Emporté : définition de emporté


Emporté : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EMPORTÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de emporter*.
II.− Emploi adj.
A.− Rare. [En parlant de la peau] Qui est à vif, arrachée. [Avoir] toute une joue emportée (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1113).J'avais un talon emporté après cette diablesse de trotte (Pourrat, Gaspard,1922, p. 31).
B.− Qui est violent, fougueux, en proie à une passion. Mes baisers emportés pleuvaient de toutes parts sur ce corps défait, comme une grêle (Gracq, Syrtes,1951, p. 160).
P. ext. et cour. Qui se laisse fréquemment aller à la colère. Caractère violent et emporté. Je suis violent, emporté, querelleur, et jusqu'à présent malheureux en duels comme en amour (Sue, Atar Gull,1831, p. 11).Esprits emportés ou impulsifs (Mounier, Traité caract.,1946, p. 665):
Ce jeune homme me plaît. Vif comme la poudre, prompt comme son épée, emporté, même un peu colère, mais loyal et franc comme l'or! Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 240.
Spéc. [En parlant du cheval] Devenu furieux et n'obéissant plus. Le galop d'un cheval emporté (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Ermite, 1886, p. 1057).

Emporté : définition du Wiktionnaire

Adjectif

emporté \ɑ̃.pɔʁ.te\ masculin

  1. Qui est enclin à s’emporter.
    • L'homme emporté et furieux ne connaît personne, il se connaît à peine lui-même. Il n'est capable de rien entendre; la colère lui fait prononcer une multitude de paroles vagues, dont il perd jusqu'au souvenir; […]. — (« Œuvres oratoires de Jacques-Denis Cochin, curé de Saint-Jacques du Haut-Pas », dans la Collection intégrale et universelle des orateurs chrétiens, publiés par l'Abbé Migne, tome 98 (vol. 31 de la 2e série), Paris, chez J.-P. Migne, 1866, p. 587)
    • On s’injuriait à table. On injuriait même le supérieur, homme emporté mais faible. — (Jean Fournée, Bourg-Achard, dans Aspects du monachisme en Normandie, J. Vrin, 1979, page 133)

Nom commun

emporté \ɑ̃.pɔʁ.te\ masculin (pour une femme on dit : emportée)

  1. Celui qui s’emporte facilement et souvent.
    • Celui-ci se battait en homme dont la tête conduisait le bras, et celui-là comme un emporté, dont une colère aveugle guidait les mouvements au hasard. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, IX. La femme battue, 1748)
    • C’est un emporté dangereux et violent.
    • C’est une folle, une emportée.

Forme de verbe

emporté \ɑ̃.pɔʁ.te\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe emporter.
    • J’avais emporté le dernier Solarmé que j’ai lu diagonalement, trouvé ennuyeux, sauf deux paragraphes dont j’ai pensé qu'ils étaient admirables, mais qui entrent peut-être simplement en résonance avec mes pensées du moment. — (Frédéric Teillard, L’unique objet de mon désir, 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Emporté : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPORTÉ, ÉE. adj.
Qui est enclin à s'emporter. C'est un homme emporté avec qui on ne saurait vivre en paix. C'est une femme emportée au dernier point. Un caractère violent et emporté. Il se prend quelquefois comme nom. C'est un emporté. C'est une folle, une emportée.

Emporté : définition du Littré (1872-1877)

EMPORTÉ (an-por-té, tée) part. passé.
  • 1Ôté, enlevé d'un lieu. Les blessés emportés par leurs camarades. Des tableaux de haut prix emportés par le vainqueur.
  • 2Retranché. Il a eu le poignet emporté d'un coup de canon, Sévigné, 468. Elle [une fleur] est nuancée, bordée, huilée, à pièces emportées [à découpures], La Bruyère, XIII. Les rochers que nous gravissons depuis trois jours ont tellement usé et percé nos souliers que les semelles en sont presque entièrement emportées, Genlis, Adèle et Théod. t. II, lett. 38, p. 312, dans POUGENS.
  • 3Pris de vive force. Le bastion emporté par les assaillants. Nos dehors emportés, nos remparts assaillis, Mairet, Sophon. I, 1.
  • 4Retranché du nombre des vivants. Ce vieillard emporté par une pleurésie. Marie-Thérèse, aussitôt emportée que frappée par la maladie, se trouve toute vive et tout entière entre les bras de la mort, sans presque l'avoir envisagée, Bossuet, Marie-Thér.
  • 5 Fig. Entraîné. Et son cœur emporté par l'erreur qui l'abuse Cherche partout la mort que chacun lui refuse, Corneille, Mort de Pomp. V, 3. Par quel trouble me vois-je emporté loin de moi ? Racine, Phèd. II, 2. Nos sentiments, nos cœurs l'un vers l'autre emportés, Voltaire, Orphel. IV, 4. Je vois d'un zèle faux nos prêtres emportés, Voltaire, Henr. VI, 109. Il apprend qu'un régiment vient de s'emparer du village de Borodino et de son pont qu'il aurait dû rompre, mais qu'emporté par ce succès, il a franchi ce passage malgré les cris de son général, Ségur, Histoire de Napol. VII, 9.
  • 6Vif, qui se laisse aller. Cette ardeur d'un héros, ce courage emporté, Voltaire, Mér. III, 1. Amours emportés, Voltaire, Scyth. III, 1.
  • 7Qui se laisse aller à des emportements de colère. Homme emporté. Caractère emporté. Il n'y avait point d'erreur si prodigieuse où l'ardeur de la dispute n'entraînât l'esprit emporté de Luther, Bossuet, Var. II, § 41. Mais un père à ce point doit-il être emporté ? Racine, Théb. I, 5.

    Cheval emporté, cheval qu'on ne peut plus maintenir, qui a pris le mors aux dents.

    Il se dit aussi des choses. On est las de M. Jurieu et de ses discours emportés, Bossuet, Déf. 1er disc, § 1.

    Substantivement. Celui, celle qui se laisse aller à la colère. C'est un emporté. C'est une folle, une emportée. Dieux ! que cet emporté me donne de tourment ! Corneille, Veuve, III, 7. Vous allez vous emporter ; retirez-vous, je vous prie, je n'aime pas les emportés, Dufrény, Esprit de contrad. SC. 18.

    Celui qui se laisse aller à ses passions. Combien de maisons à demi éteintes voient tous les jours finir dans les débauches et dans la santé ruinée d'un emporté toute l'espérance de leur postérité et toute la gloire des titres qu'une longue suite de siècles avait amassés sur leur tête ! Massillon, Serm. pour le vendredi de la 2e semaine de carême, 1.

    Celui qui va trop loin, qui exagère les conséquences. Les chefs de nos calvinistes n'en usèrent pas d'une autre sorte ; et encore que par honneur ils blâmassent ces emportés, nous ne voyons pas qu'on en fît aucune justice, Bossuet, Variat. 10.

SYNONYME

EMPORTÉ, VIOLENT ; EMPORTEMENT, VIOLENCE. Emporté et violent diffèrent comme emportement et violence. Or l'emportement se manifeste toujours au dehors par une explosion ; la violence peut être muette, sans geste, sans signe. De plus la violence implique que quelque acte violent a été commis ; l'emportement peut s'exhaler en simples paroles ou manifestations extérieures.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « emporté »

Étymologie de emporté - Wiktionnaire

→ voir emporter
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « emporté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
emporté ɑ̃pɔrte play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « emporté »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « emporté »

  • La famille de l'ado emporté par les vagues le 3 juillet multiplie les démarches et les appels pour des recherches le long des côtes de Seine-Maritime et de la Somme   France 3 Normandie, Emotion à Dieppe après la disparition d'un jeune en mer
  • Didier Raoult comme Christian Perronne accusent des blouses blanches de rouler pour des industries pharmaceutiques. Ils vont plus loin, évoquant des collusions entre certains médecins et des firmes pharmaceutiques américaines, notamment Gilead, fabricant du remdésivir, qu’ils ont fait passer pour un vaccin efficace contre le Coronavirus. Ce qui s’est avéré faux. Des enjeux insoupçonnés par des Français et qui ont emporté des vies. Aujourd’hui, la France continue d’enterrer ses morts et les larmes n’ont toujours pas séché. Dans ce désastre, l’ancien chef du Gouvernement, Edouard Philippe, n’a jamais pris d’engagement. Mais aussi et surtout, il ne s’est pas prononcé lorsque son protégé, Olivier Véran, validait l’interdiction aux médecins de famille de prescrire l’hydroxychloroquine à leurs malades. Afrik.com, Edouard Philippe emporté par le Covid, Didier Raoult, l'hydroxychloroquine et le... remdésivir
  • Un couple a été emporté par une très grosse vague alors que mari et femme posaient pour des photos de mariage en Californie. Soirmag, En pleine séance photo pour leur mariage, ce couple est emporté dans l’océan par une énorme vague (vidéo) - Soirmag
  • La vidéo a été filmée vendredi dernier par un certain Ionel Coroama. Le couple se tenait alors sur un rocher au bord de l’océan près de l’hôtel Montage en compagnie du photographe. Toutefois, lorsque les jeunes mariés ont été emportés par l’énorme vague, le témoin a arrêté de filmer la séquence. StarMag.com, Un couple de jeunes mariés emporté par une énorme vague lors d'une séance photo ⋆ StarMag.com

Traductions du mot « emporté »

Langue Traduction
Corse purtatu
Basque eramanak
Japonais 運び去られた
Russe увлекся
Portugais arrebatado
Arabe اندفع
Chinois 被带走
Allemand weggetragen
Italien portato via
Espagnol llevado
Anglais carried away
Source : Google Translate API

Synonymes de « emporté »

Source : synonymes de emporté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « emporté »



mots du mois

Mots similaires