La langue française

Léproserie

Sommaire

  • Définitions du mot léproserie
  • Étymologie de « léproserie »
  • Phonétique de « léproserie »
  • Citations contenant le mot « léproserie »
  • Images d'illustration du mot « léproserie »
  • Traductions du mot « léproserie »
  • Synonymes de « léproserie »

Définitions du mot léproserie

Trésor de la Langue Française informatisé

LÉPROSERIE, subst. fém.

Hospice où l'on isole et soigne les lépreux. Synon. ladrerie, maladrerie (vx).La léproserie de l'hôpital St Louis. Il [un monastère] entretenait plusieurs léproseries dans ses environs et il était habité par plus de trois cents moines (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 140).Chécy qui était alors un très gros bourg, ayant deux églises, un Hôtel-Dieu, une léproserie (France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 311):
À Damas, il existe encore une léproserie; je vous fais grâce des monstres que j'y ai vus; les têtes que j'ai regardées, verdissantes dans les bocaux du musée de Leyde, sont gracieuses et d'un agréable souvenir en comparaison de ces êtres innommables qui me demandaient l'aumône avec une voix sans palais, sans lèvre, sans langue et sans dents... Du Camp, Hollande,1859, p. 130.
P. anal. Alexis avait souhaité un endroit aussi isolé que possible, et la pension de famille était, en effet, dans une maison isolée (...). Alexis avait espéré la solitude, mais ce qu'il avait trouvé était une léproserie au bout du monde, les autres pensionnaires étant de haïssables compagnons de malheur (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 148).
Prononc. et Orth. : [lepʀozʀi]. [lε-] p. anal. avec lèpre (Martinet-Walter 1973). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1568 leprosarie (Pardoux de Prat, Adnotations ez. ord. de Moulins, 210 ds Delb. Notes mss); 1611 leproserie (Cotgr.). Empr. au lat. médiév.leprosaria, leprosoria (xiiies. ds Latham), dér. du lat. class. leprosus, v. lépreux. Fréq. abs. littér. : 19. Bbg. Delb. Matér. 1880, p. 189.

Wiktionnaire

Nom commun

léproserie \le.pʁo.zʁi\ ou \lɛ.pʁo.zʁi\ féminin

  1. Hôpital pour les lépreux.
    • La motivation des six était la cupidité et le dégoût de voir s’installer une léproserie à Antonio Bay. — (Article « Fog (film, 1980) » sur Wikipédia)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LÉPROSERIE. n. f.
Hôpital pour les lépreux.

Littré (1872-1877)

LÉPROSERIE (lé-prô-ze-rie) s. f.
  • Hôpital pour les lépreux. Les hôpitaux nommés léproseries étaient déjà très nombreux [sous Charlemagne], Voltaire, Mœurs, 19. Le testament de Louis VIII mérite seulement quelque attention ; il lègue cent sous à chacune des deux mille léproseries de son royaume, Voltaire, ib. 41.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LÉPROSERIE, s. f. (Hist.) MALADRERIE ; mais ce terme ne se soutient plus que dans le style du palais, dans les actes & dans les titres, pour signifier une maladrerie en général. En effet, il ne s’appliquoit autrefois qu’aux seuls hôpitaux, destinés pour les lépreux. Matthieu Paris comptoit dix-neuf mille de ces hôpitaux dans la chrétienté, & cela pouvoit bien être, puisque Louis VIII. dans son testament fait en 1225, légue cent sols, qui reviennent à environ 84 livres d’aujourd’hui, à chacune des deux mille léproseries de son royaume.

La maladie pour laquelle on fit bâtir ce nombre prodigieux d’hôpitaux, a toujours eu, comme la peste, son siege principal en Egypte, d’où elle passa chez les Juifs, qui tirerent des Egyptiens les mêmes pratiques pour s’en préserver ; mais nous n’avons pas eu l’avantage d’en être instruits.

Il paroit que Moïse ne prescrit point de remedes naturels pour guérir la lepre, il renvoie les malades entre les mains des prêtres ; & d’ailleurs il caracterise assez bien la maladie, mais non pas avec l’exactitude d’Arétée parmi les Grecs, liv. IV. chap. xiij. & de Celse parmi les Romains, liv. III. chap. xxv.

Prosper Alpin remarque que dans son tems, c’est-à-dire, sur la fin du seizieme siecle, la lepre étoit encore commune en Egypte. Nos voyageurs modernes, & en particulier Manndrel, disent qu’en Orient & dans la Palestine, ce mal attaque principalement les jambes, qui deviennent enflées, écailleuses & ulcéreuses.

Le D. Townes a observé qu’une pareille lépre regne parmi les esclaves en Nigritie ; l’enflure de leurs jambes, & les écailles qui les couvrent vont toujours en augmentant ; & quoique cette écorce écailleuse paroisse dure & insensible, cependant pour peu qu’on en effleure la surface avec la lancette, le sang en sort librement. On a tenté jusqu’à ce jour sans succès la cure de ce mal éléphantiatique.

L’histoire raconte que les soldats de Pompée revenant de Syrie, rapporterent pour la premiere fois en Italie, une maladie assez semblable à la lépre même. Aucun reglement fait alors pour en arrêter les progrès, n’est parvenu jusqu’à nous ; mais il y a beaucoup d’apparence qu’on fit des reglemens utiles, puisque ce mal fut suspendu jusqu’au tems des Lombards.

Rotharis qui les gouvernoit avec tant de gloire au milieu du septieme siecle, ayant été instruit de l’étendue & des ravages de cette maladie, trouva le moyen le plus propre d’y couper court. Il ne se contenta pas de reléguer les malades dans un endroit particulier, il ordonna de plus, que tout lépreux chassé de sa maison, ne pourroit disposer de ses biens, parce-que du moment qu’il avoit été mis hors de sa maison, il étoit censé mort. C’est ainsi que pour empêcher toute communication avec les lépreux, sa loi les rendit incapables des effets civils.

Je pense avec M. de Montesquieu, que ce mal reprit naissance pour la seconde fois en Italie, par les conquêtes des empereurs Grecs, dans les armées desquels il y avoit des milices de la Palestine & de l’Egypte. Quoi qu’il en soit, les progrès en furent arrêtés jusqu’au tems malheureux des croisades, qui répandirent la lepre, non pas dans un seul coin de l’Europe, mais dans tous les pays qui la composent, & pour lors, on établit par-tout des léproseries.

Ainsi les chrétiens après avoir élevé de nouveaux royaumes de courte durée, dépeuplé le monde, ravagé la terre, commis tant de crimes, de grandes & d’infâmes actions, ne rapporterent enfin que la lepre pour fruit de leurs entreprises. Cette cruelle maladie dura long-tems par son étendue dans le corps du petit peuple, par le manque de connoissance dans la maniere de la traiter, par le peu d’usage du linge, & par la pauvreté des pays, ou pour mieux dire leur extrême misere, car les léproseries manquoient de tout ; & ces cliquettes ou barils qu’on faisoit porter aux lépreux pour les distinguer, n’étoient pas un remede pour les guérir. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « léproserie »

Adj. fictif léprosier, dérivé du lat. leprosus, lépreux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1568) Emprunté au latin médiéval leprosaria, leprosoria (attesté au XIIIe siècle), formé sur leprosus « lépreux ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « léproserie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
léproserie leprɔsœri

Citations contenant le mot « léproserie »

  • Au Moyen-Âge, les maisons qui étaient à l’entrée du village d’Ispagnac servaient d’hôpital. En fait, il s’agissait d’une léproserie où les malades attendaient la mort car il n’existait pas d’antibiotiques pour enrayer ce mal. Surplombant ce lieu maudit de tous, cette curieuse montagne, au sommet aplati à la forme d’un trapèze, c’est le roc de Single. Il fut appelé par les habitants "la porte du ciel" ou "le confessionnal". midilibre.fr, À Ispagnac, l’hôpital était jadis au pied de la porte du ciel - midilibre.fr
  • Des trois ou quatre établissements hospitaliers charitables fondés à Vaucouleurs par divers bienfaiteurs pour le soin des malades, seul subsistait il y a encore une cinquantaine d’années l’hôpital-hospice Saint-Charles, situé à l’emplacement de l’actuel Intermarché. Mais le plus ancien de ces établissements semble être la léproserie ou maladrerie de Saint-Pierre, située à la sortie de Vaucouleurs, à l’emplacement des anciens fours à chaux, soit face au stade G. Noël. , Edition Bar le Duc | Léproserie Saint-Pierre : vestige des pandémies d’antan
  • Après le refus des chartreux de se soumettre à la loi Combes et leur départ volontaire, le monument a été racheté en 1926 par l’association de Secours aux victimes des maladies tropicales, pour en faire la première léproserie de France. Le lieu a ensuite été transformé en maison de réhabilitation et de réinsertion. midilibre.fr, Gard rhodanien : le joyau de la Chartreuse de Valbonne - midilibre.fr
  • C’est est au bas Moyen-Âge, dans les débuts de la guerre de Cent Ans, que les deux consuls de la commune de Marcillac ainsi que les prieurs de l’église Saint Martial et ceux de la chapelle Sainte Marie de Foncourrieu, décident d’édifier une léproserie dans le jardin de ce sanctuaire. Elle doit compter quatre lits. ladepeche.fr, Marcillac-Vallon. Histoire locale : une léproserie édifiée à Foncourrieu au milieu du XIVe siècle - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « léproserie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « léproserie »

Langue Traduction
Anglais leper colony
Espagnol colonia de leprosos
Italien lebbrosario
Allemand leprakolonie
Chinois 麻风殖民地
Arabe مستعمرة الجزام
Portugais colônia de leprosos
Russe колония прокаженных
Japonais ハンセン病のコロニー
Basque leprosa kolonia
Corse culonia di leprosa
Source : Google Translate API

Synonymes de « léproserie »

Source : synonymes de léproserie sur lebonsynonyme.fr
Partager