La langue française

Hermine

Sommaire

  • Définitions du mot hermine
  • Étymologie de « hermine »
  • Phonétique de « hermine »
  • Citations contenant le mot « hermine »
  • Traductions du mot « hermine »
  • Synonymes de « hermine »

Définitions du mot « hermine »

Trésor de la Langue Française informatisé

HERMINE, subst. fém.

A. −
1. Petit mammifère carnivore du nord de l'Europe et de l'Asie (de la famille des Mustelidés), qui ressemble (en plus long) à la belette et dont le pelage brun clair, beige ou rosé devient blanc en hiver (sauf la pointe de la queue qui reste noire). Voici deux longues hermines découplées qui vont faire décamper toute la gent (...) trotte-menu! (Claudel, Jet de pierre,1949, p. 1297).L'Hermine chasse et s'en prend à toutes sortes de gibiers (Levrauts, Perdrix, Faisans) et aux œufs (...), mais aussi aux reptiles, batraciens, mollusques, insectes mêmes (Burn.1970).
[P. réf. à la blancheur immaculée de l'hermine, à la légende qui veut que l'hermine se laisse mourir si elle est tachée] MlleVaubois, parfaite en son genre, était l'hermine de la stupidité sans une seule tache d'intelligence (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 724).Madame Fitz-Gérald était parvenue à doubler le cap de la maturité avec une réputation parfaitement nette (...) elle avait au plus haut degré la religion des hermines (...) l'horreur des taches (Feuillet, Mariage monde,1875, p. 29).
2. P. méton.
a) Peau, fourrure blanche de cet animal dont on rehausse parfois l'éclat en la parsemant de pinceaux de poils noirs. Étole, manchon, manteau, pardessus d'hermine; chapeau, robe brodé(e) d'hermine. Tout le monde était endimanché. En certains endroits, le soleil par traînées, resplendissait sur des cachemires, des pelleteries fauves, des hermines tachetées de larmes noires (Reider, MlleVallantin,1862, p. 122).Les modèles (...) rivalisent de somptuosité, qu'il s'agisse d'un manteau de vison (...) ou d'une princière cape d'hermine travaillée verticalement en bandes étroites (Le Monde,18 oct. 1951, p. 9, col. 4).
b) [En tant que symbole]
α) Bande de fourrure qui orne le costume d'apparat (robe ou camail) des hauts dignitaires de l'État, de l'Université, de l'Église. Tous les juges sont inférieurs aux pairs (...) le juge a un capuchon de menu vair (...) quantité de petites fourrures blanches de toutes sortes, hors l'hermine. L'hermine est réservée aux pairs et au roi (Hugo, Homme qui rit, t. 1, 1869, p. 13) :
Il n'y a que trois grades universitaires : − le baccalauréat : les universitaires bacheliers ont droit (...) à un rang d'hermine à l'épitoge; − la licence : les universitaires licenciés ont droit à deux rangs d'hermine; − le doctorat : les universitaires docteurs ont droit à trois rangs d'hermine. Encyclop. éduc.,1960, p. 317.
β) HÉRALD. L'une des deux fourrures du blason figurée par un champ d'argent semé de mouchetures de sable. L'Hermine est un Champ d'Argent semé de mouchetures de sable (...) les formes des mouchetures varient, depuis celles qui rappellent des larmes renversées, jusqu'à celles qu'on prendrait pour des fers de flèches tréflés ou aux pointes arrondies (mornées) (P.-B. Gheusi, Le Blason, Paris, M. Darantière, 1933, p. 57).
Hermine de Bretagne. Petite croix à pied élargi et terminé par trois pointes. La cour du château est un carré régulier. Le côté de l'entrée (...) n'a qu'un seul étage avec une galerie soutenue par des colonnes courtes (...) orné partout de la cordelière de la reine Anne et des hermines de Bretagne (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 169).
B. − Au fig. et p. anal.
1. [Comme symbole de l'innocence, de pureté] Mirevault ne les trouvait plus assez vertueux (...) pour les exigences actuelles de cette hermine, la presse (Vogüé, Morts,1899, p. 337).Un cierge devant le portrait de votre mère qui vous a si bien élevé. Sans parler de la noblesse native (...). Vous êtes une hermine (Giono, Angelo,1958, p. 158).
2. [P. anal. avec la blancheur de l'hermine] La neige épaissit l'hermine Dont elle a vêtu les toits blancs (Murger, Nuits hiver,1861, p. 43).La Seine roulait des eaux terreuses, entre ses berges qui la bordaient d'hermine (Zola, Page amour,1878, p. 1091).
Prononc. et Orth. : [ε ʀmin]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1140 le peliçon d'ermine (Pélérinage Charlemagne, 481 ds T.-L.); fin xiies. hérald. (Première continuation Perceval, éd. W. Roach, I, 4882; II, 8470). Fém. substantivé de l'anc. adj. (h)ermin « d'hermine » (dep. le xiies. ds T.-L. et Gdf.), du lat. class. Armenius « arménien » dans l'expr. *Mus Armenius « rat d'Arménie » qui désigne l'hermine fort abondante en Asie Mineure (cf. mus ponticus « rat du Pont » ds TLL s.v. VIII, 1690, 46 sqq.). Il ne semble pas absolument nécessaire de faire intervenir l'infl. de hermite (ermite*) pour le traitement de l'initiale, d'autant que l'emploi de hermin(e) « Arménien » pour ermite n'est pas aussi courant que le disent les dict. et paraît plutôt un rapprochement secondaire. Fréq. abs. littér. : 212. Fréq. rel. littér. : xixes : a) 363, b) 317; xxes. : a) 310, b) 233. Bbg. Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, p. 33, 40; pp. 316-317.

Wiktionnaire

Nom commun

hermine \ɛʁ.min\ féminin

  1. (Zoologie) Espèce de mustélidé, petit mammifère carnivore dont le pelage est brun foncé dessus et blanchâtre dessous en été et blanc en hiver, sauf au bout de la queue, qui lui reste noir.
    • Peau d’hermine. (Figuré) Une blancheur d’hermine.
    • […] la blanche hermine, qui aime mieux mourir que d’avoir une tache sur sa fourrure de neige. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
  2. (Par métonymie) Fourrure que l’on fait avec la peau d’hermine.
    • Ni vair ni hermine n’ornaient ce vêtement ; […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • A Augsbourg, dit-il, c'était alors la coutume que deux personnes, vêtues de longs manteaux rouges doublés d’hermine, ouvrissent le bal et exécutassent un menuet fort lent, une espèce de pavane, avec force révérences et gracieusetés. — (« Vie privée des Allemands au seizième siècle », traduit d'un article du Foreign quaterly Rewiew, dans la Revue britannique: Choix d'articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, 3e série, tome 1, année 1833, Bruxelles : chez J. P. Meline, page 110)
    • Sébastien Lambrusque, hérissé, malveillant, dédaigneux, exactement tel qu’il faut pour irriter l’hermine et s’aliéner le jury. — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Le Livre de Poche, page 108)
  3. Bande de fourrure symbolisant une haute charge de l’État, de l’université ou de l’Église. Elle orne certains costumes d’audience.
    • Les avocats parisiens, selon un usage ancien, portent une épitoge sans hermine mais s’ils plaident en province, devant la cour d’assises ou en audience solennelle de la cour d’appel, ils portent une épitoge herminée.
  4. (Héraldique) Voir d’hermine.
  5. (Zootechnie) Synonyme de polonais (race de lapins) à cause de sa couleur blanche.

Forme de verbe

hermine \ɛʁ.min\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe herminer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe herminer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe herminer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe herminer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe herminer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HERMINE. n. f.
Un des noms vulgaires de la Martre blanche, petit mammifère dont le poil est très fin et très blanc, et qui a le bout de la queue noir. Peau d'hermine. Fig., Une blancheur d'hermine. Il se dit également de la Fourrure que l'on fait avec la peau d'hermine. Manteau doublé d'hermine. Il est aussi terme de Blason et se dit d'Une des deux fourrures du blason. Les ducs de Bretagne portaient d'hermine.

Littré (1872-1877)

HERMINE (èr-mi-n') s. f.
  • 1Un des noms vulgaires de la marte blanche (mammifères digitigrades), dont la peau fournit une belle fourrure. La belette à queue noire s'appelle hermine et roselet, hermine lorsqu'elle est blanche, roselet lorsqu'elle est rousse ou jaunâtre, Buffon, Quadrup. t. II, p. 265. Une hermine, un castor, un jeune sanglier, Cadets de leur famille et partant sans fortune, Dans l'espoir d'en acquérir une Quittèrent leur forêt, leur étang, leur hallier, Florian, Fabl. III, 13.
  • 2Fourrure faite avec de la peau d'hermine. Nos magistrats ont bien connu ce mystère [pouvoir de l'imagination] : leurs robes rouges, leurs hermines dont ils s'emmaillotent en chats fourrés…, Pascal, Puiss. trompeuses, Imagin. 2, éd. FAUGÈRE. Endosser l'écarlate et se fourrer d'hermine, Boileau, Sat. VIII. Sans sortir de leurs lits plus doux que leurs hermines, Boileau, Lutr. I.

    Fig. Une robe d'hermine, une innocence sans tache.

  • 3 Terme de blason. Une des deux fourrures, comme le vair est l'autre ; c'est un champ d'argent semé de petits triangles de sable. Les ducs de Bretagne portaient d'hermine.
  • 4 Nom vulgaire du cône capitaine, sorte de coquille, disent certains auteurs, tandis que d'autres ont un cône capitaine et un cône hermine, Legoarant

HISTORIQUE

XIIIe s. Cief a [elle a la tête] reond et blonde crine, Plus blanc le front que n'est hermine, Fl. et Bl. 2875.

XVe s. Draps fourrés d'ermine, Froissart, I, I, 273. Luy et son destrier tout houssé de très fines armines, Jeh. de Saintré, ch. 50.

XVIe s. Aucune fois aux fosses devalloye Pour trouver là des gistes des fouines, Des herissons ou des blanches hermines, Marot, I, 217.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HERMINE. Ajoutez :
5Sorte de papillon, bombyx herminea, dit aussi queue fourchue.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HERMINE, s. f. hermellanus, (Hist. nat. Zool.) animal quadrupede, plus grand que la belette, mais de la même forme ; il a environ neuf pouces & demi de longueur, depuis le bout du museau jusqu’à l’origine de la queue. L’hermine est entierement blanche en hiver, à l’exception du bout de la queue qui est noir ; en été, elle a les mêmes couleurs que la belette, excepté encore le bout de la queue qui reste noir ; le bord des oreilles & les quatre piés qui sont blancs. Dans cette saison, on lui donne le nom de roselet, & bien des gens croient que l’hermine & le roselet sont deux animaux différens : on sait cependant que les hermines du nord sont successivement blanches & brunes dans la même année. Gesner fait mention du même changement de couleur au sujet du roselet des montagnes de Suisse, qui est le même animal que l’hermine qui se trouve en France ; on ne peut pas douter qu’elle ne change en effet de couleur, puisque l’on en voit qui sont en partie brunes & en partie blanches sur la tête, sur le dos, & sur d’autres parties du corps où les poils blancs sont mêlés avec les poils bruns dans le tems de la mue. J’en ai eu une vivante prise en Bourgogne, que j’ai vu changer de couleur dans le mois de Mars ; en quinze jours, elle perdit sa couleur blanche, & devint brune comme la belette.

L’hermine a une très-mauvaise odeur ; à cela près, c’est un joli petit animal ; il a les yeux vifs, la physionomie fine, & les mouvemens si prompts, qu’il n’est pas possible de les suivre de l’œil. La peau de cet animal est précieuse ; tout le monde connoît les fourrures d’hermine : elles sont bien plus belles & d’un blanc plus mâle que celles du lapin blanc ; mais elles jaunissent avec le tems, & même les hermines de ce climat ont toujours une légere teinte de jaune. Ces animaux sont très-communs dans tout le nord, sur-tout en Russie, en Norvege, en Laponie ; ils se nourrissent de petits gris & de rats ; ils sont rares dans les pays tempérés, & ils ne se trouvent point dans les pays chauds. Hist. nat. gen. & part. à l’article de l’Hermine tom. VII. pag. 240. & suivantes. Voyez Quadrupede.

Hermine, (Pelleterie.) La peau de l’hermine est une riche fourrure ; les pelletiers la tavellent ou parsement de mouchetures noires faites avec de la peau d’agneau de Lombardie, pour en relever la blancheur.

On se sert de l’hermine pour fourrer les habillemens d’hiver des dames ; on en fait des manchons, des bonnets, des aumusses, & des fourrures pour les robes de président à mortier.

C’est aussi de peaux d’hermine qu’est doublé le manteau royal des rois de France, & ceux que les princes. & les ducs & pairs portent dans les grandes cérémonies.

Les queues d’hermine s’attachent ordinairement au bas des aumusses des chanoines, où elles forment des especes de pandeloques qui en augmentent la beauté & la valeur.

Hermine, Ordre de, (Hist.) nom d’un ordre de chevalerie institué l’an 1464 par Ferdinand roi de Naples. Le collier étoit d’or d’où pendoit une hermine avec cette divise : Malo mori quam fœdari : J’aime mieux mourir que d’être souillée. Pontanus en fait mention au liv. I. de la guerre de Naples.

Hermine, (Hist.) Ordre de chevalerie, dit de Bretagne, parce qu’il fut institué ou renouvellé par Jean V. surnommé le vaillant, duc de Bretagne, vers l’an 1365. Les chevaliers portoient le collier d’or chargé d’hermine avec cette devise à ma vie.

Hermine, terme de blason, la premiere des deux fourrures qui y sont en usage, la seconde le vair. Voyez Vair.

C’est un champ d’argent semé de petites pointes de sable en forme de triangles.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hermine »

Féminin de l’ancien français hermin, du latin mus Armenius (« rat d’Arménie »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. ermini ; espagn. armiño ; ital. armellino, ermellino ; du latin armenius, arménien, parce que cette sorte de fourrure venait d'Arménie. On disait aussi ermin, adj. et subst.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hermine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hermine ɛrmin

Citations contenant le mot « hermine »

  • Plus blanche que la blanche hermine. Eugène Scribe, Les Huguenots (musique de Meyerbeer) I, 2
  • L'hermine, c'est tout blanc avec le bout de la queue noir alors que le ramoneur, c'est tout noir avec une grande échelle sur le dos. De Léo Campion

Traductions du mot « hermine »

Langue Traduction
Anglais ermine
Espagnol armiño
Italien ermellino
Allemand hermelin
Chinois
Arabe فرو القاقم
Portugais arminho
Russe горностай
Japonais エルミン
Basque armiarma
Corse erminu
Source : Google Translate API

Synonymes de « hermine »

Source : synonymes de hermine sur lebonsynonyme.fr
Partager