La langue française

Ferré

Définitions du mot « ferré »

Trésor de la Langue Française informatisé

FERRÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de ferrer*.
II.− Emploi adj.
A.−
1. Qui est garni de fer, de pièces métalliques destinées à accroître la résistance, à consolider.
a) Portes, volets ferrés; bâton, épieux, manche à balai ferré(s). Des murs bas, seulement percés de meurtrières, une porte pleine et ferrée (Fromentin, Été Sahara,1867, p. 16).Tartarin de Tarascon s'en allait (...) faisant sonner ses talons en mesure, et du bout ferré de sa canne arrachant des étincelles aux pavés (A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p. 18).Le timon, volumineux, long de quatre mètres et ferré (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 53).
Spéc. [En parlant de chaussures] Garni de clous ou de crampons. Bottes, galoches ferrées. Noël (...) fit un pas en avant. Honoré en fit un autre et posa son soulier ferré sur le pied nu (Aymé,Jument,1933,p. 298).v. affirmer ex. 42.
b) Spécialement
α) Dans le domaine des ch. de fer.Voie ferrée. Voie de chemin de fer. La rivière que traversait la voie ferrée était comblée de débris de wagons et de locomotive (Verne, Enf. Cap. Grant,t. 2, 1868, p. 128).Réseau ferré. Ensemble des lignes de chemin de fer.
β) Vx, au fig., [En parlant d'un chemin, d'une route] Empierré. Chemin ferré. (Dict. xixes.).
2. Vx, en partic. Eau ferrée. Eau dans laquelle on faisait rouiller du fer ou dans laquelle on plongeait un fer rougi, et qui passait pour fortifiante. Vous devriez simplement vous mettre à boire de l'eau ferrée (Balzac, Œuvres div.,t. 1, 1824-30, p. 192).
B.− Au fig., fam. Ferré sur, en (qqc.)
1. Instruit, savant en (quelque chose). Synon. fam. calé, fort.
a) Être ferré sur.Vous êtes ferré sur ces questions géographiques, et mon cousin Mac Nabbs aura beau faire, il ne vous prendra pas en défaut (Verne, Enf. Cap. Grant, t. 2 1868, p. 98).Toujours très ferré sur la poésie, je me rappelais cet alexandrin qu'on prête à Hugo mourant (Léautaud, In memor.,1905, p. 213):
1. Armand enrageait, glouton, toujours sûr que cette fois ça marcherait, et avec ça tellement inexpert, et peu ferré sur ce qui devait marcher que ce n'était guère de belles victoires que remportait la vertu de Suzanne. Aragon, Beaux quart.,1936, p. 90.
P. anal., rare. [Le compl. désigne une pers.] Elle était très ferrée, d'ailleurs, sur l'oncle Gradelle et sur les Quenu : elle (...) les savait « par cœur » (Zola, Ventre Paris,1873, p. 668).
Vx et au fig., loc. Être ferré à glace sur qqc. (Cf. ferrer A 1). Connaître parfaitement quelque chose. Vous avez des gens très-forts ici, (...) des gens ferrés à glace sur les idées politiques et financières (Balzac, Gaudissart,1834, p. 44):
2. M. de Guermantes, heureux qu'elle me parlât avec une telle compétence des sujets qui m'intéressaient, regardait la prestance célèbre de sa femme, écoutait ce qu'elle disait (...) et pensait : « elle est ferrée à glace sur tout »... Proust, Guermantes 1,1920, p. 524.
b) Être ferré en.À vrai dire, M. Delobelle n'était pas très ferré en ces matières [le droit patronal et le droit ouvrier] (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 42).
c) Abs. Un érudit plus ferré que Boissonade, et plus crâne aussi (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 6, 1863-69, p. 97).Mais à l'exercice maître Jean n'était pas aussi ferré que beaucoup d'autres; le grand Létumier lui rivait son clou (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 1, 1870, p. 276).
2. En partic. [Le compl. désigne des principes, des normes] Qui suit rigoureusement, qui tient rigoureusement à. Synon. qui est à cheval sur.Oh! toi, Jacquemin Lampourde, tu es ferré sur les principes; on ne t'en ferait pas démordre; cependant, un peu de fantaisie ne messied pas (Gautier, Fracasse,1863, p. 471).Ceux qui l'ont vu à cette époque (...) savent à quel point il était dans son rôle de citoyen en armes (...) strict et ferré sur la discipline (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 5, 1863-69, p. 130):
3. Le comte Aimery de La Rochefoucauld, que Proust souhaitait d'« entendre », et de voir de près, parce que Montesquiou lui assurait que ce seigneur plein de superbe était le plus exigeant et ferré sur les questions de préséances... Blanche, Modèles,1928, p. 121.
Fréq. abs. littér. : 597. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 373, b) 650; xxes. : a) 770, b) 1 408. Bbg. Camproux (Ch.). Les Noms de la voie de commun. en Gévaudan. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1971, t. 9, no1, p. 179. − Quem. DDL t. 10.

Wiktionnaire

Adjectif

ferré \fe.ʁe\

  1. Consolidé avec du fer.
    • Une voie ferrée.
  2. (Héraldique) Qualifie le fer d’une lance, flèche, dard, carreau… dont la couleur diffère du reste du meuble.
    • D’azur à la fasce ondée haussée d’argent, accompagnée en chef des inscriptions en lettres capitales d’argent « AY » à dextre et « AR » à senestre, et en pointe d’un arc couché d’or, cordé de gueules sur lequel est ajustée une flèche d’argent, ferrée et empennée d’or, qui est de Ayros-Arbouix → voir illustration « flèche ferrée »
  3. (Héraldique) Se dit d’un meuble muni d'un fer de lance, flèche ou autre contrairement à sa représentation ordinaire.
    • D’azur à Saint Georges de carnation en cotte de fer, surcot et cape de gueules, chevauchant un destrier cabré d’argent et terrassant d’une croix latine à longue hampe de sable ferrée du même une vive aussi de sable dressée, le tout contourné posé sur une motte d’or mouvant de la pointe de l’écu et brochant à la fois sur le champ et sur un marécage de sinople, qui est de Saint-Georges-du-Vièvre → voir illustration « croix latine ferrée »
  4. (Héraldique) Qualifie un meuble présentant des ferrures dont la couleur diffère du reste du meuble.
    • D’argent à la bourse de sable ferrée d’or, qui est de Kaysersberg → voir illustration « bourse ferrée »
  5. (Héraldique) (Rare) Qualifie un cheval dont la représentation montre des fers d’un autre émail.
    • Tiercé en fasce d’azur, de gueules et de sable, au cheval élancé d’argent, ferré d’or, qui est des armoiries imaginaires attribuées à Casteran par Balzac dans son roman Béatrix → voir illustration « cheval ferrée »
  6. (Équitation) En parlant d'un cheval, qui porte des fers.
    • Verdi de Tillard (7) [...] restera ferré. — (Interview de Loïc Bernard Martin, Nantes, 7/11/2018, genybet.fr)

Forme de verbe

ferré \fɛ.ʁe\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe ferrer.

Forme de verbe

ferré \feˈre\

  1. Première personne du singulier du futur de l’indicatif du verbe irrégulier ferrar.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FERRER. v. tr.
Garnir de fer. Ferrer une porte, une fenêtre. Ferrer un coffre, une malle. Un bâton ferré. Ferrer des roues. Il signifie particulièrement Garnir de fers les pieds d'un cheval, d'un mulet, etc., à l'aide de clous. Ferrer un cheval des quatre pieds, le ferrer à neuf. Ferrer des chevaux à glace, Leur mettre des fers à crampons pour empêcher qu'ils ne glissent sur la glace. Ferrer des aiguillettes, un lacet, En garnir les extrémités de fer-blanc, de cuivre ou d'autre métal. Par extension, Ferrer d'or, ferrer d'argent, de cuivre, Garnir d'or, d'argent, etc., ce qui est ordinairement garni de fer. Cette cassette est ferrée d'or. Eau ferrée. Voyez EAU. Chemin ferré, Chemin dont le fond est ferme et pierreux et où l'on n'enfonce point. Il se dit aussi, par opposition à Chemin pavé, d'un Chemin qu'on a construit avec des cailloux. Fig. et Fam., Cet homme est ferré, Il connaît à fond telle question. Il est ferré sur ce sujet, on ne peut aisément l'embarrasser. Fig. et pop., Il a la gueule ferrée, c'est une gueule ferrée, se dit de Quelqu'un qui mange avidement des mets très chauds. Ferrer un poisson, en termes de Pêche à la ligne, Engager par un coup sec du poignet la pointe de l'hameçon dans la bouche du poisson qui a mordu.

Littré (1872-1877)

FERRÉ (fè-ré, rée) part. passé.
  • 1Garni de fer, et, en particulier, garni de métal à l'extrémité. Un lacet ferré. Un bâton ferré.

    Fig. Gueule ferrée, parleur impudent. Il eût fallu trouver [dans le parlement] des gueules bien fortes et bien ferrées pour vouloir opiner haut contre les formes en face du roi, Saint-Simon, 512, 18. Grâce aux alambics, au laboratoire et à la gueule ferrée des imposteurs, M. le duc d'Orléans ne laissa pas d'être heureux que Mme sa femme, qui eut une très violente colique, s'en tira heureusement, Saint-Simon, 240, 204.

    Avoir la bouche ferrée, le palais ferré, manger avidement quelque chose de brûlant.

    Fig. Avoir la bouche ferrée, être grossier dans son langage.

    Populairement. Il avalerait des charrettes ferrées, se dit d'un grand mangeur.

    Un mangeur de charrettes ferrées, un fanfaron, un faux brave.

  • 2Qui a le pied garni d'un fer. Cheval ferré.

    Par catachrèse. Ferré d'argent. Il [Charles XII] fit son entrée à Stockholm sur un cheval alezan, ferré d'argent, Voltaire, Charles XII, 1.

    Souliers ferrés, souliers garnis de clous pour qu'ils résistent plus longtemps à l'usure. Il quitte sa chaussure légère et prend des souliers ferrés et un gros bâton armé de fer, Genlis, Veillées du château t. I, p. 503.

    Fig. et familièrement. Être ferré, être ferré à glace sur un sujet, y être fort habile, ne pas craindre d'y être pris en défaut.

  • 3Eau ferrée, eau dans laquelle on a fait éteindre un fer rouge, ou tremper des clous, ou dissoudre des matières ferrugineuses.
  • 4Chemin ferré, chemin dont le fond est ferme et pierreux et où l'on n'enfonce point.

    Chemin ferré, se dit aussi, par opposition à chemin pavé, d'un chemin construit avec des cailloux.

    Fig. Style ferré (locution peu usitée), style qui a de la dureté. Il [Balzac, depuis le Prince] changea sa façon d'écrire pour montrer qu'il n'était pas ignorant comme on lui avait reproché ; mais, en récompense, il est ferré en quelques endroits, et cette affectation d'érudition n'est que trop souvent désagréable, Tallemant, t. IV, p. 91, éd. de 1855.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FERRÉ. Ajoutez :
5Kilomètre ferré, kilomètre de terrain pourvu d'un chemin de fer. On trouve les rapports suivants entre le kilomètre ferré et le kilomètre superficiel : Europe, 1 kil. ferré par 74 kil. superficiels…, Journ. offic. 21 oct. 1876, p. 7613, 1re col.

Voie ferrée, chemin de fer. Soit, pour les 132,000,000 de kil. carrés du globe, 1 kil. de voie ferrée par 440 kil. superficiels, ib. 2e col.

6 S. m. Un ferré, un seau en fer, dans le Dauphiné.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ferré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ferré fɛre

Évolution historique de l’usage du mot « ferré »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « ferré »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ferré »

Langue Traduction
Anglais railroad
Espagnol ferrocarril
Italien ferrovia
Allemand eisenbahn
Chinois 铁路
Arabe طريق السكك الحديدية
Portugais ferrovia
Russe железная дорога
Japonais 鉄道
Basque trenari
Corse ferrovia
Source : Google Translate API

Synonymes de « ferré »

Source : synonymes de ferré sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ferré »

Ferré

Retour au sommaire ➦

Partager