Frôleur : définition de frôleur, frôleuse


Frôleur, frôleuse : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FRÔLEUR, EUSE, adj. et subst.

I.− Emploi adj. [Correspond à frôler A]
A.− [En parlant d'une pers.; p. anal. d'un animal, ou d'un inanimé concr. momentanément doué de mouvement] Qui frôle. Le vent passe sur nous comme un oiseau frôleur (Martin du G., Devenir,1909, p. 138).
Au plur. [Correspond aux emplois réciproques de frôler] Qui se frôlent. On va, dans cette sorte d'eau noire [une forêt], opaque, à peine troublée par une risée haute qui remue des branches frôleuses au-dessus de nos têtes (Vialar, Bal sauv.,1946, p. 78).
B.− P. ext. [En parlant d'une pers.; p. méton., d'une partie du corps humain (lèvres, doigts)] Qui caresse, aime caresser. Cet enfant frôleur et câlin (A. Daudet, Pte paroisse,1895, p. 51).Il pensa qu'elle était enchantée d'elle-même à l'idée d'être aux caresses aussi sensible qu'un chat. Elle renversa la tête pour appuyer la nuque contre les doigts frôleurs (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 239).
II.− Emploi subst.
A.− Subst. masc. Homme qui recherche, dans les foules, les occasions de frôler les femmes. L'obscurité dont tu parles fut calculée pour mettre à l'aise les frôleurs ou les tripoteurs que détraque le violoncelle? (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 168).
B.− Subst. fém. Femme aux allures provocantes. Synon. aguicheuse, allumeuse.Est-elle, ce que je crois, une mélancolique et terrible allumeuse qui ne songe qu'à elle; (...) dans ce cas, elle serait une... frôleuse! (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 249).Ah! nous sommes loin des petites frôleuses du temps de Marcel Prévost (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 406).Des « frôleuses » et des péripatéticiennes (...) parfaitement renseignées sur le pouvoir de tel ministre ou le crédit bancaire de tel diplomate (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 166).
Prononc. : [fʀolœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Étymol. et Hist. 1876 branches frôleuses (A. Daudet, Jack, t. 2, p. 185); 1879 subst. masc. « maniaque qui recherche les contacts féminins » (Pailleron, Âge ingrat, I, 3, p. 14); 1882, 5 juill., subst. fém. (Goncourt, Journal, VI, ds Fuchs, Lex. Journal Goncourt). Dér. du rad. de frôler*; suff. -eur2.* Fréq. abs. littér. : 15. Bbg. Darm. 1877, p. 103. − Dub. Dér. 1962, p. 41. − Quem. DDL t. 4.

Frôleur, frôleuse : définition du Wiktionnaire

Nom commun

frôleur \fʁo.lœʁ\ masculin (pour une femme avec le même genre de comportement, on dit frôleuse)

  1. Homme qui recherche, dans les foules, les occasions de frôler les femmes.

Adjectif

frôleur \fʁo.lœʁ\

  1. Qui frôle, qui cherche à frôler.

Nom commun

frôleuse \fʁo.løz\ féminin (pour un homme qui cherche à frôler, on dit frôleur)

  1. Femme aux allures provocantes.
    • Grand, mince, élancé, d’une distinction sans pareille, d’un charme irrésistible, Didier aurait pu s’offrir, à des prix dérisoires, toutes les grandes dames du faubourg et même beaucoup de nos plus jolies frôleuses du quartier de l’Étoile ; mais, voilà, Didier était amoureux d’une femme, d’une petite femme, d’une seule petite femme. — (Alphonse Allais, « Je sousssigné », Le Chat Noir, Paris, 1889)

Forme d’adjectif

frôleuse \fʁo.løz\

  1. Féminin singulier de frôleur.

Nom commun

frôleuse \fʁo.løz\ féminin (pour un homme qui cherche à frôler, on dit frôleur)

  1. Femme aux allures provocantes.
    • Grand, mince, élancé, d’une distinction sans pareille, d’un charme irrésistible, Didier aurait pu s’offrir, à des prix dérisoires, toutes les grandes dames du faubourg et même beaucoup de nos plus jolies frôleuses du quartier de l’Étoile ; mais, voilà, Didier était amoureux d’une femme, d’une petite femme, d’une seule petite femme. — (Alphonse Allais, « Je sousssigné », Le Chat Noir, Paris, 1889)

Forme d’adjectif

frôleuse \fʁo.løz\

  1. Féminin singulier de frôleur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « frôleur »

Étymologie de frôleur - Wiktionnaire

De « frôler » avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « frôleur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
frôleur frolœr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « frôleur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « frôleur »

  • "De son vivant déjà on l'appelait le Maître. Il le reste. Henry James n'est pas le romancier américain le plus lu, ni le plus typique, ni le plus génial. Mais c'est le plus intelligent, et le plus grand homme de lettres américain. Le malentendu commence là : Henry James n'a pas l'air américain. Il ne parle pas de son pays. Il n'y a presque pas vécu. [...] L'univers de James ressemble à celui de Proust, qui reconnaissait sa dette envers James. Mais Henry James est plus mystérieux encore. Chez Proust, on a des repères : l'asthme, la chambre de liège, et cette 'Albertine' qui portait les moustaches. Chez Henry James, aucun indice : pas de femme, pas d'homme, pas de maladie, pas de passion, pas de patrie. Rien que du papier, et ce regard d'enfant vieillot qui sait tout sans avoir jamais vécu. Eternel voyeur, éternel frôleur. On soupçonne chez cet être asexué quelque effrayant secret : comme les enfants corrompus du Tour d'Ecrou, on devine que James a franchi le miroir, qu'il n'est pas là, mais de l'autre côté, médusé parmi les fantômes de son oeuvre, dans l'écriture. La vraie patrie de Henry James, ce n'est ni l'Amérique ni la France, c'est le papier. Son vice, c'est le regard et l'écriture. Et cet inverti du porte-plume a cherché la trente-septième position de l'écriture. [...] Sous ses allures cosmopolites et esthétiques, l'oeuvre de Henry James reprend le thème qui obsède la conscience puritaine de l'Amérique : la découverte du Mal et l'obsession de l'innocence perdue. Ses subtiles recherches esthétiques et ses exquises mondanités ne sont peut-être que l'alibi d'une fascination pour le Mal, dont Henry James fut le plus distingué voyeur." (Jacques Cabau)  LExpress.fr, 1968 dans le rétro : L'Express du 20 mai, numéro 883 - L'Express
  • "Cette voix aurait pu lui permettre de n'être qu'un crooner, un simple frôleur de mots et de notes, renchérit la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). Mais il a su dépasser ce superbe don de la nature en réussissant à être aussi (...) un témoin de son époque". Le Point, Hommage unanime à Michel Delpech qui a chroniqué la vie des Français - Le Point
  • Yves Raibaud- Cette question m'a concerné très jeune car j'ai été victime d'un "frotteur frôleur" de métro à 12 ans, souvenir très humiliant que j'avais gardé pour moi, puis dragué et suivi plusieurs fois lorsque j'étais lycéen. Ensuite il m'est arrivé de faire peur à des femmes dans la rue,  je m'apercevais qu'elles hâtaient le pas parce que je marchais derrière elles, ce qui m'avait fait adopter la conduite "changer de trottoir" préconisée par Hollaback. Mais c'est réellement ma fonction de chargé de mission égalité femmes-hommes à l'Université Bordeaux-Montaigne qui m'a mis devant l'ampleur et le caractère systématique du harcèlement de rue des étudiantes. Cela venait éclairer mes études sur les inégalités dans l'espace public, j'avais notamment déjà travaillé sur les équipements sportifs d'accès libre et sur les loisirs des jeunes dans la ville, puis sur le genre et la ville, une commande de la communauté Urbaine de Bordeaux. Je précise que ce n'est pas la question de "la femme dans la ville", ol s'agit bien de "l'homme dans la ville" puisque cette situation est le produit de cultures masculines hégémoniques, qui s'expriment en continuité. Les Inrockuptibles, "Avec le harcèlement de rue, la ville reste le domaine des hommes"
  • Le désir d’un adulte pour le corps d’une jeune fille, d’un adolescent, outre qu’il est une malédiction pour celui qui l’éprouve, conduit certainement et légitimement ce dernier, s’il y succombe, devant la Cour d’assises. On peut aisément imaginer le tourment où se trouve un enfant que vient harceler un tripoteur de sacristie, un frôleur de couloir, un caresseur de vestiaire, et son état de commotion compliqué de honte qui suit un viol. C’est entendu, et cela doit être clairement signifié : abuser sexuellement d’un mineur (et de toute autre personne) est un crime. Causeur, Haro sur M le maudit! - Causeur
  • ■ Enfin (puisqu’on ne peut pas faire le tour des multiples talents de Mary Gaitskill), on retiendra le personnage de Quin, justement. Quin est l’ami inlassable des femmes, un flirteur, ce que j’appelle personnellement un « frôleur », plus intéressé (excité?) par le potentiel de la relation que par la possibilité de la consommer. Il pourrait être un genre de Jack Nicholson brillant et badin (la badine à la main?). Quant à Margot, sa co-narratrice et meilleure amie, elle n’a nullement une fonction de faire-valoir, ni dans le récit ni dans leur amitié. Son point de vue, les intempéries de sa relation à Quin – il la bluffe, l’irrite, l’offusque, plante la graine de sa colère, suscite sa compassion – en font un personnage complexe très intéressant. Atlantico.fr, "Faites-moi plaisir" de Mary Gaitskill : un roman subtil masculin/féminin : harcèlement ? consentement ? | Atlantico.fr

Images d'illustration du mot « frôleur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « frôleur »

Langue Traduction
Corse spazzolatura
Basque garbitu
Japonais ブラッシング
Russe щетками
Portugais escovagem
Arabe تفريش
Chinois 刷牙
Allemand bürsten
Italien spazzolatura
Espagnol cepillado
Anglais brushing
Source : Google Translate API

Synonymes de « frôleur »

Source : synonymes de frôleur sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires