La langue française

Furet

Définitions du mot « furet »

Trésor de la Langue Française informatisé

FURET, subst. masc.

A.− ZOOL. Petit mammifère carnivore de la famille des Mustélidés, au pelage clair, au corps étroit et allongé, que l'on dresse pour la chasse au lapin. Chasser au furet. Volat détruisait les lapins. Au collet, au furet, au grillage (Genevoix, Raboliot,1925, p. 88).
Au fig. Personne rusée qui s'introduit quelque part et y fouille partout. Un air, une mine de furet. J'ai besoin de cinquante mille francs demain matin, et ce petit Roblot, qui est un furet, s'est chargé de me les trouver (Augier, Thommeray,1874, VI, p. 336).
B.− JEUX. Jeu de société dans lequel un joueur, placé au centre du cercle formé par l'ensemble des autres, doit découvrir un objet quelconque qui passe rapidement de main en main, en glissant généralement le long d'une ficelle. Je joue à colin-maillard, au furet, au volant, aux barres (Sand, Corresp.,t. 1, 1832, p. 211).
P. méton. L'objet à découvrir; le joueur placé au centre :
... j'entendis Albertine me dire avec rage : « Mais prenez-la donc, voilà une heure que je vous la passe. » Étourdi de chagrin, je lâchai la ficelle, le furet aperçut la bague, se jeta sur elle, je dus me remettre au milieu, désespéré, regardant la ronde effrénée qui continuait autour de moi... Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 921.
Il court, il court, le furet... Refrain que l'on chante pendant ce jeu.
Rem. La plupart des dict. gén. excepté Ac., attestent un autre jeu du furet « jeu de cartes où, pour ne pas être perdant, on doit se débarrasser d'une carte ».
C.− P. anal., techn. ,,Tige métallique flexible utilisée au dégorgement des canalisations`` (Barb.-Cad. 1971).
Prononc. et Orth. : [fyʀ ε]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 zool. (Renart, éd. M. Roques, br. X, 10423); d'où 1636 « en parlant d'une personne » (Monet); 2. 1832 jeu de société (Sand, supra); 1890 jeu de cartes (DG). D'un lat. pop. *fūrittus proprement « petit voleur », dér. du lat. class. fūr « voleur »; concurrencé en a. fr. par fuiron « furet », ca 1178 (Renard, éd. M. Roques, br. I, 1622) du lat. pop. *fūrionem, acc. de fūrio, forme élargie du b. lat. fūro « id. ». Fréq. abs. littér. : 93. Bbg. Couture (B.). Terminol. du sanitaire et des techn. de l'eau. Banque Mots. 1973, no6, p. 176. − Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, p. 36, 215, 219. − Ricci (D.). Littré et Lavoisier au zoo. Paris, 1975, p. 79. − Sain. Sources t. 2. 1972 [1925], p. 159, 165.

Wiktionnaire

Nom commun

furet \fy.ʁɛ\ masculin (pour une femelle, on dit parfois furette)

  1. (Zoologie) Petit carnivore de la famille des mustélidés, forme domestique (Mustela putorius furo) du putois (Mustela putorius putorius).
    • Mais les roches les plus écartées ne purent servir d'asile aux malheureux lapins ; les Jerseyens les-y suivirent avec leurs furets, et les derniers descendants de cette population, jadis si nombreuse, disparaissent chaque jour un à un, grâce à ce terrible moyen de destruction. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • Le furet qui rivalisait de fidélité avec le chien, et dont son maître ne parle qu’avec des larmes dans les yeux, était presque toujours une furette. — (revue Musée universel, 1872, page 126)
  2. (Figuré) Personne rusée qui furète.
    • Vous voulez que je devienne un finassier, un furet de la vie spirituelle, dit-il. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  3. (Jeux)
    1. Jeu populaire chez les enfants. Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
      • Quant à l’harmonieuse cohésion où se neutralisaient depuis quelque temps, par la résistance que chacune apportait à l’expansion des autres, les diverses ondes sentimentales propagées en moi par ces jeunes filles, elle fut rompue en faveur d’Albertine, une après-midi que nous jouions au furet. — (Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, 1919)
    2. Rôle tenu par un des joueurs dans le jeu du même nom. Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
      • D’un seul coup, une foule d’espoirs jusque-là invisibles à moi-même cristallisèrent : « Elle profite du jeu pour me faire sentir qu’elle m’aime bien », pensai-je au comble d’une joie d’où je retombai aussitôt quand j’entendis Albertine me dire avec rage : « Mais prenez-là donc, voilà une heure que je vous la passe. » Étourdi de chagrin, je lâchai la ficelle, le furet aperçut la bague, se jeta sur elle, je dus me remettre au milieu, désespéré, regardant la ronde effrénée qui continuait autour de moi, interpellé par les moqueries de toutes les joueuses, obligé, pour y répondre, de rire quand j’en avais si peu envie, tandis qu’Albertine ne cessait de dire : « On ne joue pas quand on ne veut pas faire attention et pour faire perdre les autres. On ne l’invitera plus les jours où on jouera, Andrée, ou bien moi je ne viendrai pas. » — (Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, 1919)
  4. (Technologie des réacteurs nucléaires) Ensemble comprenant un tube convoyeur reliant un laboratoire à une source d’irradiation, dans lequel est propulsée une navette contenant des échantillons à irradier à des fins expérimentales.
  5. (Plomberie) Outil à embout en queue de cochon monté sur un flexible, qu’on introduit dans un tuyau pour le désobstruer
    • la baignoire ne se vide plus, il va falloir passer un furet dans la vidange.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FURET. n. m.
Petit animal du genre des Martres, dont on se sert pour prendre des lapins, qui les poursuit et va les chercher dans leur terrier. Chasser avec le furet. Chasser au furet. Prendre des lapins au furet. Il se dit, figurément et familièrement, de Celui qui s'enquiert de tout avec habileté, qui est curieux et au courant de tout. C'est un vrai furet, il est impossible de rien lui cacher? Avoir un air, une mine de furet.

Littré (1872-1877)

FURET (fu-rè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : les fu-rè-z et les lapins ; furets rime avec paix, traits, accès, etc.) s. m.
  • 1Petit animal du genre des martres dont on se sert pour la chasse des lapins de garenne. Prendre des lapins au furet. Selon le témoignage de Strabon, le furet a été apporté d'Afrique en Espagne, et cela ne paraît pas sans fondement, Buffon, Furet. Malgré l'autorité des interprètes et des commentateurs, nous doutons que le furet soit l'ictis des Grecs, Buffon, ib.

    Grand furet, le grison, mammifère du genre glouton.

    Petit furet, le tayra, autre espèce de glouton.

    Furet des Indes, la mangouste des Indes.

  • 2 Fig. et familièrement. Personne qui fouille partout. C'est un furet, un vrai furet. Lisimon l'intrigant et Damon le furet, Qui se fourre partout, à l'État très utile, Officier à la cour, espion à la ville, Boissy, Babill. sc. 4.

    Homme qui a beaucoup d'habileté à découvrir certaines choses. Il aurait eu besoin d'un furet plus exercé que moi à déterrer des beautés, Lesage, Estev. Gonz. ch. 5.

  • 3Amusement qui consiste à se passer l'un à l'autre un objet quelconque, de telle façon qu'il échappe à la personne qui doit le saisir. Jouer au furet.
  • 4S'est dit autrefois de remèdes énergiques qui font beaucoup évacuer. L'émétique est une espèce de furet.
  • 5 Terme de pêche. Sorte de filet prohibé.

HISTORIQUE

XIIIe s. Que nul ne puist tenir fuiron ne reiseus [réseaux], se il n'est gentishoms ou s'il n'a garenne, Ord. des rois de Fr. t. I, p. 336. Renart en la haie se bote En la maniere de furet, Ren. 16591. Cil mist les furez es tenieres, Et fist les connins [lapins] assaillir Por eus faire es roisiaus saillir, la Rose, 20366.

XIVe s. Furron, une beste qui prent conilz es terriers, Du Cange, furo.

XVIe s. L'alexipharmaque du virus verollique, qui est le vif-argent, que l'on peut comparer à un furet faisant sortir le connin hors de son terrier, Paré, XVI, 1. Par emplastres, auxquels entre le furet que j'appelle argentvif, Paré, XVI, 8. …[L'esprit humain] un furet qui est à craindre…, Charron, Sagesse, I, 15.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FURET. - HIST. XIIIe s. Ajoutez : Par devant font au nain porter Un fuiret et quatre roisieus [réseaux], Raoul, Meraugis, p. 121.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FURET, s. m. mustela sylvestris, viverra, furo seu furunculus, (Hist. nat. Zoolog.) animal quadrupede du genre des belettes, des foüines, des putois, &c. Il est un peu plus grand que la belette, & plus petit que le putois ; il a la tête applatie par le dessus, les oreilles larges, courtes, & droites ; le museau long & pointu, le corps mince & alongé, & le poil de couleur jaunâtre. Ray, synop. animal. quadr. Voyez Quadrupede. (I)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « furet »

(Date à préciser) Du latin furo, furonis, qui a donné l’ancien français fuiron (« belette furet ; voleur »), de là, le diminutif fuiret.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Anc. espagn. furon, aujourd'hui huron ; portug. furão ; ital. furetto ; lat. furo, furonis, furet, dans Isidore. Il y a deux formes, fuiron ou furon, et furet. Ce paraît être un diminutif du latin fur, voleur ; ce qui appuie cette étymologie, c'est que, effectivement, furo, furonis, voleur, est dans le bas-latin de différentes lois barbares. Cependant il y a le kimry ffured, furet, dont le rapport avec le mot roman n'est pas connu. L'allemand Frett et l'anglais ferret, avec leur finale en et, semblent plutôt des altérations du français furet que des mots indigènes. Villemarqué a proposé pour racine commune du mot roman et du mot kimry le bas-breton fur, habile, adroit. L'ancien français avait aussi la forme huron, mais avec le sens de mineur, qui travaille à une mine ; ce semble bien le mot furon pris figurément ; mais l'h est singulière, à moins qu'on ne suppose que huron vienne des contrées du sud-ouest où l'f se change en h : hemme, femme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « furet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
furet fyrɛ

Évolution historique de l’usage du mot « furet »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « furet »

  • Le furet est un de ces petits mustélidés très souple au joli poil noir au-dessus et sepia sous le ventre, très agressif et doté de dents pointus ; c’est un excellent chasseur dans les trous et les terriers. , Albert, éleveur de furets - Le journal du Gers
  • Le furet est un carnivore qui a besoin d’un régime très riche en protéines animales et en graisses, mais pauvre en glucides et en fibres. Il faut donc lui donner des croquettes pour furet ou des croquettes pour chaton haut de gamme. Cette nourriture doit être laissée en libre-service avec de l’eau à volonté. , Le furet, un animal de bonne compagnie

Traductions du mot « furet »

Langue Traduction
Anglais ferret
Espagnol hurón
Italien furetto
Allemand frettchen
Chinois 雪貂
Arabe النمس
Portugais furão
Russe хорек
Japonais フェレット
Basque ferret
Corse fieru
Source : Google Translate API

Synonymes de « furet »

Source : synonymes de furet sur lebonsynonyme.fr

Furet

Retour au sommaire ➦

Partager