La langue française

Doge

Définitions du mot « doge »

Trésor de la Langue Française informatisé

DOGE, subst. masc.

HIST. Premier magistrat, élu comme chef nominal, des anciennes républiques de Gênes et de Venise. Cité, palais, ville des doges; doge nommé à vie; sérénissime doge. C'était un macaque apporté de Barbarie au doge de Venise sur une galère de la République. Le doge en fit don à l'évêque d'Arezzo (France, Puits Ste Claire,1895, p. 121).Une noblesse de doge (Proust, Temps retr.,1922, p. 938):
La flotte égyptienne mouillait au large d'Ascalon. En l'apprenant, le doge répartit ses navires en deux escadres. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 125.
Rem. Ac. 1935 enregistre le subst. masc. dogat. Dignité de doge; durée pendant laquelle cette dignité est portée par un homme : Le dogat de Venise était à vie. Le dogat de Gênes était de deux ans.
Prononc. et Orth. : [dɔ:ʒ]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1552 Dogé de Génes (D. Sauvage, Histoires de Paolo Jovio, t. II, p. 5 d'apr. R. Arveiller ds R. Ling. rom. t. 35, p. 220); 1626 Doge (P. Bordier, Voyage à Constantinople, p. 9, ibid.). Mot vénitien (ital. duce « chef ») désignant le magistrat suprême de la République de Venise (dep. le xiiies. ds Batt.), puis de la République de Gênes (dep. 1339 d'apr. Batt.), du lat. class. dux, ducis « chef » (cf. duc et duce). Fréq. abs. littér. : 135. Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1971, t. 35, p. 220. − Hope 1971, p. 284.

Wiktionnaire

Nom commun

doge \dɔʒ\ masculin

  1. (Histoire) Chef de la république de Venise et de la république de Gênes.
    • Non pas, non pas, cria-t-on de tous côtés ; il y a encore Venise. — Venise la reine des mers ! — Le lion de Saint-Marc ! — Le Bucentaure ! — Le doge ! — Quel homme qu’un doge !… — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, tome 2, 1833)
  2. (Figuré)
    • Le grand sortit, fier comme un doge, en faisant sonner son argent. — (Alphonse Daudet, L’enfant espion, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 30)

Nom commun

doge

  1. Doge → voir duke.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Forme de verbe

doge \ˈdoːɡe\

  1. Forme mutée de toge par adoucissement (t > d).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DOGE. n. m.
Anciennement, Chef de la république de Venise et Celui de la république de Gênes. Le palais des doges.

Littré (1872-1877)

DOGE (do-j') s. m.
  • Chef de l'ancienne république de Venise dont l'autorité était plus nominale qu'effective. L'amour prête son nom à un nombre infini de commerces qu'on lui attribue, et où il n'a non plus de part que le doge à ce qui se fait à Venise, La Rochefoucauld, Réflex. 77. La dignité de doge fut toujours élective ; on pouvait y être appelé sans siéger actuellement dans les conseils, sans y avoir même siégé… on voit assez ce que pouvait être un magistrat, asservi par une représentation continuelle, privé de toute autorité, n'ayant pas la liberté de sortir de la capitale sans permission, réduit à la condition de simple particulier dès qu'il était séparé de son conseil, doté d'un revenu si médiocre qu'il suffisait à peine à sa dépense, toujours entouré dans ses fonctions et continuellement surveillé dans sa vie domestique, enfin à qui on avait interdit jusqu'à la faculté de donner sa démission ; il avait, comme les rois de Sparte, la majesté d'un roi et l'autorité d'un citoyen, Daru, Hist. de Ven. XXXIX, 9.

    Ordre du Doge, nom, à Venise, d'un ordre militaire dont le doge était le chef et qui avait pour marque une croix à douze pointes.

    Chef de l'ancienne république de Gênes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DOGE de Genes, s. m. (Hist. mod.) premier magistrat de la république, qu’on élit du corps des sénateurs ; il gouverne deux ans, & ne peut rentrer dans cet emploi qu’après un intervalle de douze. Il lui est défendu de recevoir aucune visite, donner aucune audience, ni ouvrir les lettres qui lui sont adressées, qu’en présence de deux sénateurs qui demeurent avec lui dans le palais ducal. L’habit qu’il porte dans les jours de cérémonie, est une robe de velours ou de damas rouge à l’antique, avec un bonnet pointu de la même étoffe que sa robe. On le traite de sérénité, & les sénateurs d’excellence ; c’est pourquoi quand il sort de charge, & qu’il se rend à l’assemblée des colléges convoqués pour recevoir la démission de sa dignité, le secrétaire de l’assemblée lui dit : Vostra serenita ha sornita suo tempo ; vostra excellenza sene vadi à casa : Votre sérénité a fait son tems ; votre excellence peut se retirer chez elle. Son excellence obéit dans le moment. On procéde quelques jours après à une nouvelle élection, & le doyen des sénateurs fait pendant l’interregne les fonctions du doge. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Doge de Venise, s. m. (Hist. mod.) premier magistrat de la république, qu’on élit à vie, & qui est le chef de tous les conseils.

C’est en 709 que les Vénitiens se regardant comme une république, eurent leur premier doge, qui ne fut qu’un espece de tribun du peuple élu par des bourgeois. Plusieurs familles qui donnerent leurs voix à ce premier doge, subsistent encore. Elles sont les plus anciens nobles de l’Europe, sans en excepter aucune maison, & prouvent, dit M. de Voltaire, que la noblesse peut s’acquérir autrement qu’en possedant un château, ou en payant des patentes à un souverain.

Le doge de la république accrut sa puissance avec celle de l’état ; il prenoit déjà vers le milieu du xe siécle le titre de duc de Dalmatie, dux Dalmatiæ ; car c’est ce que signifie le mot de doge : dans le même tems Béranger reconnu empereur en Italie, lui accorda le privilége de battre monnoie. Aujourd’hui le doge de Venise n’est plus qu’un fantome de la majesté du prince, dont la république aristocratique a retenu toute l’autorité, en décorant la charge d’une vaine ombre de dignité souveraine.

On traite toûjours le doge de sérénité, & les Vénitiens disent que c’est un titre d’honneur au-dessus d’altesse. Tous les sénateurs se levent & saluent le doge quand il entre dans les conseils, & le doge ne se leve pour personne, que pour les ambassadeurs étrangers. La république lui donne quatorze mille ducats d’appointemens pour l’entretien de sa maison, & pour les frais qu’il fait à traiter quatre fois l’année les ambassadeurs, la seigneurie, & les sénateurs qui assistent aux fonctions de ces jours-là. Son train ordinaire consiste en deux valets-de-chambre, quatre gondoliers, & quelques serviteurs. La république paye tous les autres officiers qui ne le servent que dans les cérémonies publiques. Il est vêtu de pourpre comme les autres sénateurs, mais il porte un bonnet de général à l’antique, de même couleur que la veste.

Il est protecteur della Virginia, collateur de tous les bénéfices de saint Marc, & nomme à quelques autres petites charges d’huissiers de sa maison, qu’on appelle commandeurs du palais. Sa famille n’est point soûmise aux magistrats des pompes, & ses enfans peuvent avoir des estafiers & des gondoliers vêtus de livrée. Voilà les apanages du premier magistrat de Venise, dont la dignité est d’ailleurs tellement tempérée, qu’il n’est pas difficile de conclure que le doge est à la république, & non pas la république au doge.

Premierement on ne prend point le deuil pour la mort du doge, pour lui prouver qu’il n’est pas le souverain ; mais nous allons faire voir par plusieurs autres détails qu’il est bien éloigné de pouvoir s’arroger ce titre.

Il est assujetti aux lois comme les autres citoyens sans aucune réserve ; quoique les lettres de créance que la république envoie à ses ministres dans les cours étrangeres, soient écrites au nom du doge, cependant c’est un secrétaire du sénat qui est chargé de les signer, & d’y apposer le sceau des armes de la république. Quoique les ambassadeurs adressent leurs dépêches au doge, il ne peut les ouvrir qu’en présence des conseillers, & même on peut les ouvrir & y répondre sans lui.

Il donne audience aux ambassadeurs, mais il ne leur donne point de réponse de son chef sur les affaires importantes ; il a seulement la liberté de répondre comme il le juge à propos aux complimens qu’ils font à sa seigneurie, parce que de telles réponses sont toûjours sans aucune conséquence.

Pour le faire ressouvenir qu’il ne fait que prêter son nom au sénat, on ne délibere & on ne prend aucune résolution sur les propositions des ambassadeurs & des autres ministres, qu’il ne se soit retiré avec ses conseillers. On examine alors la chose, on prend les avis des sages, & l’on dresse la délibération par écrit, pour être portée à la premiere assemblée du sénat, où le doge se trouvant avec ses conseillers, n’a comme les autres sénateurs que sa voix, pour approuver ou désaprouver les résolutions qu’on a prises en son absence.

Il ne peut faire de visites particulieres, ni rendre celles que les ambassadeurs lui font quelquefois dans des occasions extraordinaires, qu’avec la permission du sénat, qui ne l’accorde guere, que lorsqu’il manque de prétextes honnêtes pour la refuser. De cette façon, le doge vit chez lui d’une maniere si retirée, qu’on peut dire que la solitude & la dépendance sont les qualités les plus essentielles de sa condition.

La monnoie de Venise qu’on appelle ducat, se bat au nom du doge, mais non pas à son coin ou à ses armes, comme c’étoit l’usage lorsqu’il avoit un pouvoir absolu dans le gouvernement.

Il est vrai qu’il préside à tous les conseils, mais il n’est reconnu prince de la république qu’à la tête du sénat, dans les tribunaux où il assiste, & dans le palais ducal de S. Marc. Hors de-là il a moins d’autorité qu’un simple sénateur, puisqu’il n’oseroit se mêler d’aucune affaire.

Il ne sauroit sortir de Venise sans en demander une espece de permission à ses conseillers ; & si pour lors il arrivoit quelque desordre dans le lieu où il se trouveroit, ce seroit au podestat comme étant revêtu de l’autorité publique, & non au doge, à y mettre ordre.

Ses enfans & ses freres sont exclus des premieres charges de l’état, & ne peuvent obtenir aucun bénéfice de la cour de Rome, mais seulement le cardinalat qui n’est point un bénéfice, & qui ne donne point de jurisdiction.

Enfin si le doge est marié, sa femme n’est plus traitée en princesse ; le sénat n’en a point voulu couronner depuis le seizieme siecle.

Cependant quoique la charge de doge soit tempérée par toutes les choses dont nous venons de parler, qui rendent cette dignité onéreuse, cela n’empêche pas les familles qui n’ont point encore donné de doge à la république, de faire leur possible pour arriver à cet honneur, soit afin de se mettre en plus grande considération, soit dans l’espérance de mieux établir leur fortune par cette nouvelle décoration, & par le bien que ce premier magistrat peut amasser s’il est assez heureux pour vivre long tems dans son emploi.

Aussi l’on n’éleve guere à cette dignité que des hommes d’un mérite particulier. On choisit ordinairement un des procurateurs de S. Marc, un sujet qui ait servi l’état dans les ambassades, dans le commandement, ou dans l’exercice des premiers emplois de la république. Mais comme le sénat ne le met dans ce haut rang que pour gouverner en son nom, les plus habiles sénateurs ne sont pas toûjours élus pour remplir cette place. L’âge avancé, la naissance illustre, & la modération dans le caractere, sont les trois qualités auxquelles on s’attache davantage.

La premiere chose qu’on fait après la mort du doge, c’est de nommer trois inquisiteurs pour rechercher sa conduite, pour écouter toutes les plaintes qu’on peut faire contre son administration, & pour faire justice à ses créanciers aux dépens de sa succession. Les obseques du doge ne sont pas plûtôt finies, que l’on procede à lui donner un successeur par un long circuit de scrutins & de balotations, afin que le sort & le mérite concourent également dans ce choix. Pendant le tems que les électeurs sont enfermés, ils sont gardés soigneusement & traités à-peu-près de la même maniere que les cardinaux dans le conclave.

Le doge après son élection prête serment, jure l’observation des statuts, & se fait voir au peuple : mais comme la république ne lui laisse jamais goûter une joie toute pure, sans la mêler de quelque amertume qui lui fasse sentir le poids de la servitude à laquelle sa condition l’engage, on le fait passer en descendant par la salle où son corps doit être exposé aprés sa mort. C’est-là qu’il reçoit par la bouche du chancelier les complimens sur son exaltation.

Il monte ensuite dans une machine qu’on appelle le puits, & qui est conservée dans l’arsenal pour cette cérémonie : effectivement elle a la figure extérieure d’un puits, soûtenu sur un brancard, qui est d’une longueur extraordinaire, & dont les deux bras se joignent ensemble. Environ cent hommes, & plus, soûtiennent cette machine sur leurs épaules.

Le doge s’assied dans cette espece de litiere, ayant un de ses enfans ou de ses plus proches parens qui se tient debout derriere lui. Il a deux bassins remplis de monnoie d’or & d’argent battue tout exprès pour cette cérémonie avec telle figure & telle inscription qu’il lui plaît, & il la jette au peuple, pendant qu’on le porte tout autour de la place de S. Marc. Ainsi finit son installation.

Il résulte de ce détail, que quelle que soit la décoration apparente du doge, son pouvoir a été à-peu-près limité à ce qu’il étoit dans sa premiere origine ; mais la puissance est toûjours une dans la main des nobles ; & quoiqu’il n’y ait plus de pompe extérieure qui découvre un prince despotique, les citoyens le sentent à chaque instant dans l’autorité du sénat. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « doge »

Du vénitien doge (« chef du “duché” de Venise ou de Gènes »), dérivé du latin dux (« guide ») qui donne duc en français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du vénitien doge.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. doge, doge, proprement duc (voy. DUC).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « doge »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
doge dɔʒ

Évolution historique de l’usage du mot « doge »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « doge »

  • Avec la crise du coronavirus, le doge de Venise est devenu la personnalité politique italienne vers laquelle convergent tous les regards. La stratégie de Luca Zaia de lutte contre le virus, cumulant des tests massifs pour traquer les diffuseurs asymptomatiques, l’isolement des personnes infectées et la surveillance de leurs contacts pour déceler les foyers, s’est révélée la plus efficace de toute l’Italie. «Elle s’est notamment appuyée sur un système d’hôpitaux publics de bon niveau, une université à Padoue à la pointe de l’excellence médicale et un réseau dense de médecine de ville», dit le journaliste historien, spécialiste de la Ligue et de la Vénétie, Francesco Jori. Le système de soins géré par la région s’est révélé efficace.» Tout en ayant géré au mieux les maisons de retraite. Le Figaro.fr, Luca Zaia, ce doge vers lequel convergent les regards
  • C'est dans l'une des plus belles lagunes du monde, à Venise, que nous embarquons aujourd'hui, pour y admirer Le doge de Venise sur le Bucentaure, de Francesco Guardi , Le Doge de Venise de Guar
  • Le champ des transactions visées par le dogecoin est celui des petits montants, les transactions dont le montant n’excède pas 10€. Le dogecoin est ainsi surtout utilisé dans le cadre des micropaiements tels que l’achat d’une application ou d’une musique en ligne, ou le paiement de pourboire en ligne. TheCoinTribune, Dogecoin, le cousin déglingué de Bitcoin (BTC) – TheCoinTribune
  • L'exposition brasse tant de thèmes que le visiteur ne sait vite plus de quoi on lui parle. Reste qu'il y a là de fort beaux tableaux, montrés dans l'appartement du doge. Bilan, Le Palais des Doges unit Venise et Anvers avec l'exposition "Da Tiziano a Rubens" - Bilan
  • Cette république, ou plutôt ces cinq républiques successives, sont un curieux mélange politique , défini ainsi à la fin du XVIe siècle par le doge Matteo Seranega : « Elle ne rentre dans aucun des trois bons gouvernements, ni aucun des trois mauvais, présentés par Aristote ; mais c'en est plutôt un mélange ; ce n'est pas une démocratie, puisque le peuple ne la gouverne pas ; ce n'est pas une aristocratie, puisque tous les recensés (ascritti), c'est-à-dire les optimates, y gouvernent ; on ne dira pas non plus que c'est une anarchie car la justice y est sévère à l'égard du peuple. ». , Simon Boccanegra, le doge sans gêne | Forum Opéra

Images d'illustration du mot « doge »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « doge »

Langue Traduction
Anglais doge
Espagnol dux
Italien doge
Allemand dogen
Chinois 总督
Arabe دوج
Portugais doge
Russe дож
Japonais 総督
Basque doge
Corse doge
Source : Google Translate API

Synonymes de « doge »

Source : synonymes de doge sur lebonsynonyme.fr

Doge

Retour au sommaire ➦

Partager