La langue française

Mulet

Sommaire

  • Définitions du mot mulet
  • Étymologie de « mulet »
  • Phonétique de « mulet »
  • Citations contenant le mot « mulet »
  • Images d'illustration du mot « mulet »
  • Traductions du mot « mulet »
  • Synonymes de « mulet »

Définitions du mot mulet

Trésor de la Langue Française informatisé

MULET1, subst. masc.

A.− Animal hybride mâle, stérile, qui est issu de l'accouplement de l'âne et de la jument. Mulet de bât, de selle; aller à dos de mulet; atteler, dételer, charger, décharger un mulet. On trouva le mulet. C'était un petit animal de couleur isabelle, menu, fringant, dont il fallut bander les yeux pour parvenir à le bâter (Fromentin, Été Sahara,1857, p. 218).Enervé d'une longue attente, le mulet tirait à plein collier, piquant le sable de durs coups de sabot (Genevoix, Raboliot,1925, p. 35):
1. C'est ce qui suggéra l'idée de recourir au produit artificiel né de l'accouplement de l'âne et de la jument. Le mulet paraît, dans les sculptures assyriennes, bâté et harnaché comme de nos jours. De bonne heure, il donna lieu à des centres de production et de marché... Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 223.
Petit mulet. Synon. de bardot.
P. métaph. Et moi, je suis un fameux mulet, mulet à grelots, mulet à housse et à pompons, mulet à longues oreilles, mulet ferré et portant un poids qui ne me rend pas si fier que si c'était l'argent de la gabelle. C'est l'école de droit que j'ai sur les épaules (Flaub., Corresp.,1843, p. 129).Quand Ampère (à son cours) est dans ses endroits difficiles, arides, dans ses défilés où il va à pied, oh! alors, il est pénible à suivre; c'est de la littérature à dos de mulet (Sainte-Beuve, Poisons,1869, p. 34).
Expr. fam.
1. Vx., pop. Garder le mulet. Attendre (quelqu'un) longtemps et avec impatience. Voir Carabelli, [Lang. pop.].
2. P. compar. V. mule1fam.
a) [P. réf. aux qualités du mulet : vigueur, endurance, patience]
Être chargé comme un mulet. Trois fois, Gervaise sortit et rentra chargée comme un mulet (Zola, Assommoir,1877, p. 562).L'on rencontre de temps à autre un homme au casque plat chargé comme un mulet (Maurois, Silences Bramble,1918, p. 238).
Travailler comme un mulet. Je travaille comme un mulet depuis quinze longues années (Flaub., Corresp.,1852, p. 372).
b) [P. réf. à l'obstination qu'on lui attribue] Entêté, têtu comme un mulet; (tête de) mulet. Si l'on l'avait laissé faire, il eût entraîné le gouvernement, par pur entêtement de mulet, dans on ne sait quelle violente aventure (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 133).Il a fait rentrer le latin dans ma tête dure : « Intelligent ce petit, mais un mulet » (Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1577).
3. [Employé comme terme de mépris] Le superbe Clemenceau montre son impuissance avec beaucoup de morgue. C'est un mulet insolent, fier de porter des ordures qu'il croit des objets rares et précieux (Bloy, Journal,1906, p. 329).Le Garde : Assieds-toi là (...). Premier Patricien : S'il s'agit de nous faire mourir, comme les autres, il n'y a pas besoin de tant d'histoires. Le Garde : Assieds-toi là, vieux mulet (Camus, Caligula,1944, iv, 3, p. 85).
B.− P. anal.
1. (avec le mulet, produit du croisement de deux espèces différentes) Animal ou végétal provenant d'une hybridation. Synon. hybride.Toutes les courges se fécondent entre elles, et (...) si nous voulons cultiver plusieurs variétés de giraumonts ou de potirons ensemble, nous obtiendrons des mulets impossibles (Gressent, Potager mod.,1863, p. 756):
2. ... comme il avait cultivé les unes près des autres des espèces différentes, les sucrins s'étaient confondus avec les maraîchers, le gros Portugal avec le grand Mongol, − et, le voisinage des pommes d'amour complétant l'anarchie, il en était résulte d'abominables mulets qui avaient le goût de citrouille. Flaub., Bouvard,t. 1, 1880, p. 32.
P. métaph. M. d'Harcourt : 14 février : Est à la fois Titus et Catacoua. C'est le type le plus complet de cette race croisée de mulets politiques (Chênedollé, Journal,1833, p. 165).Ose devenir qui tu es (...). On n'obtient rien de bon par le mélange. Quand j'étais jeune, j'avais le cerveau plein de croisements, de mulets, de caméléopards (Gide, Nouv. Nourr.,1935, p. 293).
2. (avec le mulet, animal stérile) Abeille, guêpe stérile. Voir Boucher de Perthes, Création, t. 1, 1838-41, p. 455.
3. (d'aspect) Cerf qui a perdu ses bois et dont les nouveaux ne sont pas encore apparus. (Dict. xixes., Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr.).
Prononc. et Orth. : [mylε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 « hybride mâle de l'âne et de la jument ou du cheval et de l'ânesse » (Roland, éd. J. Bédier, 861); b) 1690 chargé comme un mulet (Fur.); c) 1808 tête de mulet, entêté comme un mulet (Hautel); 2. 1768 « animal provenant de deux animaux de différente espèce (surtout oiseau) » (Valm. d'apr. FEW t. 6, 3, p. 212a). Dér. de l'a. fr. mul « id. » (ca 1100, Roland, 480), du lat. mulus de même sens; suff. -et*. Bbg. Fischer (J. L.). Sens, contre sens et synon. ds l'emploi des termes mulet, métis... Doc. Hist. Vocab. sc. 1981, no2, pp. 23-36. − Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, pp. 86-87. − Quem. DDL t. 19.

MULET2, subst. masc.

Synon. usuel de muge.Mulet capiton, doré, lippu. Puis venaient les beaux poissons, isolés (...) les saumons d'argent guilloché (...) les mulets, d'écailles plus fortes, de ciselures plus grossières (Zola, Ventre Paris,1873, p. 697).Le terrain des Corneille allait jusqu'au fleuve (...). Grand paysage puissant avec l'odeur de la mer (...). Les éperlans, les saumons, les mulets, les aloses remontent jusqu'ici (Barrès, Cahiers,t. 7, 1908, p. 14).
Prononc. et Orth. : [mylε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Fin xiies. (Moniage Guillaume, II, 1026 ds T.-L.). Dér. de mul « id. » (ca 1170, Guillaume de St-Pair, Mont Saint-Michel, éd. P. Redlich, 469); du lat. mŭllus « id. »; suff. -et*, avec infl. phonét. de mulus (v. mulet1), l'aspect de ce poisson évoquant la lourdeur des formes du mulet. Cf. R. Ling. rom. t. 54, 1911, pp. 174-175 et Bl.-W.3-5
STAT. − Mulet1 et 2. Fréq. abs. littér. : 561. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 727, b) 1 008; xxes. : a) 409, b) 978.

Wiktionnaire

Nom commun 1

mulet \my.lɛ\ masculin (pour une femelle on dit : mule)

  1. (Élevage) Équidé mâle né d’un âne et d’une jument, ou d’un cheval et d’une ânesse (on dit plus précisément dans ce cas bardot), et généralement stérile.
    • L’élève du cheval de trait et du mulet est aujourd’hui une industrie très-prospère et surtout très-rémunératrice ; […]. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Les hybrides, mules et bardots, conjuguent la résistance de l’âne et la force du cheval. Ces hybrides, le mulet surtout, sont très appréciés et très utilisés en Afrique du Nord, en Éthiopie et dans certains pays d’Amérique Latine, comme le Brésil ou le Mexique, mais peu en Afrique subsaharienne. — (Lhoste Philippe, Havard Michel & Vall Eric, La traction animale, 224 p., page 41, 2010, Quae/Cta/Presses agronomiques de Gembloux)
    • Les mulets sont surtout élevés dans les régions montagneuses, à cause de leur résistance et de leur qualité de marche dans les zones rocailleuses. — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l'Agronome, 1 692 p., page 1473, 2002, Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Étrangères)
  2. (Par extension) (Zoologie) Tout animal qui provient de deux animaux de différentes espèces.
    • Dans les espèces au contraire qui, comme celle de la chèvre et celle de la brebis, sont plus nombreuses et par conséquent plus fécondes, les mulets provenant de leur mélange ne sont pas stériles, et remontent pleinement à l’espèce originaire dès la première génération ; au lieu qu’il faudrait deux, trois et peut-être quatre générations pour que le mulet provenant du cheval et de l’âne pût parvenir à ce même degré de réhabilitation de nature. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, « De la dégénération des animaux », in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 1038.)
  3. (Par extension) (Botanique) Toute plante issue d’une semence fécondée par le pollen d’une plante d’une autre espèce. → voir hybride
  4. (Par extension) (Coiffure) Style de coupe de cheveux dit « nuque longue ». → voir à la Bressant
  5. (Cyclisme) Vélo de rechange.

Nom commun 2

mulet \my.lɛ\ masculin

  1. (Ichtyologie) Nom commun de nombreuses espèces de poissons osseux marins ou d’eau douce de la famille des mugilidés (Mugilidae) surtout.
    • Les poissons qu'on y pêche sont d'un goût excellent; ceux qu'on estime le plus et qu'on rencontre le plus fréquemment, sont : le rouget, le maquereau, le loup, la sole, deux espèces de sardines enfin et sur-tout le mulet (vulgairement muge), dont nos pêcheurs distinguent aussi deux variétés. — (M. de Rivière, « Mémoire sur la Camargue », dans les Annales de l'agriculture française, 2e série, tome 34, Paris : chez Madame Huzard, avril 1826, p. 76)
    • Et les muges ? Pauvres muges ! On leur a fait tellement de tort avec la pollution et le mazout que les amateurs de muges aux olives sont plutôt rares. C'est un grand vide dans les traditions que la disparition de ce poisson appelé « mulet » dans le reste de la France. — (Christiane Maréchal raconte la Provence calendale: Noël, Étrennes, les Rois, Éditions de Provence, 1996, page 27)
  2. (Ichtyologie) Synonyme de rouget-barbet (poisson).
  3. (Ichtyologie) Synonyme de mulet doré (poisson).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MULET. n. m.
Mâle né d'un âne et d'une jument, ou d'un cheval et d'une ânesse, et qui ne se reproduit pas. Mulet du pays. Mulet du Poitou. À dos de mulet. Des oreilles de mulet. Bât de mulet. Petit mulet se dit particulièrement du Mulet né d'un cheval et d'une ânesse. On l'appelle aussi BARDOT. Voyez ce mot. Sentier de mulet, Chemin étroit dans un pays de montagnes. On dit dans le même sens Sentier muletier. Fam., Être chargé comme un mulet, Être chargé d'un fardeau très lourd. Fam., Être têtu comme un mulet, Être fort opiniâtre.

MULET se dit en général de Tout animal qui provient de deux animaux de différente espèce. Il se dit, par extension, en termes de Botanique, de Toute plante qui est le produit d'une semence fécondée par la poussière d'une plante d'une autre espèce.

Littré (1872-1877)

MULET (mu-lè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des mu-lè-z agiles) s. m.
  • 1Quadrupède engendré d'un âne et d'une jument, ou d'un cheval et d'une ânesse, et qui n'engendre point, ou du moins qui, lors même qu'il engendre, ne peut faire race ; on accuse le mulet d'être fort têtu. Mulet de bât. Mulet de selle. Et vous qui de grand matin Galoppez tout hors d'haleine Comme mulets au moulin, Puis après à la fontaine… Pièce de 1619, dans FR. MICHEL, Argot. Le mulet d'un prélat se piquait de noblesse, Et ne parlait incessamment Que de sa mère la jument, Dont il contait mainte prouesse, La Fontaine, Fabl. VI, 7. Scapin : Il me faut encore, a-t-il dit, un mulet pour porter… - Argante : Oh ! qu'il aille au diable avec son mulet !… - Scapin : Monsieur, un petit mulet ! - Argante : Je ne lui donnerais pas seulement un âne, Molière, Scapin, II, 8. On sait que les mulets ont souvent produit dans les pays chauds, l'on en a même quelques exemples dans nos climats tempérés, Buffon, Quadrup. t. IX, p. 228.

    Fig. Cyrus était le mulet dont l'oracle avait voulu parler, parce qu'il tirait sa naissance de deux différents peuples, étant persan par son père et mède par sa mère, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 228, dans POUGENS.

    Grand mulet, ou mulet proprement dit, celui qui provient de l'accouplement de l'âne avec la jument ; petit mulet ou bardeau, celui qui provient de l'accouplement du cheval avec l'ânesse.

    Chargé comme un mulet, se dit de quelqu'un qui porte de lourds fardeaux, ou fig. qui essuie de grandes fatigues.

    Être têtu comme un mulet, être fort opiniâtre.

    Fig. Garder le mulet, attendre longtemps quelqu'un avec ennui et impatience. On aurait grand tort, si on vous reprochait que vous avez gardé le mulet au camp de Thionville ; au diable le mulet que vous avez gardé, Voiture, Lett. 144. Nous nous sommes lassés de garder le mulet, Th. Corneille, Baron d'Albikrac, IV, 5.

    Fig. Faire garder le mulet, faire attendre quelqu'un, pendant que l'on est en quelque partie de plaisir.

    Rembourré comme un bât de mulet, se dit d'un homme qui a beaucoup d'habits les uns sur les autres.

  • 2Nom générique donné au produit d'accouplement de deux individus d'espèce et de race différentes ; il est synonyme de métis et d'hybride.
  • 3En botanique, toute plante qui est le produit d'une semence fécondée par la poussière d'une plante d'une autre espèce. J'ai indiqué quelques expériences qui ont été tentées sur les mulets végétaux…, Bonnet, Idées féc. plant. Œuv. t. X, p. 83, dans POUGENS.
  • 4 Terme de vénerie. Se dit d'un cerf qui a mis bas son bois et qui n'a pas encore de refait.
  • 5Se dit quelquefois des abeilles et des guêpes de la classe des ouvrières, qui sont stériles. Des trente ou quarante mille mouches que la mère abeille produit, il n'y en a qu'un très petit nombre de femelles, quinze cents ou deux mille mâles, et tout le reste ne sont que des mulets… incapables de produire, Buffon, Hist. anim. ch. I.
  • 6Mulet fécond de Daourie, solipède du genre cheval.
  • 7Mulet à feu, ancienne pièce d'artillerie.

HISTORIQUE

XIe s. Les diz mulez fait Charles establer, Ch. de Rol. X.

XIIe s. Li clers i vient sur un mulet amblant, Ronc. 163.

XIIIe s. Asnes, mulez, chamel por homme Jamès ne porteroient somme, la Rose, 18007.

XVIe s. Quelque chose qu'en disent les moines de Sainte Genevieve, auxquels il joua un tour de mulet, Yver, 602. Courteaux, mulets de coffres, et aultres chevaux de somme et de bagaige, Carloix, V, 1. Le mulet garde longuement coup de pied à son maistre, De Serres, 312. Il m'avoit donné le coup de pied de mulet, et fait le tour d'un ami ingratissime, Brantôme, Capit. franç. t. IV, p. 311, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MULET, ou CABOT, s. m. (Hist. nat. Ichthiologie.) poisson de mer écailleux : c’est une espece de muge. Voyez Muge. On le trouve aussi dans les étangs formés par la mer, & il remonte les rivieres. Il croît jusqu’à la longueur d’une coudée ; il a la tête plus grosse, plus large, & plus courte que les autres muges ; les yeux sont grands & couverts d’une sorte de taie ; il a les levres petites, la bouche grande & dénuée de dents ; le dos large & noirâtre, le ventre blanc avec des traits noirs sur les côtés qui s’étendent depuis les ouies jusqu’à la queue. Ce poisson a deux nageoires aux ouies, deux plus petites placées plus bas ; une autre derriere l’anus, & deux sur le dos ; il n’y a que la premiere qui ait des aiguillons. Le mulet ne mange pas d’autres poissons ; il trouve sa nourriture dans la boue, & sa chair la sent surtout en été ; les mulets de mer sont les meilleurs ; ceux des étangs sont plus gras, mais ils ont moins de goût. Rondelet, Hist. des poiss. part. prem. liv. IX. chap. j. Voyez Poisson.

Mulet, s. m. (Gram. & Maréchall.) animal monstrueux engendré d’un âne & d’une jument. On dit d’un cheval qui a la croupe effilée & pointue, qu’il a la croupe du mulet, parce que les mulets l’ont ainsi faite.

Mulet, se dit aussi dans le Jardinage, d’une espece de monstre végétal que l’on produit en mettant de la poussiere fécondante d’une espece de plante dans le pistil, ou dans l’utricule d’une autre.

Si deux plantes ont quelque analogie dans leurs parties, particulierement dans leurs fleurs, la poussiere de l’une s’impregnera de celle de l’autre, & la graine ainsi fécondée produira une plante différente de l’une & de l’autre : nous en avons un exemple dans le jardin de M. Fairchild à Hoxtan.

Cette espece d’accouplement de deux plantes ressemblant assez à celui d’une jument avec un âne, d’où proviennent les mulets ; les plantes qui en viennent ont reçu le même nom, elles sont aussi comme ces animaux, incapables de perpétuer leur espece.

Cette opération sur les plantes nous fait voir comment on peut altérer le goût & changer les propriétés d’un fruit, en imprégnant l’un de la poussiere d’un autre de la même classe ; par exemple, une poire avec une pomme, ce qui fera que la pomme ainsi imprégnée se gardera plus long-tems, & sera d’un goût plus piquant ; si des fruits d’hiver sont imprégnés de la poussiere des graines d’été, ils s’en gâteront plûtôt. De cet accouplement accidentel de la farine de l’un avec l’autre, il peut arriver que dans un verger où il y a différentes especes de pommes, les fruits cueillis sur le même arbre different par le fumet & par le tems de leur maturité : c’est de ce même accouplement accidentel que provient la variété prodigieuse des fleurs & des fruits qui naissent tous les jours de graine. Voyez Farine & Graine.

Mulet, (Pêch.) on la fait avec la boulante, usitée dans le ressort de l’amirauté de Bayonne, c’est une sorte de filet dérivant à fleur d’eau comme ceux qui servent à la pêche des harengs, maquereaux & sardines. Les boulantes ou rets de trente-six mailles pour la pêche des mulets est une espece de filet tramaillé, & qui opere à la surface de l’eau, soutenu par des flottes de liége, & calant de sa hauteur au moyen des petits plommées dont il est chargé par le bas ; ainsi l’opération de cette espece de filet, est la même que celle des manets pour la pêche du maquereau ; le filet n’a qu’une brasse de hauteur, & cinquante à soixante de longueur, les pêcheurs ne prennent avec ce ret que les mulets ; ils viennent en troupes comme les harengs, les maquereaux, les sardines, & paroissent à la côte depuis le mois d’Août jusqu’à celui de Mars.

L’esmail ou hamau des boulantes est de deux especes, les plus larges mailles ont quatre pouces neuf lignes en quarré, & les plus serrées quatre pouces sept lignes, la charte, toille, nappe, ou flue du milieu a seulement treize lignes quarrées : comme ce filet pêche en derive, il ne peut jamais faire de tort à l’empoissonnement des côtes, n’arrêtant dans les toiles que le poisson de la taille au-moins du hareng.

Mulet, (Marine.) c’est un vaisseau de moyenne grandeur, dont on se sert en Portugal, qui a trois mâts avec des voiles latines.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mulet »

Diminutif de l'anc. franç. mul, qui vient du lat. mulus, mulet ; provenç. mulet ; espagn. muleto ; ital. muletto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mulet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mulet mylɛ

Citations contenant le mot « mulet »

  • Le mulet est un animal décent qui a la pudeur de ne pas se reproduire.
  • Le mal est un mulet ; il est opiniâtre et stérile. Victor Hugo, Fragments
  • Le mal est un mulet ; il est opiniâtre et stérile. De Victor Hugo / Fragments
  • C’est donc préoccupé du seul besoin de trouver sa subsistance qu’un mulet de belle taille vint frayer sans le faire amoureusement dans les eaux de Loire, c’est ainsi que les gens savants le qualifie de catadrome quand ils veulent briller en société. Grand voyageur, il avait pris ses quartiers d’été du côté de Saumur. On ne peut lui reprocher ce choix, il est celui d’un poisson de goût et pas seulement dans l’assiette des esthètes. Club de Mediapart, L’âne ou le mulet. | Le Club de Mediapart
  • Pattes d’eph, créoles en or, vestons à paillettes, maquillage ultra coloré,… Cela fait quelque temps que l'influence des années 70-80 se fait ressentir sur la mode d’aujourd’hui. Mais une des tendances que l'on attendait certainement pas, c'est le retour de la coupe mulet ! So Soir, La coupe mulet signe son grand retour
  • Abdellatif Kechiche souhaitait initialement donner le rôle principal de son film La Graine et le mulet à son père. Mais des retards dans le démarrage du projet ont obligé le réalisateur à revoir ses plans. Telestar.fr, La graine et le mulet : pourquoi Abdellatif Kechiche n'a pas pu confier le rôle principal à son père - Télé Star
  • Seyne-les-Alpes perpétue une tradition française ancestrale : l'élevage du mulet. Animal fort et robuste, il est issu d'un croisement entre une jument et un âne. Son élevage, bien spécifique à la vallée, a fortement marqué l'économie locale tout au long du XXe siècle, plus particulièrement entre les deux guerres où pas moins de 800 mules naissaient chaque année ici. L'élevage mulassier s'est adapté avec la modernisation de l'agriculture, trouvant notamment des débouchées dans l'exportation. , Alpes du Sud. Au pays des mules… - Paris Côte d'Azur
  • Né au Mexique de parents argentins, Romero, dont le choix capillaire (une coupe mulet sortie tout droit des années 80) peut légitimement interroger, a remplacé son coéquipier Baba à la 83e minute de jeu. Il n'a néanmoins pu empêcher la défaite des siens face à la formation entraînée par Zizou (Vinicius Junior à la 19e et Sergio Ramos à la 56e). CNEWS, Vidéo : Luka Romero, un ado de 15 ans à la coupe mulet, fait ses débuts face au Real Madrid | CNEWS
  • Alors que les restrictions de CORONAVIRUS se relâchent et que les chances de coupes de cheveux à faire soi-même diminuent, les fans de Cairns de la coiffure de mulet se réjouissent alors que le look emblématique semble être à la mode JAPANFM, Les fans de mulet se réjouissent: les tendances emblématiques de la coiffure à nouveau – JAPANFM

Images d'illustration du mot « mulet »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mulet »

Langue Traduction
Anglais mule
Espagnol mula
Italien mulo
Allemand maultier
Chinois
Arabe بغل
Portugais mula
Russe мул
Japonais ラバ
Basque mando
Corse mulu
Source : Google Translate API

Synonymes de « mulet »

Source : synonymes de mulet sur lebonsynonyme.fr
Partager