La langue française

Lice

Sommaire

  • Définitions du mot lice
  • Étymologie de « lice »
  • Phonétique de « lice »
  • Citations contenant le mot « lice »
  • Images d'illustration du mot « lice »
  • Traductions du mot « lice »
  • Synonymes de « lice »

Définitions du mot « lice »

Trésor de la Langue Française informatisé

LICE1, subst. fém.

A. −
1. HIST. Espace entouré de palissades où se déroulaient les tournois, les joutes au Moyen Âge. Descendre, rentrer dans la lice, en lice; quitter la lice; combattants en lice. Les deux champions entrés en lice n'en venoient aux mains qu'après s'être harangués l'un l'autre (Cottin, Mathilde, t. 2, 1805, p. 39):
Les fanfares sonnent, les barrières s'abaissent. Cent chevaliers s'élancent des deux extrémités de la lice, et se rencontrent au milieu. Les lances volent en éclats; front contre front, les chevaux se heurtent, et tombent. Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 493.
P. anal. Synon. de arène, piste.Cela suffisait pour se monter une baraque [pour un combat] (...) il y charria du sable, y planta circulairement des piquets reliés entre eux par des cordes, y disposa la lice (Cladel, Ompdrailles,1879, p. 116).Le cirque envahi se vida en un clin d'œil et une des bêtes entra dans la lice, accueillie par de frénétiques hourras (A. Daudet, Port-Tarascon,1890, p. 167).
En partic., au plur. Enceinte extérieure faite de palissades défendant l'accès des châteaux-forts; p. méton., l'espace entre le rempart et cette enceinte. Souvent les lices étaient défendues par un fossé et même étaient séparées de la place par un second fossé (Chabat1881).
2. Au fig.
a) Champ d'action. Synon. carrière.Entre ces deux bornes [Constantinople et Rome], le monde civilisé étoit la lice ouverte à leurs courses [des Goths] (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist., t. 2, 1831, p. 175).J'étais encore un tout jeune homme pâle, Et (...) j'allais entrer dans la lice fatale (Hugo, Quatre vents esprit,1881, p. 17).
b) Lieu, situation où l'on s'affronte à d'autres personnes, à quelque chose. Synon. arène.Lice oratoire, parlementaire. C'était un grand avocat de Sorbonne; son vrai cadre ne sort point de cette lice; il l'y fallait voir, héroïque jouteur, courir et lutter (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 175).
Locutions
Entrer dans la lice, en lice; descendre dans la lice. S'engager, intervenir dans une compétition, un débat d'idées, une situation conflictuelle. Rubens entre en lice : joignant à la leçon de Bruegel, celle des fondateurs de la peinture baroque italienne (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 151).Il s'agissait de faire triompher une cause dont les adversaires ou les tenants entraient en lice pour attaquer ou défendre la sincérité des textes allégués (L'Hist. et ses méth.,1961, p. 636).Entrer en lice avec, contre qqn. Entreprendre de débattre avec quelqu'un, s'engager contre quelqu'un. Avant d'entrer en lice contre une intelligence si subtile, j'aurais dû sans doute fourbir à neuf mon arsenal théologique (Feuillet, Sibylle,1863, p. 74).Il se présenta toutefois un surveillant (...) qui eut l'assurance d'entrer en lice avec M. de Bérulle; mais dès la seconde réponse, il fut tellement étonné qu'il rendit les armes (Bremond, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 12).
(Être) en lice. (Être) engagé dans une compétition, un débat d'idées, une situation conflictuelle. Les deux parrains du parfumeur, en lice dans le champ des faillites (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 339).
Se retirer, sortir de la lice. Se retirer d'une compétition, d'un débat d'idées, d'une situation conflictuelle. J'ai jugé que (...) sortir de la lice des discussions contemporaines et m'enfoncer dans l'antiquité, c'était déserter mon poste et la cause de la vraie philosophie (Cousin, Cours d'hist. philos. mod., t. 2, 1847, p. 3).Il me dit qu'il s'est retiré de bonne heure de la lice et blâme les artistes qui s'exposent trop longtemps à la critique (Delacroix, Journal,1861, p. 321).
B. − Synon. de lisse3(v. ce mot B).
1. Pièce de bois assemblée horizontalement sur des poteaux, servant de main courante dans un garde-fou ou servant à former une barrière. Les montants de châssis mobiles reçoivent une traverse de 0,10 cm X 0,14 cm, la lice, formant garde fou (Moynet, Machinerie théâtr.,1893, p. 39).
P. méton. Barrière. Une petite place en gazon, ceinte de lices blanches, éternellement à l'ombre des grands arbres (Martin du G., Thib., Belles sais., 1923, p. 902).
2. SPORTS. Palissade entourant un champ de course; bordure marquant la limite intérieure d'une piste d'athlétisme. Chaque athlète se retrouve, après cent mètres de course, en ligne droite et prend sa place dans le peloton qui se regroupe près de la lice (Jeux et sports,1967, p. 1241).
REM.
Lice, subst. fém.,,Nom donné à certains caveaux chantants au xixesiècle`` (Lar. 19e). Membre de ces bas caveaux qu'on appelle des lices, il connaissait tous les airs, toutes les chansons (Goncourt, G. Lacerteux,1864, p. 206).
Prononc. et Orth. : [lis]. Homon. lis, lisse. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) ca 1150 « barrière, palissade » (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 5446); b) 1691 « barrière qui borde la carrière d'un manège, d'un garde-fou » (A. Ch. d'Aviler, Cours d'archit..., t. 2, p. 648); 2. a) 1278 « champ clos où se déroulent les joutes » (Sarrazin, Ham, éd. A. Henry, 2484); b) 1538 « carrière où se font les courses » (Est., s.v. hippodromus); 3. 1585 entrer en lice « combattre » (Garnier, Bradamante, IV, 5, 1416 ds Les Tragédies, éd. W. Foerster, IV, p. 57); 1622 au fig. « intervenir dans un débat » (Les Caquets de l'Accouchée, éd. Éd. Fournier, p. 214). Du frq. *listia, dér. de *lista, v. liste. Fréq. abs. littér. : 175. Bbg. Archit. 1972, p. 167. - Quem. DDL t. 9.

LICE3, subst. fém.

Femelle d'un chien de chasse. Pati-Pati n'a rien de ces lices vautrées, tout en ventre et en tétines, qui s'absorbent, béates, en leur tâche auguste (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 222).
Prononc. et Orth. : [lis]. Att. ds Ac. dep. 1740. Homon. lis, lisse. Étymol. et Hist. 1174-76 (Renart, éd. M. Roques, VIIb, 6921). Prob. d'un lat. pop. *licia, du lat. lycisca, nom de chienne, fém. de lyciscus « chien-loup », avec altération par retranchement de suffixe.

Wiktionnaire

Nom commun 1

lice \lis\ féminin

  1. À l'origine, palissades en bois construite aux pieds des fortifications, et destinées tant à en interdire l’accès immédiat, qu'à agrandir l'espace.
  2. (Par extension) Espace entouré de palissades dans lequel se déroulaient les joutes au Moyen Âge.
    • Une grande lice bordée d'amphithéâtres magnifiquement ornés fut formée à quelques lieues de la ville. Les combattants devaient s'y rendre armés de toutes pièces. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XVII. Les combats, 1748)
    • La lice préparée pour le tir de l’arc était une plaine qui s’étendait du château de Clèves jusqu’aux bords du Rhin. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
  3. (Spécifiquement) (Par métonymie) Les joutes elles-mêmes.
    • On trouve chez François Villon « amoureuses lices », métaphore érotique.
  4. (Fortifications) Espace de terrain laissé libre entre deux enceintes dans les châteaux-forts ou les forteresses.
    • En s’avançant dans les lices, entre les deux enceintes, la première tour que l’on rencontre à droite, à la suite de la porte Narbonnaise, est la tour nº 21, dite du Treshaut, […]. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  5. (Sport) Palissade entourant les champs de course ; bordure délimitant la limite intérieure d’une piste d’athlétisme.
  6. (Sports de glisse) Enceinte à ciel ouvert aménagée pour le patinage à roulettes.
  7. Variante orthographique de lisse (fil métallique de métier à tisser).

Nom commun 2

lice \lis\ féminin

  1. Chienne reproductrice, femelle d’un chien de chasse.
    • À qui vit aux champs et se sert de ses yeux, tout devient miraculeux et simple. Il y a beau temps que nous trouvions naturel qu’une lice nourrît un jeune chat […] — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 48.)
    1. Lice nouée : Femelle de chien de chasse ayant été fécondée.
    • Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,
      Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,
      Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,
      Dans la ménagerie infâme de nos vices,
      Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde!
      — (Charles Baudelaire; « Au Lecteur » in Les Fleurs du Mal, 1857)

Nom commun 3

lice \lis\ féminin

  1. Variante de lisse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LICE. n. f.
Il se disait d'une Palissade qui entourait l'espace préparé pour les courses de tête ou de bague, pour les tournois, les combats à la barrière, et autres exercices de ce genre. Ouvrir, fermer la lice. La lice est ouverte. Il se disait, par extension, de cet Espace lui-même. Entrer dans la lice, en lice. Cette dernière phrase signifie figurément Prendre part à un débat, intervenir dans une discussion, dans une contestation publique, soit de vive voix, soit par écrit. Il n'a point osé entrer en lice dans un débat d'une telle importance. Il n'a pas craint d'entrer en lice contre un si redoutable adversaire. Il se dit aussi parfois des Lieux où se passent les discussions.

Littré (1872-1877)

LICE (li-s') s. f.
  • 1Lieu préparé pour les courses, les combats, les tournois. Il suffit qu'une fois il entre dans la lice, Corneille, Cid, IV, 5. Sire, à tout combattant la lice était ouverte, Th. Corneille, Geôlier de soi-même, II, 3. Une grande lice, bordée d'amphithéâtres magnifiquement ornés, fut formée à quelques lieues de la ville, Voltaire, Zadig, 19. Déjà la lice est ouverte ; Les clercs en ont fait le tour ; La bannière blanche et verte Flotte au front de chaque tour, Hugo, Odes, le Chant du tournoi.
  • 2 Fig. Il se dit en parlant de discussions publiques, soit de vive voix, soit par écrit, ou de contestations publiques. Il a fui honteusement la lice. Non pour entrer en lice contre personne, Pascal, Prov. III. En faisant courir la même lice à tant de prétendants, Rousseau, Orig. II.
  • 3Il se dit aussi des lieux où il y a, en quelque sorte, joute de parole. Le barreau est une lice ouverte à l'éloquence.
  • 4 Terme de charpente. Pièce de bois assemblée horizontalement dans les poteaux d'une barrière d'appui au pourtour d'une cour.
  • 5Garde-fous d'un pont de bois.

    Barrière qui borde la carrière d'un manége.

HISTORIQUE

XIIe s. Devant les lices commence li hustins, Garin, dans DU CANGE, liciae.

XIIIe s. Il fermerent tout l'ost de mout bones lices, de bons mairiens et bonnes barres, Villehardouin, LXXV. Et toutes voies crestien hourderent et firent fosses et boines liches par deviers la berrie [campagne], Chr. de Rains, 90.

XIVe s. Pour la reparation de touz leurs molins, lices et chaucies, Du Cange, licia. En un manoir… accoustumé est… que les gens du païs s'y assemblent le jour de la nostre dame de la mi-aoust, pour faire lices, caroles, dances et plusieurs autres esbatemens, Du Cange, ib. Jehan de Dinant vist passer de son hostel le dit Jehan Ternue, et le poursui jusques aux lices de l'eglise nostre dame de Reins, Du Cange, ib.

XVe s. Trop à doubter sont notre malefice, Ce que la char est trop habandonnée à touz deliz sans avoir frain ne lice, Deschamps, Poésies mss. f° 299.

XVIe s. Es lices et lieux ordonnez à piquer chevaulx, Amyot, Philop. 14. Courir en lice à qui gaigneroit le prix de la course double, Amyot, Démétr. 23. Et luy imputa l'on ou qu'il fuyoit la lice, ou que hors de saison il se vouloit monstrer à des estrangers, Amyot, ib. 21. Desmenans joye sans bornes et sans lyce, Marot, V, 355. J'en treuve, qui se mettent inconsideréement et furieusement en lice, et s'alentissent en la course, Montaigne, IV, 168. …Et percer les planchers de quelques chambres sur la muraille, où il s'estoit retiré des soldats, entr'autres deux qui crioient secours vers les basses lisses, D'Aubigné, Hist. II, 441.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. LICE. Ajoutez :
4Nom donné à certains caveaux chantants. Membre de ces bas caveaux qu'on appelle des lices, il connaissait tous les airs, toutes les chansons, et il chantait sans se lasser, Mm. de Goncourt, Germinie Lacerteux, ch. XLIX.
5Dans la fortification du moyen âge, espace libre laissé entre l'enceinte extérieure et l'enceinte intérieure.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LICE, s. f. (Gramm.) champ clos ou carriere où les anciens chevaliers combattoient soit à outrance, soit par galanterie, dans les joûtes & les tournois. C’est aussi une simple carriere à courre la bague, & à disputer le prix de la course à pié ou à cheval. Lice dans les maneges est une barriere de bois qui borde & termine la carriere du manege.

Lices, (Vennerie.) on appelle ainsi les chiennes courantes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lice »

(Nom 1) Du vieux-francique *līstia « bord, bordure » (cf. néerlandais lijst), apparenté à l’allemand Leiste → voir liste.
(Nom 2) Du latin populaire *licia dérivé de lycisca → voir lyciscus (« chien-loup »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, lices, ensemble de poteaux formant une clôture continue ; provenç. laissa, layssa, lissa ; esp. liza ; ital. lizza, liccia ; bas-latin, licia, pieu, liciæ, défense mise autour d'un camp, d'une ville. Origine incertaine. Du Cange le tire du latin licium, trame, à cause que les pieux sont rangés comme les fils dans une trame ; étymologie que Diez rejette parce que le sens n'est pas satisfaisant. Diez conjecture le moyen haut allemand letze, rempart, mais il remarque lui-même que le changement de l'e en i n'est pas facile. On a indiqué le bas-breton les, lice, mais on ne sait si les n'est pas un emprunt fait aux langues romanes ; d'après la Villemarqué, Contes bretons, t. II, p. 287, lis ! lis ! est encore en Bretagne le signal du combat au bâton qui se livre pendant la nuit des morts. Scheler remarquant qu'en anglais lice se dit list, propose de regarder lisse comme la bonne orthographe, et d'admettre que lisse est pour liste dans son sens primitif de barrière, clôture. Tout considéré, l'opinion de du Cange reste la meilleure et très probable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lice lis

Citations contenant le mot « lice »

  • Pour ce faire, la date butoir du 13 juillet a été posée et depuis quelques jours, c’est donc officiel : la liste emmenée par le Géromois Bolmont est la seule en lice. Sauf surprise, l’ancien trésorier général de la Ligue de Lorraine devrait donc repartir pour un second mandat à la tête de l’instance départementale. , Sport lorrain | L’équipe sortante de Gilles Bolmont seule en lice
  • Le château et les jardins de Villandry sont en lice pour participer à l’émission « le monument préféré des Français » sur @France3tv L’édifice tourangeau représentera la région Centre Val de Loire. Vous pouvez voter pour le château jusqu’au 26 juillet @CJ_Villandrypic.twitter.com/8AapdfUqyZ France Bleu, Indre-et-Loire : Le château et les jardins de Villandry en lice pour devenir " monument préféré des Français"

Images d'illustration du mot « lice »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lice »

Langue Traduction
Anglais contender
Espagnol contendiente
Italien contendente
Allemand anwärter
Chinois 竞争者
Arabe المنافس
Portugais contendor
Russe соперник
Japonais 候補者
Basque contender
Corse contendente
Source : Google Translate API

Synonymes de « lice »

Source : synonymes de lice sur lebonsynonyme.fr
Partager