La langue française

Marmite

Définitions du mot « marmite »

Trésor de la Langue Française informatisé

MARMITE, subst. fém.

A. −
1. Récipient de terre ou de métal, à fond plat ou arrondi, parfois sur trois pieds, muni d'un couvercle et généralement d'anses, et dans lequel on fait bouillir de l'eau, cuire des aliments. Marmite de cuivre, d'étain, de fer, de fer-blanc, de fonte; marmite commune. Mettez dans une marmite d'une contenance de quatre litres le gras-double, le lard et le pied, en ayant soin que les diverses espèces de viandes soient mêlées (Gdes heures cuis. fr.,J. Gouffé,1877, p. 184).La mère accrocha son écumoire à l'oreille de la marmite (Aymé,Jument,1933, p.176).Il convient d'éviter, à tout prix, de mettre la casserole, la marmite ou la cocotte sur la table (Mathiot,Éduc. mén., 1957, p.46).
a) En partic.
Marmite basse, à ragoût. Synon. fait-tout (d'apr. Lar. mén. 1926).
Marmite haute, à bouillon (d'apr. Lar. mén. 1926).
Marmite norvégienne. Appareil calorifugé avec des matières isolantes dans lequel on place un récipient dont le contenu, précédemment porté à ébullition, peut continuer à cuire plusieurs heures. Avec une grande marmite norvégienne, on peut aussi faire économiquement une lessive. Faites bouillir sur le feu, pendant une demi-heure, et plongez dans le cuiseur pendant toute la nuit (Lar. mén.1926, p. 459).La marmite norvégienne est un appareil qui consiste en une caisse à couvercle (...) où l'on place prestement la marmite sortie du feu vif (Ac. Gastr.1962).P. méton. Procédé de cuisson de cet appareil. La marmite norvégienne, qui nécessite une durée de cuisson prolongée, est le procédé le plus destructeur des vitamines (R. Lalanne,Alim. hum.,1942, p. 101).
b) P. méton. Le contenu de ce récipient. Une marmite de bouillon; la marmite bout; faire bouillir une marmite de soupe. Le jour où je m'apercevrai (...) que je ne sais même plus faire chauffer une marmite d'eau sur le feu, je m'en irai tout de suite (Renard,Poil Carotte,1894, p. 86).Une marmite chantonnait dans l'âtre (A. France,Pt Pierre,1918, p. 239).
c) [Dans des loc. fig. et des proverbes]
Loc. fig. (Avoir le nez) en pied de marmite. (Avoir un nez) large du bas et retroussé. Les yeux rieurs et un peu sournois, la bouche gourmande, le nez en pied de marmite (Gide,Journal,1914, p. 491).Écumer la marmite (v. écumer B 1). Écumeur de marmite (v. écumeur A). Fourbir la marmite (région., v. fourbir B rem.).
Proverbe. Il n'y a pas si vieille marmite qui ne trouve son couvercle (v. ce mot A 1).
Rem. On relève deux loc. où marmite remplace l'usuel pot. Depuis toujours, les malheureux habitants de la terre paient les marmites cassées en leurs conflits, Kolikongbo tuant les amis de N'Gakoura, et N'Gakoura ceux de Kolikongbo (Maran, Batouala, 1921, p. 145). [Le connétable] était sourd comme une marmite (Druon, Lis et lion, 1960, p. 34).
2. Au fig. [En tant que symbole de la nourriture, de la subsistance]
a) Locutions
Faire bouillir la marmite. Assurer la subsistance, l'entretien d'un ménage. Cleiss m'a proposé des travaux qui suffiraient à faire bouillir la marmite, mais qui me prendraient tout mon temps (Duhamel,Notaire Havre,1933, p. 133).Ces rêves, ces projets avortés ne faisaient pas bouillir la marmite. Or Jean-Jacques (...) avait désormais une très grande marmite à faire bouillir (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 235).
La marmite est renversée (dans cette maison) (vieilli, fam.). On ne donne plus à dîner (dans cette maison). Il lui disait en finissant qu'il allait déjeuner dehors. En l'absence de Madame Fusellier, partie la veille pour Nevers, sa ville natale, la marmite était renversée (A. France,Lys rouge,1894, p. 310).
b) Pop. et vieilli. Prostituée qui fait vivre un souteneur. [La prostituée] est, selon qu'elle lui rapporte [au souteneur] plus ou moins d'argent, marmite de cuivre, de fonte, de carton, marmite qui fuit (Lucas,Dangers prostit.,1841, p. 31).Le jour de son arrivée au régiment Garnéro s'était rendu célèbre en s'amenant dans la cour du bastion 19 (...) avec tout un troupeau de filles, des radeuses et des marmites de La Fourche, où ce jeune marlou tenait ses ébats (Cendrars,Main coupée,1946, p. 98).
Marmite cassée, fêlée. Prostituée qui ne rapporte plus. Lorsqu'une de ces femmes tombe malade, ou qu'elle est entre les mains de la police, alors le souteneur a une de ses marmites cassée (Lucas,Dangers prostit.,1841p. 51).Le souteneur-voleur pratique le vol lorsque sa marmite est fêlée (Macé, 1887ds Larch. Nouv. Suppl. 1889, p.150).
B. − P. ext. et p. anal.
1. TECHNOL. Récipient où l'on fait chauffer, bouillir divers matériaux. L'opération finale a lieu dans les marmites soufflées (procédé Huntington-Héberlein) après addition de chaux ou de silice, suivant la nature du minerai (Guillet,Techn. métall.,1944, p. 24).
P. méton. Le contenu d'un tel récipient. Les marmites de goudron qui bouillaient et les feux de copeaux dont on flambait la carcasse des navires (Flaub.,Champs et grèves,1848, p.371).
Marmite de Papin, marmite autoclave, à pression, à vapeur. Récipient dont le couvercle ferme hermétiquement et dans lequel on peut porter l'eau ou tout autre liquide à des températures supérieures à celle de l'ébullition à l'air libre et obtenir ainsi de la vapeur sous pression. Synon. digesteur.On peut (...) considérer la marmite de Papin comme l'appareil de stérilisation de l'avenir (...) destiné (...) à prendre dans les laboratoires la place qu'occupe (...) en Allemagne le poêle à vapeur fluente (Ser,Phys. industr.,1890, p. 451).
IMPR. ,,Creuset, chauffé à l'électricité ou au gaz, qui contient, sur une linotype, le plomb en fusion destiné à la fonte des lignes-blocs`` (Voyenne 1967).
2. [P. anal. de forme]
a) GÉOL. Marmite de géants. Cavité circulaire, creusée dans le lit rocheux d'un cours d'eau par le mouvement tourbillonnaire de galets, de matériaux grossiers:
. Nous n'insistons pas sur les modalités des détails de l'érosion: gorges, cluses, combes, canons, méandres encaissés, marmites de géants, cheminée des fées, arches naturelles, etc. qui font la joie des touristes et l'illustration de tous les manuels. Combaluzier,Introd. géol.,1961, p. 78.
b) Arg. milit. (guerre de 1914-1918). Gros obus ennemi. Ses fatigues de fantassin, son séjour dans de «vraies» tranchées, sous les marmites, sa blessure, avaient entièrement assouvi son appétit de gloire militaire (Romains,Hommes bonne vol.,1938, p. 181).Le village en décombres. Deux cents marmites, tombées la veille. Nuit noire où s'élèvent les fusées éclairantes (Martin du G.,Thib., Épil., 1940, p. 984).
REM. 1.
Marmitage, subst. masc.,arg. a) Arg. milit. (guerre de 1914-1918). Bombardement d'artillerie dense et continu. Il partit donc, en profitant de ce qui lui sembla une légère accalmie locale du marmitage (Romains,Hommes bonne vol.,1938, p. 15).b) Hapax. Entretien d'un souteneur ou prostitution. J'ai certainement rencontré des femmes qui étaient nées pour le marmitage aussi sûrement qu'un musicien est né pour faire de la musique (J.-H. Rosny, Un Autre monde,1898, 216 ds Quem. DDL t.5).
2.
Marmitier, subst. masc.a) Vx. ,,Cuisinier`` (Boiste 1834). b) Personne qui fait des marmites. Alors que moi, tout marmitier... C'est un homme qui fait des marmites, vous dites, Eh bien, oui, je fais des marmites (Giono,Eau vive,1943, p. 15).
Prononc. et Orth.: [maʀmit]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1388 «récipient de terre cuite ou de métal dans lequel on fait bouillir de l'eau ou cuire des aliments» (Comptes de l'argenterie de Charles VI ds Havard); loc. a) 1609 nez en pied de marmite (Discours du Srde l'Espine ds Sat. fr. du XVIIes., éd. F. Fleuret et L. Perceau, t. 1, p. 33); b) 1623 faire bouillir la marmite «subvenir aux besoins de sa famille» (Ch. Sorel, Francion, p. 66 ds IGLF); 2. 1841 arg. «prostituée qui fait vivre un souteneur» (Lucas, Dangers prostit., p.31); 3. 1637 bombes ou grosses grenades [...] en forme de marmites de fer (J. Boyvin, Le Siège de la ville de Dole, p. 122); 1847 marmite «bombe» (Delacroix, Journal, p. 172); 1915 «gros obus» (Lambert, Lang. poilus, p. 23); 4. 1845 géol. marmites de géant (Comptes rendus de l'Ac. des Sciences, t. 20, p. 595). Substantivation de l'adj. a. fr. marmite «hypocrite» att. de ca 1223, Gautier de Coinci, Miracles Vierge, éd. V. F. Koenig, I Mir 10,1869, au 1ertiers du xives., Ovide moralisé, éd. C. de Boer, XIV, 740, comp. de mite «chat» (chattemite*) et de l'élém. onomatopéique marm-, à l'orig. de marmonner*, marmotter*, marmouser (marmouset*): l'évolution sém. s'explique par le fait que la marmite, profonde et fermée par un couvercle, cache son contenu aux curieux, p. oppos. p. ex. à la poêle, plate et ouverte (cf. all. Topfgucker, fr. fouillaupot* «curieux»; v. FEW t. 6, 2, p. 180). Fréq. abs. littér.: 520. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 254, b) 936; xxes.: a) 1434, b) 629.
DÉR.
Marmitée, subst. fém.,rare. a) Contenu d'une marmite. Synon. usuel marmite.Tous les jours il nous faisoit cuire des marmitées de cheval (...) qu'il avoit écorchés (P. Leclair,Hist. brig. et assass. Orgères,1800, p. 100).Martin s'est dressé et, ce faisant, il a renversé la marmitée d'eau (Cendrars,Homme foudr.,1945, p. 260).b) Bombardement. «(...) nous attendons qu'on nous dise de faire aut'chose que d'tirer.» Le type (...) avait l'air pas rassuré et s'en r'ssentait pas pour la marmitée (Barbusse,Feu,1916, p. 61). [maʀmite]. 1reattest. fin xvies.-début xviies. (Journal de l'Estoile pour le règne de Henri IV, éd. L.-R. Lefèvre, juill. 1590, p. 56); de marmite, suff. -ée*.
BBG. Mack. t. 2 1939, p. 244. _ Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 170.

Wiktionnaire

Nom commun

marmite \maʁ.mit\ féminin

  1. Récipient de terre ou de métal, où l’on fait ordinairement cuire les viandes dont le bouillon sert à faire le potage.
    • Des racines coupées et des feuilles de betteraves, bouillant dans une marmite sur le feu, mêlaient leur parfum âcre à l’odeur de renfermé qui semblait stagner dans les encoignures. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Lorsque je me réveillai, le lendemain, ma mère attisait le feu sous la marmite où cuisait la soupe. — (Eugène Le Roy, Jacquou le Croquant, chapitre Ier.)
    • À trois heures et demie, le pot-au-feu bouillait dans une grosse marmite, prêtée par le restaurant d’à côté. — (Émile Zola, L’Assommoir, chapitre VII)
    • Première sorcière. — Tournons en rond autour de la chaudière, et jetons dans ses entrailles empoisonnées.
      Crapaud, qui, pendant trente et un jours et trente et une nuits,
      Endormi sous la plus froide pierre,
      T’es rempli d’un âcre venin,
      Bous le premier dans la marmite enchantée.
      Les trois sorcières ensemble. — Redoublons, redoublons de travail et de soins :
      Feu, brûle ; et chaudière, bouillonne.
      — (William Shakespeare, Macbeth, acte IV scène I)
  2. (Par métonymie) Marmitée, ce que la marmite contient.
    • On leur distribua une grande marmite de soupe.
  3. (Par extension) Nourriture, subsistance.
    • Faire bouillir la marmite.
  4. (Argot militaire) Obus de gros calibre.
    • Je suis maintenant observateur et dans un observatoire situé sur une crête désolée arrosée par les marmites. — (Guillaume Apollinaire, lettre à Madeleine Pagès du 30 août 1915)
    • Et la brigade demeura en Belgique. […]. Les plus frénétiques arrosages de shrapnells et de marmites n’ébranlaient pas sa constance. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.91)
    • Mais le 10 juin 15, pendant l’offensive de l’Artois, à Hébuterne, une marmite l’a éventré sans réplique. — (Henri Barbusse, Le fusillé vivant, dans Faits divers, 1928)
  5. (Argot) Prostituée qui entretient un souteneur.
    • Les prêtres s’entendent à merveille pour procurer de riches dots aux nobles appau­vris, au point qu’on a pu accuser l’Église de considérer le mariage comme un accouplement de gentilshommes vivant en marlous et de bourgeoises réduites au rôle de marmites. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.340)
    • L’argent va, vient, tourne… Le barbeau puise dans sa marmite et il éparpille ses fafiots chez le bistrot ou au champ de course… Ce qui vient de la pute s’en va par le… par le… eh ! par le calembour… — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 175-176)

Forme de verbe

marmite \maʁ.mit\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de marmiter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de marmiter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de marmiter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de marmiter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de marmiter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARMITE. n. f.
Vase de terre ou de métal, où l'on fait ordinairement cuire les viandes dont le bouillon sert à faire le potage. Marmite de cuivre, de fonte, de terre. Grande, petite marmite. Une marmite pleine. La marmite bout. Écumer la marmite. Couvercle, pied de marmite. Il se dit aussi de Ce que la marmite contient. On leur distribua une grande marmite de soupe. Fig. et fam., La marmite bout, la marmite est bonne dans cette maison, On y fait bonne chère. Fig. et fam., La marmite est renversée dans cette maison, Le maître de cette maison ne donne plus à dîner. Fam., Cela fait bouillir, fait aller, sert à faire bouillir, aide à faire bouillir la marmite, se dit de Ce qui contribue particulièrement à faire subsister une maison. Cette augmentation de salaire l'aidera à faire bouillir la marmite. Fam., Avoir le nez en pied de marmite, Avoir le nez large par en bas et retroussé. Fig. et fam., Un écumeur de marmites, Un parasite. En termes de Physique, Marmite de Papin, Vase de métal très épais, dont le couvercle ferme hermétiquement, et dans lequel on peut porter l'eau à la plus haute température. Marmite autoclave, Marmite où l'on fait cuire les aliments sans évaporation. En termes de Guerre. Marmite se dit dans le langage familier d'un Obus de gros calibre. Une pluie de marmites.

Littré (1872-1877)

MARMITE (mar-mi-t') s. f.
  • 1Vaisseau en terre ou en métal où l'on fait bouillir les viandes dont on fait du potage. Et nous les réduirons [les loups et autres carnassiers] Aux mets de l'âge d'or autant que nous pourrons ! Ils n'auront ni croc ni marmite ! La Fontaine, Fabl. X, 6.

    Écumer la marmite, enlever avec l'écumoire les crasses qui s'amassent au-dessus du bouillon quand on fait bouillir des viandes ; et fig. manger, faire un repas pour rien. Il en était de même de la soupe aux pois chiches qui se fabriquait chez le saint diacre [le diacre Paris], où tous ses disciples allaient écumer la marmite à tour de rôle, Decourchamp, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. III, ch. 2.

    La marmite est bonne, la marmite bout en cette maison, c'est-à-dire on y fait bonne chère.

    La marmite est renversée, se dit d'une maison où l'on cesse de donner à dîner. Il se trouvera fort bien de la marmite renversée de M. de la Rochefoucauld ; cette abondance le faisait mourir, Sévigné, 488.

    Il signifie aussi : cette maison, cette personne est ruinée. Le désordre des affaires et de la conduite de leur père avait tellement renversé leur marmite, que très souvent elles n'avaient pas à dîner chez elles, Saint-Simon, 96, 14. Dès que les parasites ont vu sa marmite renversée, ils ont disparu de chez lui, Lesage, Diable boit. ch. 17, dans POUGENS.

    Familièrement. Cela fait bouillir, fait aller, sert à faire bouillir, aide à faire bouillir la marmite, à graisser la marmite, se dit de ce qui contribue surtout à faire subsister une maison. Je ne sais si chez vous amour règne en vainqueur, Et si son feu vous brûle, agréable Carite ; Mais, s'il ne brûle votre cœur, Il fait bouillir votre marmite, Cailly, dans RICHELET.

    Nez fait en pied de marmite, nez dont le bas est large et qui est retroussé.

  • 2Ce que la marmite contient. On leur distribua une grande marmite de soupe, de pois, de fèves.

    Sœurs de la marmite, sœurs de charité qui distribuent des bouillons aux malades.

  • 3Écumeur de marmite, écornifleur, parasite.
  • 4Marmite de Papin, vase de métal très épais, dont le couvercle ferme hermétiquement, et dans lequel on peut porter l'eau à la plus haute température. Lorsque, dans un vaisseau bien fermé, tel que celui de la marmite de Papin, on la pénètre [l'eau] d'une assez grande quantité de feu pour la rendre lumineuse, et capable de fondre le plomb et l'étain, Buffon, Min. t. VI, p. 95.

    Marmite autoclave, marmite de Papin, à ouverture elliptique, et fermée par un couvercle de même forme, mais plus grand et maintenu en dedans de l'appareil par la pression de la vapeur.

  • 5Marmite américaine, vase dans lequel on peut cuire des aliments à la seule vapeur et sans les plonger dans l'eau bouillante. La marmite à vapeur qui donne chaque minute un potage gras, lorsqu'on sait la gouverner, mais éclate et vous tue si vous n'y prenez garde, voilà l'affaire, voilà mon représentatif… si vous l'eussiez eue, cette marmite représentative, au temps de l'île de Léon, l'argent ne vous eût point manqué, Courier, Pièce diplomatique.

    Marmite de janissaires, ustensiles de cuisine dont était pourvu chaque corps de janissaires.

  • 6Ustensile pour brûler l'huile à faire le noir qu'emploient les imprimeurs en taille-douce.

    Vase de fonte dans lequel les plombiers font fondre leur plomb.

  • 7 Terme de géologie. Marmites de géant, creux arrondis, profonds, à parois lisses, qui se trouvent dans certaines roches dures.
  • 8Marmite de singe, nom vulgaire, à Cayenne, de quelques espèces de quatelé dont les singes mangent les graines.

HISTORIQUE

XIVe s. À Guillemin Porquet, chauderonnier, pour un grand pot, appellé marmite, tenant deux seaulx d'eaue, De Laborde, Émaux, p. 382.

XVIe s. Puis s'adressant aux deputez du clergé et de la noblesse, leur dit qu'il avoit bien senti qu'on leur avoit fait entendre que l'hospital de la noblesse estoit le temporel du clergé, comme si le gentilhomme avoit le principal de son bien fondé sur la marmite, Froumenteau, Finances, IIIe livre, p. 426. La marmitte a les pieds en haut, Oudin, Curios. franç.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MARMITE. Ajoutez : - HIST. XVIe s. À Antoine Martin, l'un des fauconniers du roy, pour sa depense pour huit jours durant que la marmite fut renversée, Notes extraites des comptes de Jeanne d'Albret et de ses enfants, dans Rev. d'Aquitaine, mai 1867, p. 548.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MARMITE, s. f. (Cuisine.) est un ustensile de cuisine, de fer, de fonte, ou de cuivre, profond, & fermé d’un couvercle. On en voit qui ont trois piés, & ce sont plus communément celles de fer ou de fonte, & d’autres qui n’en ont point, comme celles de cuivre.

Marmite, (Hydr.) est un coffre ou tambour de plomb qui se met au milieu d’un bassin, orné de plusieurs jets dardans, soudés sur un tuyau, tournant autour du centre rempli d’un groupe de figures. (K)

Marmite a feu, terme & outil de Ferblantier. Cette marmite est de fonte, d’un pié & demi de circonférence, dans laquelle les Ferblantiers mettent de la cendre & du charbon de bois pour faire chauffer les fers à souder. Voyez la fig. dans les Pl. du Ferblantier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « marmite »

(XIVe siècle) Substantivation de l’ancien français marmite (« hypocrite ») attesté en 1223. Mot composé de mite (« chat » → voir chattemite) et de l’élément onomatopéique marm-, qui donne marmonner, marmotter, marmot, marmouset). Le glissement de sens s’explique par le fait que la marmite, profonde et fermée par un couvercle, cache son contenu aux curieux, contrairement à la poêle, plate et ouverte. Comparez avec l’allemand Topfgucker, le français fouillaupot (« curieux »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lombard, marmita ; espagn. marmita, marmite. Origine inconnue. On tire l'espagnol de marmo, marbre, la marmite ayant été d'abord un vase de marbre ; mais cela est fort douteux. Du Cange a marmita ecclesiæ, serviteur d'église ; mais la leçon n'est pas sûre, et ailleurs on trouve dans le même sens marotimus ; il serait peu sûr de fonder des conjectures là-dessus. Diez trouve le plus de vraisemblance soit dans l'opinion de Frisch, qui voit une onomatopée dans marmite, tirée du bouillonnement (marmotter), soit dans celle de Marina, qui le tire de l'arabe marmid, lieu où l'on cuit de la viande. Si l'on était sûr que le lombard et l'espagnol ne sont pas anciens, on pourrait les croire tirés du français, et admettre que le français lui-même, né vers le XIVe siècle, n'est qu'une application plaisante et figurée de l'ancien français marmite (voy. MARMITEUX) à un vase qu'on remplit d'eau, et qu'on a comparé au piteux aspect du marmiteux, du papelard.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « marmite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
marmite marmit

Citations contenant le mot « marmite »

  • Quand la femme ne sert plus de marmite, elle sert de couvercle. De Miguel de Cervantès / Nouvelles exemplaires
  • Il ne faut pas laisser voir ce qui bout dans sa marmite. De Proverbe québécois
  • La terre est une grande marmite, et les hommes sont la viande. De Proverbe malgache
  • Des poissons qui sont dans une même marmite, on ne peut tirer qu’un même bouillon. De Proverbe malgache
  • Le Ciel ! Couvercle noir de la grande marmite Où bout l'imperceptible et vaste Humanité. De Charles Baudelaire / Le Couvercle
  • La vie est comme le fumet qui s’échappe de la marmite, on veut y faire attention et déjà il n’est plus là. De Proverbe malgache
  • La marmite des camarades cesse vite de bouillir et, quand les affaires se gâtent, adieu les amis ! Pétrone en latin Caius Petronius Arbiter, Satiricon, chap. 38
  • La beauté ne sale pas la marmite. De Proverbe français
  • Le meilleur médecin est la marmite. De Proverbe savoyard
  • Lorsque la marmite bout, l’amitié fleurit. De Proverbe anglais
  • La chaleur du lit ne fait pas bouillir la marmite. De Proverbe piémontais
  • Quand la marmite bouille trop fort, ça finit par sauter. De Proverbe québécois
  • Il n'y a si laide marmite qu'elle ne trouve son couvercle. De Miguel de Cervantès
  • Une truite dans la marmite vaut plus que deux saumons dans la rivière. De Proverbe irlandais
  • Il faut lever le couvercle de la marmite pour savoir ce qui bout dedans. De Proverbe guadeloupéen
  • Il n'est pas de cuillère qui ne heurte jamais le bord de la marmite. De Proverbe chinois
  • Mondial Céramique marmite à soupe marché 2020: le nouveau rapport de recherche ajoute dans la base de données Rapports de précision. Ce rapport de recherche répartis sur les pages, de résumer les entreprises et les supports Top avec des tables et des chiffres. Rapport final ajoutera lanalyse de limpact des Covid-19 sur cette industrie. , Céramique marmite à soupe Tendance du marché, et le rapport Prévisions 2020 Emphase sur les principaux acteurs, la méthodologie de recherche, profit, capacité, production et prévisions 2023 – MillauJournal
  • Grand père, père, oncles rugbymen, Raphaël est tombé tout petit dans la marmite de l’ovale. Dans l’école de rugby de son village jumelée avec celle du voisin, Sigean-La Nouvelle, le gamin fait ses classes avant de rejoindre le RC Narbonne en cadet. Repéré par les agents recruteurs catalans, notre Audois rejoignait la préfecture des P.-O. voilà tout juste 10 ans, en junior. Passé par les espoirs, le jeune Carbou a évolué durant six saisons dans l’équipe pro dont le point d’orgue fut le titre de champion de France de Pro D2 à l’issue de la saison 2017-2018 aux dépens de Grenoble, lui ouvrant les portes du Top14. ladepeche.fr, L’Audois de l’Usap a rejoint Carcassonne - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « marmite »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « marmite »

Langue Traduction
Anglais cooking pot
Espagnol olla
Italien pentola
Allemand kochtopf
Chinois 烹饪锅
Arabe وعاء الطبخ
Portugais panela
Russe кастрюля
Japonais 調理鍋
Basque egosteko eltzea
Corse pignata
Source : Google Translate API

Synonymes de « marmite »

Source : synonymes de marmite sur lebonsynonyme.fr

Marmite

Retour au sommaire ➦

Partager