La langue française

Enclitique

Sommaire

  • Définitions du mot enclitique
  • Étymologie de « enclitique »
  • Phonétique de « enclitique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « enclitique »
  • Citations contenant le mot « enclitique »
  • Traductions du mot « enclitique »
  • Synonymes de « enclitique »

Définitions du mot enclitique

Trésor de la Langue Française informatisé

ENCLITIQUE, subst. masc.

Mot inaccentué considéré traditionnellement comme joint au mot qui le précède de façon à ne former avec lui qu'un seul mot porteur de l'accent.
Emploi adj. Mot enclitique. Ainsi se forment des groupes dits enclitiques : « jel = je le » (Lar. Lang. fr., s.v. lettree,p. 1436).
Rem. 1. Sust. ds Ac. 1798-1878, Pt Rob.; subst. et adj. ds Littré, Lar. 19e, Lar. encyclop.; adj. et subst. ds DG, Ac. 1932, Rob. 2. Le genre a varié. ,,Enclitique est du féminin, on sous-entend le mot particule; mais, en sous-entendant mot, on l'a fait du masculin`` (Littré). Ac. 1798 : masc.; Ac. 1835 : fém. (v. de même Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.; cf. cependant Lar. 19eSuppl. 1878 : ,,peut être employé au masc.``); Ac. 1878 : fém., masc. (de même Littré, DG, Lar. 20e); Ac. 1932 : masc. (de même Rob., Lar. encyclop., Lar. Lang. fr.).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃klitik]. Ds Ac. 1798-1932. Étymol. et Hist. 1533 particules enclitiques (Montflory, Briefve doctrine pour deuement escripre, in Ch. Beaulieux, Hist. de l'orthographe fr., II, 118 ds Quem. DDL t. 12). Empr. au gr. ε ̓ γ κ λ ι τ ι κ ο ́ ς de même sens.

Wiktionnaire

Adjectif

enclitique \ɑ̃.kli.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Grammaire) Relatif à l’enclitique, mot phonétiquement attaché au précédent.
    • T-il est une forme enclitique du pronom personnel sujet il à la forme interrogative.

Nom commun

enclitique \ɑ̃.kli.tik\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. (Linguistique) Clitique phonétiquement attaché au mot précédent. Mot qui prend appui sur le mot précédent et forme avec lui une seule unité accentuelle.
    • Une enclitique est un petit mot que l'on joint au mot qui le précede, en appuyant sur la derniere syllabe de ce mot — (L’Encyclopédie)
    • En français, les pronoms dans puis-je, est-ce et allez-y sont des enclitiques.
    • En japonais, la prolifération des suffixes fonctionnels et la complexité des enclitiques supposent que le sujet s’avance dans l’énonciation à travers des précautions, des reprises, des retards et des insistances dont le volume final […] fait précisément du sujet une grande enveloppe vide de la parole, et non ce noyau plein qui est censé diriger nos phrases. — (Roland Barthes, L’Empire des signes, Flammarion, p. 12)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENCLITIQUE. adj. des deux genres
. T. de Grammaire. Qui s'appuie sur ce qui précède. Mots enclitiques, ou plus souvent, par ellipse, Enclitique n. m. f. Un enclitique. Une enclitique. Il se dit aussi des Mots qui sont joints au mot précédent et qui, ne portant pas l'accent, font corps avec lui. En latin que est enclitique dans Arma virumque; en français ce est enclitique dans est-ce?

Littré (1872-1877)

ENCLITIQUE (an-kli-ti-k') s. f.
  • Terme de grammaire grecque. Mot qui, perdant son accent, se lie au mot précédent et en fait, pour la prononciation, réellement partie. En latin que est enclitique dans hominumque deumque ; et en français ce est enclitique dans : Est-ce Dieu, sont-ce les hommes Dont les œuvres vont éclater ? Racine, Esth. II, 9.

    Adj. Les mots, les particules enclitiques.

REMARQUE

1. Enclitique est du féminin, on sous-entend le mot particule ; mais, en sous-entendant mot, on l'a fait du masculin, comme M. Egger qui, dans l'exemple cité à ENCLINOMÉNE, a dit que tout enclitique est un enclinomène, et non toute.

2. En français nous entendons souvent par enclitique non-seulement les véritables enclitiques, mais tous les enclinomènes, c'est-à-dire même ceux qu'on a nommés proclitiques, parce qu'ils perdent leur accent en s'appuyant sur le mot qui les suit. Ainsi Burnouf, dans sa Grammaire grecque, § 405, donne comme des proclitiques les mots écrits en italique dans ce vers de Racine : Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon cœur. Nous disons plus volontiers que ce sont des enclitiques, sans faire la distinction si le mot qui perd l'accent est avant ou après.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ENCLITIQUE, adj. féminin pris subst. terme de Grammaire, & sur-tout de Grammaire greque, par rapport à la lecture & à la prononciation. Ce mot vient de l’adjectif grec ἐγκλιτικὸς, incliné. R. ἐγκλίνω, inclino. Ce mot est une expression métaphorique.

Une enclitique est un petit mot que l’on joint au mot qui le précede, en appuyant sur la derniere syllabe de ce mot ; c’est pour cela que les Grammairiens disent que l’enclitique renvoye l’accent sur cette derniere syllabe, & s’y appuie : l’on baisse la voix sur l’enclitique : c’est par cette raison qu’elle est appellée enclitique, c’est-à-dire enclinée, appuyée, Les monosyllabes que, ne, ve, sont des enclitiques en latin : rectè, beatè-que vivendum ; terra-que, pluit-ne ? alter-ve. C’est ainsi qu’en françois, au lieu de dire aime-je, en séparant je de aime, & faisant sentir les deux mots, nous disons aimé-je, en joignant je avec aime : je est alors une enclitique. En un mot être enclitique, dit la méthode de Port-royal, à l’avertissement de la regle xxij. n’est autre chose que s’appuyer tellement sur le mot précédent, qu’on ne fasse plus que comme un seul mot avec lui.

Les Grammairiens aiment à personnifier les mots : les uns gouvernent, régissent, veulent ; les autres, comme les enclitiques, s’inclinent, panchent vers un certain côté. Ceux-ci, dit-on, renvoyent leur accent sur la derniere syllabe du mot qui les précede ; ils s’y unissent & s’y appuient, & voilà pourquoi, encore un coup, on les appelle enclitiques.

Il y a, sur-tout en grec, plusieurs de ces petits mots qui étoient enclitiques lorsque dans la prononciation ils paroissoient ne faire qu’un seul & même mot avec le précédent ; mais si dans une autre phrase la même enclitique suivoit un nom propre, elle cessoit d’être enclitique & gardoit son accent ; car l’union de l’enclitique avec le nom propre, auroit rendu ce nom méconnoissabble : ainsi τι, aliquid, est enclitique ; mais il n’est pas enclitique dans cette phrase, οὔτε εἰς Καίσαρα τὶ ἥμαρτον, act. 25. je n’ai rien fait contre César. Si τὶ étoit enclitique, on prononceroit tout de suite Καισαράτι, ce qui défigureroit le nom grec de César.

Les personnes qui voudroient avoir des connoissances pratiques les plus détaillées sur les enclitiques, peuvent consulter le jxe livre de la méthode greque de Port-royal, où l’on traite de la quantité des accens & des enclitiques. Ces connoissances ne regardent que la prononciation du grec avec l’élévation & l’abaissement de la voix, & les inflexions qui étoient en usage quand le grec ancien étoit encore une langue vivante. Sur quoi il est échappé à la méthode de Port-royal de dire, p. 548, « qu’il est bien difficile d’observer tout cela exactement, n’y ayant rien de plus embarrassant que de voir un si grand nombre de regles accompagnées d’un nombre encore plus grand d’exceptions ». Et à l’avertissement de la regle xxij. l’auteur de cette méthode dit « qu’une marque que ces regles ont été souvent forgées par les nouveaux grammairiens, ou accommodées à leur usage, c’est que non-seulement les anciens, mais ceux du siecle passé même, ne s’accordent pas toûjours avec ceux-ci, comme on voit dans Vergare, l’un des plus habiles, qui vivoit il y a environ 150 ans ». Je me sers de l’édition de la méthode greque de Port-royal, à Paris, 1696.

Il y avoit encore à Paris à la fin du dernier siecle, des savans qui prononçoient le grec en observant avec une extrème exactitude la différence des accens ; mais aujourd’hui il y a bien des gens de Lettres qui prononcent le grec, & même qui l’écrivent sans avoir égard aux accens, à l’exemple du P. Sanadon, qui dans sa préface sur Horace dit : « J’écris le grec sans accens ; le mal n’est pas grand, je pourrois même prouver qu’il seroit bon qu’on ne l’écrivît point autrement ». Préface, p. 16. C’est ainsi que quelques-uns de nos beaux esprits entendent fort bien les livres anglois ; mais ils les lisent comme s’ils lisoient des livres françois. Ils voyent écrit people, ils prononcent people au lieu de piple ; & disent, avec le P. Sanadon, que le mal n’est pas grand, pourvû qu’ils entendent bien le sens. Il y a pourtant bien de la différence, par rapport à la prononciation, entre une langue vivante & une langue morte depuis plusieurs siecles. (F)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « enclitique »

(1798) Via le latin encliticus, du grec ἐγκλιτικός, enklitikos. (1613) enclitice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἐγϰλιτιϰὸς, de ἐγϰλίνειν, incliner, de ἐν, en, et ϰλίνειν, baisser (voy. CLINIQUE et INCLINER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « enclitique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enclitique ɑ̃klitik

Évolution historique de l’usage du mot « enclitique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enclitique »

  • Un nom suivi de la particule enclitique no est un génitif ou complément de nom.... Pour faire simple. Watashino : de moi. Tomodachino : de mon ami. Kanpai, Adjectif の ?

Traductions du mot « enclitique »

Langue Traduction
Anglais enclitic
Espagnol enclítico
Italien enclitico
Allemand enklitisch
Chinois 委婉的
Arabe محاط
Portugais enclítico
Russe энклитика
Japonais エンクリティック
Basque enclitic
Corse encliticu
Source : Google Translate API

Synonymes de « enclitique »

Source : synonymes de enclitique sur lebonsynonyme.fr
Partager