La langue française

Mourre

Définitions du mot « mourre »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOURRE, subst. fém.

Jeu de hasard ancien qui consistait soit pour un joueur à montrer rapidement sa main à un partenaire, certains doigts étant repliés, les autres dressés, afin de donner à deviner le nombre de doigts levés; soit pour deux joueurs à montrer rapidement et simultanément un certain nombre de doigts dressés en criant un chiffre correspondant au nombre de doigts levés. Le duc (...) jouait (...) à la mourre en se laissant rafler son argent (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 61).Ils ne crient pas, ni les doigts de la moure, ni leur bonne opinion de celui-ci, ni leur rage contre celui-là (Suarès, Voy. Condottière,t. 3, 1932, p. 41).
Prononc. et Orth. : [mu:ʀ]. Att. ds Ac. 1694-1740, 1835, 1878. Étymol. et Hist. Av. 1527 Morre (C. Marot, Epitaphe VI ds Œuvres diverses, éd. C. A. Mayer, p. 195); 1534 mourre (Rabelais, Gargantua, chap. 20, éd. R. Calder, M. A. Screech, V. L. Saulnier, p. 136). Empr. à l'ital. mor(r)a, att. comme terme de jeu dep. le xives. (d'apr. DEI), prob. issu de l'ital. dial. du sud morra « troupeau » (parce que les doigts levés par les joueurs font penser aux membres d'un petit troupeau) lui-même à rapprocher de l'ital. mor(r)a, sicilien murra « tas de pierres, grand rocher », du type prérom. *mŭrr- (cf. moraine et G. Rohlfs ds R. Ling. rom. t. 2, p. 294). V. FEW t. 6, 3, p. 237. Bbg. Hope 1971, p. 44.

Wiktionnaire

Nom commun

mourre \muʁ\ féminin

  1. (Vieilli) Jeu d’Italie, qui consiste à montrer rapidement une partie des doigts levée et l’autre fermée, afin de donner à deviner le nombre de ceux qui sont élevés.
    • Les paiges jouoient à la mourre à belles chiquenaudes. — (Rabelais, Pantagruel IV, 14)
    • S’être amusé par les chemins, comme ces laquais qu’on envoie au vin et qui s’amusent à jouer à la mourre. — (Malherbe, Lettres, II, 10)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

MOURRE (mou-r') s. f.
  • Jeu d'Italie, qui consiste à montrer rapidement une partie des doigts levée et l'autre fermée, afin de donner à deviner le nombre de ceux qui sont élevés. S'être amusé par les chemins, comme ces laquais qu'on envoie au vin et qui s'amusent à jouer à la mourre, Malherbe, Lettres, II, 10.

HISTORIQUE

XVIe s. Les paiges jouoient à la mourre à belles chiquenaudes, Rabelais, Pant. IV, 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOURRE, s. f. (Jeux anciens.) jouer à la mourre se dit en latin micare digitis ; c’est le terme de Ciceron, parce que dans le jeu les doigts paroissent, micant. Pétrone se sert du seul mot micare, sous-entendant digitis.

On joue à ce jeu en montrant une certaine quantité de doigts à son adversaire, qui ait la même chose de son côté. On accuse tous deux un nombre en même tems, & l’on gagne quand on devine le nombre de doigts qui sont présentés. Ainsi on n’a besoin que de ses yeux pour savoir jouer à ce jeu.

Il est très-ancien, & l’un de ceux qui étoient le plus en usage parmi les dames de Lacédémone : c’étoit à ce jeu qu’elles tiroient au sort pour disputer le bonheur l’une contre l’autre, & même contre leurs amans. Il faut tomber d’accord que ce jeu, qui n’entre aujourd’hui que dans les divertissemens galans du petit peuple en Hollande & en Italie, devoit faire fortune chez les Lacédémoniénnes, si l’on se rappelle que la personne qui l’inventa fut Helene : elle y joua contre Paris & le gagna. C’est un passage de Ptolaemeus, qui nous apprend ce trait d’histoire. Helena, dit-il, prima excogitavit micationem digitis, & cum Alexandro sortiens, vicit.

Ce jeu prit grande faveur chez les autres Grecs & chez les Romains : c’est à ce jeu qu’ils achetoient & vendoient quantité de choses, comme nous ferions aujourd’hui à la courte paille. Dignus est qui cum in tenebris mices, dit Ciceron ; il est si homme de bien, que vous pouvez jouer à la mourre avec lui dans les ténebres, sans craindre qu’il vous trompe ; expression qui passa en proverbe pour peindre quelqu’un de la plus exacte probité. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mourre »

Ital. morra, que Ménage fait venir de micatura, parce que les Latins nommaient le jeu micare digitis. Mais morra est bien loin de micatura, et tout intermédiaire manque.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’italien morra (« troupe ») ; le passe-temps est attesté du temps des Romains → voir mico.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mourre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mourre mur

Citations contenant le mot « mourre »

  • Profitant de la saison hivernale, les membres de l’association Les Voiles latines graulennes viennent de mettre au sec sur le chantier naval local le mourre de pouar “Ville Le Grau-du-Roi” avec deux préoccupations en tête. midilibre.fr, Un hiver au chaud pour le mourre de pouar - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « mourre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mourre »

Langue Traduction
Anglais die
Espagnol morir
Italien morire
Allemand sterben
Chinois
Arabe موت
Portugais morrer
Russe умереть
Japonais 死ぬ
Basque hiltzen
Corse mori
Source : Google Translate API

Synonymes de « mourre »

Source : synonymes de mourre sur lebonsynonyme.fr

Mourre

Retour au sommaire ➦

Partager