillules de blé niellé (Cl. Bernard, Introd. ét. méd. exp., 1865, p.188).
Prononc. et Orth.: [njεle], [-e-], (il) nielle [njεl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1507-08 bled nyelé (Eloy d'Amerval, Deablerie, éd. Ch.-F. Ward, 163a). Dér. de nielle2; dés. -é*, -er.
DÉR.
Niellure, subst. fém.,,Résultat de la maladie de la nielle sur les grains de céréales`` (Fén. 1970). [njεly:ʀ], [-e-]. Att. ds Ac. dep. 1878. 1reattest. 1558 niellure de bleds (G. Morel, Dict., s.v. robigo ds Gdf. Compl.); de nieller1*, suff. -ure1*.

NIELLER2, verbe trans.

ORFÈVR. [Correspond à nielle3] Orner de nielles un bijou ou une pièce d'orfèvrerie. Nieller la poignée d'un sabre (Ac).
P. métaph. Luttant contre l'ombre, la clarté de la grosse lampe basanait un morceau de cuir, niellait un poignard de paillettes étincelantes (Proust, Guermantes 2, 1921, p.97).
REM.
Niellé, -ée, part. passé adj.Cette orfèvrerie (...) est une réunion de six pièces (...) toutes disposées sur une table de bronze recouverte d'argent niellé (Grandjean, Orfèvr. XIXes., 1962, p.46).P. métaph. Une haute et molle toiture, dont l'ardoise, niellée de verdures et de lichens safranés (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p.5).
Prononc. et Orth.: [nj ε le], [-e-], (il) nielle [nj ε l]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. Fin xies. judéo-fr. neeler (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t.1, 738); ca 1100 or neielez (Roland, éd. J. Bédier, 684); 1532 nieslé (Dépenses secretes de François Ierds Comptes des bâtiments du roi, éd. L. de Laborde, t.2, p.214); 1676 nieller (Félibien). Dér. de l'a. fr. neel «émail noir» (att. de la fin du xies., Raschi, Gl., 735, à la 2emoitié du xiiies., fragm. d'un roman de cheval. anon. ds Romania t.66, p.93), neial (Benoît de Ste-Maure, Troie, 14935 ds T.-L.) issu avec substantivation du lat. nigellus «noirâtre», dimin. de niger «noir».
DÉR. 1.
Niellage, subst. masc.Opération qui consiste à nieller un ouvrage d'orfèvrerie. Le niellage d'une pièce d'orfèvrerie (Lar. 19e). [nj ε la]. 1reattest. 1854 (Tolhausen frères et Gardissal, Dict. technol. fr.-angl.-all., d'apr. FEW t.7, p.129 a); de nieller2, suff. -age*.
2.
Nielleur, subst. masc.Graveur de nielles. Lorsque Hidari Zingoro, architecte, ciseleur, forgeron, marteleur de cuivre et de bronze, nielleur (...) édifiait les temples de Nikkô sur l'ordre du Shogûn Yemitsou, il prenait possession (...) des réalités intérieures (Faure, Hist. art, 1912, p.207). [nj ε loe:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1878. 1reattest. 1826 (Duchesne, Essai sur les nielles, p.41 ds DG); de nieller2, suff. -eur2*.
3.
Niellure, subst. fém.Art, travail du nielleur; résultat de ce travail. C'est un chevalier marqué, grand, svelte, souple et fort sous les fines niellures d'une superbe armure noire (Lorrain, Sens. et souv., 1895, p.316).P. métaph. Des eaux grises à peine bleues, ridées de niellures insensibles (Fromentin, Voy. Égypte, 1869, p.81). [njεly:ʀ], [-e-] 1resattest. a) ca 1150 neelüre «gravure incrustée d'émail noir dans un objet de métal précieux» (Floire et Blancheflor, éd. J.-L. Leclanche, 449), b) 1812 niellure «art de graver en nielle» (Mozin-Biber); de nieller2*; suff. -ure1*.

Nieller : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

nieller \nje.le\ ou \njɛ.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) (Agriculture) Gâter par la nielle.
    • De fortes inondations ont eu lieu dans les départements du Midi , particulièrement dans l’Hérault et le Gard; on se plaint dans le Bordelais, et l’on craint qu’à la suite de ces pluies, il ne survienne de ces brouillards du matin qui niellent le blé, et, du jour au lendemain, anéantissent les espérances du cultivateur. — (A. Pommier, « Revue commerciale, I : céréales », dans le Journal d’agriculture pratique et de jardinage, série 3, vol. 4 (vol. 16), janvier-juin 1852, Paris : chez Dusacq librairie agricole de la Maison Rustique, p. 514)
    • Pourquoi m’augmentez-vous de vingt sous cette année, M. le Receveur. Mon bien n’a pas augmenté pour sûr. Même le brouillard de la Saint-Pierre a niellé mon froment. Faudra me mettre dans la dette pour vous payer, si ça continue. — (Jarrin, « Pascal Brice et Rétu Bonaventure, chap. 2 : Saint-Oyant-le-Reconduit », dans les Annales de la Société d’émulation, agriculture, lettres et arts de l’Ain, vol. 24, Bourg : imprimerie du « Courrier de l’Ain », 1891, p. 208)

Verbe 2

nieller \nje.le\ ou \njɛ.le\ transitif transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Arts) Orner un métal précieux d’une incrustation en sulfure d’argent noir : le nielle ou niel.
    • M. Beuth, dans l’article mentionné, donne l’historique de l’art de nieller (nigellare, nielliren), et il en donne la description d’après un ouvrage du moine Théophile […] puis on l’introduit dans les gravures faites sur les pièces que l’on veut nieller. — (D. B. F., « Arts chimiques : 269 : Sur le nielle et l’art de le préparer », Bulletin des sciences technologiques, tome 5, no. 268, Paris, 1826)
    • Le plus âgé, le maitre sans doute, porte des lunettes; il semble occupe à graver au burin sur une pièce cylindrique, peut-être à nieller; un sac de peau attaché à ses habits et à la table est destiné à recevoir la poussière du précieux métal. — (« L’orfévrerie depuis le douzième siècle », dans le Magasin pittoresque, vol. 15, 1847, p. 88)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Nieller : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NIELLER. v. tr.
Gâter par la nielle. Le mauvais temps a niellé les blés. Blés niellés.

Nieller : définition du Littré (1872-1877)

NIELLER (niè-lé) v. a.
  • Gâter par la nielle.

    Se nieller, v. réfl. Être gâté par la nielle. Les blés se niellent par le mauvais temps.

HISTORIQUE

XVIe s. Elles mettent les grains au solell pour les faire seicher, lorsqu'ils sentent qu'ils se nyellent ou flestrissent ou pourrissent, Paré, Anim.8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « nieller »

Étymologie de nieller - Littré

Nielle 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de nieller - Wiktionnaire

Dénominal de nielle. (Avant 1106) neeler (Gloses de Raschi), (c. 1100) neielez (Chanson de Roland).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nieller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nieller njele play_arrow

Conjugaison du verbe « nieller »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe nieller

Images d'illustration du mot « nieller »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nieller »

Langue Traduction
Corse putenza
Basque blight
Japonais 疫病
Russe отравлять
Portugais praga
Arabe آفة
Chinois 枯萎病
Allemand seuche
Italien ruggine
Espagnol plaga
Anglais blight
Source : Google Translate API

Synonymes de « nieller »

Source : synonymes de nieller sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires