La langue française

Morguer

Sommaire

  • Définitions du mot morguer
  • Étymologie de « morguer »
  • Phonétique de « morguer »
  • Citations contenant le mot « morguer »
  • Traductions du mot « morguer »
  • Synonymes de « morguer »

Définitions du mot morguer

Trésor de la Langue Française informatisé

MORGUER, verbe trans.

Vieilli, littér. Traiter avec arrogance. Aucun défaut ne me choque, excepté la moquerie et la suffisance que j'ai grand'peine à ne pas morguer (Chateaubr.,Mém.,t.1, 1848, p.67).
En partic. Dévisager avec arrogance. Ces chevaliers qui galopaient à travers les récoltes, ces officiers qui morguaient les gens, ha dieux! (Pourrat,Gaspard,1925, p.142).
P. métaph. M. Coquelet abhorre le droit d'aînesse (...). Avant de (...) devenir père d'un troisième (...) enfant, avez-vous pris, Coquelet, toutes les mesures pour former (...) celui qui viendra bien exactement comme ceux qui sont venus? (...) et que (...) la nature, morguant cette belle égalité (...) n'aille pas créer des privilèges parmi vos chers enfants? (Veuillot,Odeurs de Paris,1866, p.350).
Prononc. et Orth.: [mɔ ʀge], (il) morgue [mɔ ʀg]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1575 [éd.] «traiter avec arrogance» (Thévet, Cosmographie universelle, livre XV, chap.10, t.2, p.596). Empr. aux parlers occitans du Sudcf. l'actuelle ext. du verbe dans le domaine prov. et langued., par rapport à sa rareté en fr., v. FEW t.6, 3, pp.238b-239b), prob. introd. en fr., à la fin de la Guerre de Cent ans, par les mercenaires du Midi. D'un type *murricare qui a dû signifier «faire la moue», dér. de *murr- «museau, groin», v.morailles et morion1.

Wiktionnaire

Verbe

morguer \mɔʁ.ɡe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Ancien terme de pratique) Examiner les prisonniers à leur entrée dans la geôle, afin de les reconnaître.
    • Au dix-septième siècle, le verbe morguer était fort en usage : « Cuitaut m’écrit de Saint-Ange, à trois lieues de Fontainebleau où il est allé morguer la cour. » (Madame de Sévigné à madame de Grignan, t. VI, p. 4. 5 ; édit. Hachette) — (Maxime du Camp, Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle, tome 1, 1879)
  2. Examiner des cadavres à la morgue, afin de les identifier.
    • Il n’accordait pas le plus petit intérêt à leurs visages gris, maintenus relevés par le bord incliné de la table, afin que tous puissent les morguer à loisir — et peut-être les identifier. — (Jean-Luc Bizien, La chambre mortuaire, 2009)
  3. Provoquer, défier.
    • Il y a des gens qu’Agnès à aucun prix ne fâchera et ce sont en général les plus humbles, de plus petits qu’elle, ceux qui la servent, qu’il serait tout naturel qu’elle fâchât et qu’elle aurait parfois intérêt et même le devoir de fâcher. Ceux qu’elle aura au contraire presque plaisir à morguer, ce sont le plus souvent ceux qui pourraient prétendre avoir le pas sur elle et qu’elle aurait intérêt à ménager. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 462-463)
    • Fernande et ses frères, avec d’autres représentants de la bonne société plus rassise, se sentent vaguement morgués, en tout cas tenus à l’écart. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 312)

Verbe

morguer \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Narguer.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

MORGUER (mor-ghé), je morguais, nous morguions, vous morguiez ; que je morgue, que nous morguions, que vous morguiez v. a.
  • 1Faire la morgue à quelqu'un. Je pris vengeance de ceux qui m'avaient morgué autrefois, en les morguant tout de même, Francion, liv. VI, p. 232. Et, de son large dos morguant les spectateurs, Aux trois quarts du parterre [il] a caché les acteurs, Molière, Fâch. I, 1. La comédienne [une maîtresse de Charles II] est aussi fière que la duchesse de Portsmouth : elle la morgue, elle lui fait la grimace, elle l'attaque et lui dérobe souvent le roi, Sévigné, 216. Guitaut m'écrit de Fontainebleau, où il est allé morguer la cour, Sévigné, 437. Il faut s'y attendre, en prévenir les acteurs, ne se pas décourager, jouer la pièce avec un majestueux enthousiasme, bien morguer le public, et le traiter avec la dernière insolence, Voltaire, Lett. d'Argental, 21 oct. 1772.

    Fig. Morguant la destinée et gourmandant la mort, Régnier, Sat. VI.

  • 2Se morguer, v. réfl. Se faire la morgue l'un à l'autre. Là ils [les deux Simon] commencèrent tous deux à se morguer, Voltaire, Philos. Ép. aux Rom. 7e imp.

HISTORIQUE

XVe s. Cet escuyer breton les alla morguer luy tout seul, Mém. s. D. G. ch. 28.

XVIe s. Un homme si desdaigneux, si morguant, doibt estre plus habile, Montaigne, IV, 47.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « morguer »

Morgue 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1575) Du moyen français morguer, emprunté à l’occitan morgar (« narguer »), probablement issu d’un mot latin *murricare (« faire la moue »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Le TLFi [1] hypothèse un radical *murr- (« museau » → voir morailles et morion, morro en espagnol) et un latin *murricare ; le \ɡ\ est une variante du \d\ dans morgant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « morguer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
morguer mɔrge

Citations contenant le mot « morguer »

  • Il faut… jouer la pièce avec un majestueux enthousiasme, bien morguer le public, et le traiter avec la dernière insolence. De Voltaire / Correspondance
  • Le Grand Châtelet est célèbre pour ses cachots souterrains. Leurs appellations veulent tout dire : l'Oubliette, le Puits, la Barbarie, la Chausse d'Hypocras perpétuellement inondée, et puis la Fosse qui est en forme de cône inversé de façon à empêcher les détenus de se tenir que ce soit debout ou couché. Citons encore la Fin d'aise où les malheureux croupissent dans la merde et les serpents. À noter que c'est au Grand Châtelet que naquit la morgue. Cela mérite explication : autrefois, morguer signifiait dévisager. Les matons accueillaient leurs prisonniers dans une pièce où ils les morguaient - c'est-à-dire les dévisageaient - pour les retrouver en cas d'évasion. Par la suite, cette pièce servit à exposer les cadavres découverts sur la voie publique. D'où son nom de morgue. Le Point, Journées du patrimoine : visitez le Grand Châtelet disparu en 1802 - Le Point
  • « Elle m’a dit, quand mon fils chantait, il ne m’a jamais donné un million, mais après sa mort, en une journée, j’ai eu 50 millions. Arrêtez avec vos bêtises de résurrection. Ne prends pas tes sales pieds pour venir chez moi », a expliqué le pasteur ajoutant qu’il a été conduit à Ivosep en catimini le samedi 17 août vers 19heures. « nous avons garé au niveau de la station non loin d’Ivosep. Et ils m’ont dit de ne pas descendre pour ne pas attirer l’attention. Mais ils ont passé tout le temps à appeler (…) Ils m’ont fait communiquer au téléphone avec une personne qui m’a donné le numéro d’Hamed Bakayoko pour qu’il me donne l’ordre d’entrer dans la morguer. J’ai appelé, mais il n’a jamais décroché ». AfrikMag, Résurrection manquée de Dj Arafat: Le pasteur fait de surprenantes révélations

Traductions du mot « morguer »

Langue Traduction
Anglais mortify
Espagnol mortificar
Italien mortificare
Allemand beschämen
Chinois 拼死
Arabe تجرح شخص في المشاعر
Portugais mortificar
Russe смирять
Japonais 悔しい
Basque mortificatzen
Corse mortificà
Source : Google Translate API

Synonymes de « morguer »

Source : synonymes de morguer sur lebonsynonyme.fr
Partager