La langue française

Fabuliste

Sommaire

  • Définitions du mot fabuliste
  • Étymologie de « fabuliste »
  • Phonétique de « fabuliste »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fabuliste »
  • Citations contenant le mot « fabuliste »
  • Traductions du mot « fabuliste »

Définitions du mot fabuliste

Trésor de la Langue Française informatisé

FABULISTE, subst. masc.

Écrivain qui compose des fables. L'apologue a dû naître dans l'Inde et (...) le premier fabuliste fut sûrement un brachmane (Florian, Fables,1792, p. 31).Le mot du fabuliste : « Ils sont trop verts », se réédite à chaque vendange (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 135):
Au lieu de se traîner sur les traces d'un modèle inimitable, le nouveau fabuliste se fraie une route nouvelle, il arme l'apologue du trait le plus aigu de l'épigramme, et force le vice ou le ridicule à se trahir lui-même par le cri qu'il lui arrache. Jouy, Hermite,t. 4, 1813, p. 356.
P. ext. Grandville, le fabuliste du crayon (...) qui n'avait de l'esprit que dans ses croquis, n'était pas non plus des habitués [de Gavarni] (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 6, 1863, p. 193).
Prononc. et Orth. : [fɑbylist] ou [fa-]. Cf. fable. Ds Ac. 1740-1932. Étymol. et Hist. 1588 gaudisseur, plaisanteur, moqueur ou fabuliste (Guterry, Ep. dorees de Guevara d'apr. Delboulle ds DG); 1688 « auteur de fables » (La Fontaine, Fables, Préface, éd. A. Régnier, t. 1, p. 19). Formation savante sur le lat. class. fabula (v. fable); suff. -iste*; l'attest. du xvies. représente sans doute un empr. à l'esp. fabulista, dér. du doublet sav. esp. de habla, fabula (Cor., s.v. hablar). Fréq. abs. littér. : 45. Bbg. Wolf (H.-J.). It. romanista, quattrocentista. Rom. Forsch. 1972, t. 84, p. 320.

Wiktionnaire

Adjectif

fabuliste \fa.by.list\ masculin et féminin identiques

  1. Qui relève de la fable.
    • Ils n’ont qu’à partir de LA RÉALITÉ et prendre une réelle distance de leurs théories fabulistes, qui ne répondent souvent qu’aux intérêts de ceux qui les paient. — (Tunis peine à prendre le contrôle du pays, Le Devoir.com, 9 février 2011)

Nom commun

fabuliste \fa.by.list\ masculin et féminin identiques

  1. (Littérature) Auteur ou autrice qui compose des fables, des apologues.
    • La valeur sociale du bon sens, la nature t’en apporte mille témoignages : c’est, entre mille autres, le cas, présenté par le fabuliste, du gland et de la citrouille. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FABULISTE. n. m.
Auteur qui compose des fables, des apologues. Ésope est considéré comme le plus ancien des fabulistes.

Littré (1872-1877)

FABULISTE (fa-bu-li-st') s. m.
  • Auteur qui compose des fables. Cette règle [ne mettre dans les fables que des animaux] est moins de nécessité que de bienséance, puisque ni Ésope ni Phèdre ni aucun des fabulistes ne l'a gardée, La Fontaine, Fabl. Préf. Le mot fabuliste paraît encore nouveau ; mais il est établi par la Fontaine, à qui il appartenait bien de donner les noms en cette matière, Lamotte, Fabl. Préf. p. XII, éd. in-4°.

REMARQUE

Fabuliste n'est ni dans le Dictionnaire de Nicot ni dans la 1re édition de celui de l'Académie.

SYNONYME

FABULISTE, FABLIER. Fablier n'est qu'un mot de circonstance fait pour la Fontaine ; c'est fabuliste que l'usage a admis pour désigner un auteur qui compose des fables.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FABULISTE, s. m. (Littér.) auteur qui écrit des fables, fabulas, c’est-à-dire des narrations fabuleuses, accompagnées d’une moralité qui sert de fondement à la fiction.

Non-seulement un fabuliste doit se proposer sous le voile de la fiction, d’annoncer quelque vérité morale, utile pour la conduite des hommes, mais encore l’annoncer d’une maniere qui ne rebute point l’amour-propre, toûjours rebelle aux préceptes directs, & toûjours favorable à ces déguisemens heureux qui ont l’art d’instruire en amusant.

Les enfans nouveaux venus dans le monde, n’en connoissent pas les habitans, ils ne se connoissent pas eux-mêmes ; mais il convient de les laisser dans cette ignorance le moins qu’il est possible. Il leur faut apprendre ce que c’est qu’un lion, un renard, un singe, & pour quelle raison on compare quelquefois un homme à de tels animaux : c’est à quoi les fables sont destinées, & les premieres notions de ces choses proviennent d’elles ; ensuite par les raisonnemens & les conséquences qu’on peut tirer des fables, on forme le jugement & les mœurs des enfans. Plûtôt que d’être réduits à corriger nos mauvaises habitudes, nos parens devroient travailler à les rendre bonnes, pendant qu’elles sont encore indifférentes au bien & au mal ; or les fables y peuvent contribuer infiniment, & c’est ce qui a fait dire à Lafontaine qu’elles étoient descendues du ciel pour servir à notre instruction :

L’apologue est un don qui vient des immortels,
Ou si c’est un présent des hommes,
Quiconque nous l’a fait, mérite des autels.

Esope, suivant tous les critiques, mérite ces autels : c’est à lui qu’on est redevable de ce beau présent ; c’est lui qui a la gloire de cette invention, ou du moins qui a si bien manié ce sujet, qu’on l’a regardé dans l’antiquité comme le pere ou le principal auteur des apologues : c’est ce qui a engagé Philostrate à embellir cette vérité par une fiction ingénieuse. « Esope, dit-il, étant berger, menoit souvent paître ses troupeaux près d’un temple de Mercure où il entroit quelquefois, faisant au dieu de petites offrandes, comme de fleurs, d’un peu de lait, de quelques rayons de miel, & lui demandant avec instance quelques rayons de sagesse. Plusieurs se rendoient aussi dans le même temple pour le même dessein, & faisoient au dieu des offrandes très-considérables. Mercure voulant reconnoître leur piété, donna aux uns le don de l’Astrologie, aux autres le don de l’Éloquence, & à quelques-uns le don de la Musique. Il oublia par malheur Esope ; mais comme son intention étoit de le récompenser, il lui donna le don de faire des fables » … Revenons à l’histoire.

Esope a cela de commun avec Homere, qu’on ignore le vrai lieu de sa naissance ; néanmoins l’opinion générale le fait sortir d’un bourg de Phrygie. Il florissoit du tems de Solon, c’est-à-dire vers la 52e olympiade ; il naquit esclave, & servit en cette qualité plusieurs maîtres. Il apprit à Athenes la pureté de la langue greque, comme dans sa source ; perfectionna ses talens par les voyages, & se distingua par ses réponses dans l’assemblée des sept sages. Sa haute réputation étant parvenue jusqu’aux oreilles de Crésus roi de Lydie, ce monarque le fit venir à sa cour, le prit en affection, & l’honora de sa confiance. Mais l’étude favorite d’Esope fut toûjours la Philosophie morale, dont il remplit son ame & son esprit, convaincu de l’inconstance & de la vanité des grandeurs humaines : on sait son bon mot sur cet article. Chylon lui ayant demandé quelle étoit l’occupation de Jupiter, remporta d’Esope cette réponse merveilleuse : Jupiter abaisse les choses hautes, & éleve les choses basses. Cependant il fut traité comme sacrilege ; car ayant été envoyé par Crésus au temple de Delphes, pour offrir en son nom des sacrifices, ses discours sur la nature des dieux indisposerent les Delphiens, qui le condamnerent à la mort. En vain Esope leur raconta la fable de l’aigle & de l’escarbot pour les ramener à la clémence, cette fable ne toucha point leur cœur ; ils précipiterent Esope du haut de la roche d’Hyampie, & s’en repentirent trop tard.

Après sa mort les Athéniens se croyant en droit de se l’approprier, parce qu’il avoit eu pour son premier maître Démarchus citoyen d’Athenes, lui érigerent une statue, que l’on conjecture avoir été faite par Lysippe. Enfin pour consoler la Grece entiere qui pleuroit sa perte, les Poëtes furent obligés de feindre que les dieux l’avoient ressuscité. Voilà tout ce qu’on sait d’Esope, même en rassemblant divers passages d’Hérodote, d’Aristophane, de Plutarque, de Diogene de Laërce & de Suidas. M. de Méziriac en a fait un bel usage dans la vie de ce fabuliste, qu’il a publiée en 1632.

Il n’est pas facile de décider si l’inventeur de l’apologue composa ses fables de dessein formé, pour en faire une espece de code qui renfermât dans des fictions allégoriques toute la morale qu’il vouloit enseigner ; ou bien si les différentes circonstances dans lesquelles il se trouva, y ont successivement donné lieu. De quelque façon & dans quelque vûe qu’il ait composé ses fables, il est certain qu’elles ne sont pas toutes parvenues jusqu’à nous, les anciens en ont cité quelques-unes qui nous manquent ; mais il n’est pas moins certain qu’elles étoient si familieres aux Grecs, que pour taxer quelqu’un d’ignorance ou de stupidité, il avoit passé en proverbe de dire, cet homme ne connoît pas même Esope.

Il faut ajoûter à sa gloire, qu’il sut employer avec art contre les défauts des hommes, les leçons les plus sensées & les plus ingénieuses dont l’esprit humain pût s’aviser. Celui qui a dit que ses apologues sont les plus utiles de toutes les fables de l’antiquité, savoit bien juger de la valeur des choses : c’est Platon qui a porté ce jugement. Il souhaite que les enfans sucent les fables d’Esope avec le lait, & recommande aux nourrices de les leur apprendre ; parce que, dit-il, on ne sauroit accoûtumer les hommes de trop bonne heure à la vertu.

Apollonius de Thyane ne s’est pas expliqué moins clairement sur le cas qu’il faisoit des fables d’Esope, aussi ne sont-elles jamais tombées dans le mépris. Notre siecle, quelque dédaigneux & quelqu’orgueilleux qu’il soit, continue de les estimer ; & le travail que M. Lestrange a fait sur ces mêmes fables en Angleterre, y est toûjours très-applaudi.

Quoique la vie du fabuliste phrygien, donnée par Planude, soit un vrai roman, de l’aveu de tout le monde, il faut cependant convenir que c’est un roman heureusement imaginé, que d’avoir conservé dans l’inventeur de l’apologue sa qualité d’esclave, & d’avoir fait de son maître un homme plein de vanité. L’esclave ayant à ménager l’orgueil du maître, il ne devoit lui présenter certaines vérités qu’avec précaution ; & l’on voit aussi dans sa vie, que le sage Esope sait toûjours concilier les égards & la sincérité par ses apologues. D’un autre côté, le maître qui s’arroge le nom de philosophe, ne devoit pas être homme à s’en tenir à l’écorce ; il devoit tirer des fictions de l’esclave les vérités qu’il y renfermoit : il devoit se plaire à l’artifice respectueux d’Esope, & lui pardonner la leçon en faveur de l’adresse & du génie. Nous autres fabulistes, pouvoit dire Esope, nous sommes des esclaves qui voulons instruire les hommes sans les fâcher, & nous les regardons comme des maîtres intelligens qui nous savent gré de nos ménagemens, & qui reçoivent la vérité, parce que nous leur laissons l’honneur de la deviner en partie.

Socrate songeant à concilier ensemble le caractere de poëte & celui de philosophe, fit à son tour des fables qui contenoient des vérités solides, & d’excellentes regles pour les mœurs ; il consacra même les derniers momens de sa vie à mettre en vers quelques-uns des apologues d’Esope.

Mais ce digne mortel, qui passe communément pour avoir eu le plus de communication avec les dieux, n’est pas le seul qui ait considéré comme sœurs la Poësie & les Fables. Phedre, affranchi d’Auguste, & dans la suite persécuté par Sejan, suivit l’exemple de Socrate, & sa façon de penser. Se voyant sous un regne où la tyrannie rendoit dangereux tout genre d’écrire un peu libre & un peu élevé, il évita de se montrer d’une façon brillante, & vécut dans le commerce d’un petit nombre d’amis, éloigné de tous lieux où l’on pouvoit être entendu par les délateurs. « L’homme, dit-il, se trouvant dans la servitude, parce qu’il n’osoit parler tout haut, glissa dans ses narrations fabuleuses les pensées de son esprit, & se mit par ce moyen à convert de la calomnie ». Préface du troisieme livre de ses fables, qu’il dédia à Eutyche. Il s’occupa donc dans la solitude du cabinet à écrire des fables, & son génie poétique lui fut d’une grande ressource pour les composer en vers ïambiques. Quant à la matiere, il la traita dans le goût d’Esope, comme il le déclare lui même :

Æsopus auctor, quam materiam reperit,
Hanc ego polivi versibus senariis.

Il ne s’écarta de son modele qu’à quelques égards, mais alors ce fut pour le mieux. Du tems d’Esope, par exemple, la fable étoit comptée simplement, la moralité séparée, & toûjours de suite. Phedré ne crut pas devoir s’assujettir à cet ordre méthodique ; il embellit la narration, & transporte quelquefois la moralité de la fin au commencement de la fable. Ses fleurs, son élégance & son extrème briéveté le rendent encore très-recommandable ; & si l’on y veut faire attention, on reconnoîtra dans le poëte de Thrace le caractere de Térence. Sa simplicité est si belle, qu’il semble difficile d’élever notre langue à ce haut point de perfection. Son laconisme est toûjours clair, il peint toûjours par des épithetes convenables ; & ses descriptions renfermées souvent en un seul mot, répandent encore de nouvelles graces dans ses ouvrages.

Il est vrai que cet auteur plein d’agrémens, a été très peu connu pendant plusieurs siecles ; mais ce phénomene doit seulement diminuer notre surprise à l’égard de l’obscurité qui a couvert la gloire de Paterculus son contemporain, & pareillement de Quinte-Curce, dont personne n’a fait mention avant le xv. siecle. Phedre a presque eu le même sort ; Pierre Pithou partage avec son frere l’honneur de l’avoir mis le premier au jour, l’an 1596. Les savans de Rome jugerent d’abord que c’étoit un faux nom ; mais bientôt après ils crurent rencontrer dans son style les caracteres du siecle d’Auguste, & personne n’en doute aujourd’hui. Phedre est devenu un de nos précieux auteurs classiques, dont on a fait plusieurs traductions françoises & de très-belles éditions latines, publiées par les soins de MM. Burman & Hoogstraten, en Hollande, depuis l’édition de France à l’usage du Dauphin.

Après Phedre, Rufus Festus Aviénus, qui vivoit sur la fin du jv. siecle, sous l’empire de Gratien, nous a donné des fables en vers élégiaques, & les a dédiées à Théodose l’ancien, qui est le même que Macrobe. Mais les fables d’Aviénus sont bien éloignées de la beauté & de la grace de celles de Phedre ; outre qu’elles ne paroissent guere propres aux enfans, s’il est vrai, comme le pense Quintilien, qu’il ne leur faut montrer que les choses les plus pures & les plus exquises.

Faërno (Gabrieli), natif de Crémone en Italie, poëte latin du xvj. siecle, mort à Rome en 1561, s’est attiré les loüanges de quelques savans, pour avoir mis les fables d’Esope en diverses sortes de vers ; mais il auroit été plus estimé, dit M. de Thou, s’il n’eût point caché le nom de Phedre, sur lequel il s’étoit formé, ou qu’il n’eût pas supprimé ses écrits, qu’il avoit entre les mains. Vainement M. Perrault a traduit les fables de Faërno en françois ; sa traduction qui vit le jour à Paris en 1699, est entierement tombée dans l’oubli.

Je n’ai pas fait mention jusqu’ici de deux fabulistes grecs nommés Gabrias & Aphthon, parce que le petit détail qui les concerne, est plûtôt une affaire d’érudition que de goût. Au reste les curieux trouveront dans la Bibliotheque de Fabricius tout ce qui regarde ces deux auteurs ; j’ajoûterai seulement que c’est du premier que veut parler Lafontaine, quand il dit :

Mais sur-tout certain Grec renchérit, & se pique
D’une élégance laconique :
Il renferme toûjours son conte en quatre vers,
Bien ou mal ; je le laisse à juger aux experts.

Si quelqu’un me reprochoit encore mon silence à l’égard de Locman, dont les fables ont été publiées en arabe & en latin par Thomas Erpenius, je lui ferois la même réponse, & je le renverrois à la Bibliotheque de d’Herbelot, à l’Histoire orientale d’Hottinger, ou à d’autres érudits, qui ont discuté l’incertitude de toutes les traditions qu’on a débitées sur le compte de ce fabuliste étranger.

Mais Pilpay ou Bidpay paroît plus digne de nous arrêter un moment. Quoique ce rare esprit ait gouverné l’Indostan sous un puissant empereur, il n’en étoit pas pour cela moins esclave ; car les premiers ministres des souverains, & sur-tout des despotes, le sont encore plus que leurs moindres sujets : aussi Pilpay renferma sagement sa politique dans ses fables, qui devinrent le livre d’état & la discipline de l’Indostan. Un roi de Perse digne du throne, prévenu de la beauté des maximes de l’auteur, envoya recueillir ce thrésor sur les lieux, & fit traduire l’ouvrage par son premier medecin. Les Arabes lui ont aussi décerné l’honneur de la traduction, & il est demeuré en possession de tous les suffrages de l’Orient. J’accorderois volontiers à M. de la Mothe que les fables de Pilpay ont plus de réputation que de valeur ; qu’elles manquent par le naturel, l’unité & la justesse des pensées ; & que de plus elles sont un composé bisarre d’hommes & de génies dont les avantures se croisent sans cesse. Mais d’un autre côté Pilpay est inventeur, & ce mérite compensera toûjours bien des défauts.

Enfin le célebre Lafontaine a paru pour effacer tous les fabulistes anciens & modernes ; j’ose même y comprendre Esope & Phedre réunis. Si le Phrygien a la premiere gloire de l’invention, le François a certainement celle de l’art de conter, c’est la seconde ; & ceux qui le suivront, n’en acquerront jamais une troisieme.

Envain un excellent critique des amis de Lafontaine, M. Patru, voulut le dissuader de mettre ses fables en vers ; envain il lui représenta que leur principal ornement étoit de n’en avoir aucun ; que d’ailleurs la contrainte de la poésie, jointe à la sévérité de notre langue, l’embarrasseroit continuellement, & banniroit de la plûpart de ses récits la briéveté, qu’on peut en appeller l’ame, puisque sans elle il faut nécessairement que la fable languisse. Lafontaine par son heureux génie surmonta tous ces obstacles, & fit voir que les graces du laconisme ne sont pas tellement ennemies des muses françoises, que l’on ne puisse dans le besoin les faire aller ensemble.

Nourri des meilleurs ouvrages du siecle d’Auguste, qu’il ne cessoit d’étudier, tantôt il a répandu dans ses fables une érudition enjoüée, dont ce genre d’écrire ne paroissoit pas susceptible ; tantôt, comme dans le paysan du Danube, il a saisi le sublime de l’éloquence. Mille autres beautés sans nombre qui nous enchantent & nous intéressent, brillent de toutes parts dans ses fables ; & plus on a de goût, plus on est éclairé, plus on est capable de les sentir. Quelle admirable naïveté dans le style & le récit ! Combien d’esprit voilé sous une simplicité apparente ! Quel naturel ! quelle facilité de tours & d’idées ! quelle connoissance des travers du cœur humain ! quelle pureté dans la morale ! quelle finesse dans les expressions ! quel coloris dans les peintures. Voyez l’article Fable, où l’on a si bien développé en quoi consiste le charme de celles de Lafontaine.

Ce mortel, unique dans la carriere qu’il a courue, né à Château-Thierry en 1621, mort à Paris en 1695, est le seul des grands hommes de son tems qui n’eut point de part aux bienfaits de Louis XIV. Il y avoit droit par son mérite & par sa pauvreté. Cet homme célebre, ajoûte M. de Voltaire, réunissoit en lui les graces, l’ingénuité, & la crédulité d’un enfant : il a beaucoup écrit contre les femmes, & il eut toûjours le plus grand respect pour elles : il faisoit des vers licencieux, & il ne laissa jamais échapper aucune équivoque ; si fin dans ses ouvrages, si simple dans son maintien & dans ses discours, si modeste dans ses productions, que M. de Fontenelle a dit plaisamment que c’étoit par bêtise qu’il préféroit les fables des anciens aux siennes ; en effet il a presque toûjours surpassé ses originaux, sans le croire & sans s’en douter.

Il a tiré d’Esope, de Phedre, d’Aviénus, de Faërne, de Pilpay, & de quelques autres écrivains moins connus, plusieurs de ses sujets ; mais comment les rend-t-il ? toûjours en les ornant & les embellissant, au point que toutes les beautés sont de lui, & les défauts, s’il y en a, sont des autres. Par exemple, le fond de la fable intitulée, le meûnier, son fils & l’âne, est empruntée de l’agaso de Frideric Widebrame, que Dornavius a donné dans l’amphitheatrum sapientiæ socraticæ, tom. I. pag. 502. in-fol. Hanovr. 1619. Dans l’auteur latin c’est un récit sans grace, sans sel & sans finesse ; dans le poëte françois c’est un chef-d’œuvre de l’art, une fable unique en son genre, une fable qui vaut un poëme entier. Chose étonnante ! tout prend des charmes sous la plume de cet aimable auteur, jusqu’aux inégalités & aux négligences de sa poésie. D’ailleurs on ne trouve nulle part une façon de narrer plus ingénieuse, plus variée, plus séduisante ; & cela est si vrai, que ses fables sont peut-être le seul ouvrage dont le mérite ne soit ni balancé ni contredit par personne en aucun pays du monde.

En un mot, le beau génie de Lafontaine lui a fait rencontrer dans ce genre de composition mille & mille traits qui paroissent tellement propres à son sujet, que le premier mouvement du lecteur est de ne pas douter qu’il ne les trouvât aussi-bien que lui. C’est-là vraissemblablement une des raisons qui ont engagé plusieurs poëtes à l’imiter ; & tous, sans en excepter M. de la Mothe, avec trop peu de succès.

Nous ne prétendons pas nier qu’il ne se trouve dans les fables de ce dernier écrivain, de la justesse, une composition réguliere, une invention ingénieuse, quantité d’excellentes tirades, d’endroits pleins d’esprit, de finesse & de délicatesse ; mais il n’y a point ce beau naturel qui plaît tant dans Lafontaine. M. de la Mothe n’a point attrapé les graces simples & ingénues du fablier de madame de Bouillon ; il semble qu’il réfléchissoit plus qu’il ne pensoit, & qu’il avoit plus de talent pour décrire que pour peindre. Voyez encore à ce sujet l’article Fable.

On loüa excessivement celles de M. de la Mothe, lorsqu’il les récita dans les assemblées publiques de l’Académie Françoise ; mais quand elles furent imprimées, elles ne soûtinrent plus les mêmes éloges. Quelques personnes se souviennent encore d’avoir oüi raconter qu’un de ses plus zélés partisans avoit donné à son neveu deux fables à apprendre par cœur, l’une de Lafontaine, & l’autre de la Mothe. L’enfant, âgé de six à sept ans, avoit appris promptement celle de Lafontaine, & n’avoit jamais pû retenir un vers de celle de la Mothe.

Il ne faut pas croire que le public ait un caprice injuste, quand il a improuvé dans les fables de la Mothe des naïvetés qu’il paroît avoir adoptées pour toûjours dans celles de Lafontaine : ces naïvetés ne sont point les mêmes. Que Lafontaine appelle un chat qui est pris pour juge, sa majesté fourrée, cette épithete fait une image simple, naturelle & plaisante ; mais que M. de la Mothe appelle un cadran un greffier solaire, cette idée alambiquée révolte, parce qu’elle est sans justesse & sans graces.

Je suis bien éloigné de faire ces réflexions pour jetter le moindre ridicule sur le mérite distingué d’un homme des plus estimables que la France ait eus dans les Lettres, & dont l’odieuse envie n’a pû ternir la gloire. M. Houdart de la Mothe, mort sexagénaire à Paris en 1731, après avoir eu le malheur d’être privé de l’usage de ses yeux dès l’âge de vingt-quatre ans, étoit un esprit très-pénétrant, très-étendu ; un écrivain fécond & délicat ; un modele de décence, de politesse & d’honnêteté dans la critique. Ses ouvrages, en grand nombre, sont remplis de beautés, de goût & d’érudition choisie. Enfin les fables même qu’il a publiées, indépendamment des autres morceaux excellens qui nous restent de lui en plusieurs genres, empêcheront toûjours qu’on n’ose le mettre au rang des auteurs médiocres.

Je ne dirai rien de nos voisins ; le talent de conter supérieurement n’a point passé chez eux, ils n’ont point de fabulistes. Je sai bien que le poëte Gai a fait en anglois des fables estimées par sa nation, & que Geller, poëte saxon, a publié des fables & des contes qui ont eu beaucoup de succès dans son pays ; mais les Anglois ne regardent les fables de Gai que comme son meilleur ouvrage, & les Allemands même reprochent à Geller d’être monotone & diffus. Je doute que ce qui manque à l’un pour être excellent, & que deux défauts aussi considérables que ceux qu’on reconnoît dans l’autre, puissent être rachetés par la pureté du style, la délicatesse des pensées, & les sentimens d’amour & d’amitié qu’on dit que celui-ci a sû répandre dans ce genre d’ouvrages ; & par la force de l’expression, & la beauté de la morale & des maximes qu’on accorde à celui-là. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fabuliste »

(XVIe siècle) Du latin fabula (« fable ») avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. fabula, apologue, et la finale iste, qui signifie celui qui s'applique à un objet d'une manière spéciale.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fabuliste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fabuliste fabylist

Évolution historique de l’usage du mot « fabuliste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fabuliste »

  • La grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf n'a éclaté que dans la courte mémoire du fabuliste. De André Breton / Point du jour
  • Un appel à la labellisation d’initiatives est lancé dans le cadre des 400 ans de Jean de La Fontaine. Toute valorisation originale du fabuliste bénéficiera à la cité des Fables. Journal L'Union abonné, Des projets labellisés à Château-Thierry pour l’anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine
  • Sur scène ou sur écran, façon Nicolas Jobert ; dans la rue, à travers les réseaux sociaux (comme ce week-end) ou en photo, il y a différentes manières de célébrer le fabuliste. Journal L'Union abonné, À Château-Thierry, chacun recherche la meilleure manière de fêter Jean de La Fontaine
  • Depuis l’apparition de l’épidémie de Covid-19, on a beaucoup cité Albert Camus et un peu moins Jean de La Fontaine. « Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés », écrit le célèbre fabuliste dans « Les Animaux malades de la peste », une citation qui résume bien les effets de la pandémie sur l’économie française. Malgré les efforts déployés par le [...] argusdelassurance.com, Tous étaient frappés
  • La morale et surtout, les valeurs que cache chacune des petites histoires, va s’inviter pendant ces vacances. Sous les peux de bêtes du loup et de l’agneau, ou des plumes de la cigogne ou encore de la fourrure du lion, ce sont les petits et gros travers des humains dont se moque le fabuliste national Jean De La Fontaine. Elles sont offertes aux CM2 cette année, dans le cadre de l’opération nationale « Un livre pour les vacances ». Le Journal De Mayotte, Les Fables de La Fontaine vont faire rire et réfléchir les CM2 pendant ces vacances - Le Journal De Mayotte actualité
  • Pour la réouverture en grand des portes des écoles, le groupe scolaire Jean-Moulin a reçu, en ce début de semaine, la visite du recteur d’académie Benoit Delaunay. Après avoir salué les enseignants et pris la température de l’école en cette période troublée, il s’est rendu, masque sur le visage, dans la classe de CM2 de Mylène Chambert pour accompagner la remise aux futurs collégiens d’un recueil de fables de La Fontaine. Les élèves l’ont gratifié d’une mise en voix d’un poème du fameux fabuliste, "Le Loup et l’agneau". ladepeche.fr, Blagnac. Le recteur encourage la poésie à l’école J.-Moulin - ladepeche.fr

Traductions du mot « fabuliste »

Langue Traduction
Anglais fabulist
Espagnol fabulista
Italien favolista
Allemand fabulist
Chinois 推销员
Arabe المفبرك
Portugais fabulista
Russe баснописец
Japonais ファバリスト
Basque fabulist
Corse fabulista
Source : Google Translate API
Partager