La langue française

Ferrage

Définitions du mot « ferrage »

Trésor de la Langue Française informatisé

FERRAGE, subst. masc.

A.− [Correspond à ferrer A] Action de garnir un objet de fer ou de cuivre; opération qui consiste à ferrer (un objet, un animal); résultat de cette action. Ferrage à chaud. L'enclouure résulte de la mauvaise direction imprimée à la pointe du clou au moment du ferrage (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 165).
Spéc. Pose des ferrures nécessaires au fonctionnement d'une porte, et, p. méton., objets, garnitures de fer. Ferrage des portes. Le vent (...) renvoyait (...) les battants de ces lourdes huisseries, où les ouvriers du pays (...) n'ont épargné ni le bois de chêne, ni le ferrage (Sand, Péché de M. Antoine,1847, p. 7):
Ils dînèrent dans une sorte de rotonde au fond du salon, autour d'une table très basse et ronde, faite d'une mosaïque montée sur un ferrage doré, qui gênait affreusement les genoux. Marie-Hélène Éterlin semblait s'accommoder fort bien de sa table à ras du sol... Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 151.
B.− Action de mettre des fers à un condamné. Synon. ferrement2(B).Avant de me mettre les fers, on me lut mon arrêt (...). Quand l'opération du ferrage fut terminée, on me força à regagner mon cachot (Ctesse de Ségur, Dourakine,1864, p. 289).Synon. ferrement.
C.− [Correspond à ferrer B] Action de ferrer le poisson. P. méton. Dispositif permettant cette action. Des sillages impétueux soulevaient l'eau (...) vers les trois mouches de mon bas-de-ligne (...) cela se renouvela (...) le ferrage se crochant sur trois mâchoires (Genevoix, Laframboise,1942, p. 125).
Prononc. et Orth. : [fε ʀa:ʒ], [fe-]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1. 1338 « action de ferrer un cheval » (État des dettes de Robiert de Maude, chir[ographe], A. Tournai ds Gdf. Compl. : fierage de kevaux); 2. a) ca 1395 « garniture de fer d'un objet » (J. Boutillier, Somme rurale, I, 74, ibid. [ici, d'une roue]); b) 1847 « ferrure de porte » (Sand, supra); 1928 « action de garnir une porte de ferrures » (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 3, p. 87); 3. 1828-29 « action de mettre les fers à un forçat » (Raban, Marco Saint-Hilaire, Mém. forçat, t. 3, p. 262); 4. 1926 « action de ferrer le poisson » (Genevoix, Boîte à pêche, p. 28). Dér. de ferrer*; suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 1. Bbg. Quem. DDL t. 1.

Wiktionnaire

Nom commun

ferrage \fɛ.ʁaʒ\ masculin

  1. Action de ferrer un cheval.
    • Les bêtes travaillaient peu et le ferrage de chevaux se faisait rare, exception faite pour Caruzo, le petit cheval des Molières. — (Bernard Valais, La Fille de l’aumônier, 2013)
  2. Action de garnir de fer une roue, un lacet.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FERRAGE. n. m.
Action de ferrer un cheval. On dit aussi Ferrage d'une roue, d'un lacet.

Littré (1872-1877)

FERRAGE (fè-ra-J') s. m.
  • 1Action de ferrer un cheval, une roue, etc.
  • 2Action de ferrer les criminels.
  • 3 Terme de douane. Action de plomber et de marquer les étoffes de laine.
  • 4 Terme d'administration militaire. Masse de ferrage, masse allouée dans les régiments de cavalerie, pour le ferrage des chevaux.
  • 5Il se dit de l'ensemble des instruments en fer. Les fers et ferrages qui viennent des royaumes et pays étrangers, Arrêt du conseil, 5 juillet 1657.
  • 6Ancien terme de monnaie. Droit de seize deniers sur le marc d'or, et de huit sur le marc d'argent que le maître de la monnaie payait aux tailleurs pour les fers qu'ils fournissaient.

HISTORIQUE

XIVe s. Du moulin à eaue, peux et dois sçavoir que tout ce qui se tourne et qui se meut, si comme le [la] grant roe, l'abre de la roe, le rouet, le ferrage à ce appartenant…, Boutillier, Somme rural, p. 431, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FERRAGE. Ajoutez :
7Opération par laquelle on garnit de cuivre les lacets.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FERRAGE, s. m. (Commerce.) droit qu’on paye aux esgards ou jurés de la sajetterie d’Amiens pour marquer les étoffes & leur apposer le plomb. Voyez Esgards, Jurés, Plomb. Dictionn. de Commerce, de Trév. & de Chambers (G)

Ferrages, ancien terme de monnoie ; droit qu’on avoit établi pour remplir les frais des tailleurs particuliers qui étoient obligés de fournir les fers nécessaires pour monnoyer les especes. Ce droit de ferrage étoit de seize deniers par marc d’or, & de huit par marc d’argent, que le directeur payoit en conséquence de la quantité de marcs d’or, d’argent, passés en délivrance.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ferrage »

 Dérivé de ferrer avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ferrer, et, dans le sens d'instrument, fer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ferrage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ferrage fɛraʒ

Évolution historique de l’usage du mot « ferrage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ferrage »

  • Le coup de crayon du Chalonnais Antonin Richard (1822-1891) est si rapide qu’il parvient d’une seule esquisse à rendre perceptible l’ambiance régnant dans cette forge, où les hommes et les animaux sont logés à la même enseigne. Comme la traite des vaches installées dans l’écurie jouxtant la cuisine, le ferrage des chevaux s’est longtemps pratiqué au cœur des habitations. Ainsi, des demeures même situées en plein centre-ville ouvraient donc autrefois leurs portes aux (grosses) bêtes. Aussi bien pour se réchauffer que parce qu’elles faisaient partie intégrante de la vie domestique des citoyens. Croquée sur le vif, d’un trait sec et nerveux, cette scène où l’on distingue un enfant qui n’a pas dû rester longtemps en place au vu des coups de gomme d’Antonin Richard, jouant aux pieds du maréchal-ferrant entre un chien et des chevaux, illustre cette perméabilité d’une existence mêlant quotidien et travail, hommes et animaux. Extraite de l’un des nombreux carnets de croquis du talentueux dessinateur né à Chalon-sur-Saône, cette émouvante œuvre au crayon noir sur papier, d’un format de 21 x 29,7 cm, est très rarement montrée du fait de sa fragilité. L’exposition temporaire actuelle du musée Denon, croisant la thématique du cheval avec ses collections archéologiques et beaux-arts, est donc une belle occasion d’apprécier ce genre de dessins d’étude, si précieux pour comprendre un artiste et sa façon de travailler. Car c’est souvent le dessin radiographié sous la peinture à l’huile qui permet d’attribuer des œuvres non signées à un maître ou à un élève de son atelier, tant la façon dont les traits sont esquissés reflète la personnalité d’un artiste ! Peut-être cette scène de ferrage des chevaux a-t-elle prolongé sa vie en atelier sous le pinceau d’Antonin Richard, sur toile puis sur les murs d’un intérieur, mais le mystère reste entier, car jusqu’à maintenant elle n’a été retrouvée sur aucune cimaise… , Le Mag | Décrypt’ art : «Le ferrage des chevaux» d’Antonin Richard
  • Benoit Vernier (CFDT)  : « Très bien si Tavarès revient sur sa décision. Maintenant, nous avons beaucoup d’intérimaires à la peine, alors, faire venir des gens de Pologne, fussent-ils salariés de PSA, est difficile à accepter. Sur le plan économique, il nous semble qu’embaucher les intérimaires qui nous ont été très utiles avant la crise, aurait été bien plus pertinent. Par ailleurs, sur le plan du protocole sanitaire, ce recours aux salariés polonais nous interpelle. Manifestement, les déplacements internationaux semblent possibles quand l’économie le nécessite. On sent bien que PSA essaie de limiter au maximum la sortie d’argent. Notamment à Sochaux, où le travail est devenu hypercompliqué dans les ateliers avec cette mobilité intersecteurs, des gens au ferrage qui se retrouvent au montage. Maintenant, deux ou trois Polonais, ça passait mais 500, c’est juste impossible alors que nous avons des centaines d’intérimaires sur la touche. » , Economie | Polémique sur les salariés polonais : à PSA Sochaux, les syndicats militent pour le retour des intérimaires
  • Les adhérents du club de pêche de l’Asca sont comme toutes disciplines culturelles et sportives privés de leur passion et de leur passe-temps. Certes, les pêcheurs, et ce depuis le début du confinement peuvent s’adonner au ferrage du poisson, seuls et profiter ainsi de quelques promenades. C’est déjà ça, c’est vrai, mais il manque depuis plusieurs mois cet esprit de groupe qui se retrouve tout un week-end sur les rives des concours de pêche. La dernière sortie s’étant effectuée mi-mars sur le concours du lac de Soues. Y a-t-il une perspective de reprise pour le 5 juillet ? Sur cette date, le club de pêche a en effet programmé sur son calendrier le concours de pêche interne au club avec tous les adhérents qui partagent le pain et le vin de l’amitié sur le coup de midi sur les bords de l’Alaric. Mais pour cette année, la situation est quelque peu compromise comme le précise le président du club Roger Bénac. Nettoyage des berges de l’Alaric au bois d’Aureilhan pour le concours, discussion entre adhérents pour les prochains concours, cela risque encore de manquer sur ce 5 juillet. Si une alternative peut-être trouvée, les dirigeants de l’Asca pêche ne manqueront pas de nous le faire savoir. nrpyrenees.fr, Concours de pêche confinés - nrpyrenees.fr

Traductions du mot « ferrage »

Langue Traduction
Anglais shoeing
Espagnol herrar
Italien ferratura
Allemand beschlag
Chinois 穿鞋
Arabe حذاء
Portugais calçado
Russe ковка
Japonais シューイング
Basque erraketak
Corse scarpa
Source : Google Translate API

Synonymes de « ferrage »

Source : synonymes de ferrage sur lebonsynonyme.fr

Ferrage

Retour au sommaire ➦

Partager