Dépiquer : définition de dépiquer


Dépiquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPIQUER1, verbe trans.

A.− [Avec une idée de mettre fin à un état de choses] Retirer ce qui était piqué :
1. ... elles seules se réservent le droit de les [les épingles] y [dans la pelote d'épingles] piquer, de les dépiquer et de les y repiquer. Balzac, Petites misères de la vie conjugale,1846, p. 185.
2. Trois grandes pièces renfermaient les cartes géantes de la guerre, où était marquée, chaque jour, la position des armées, à l'aide de petits drapeaux que l'on piquait et dépiquait. L. Daudet, Ciel de feu,1934, p. 122.
Spéc., COUT. Défaire les points de piqûre d'une étoffe. Dépiquer un couvre-pied, une couverture (Ac.1932).
Au fig. Faire cesser le mécontentement d'une personne, faire en sorte qu'elle ne soit plus piquée. Le gain de ce procès l'a un peu dépiqué de toutes ses pertes (Ac.).
Emploi pronom. Cesser d'être fâché :
3. « Mon père est un sage, se dit-il, et moi je suis un sot. » (...) il renvoya son cheval et entra dans cette boutique pour essayer de changer d'idées et de se dépiquer un peu. Stendhal, Lucien Leuwen,t. 1, 1836, p. 139.
Se venger, se dédommager de quelque chose :
4. C'est au milieu de ce quatrième acte, que sa belle maîtresse vient à lui préférer un jeune Anglais, (...). Lanfranc, pour se dépiquer une nuit qu'il est au désespoir, fait un pamphlet plein de verve et de feu sur les contrariétés et les ridicules qu'il a rencontrés depuis deux mois... Stendhal, Racine et Shakspeare,t. 2, 1825, p. 83.
B.− [Avec une idée de déplacement] AGRIC. Enlever un jeune plant d'un endroit où on l'avait fait pousser de graine pour le repiquer dans un autre endroit. Le mildiou mange tout. À Villiers, on dépique les vignes (Hamp, Champagne,1909, p. 113).
Prononc. et Orth. : [depike], (je) dépique [depik]. Ds Ac. 1718-1932 au sens « ôter à quelqu'un le chagrin (l'humeur, le mécontentement) qu'il a de quelque chose, faire qu'il n'en soit plus piqué ». Au sens de « dépiquer une étoffe », seulement ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1. a) av. 1648 dépiquer (qqn) de (qqc). « consoler quelqu'un de quelque chose » (Voiture, Lett., 99 ds Littré); b) av. 1755 se dépiquer « se dédommager (en se vengeant) » (St-Sim., éd. G. Truc., I, 17, 256); 2. 1835 « découdre » (Ac.). Dér. de piquer*; préf. dé-*. Fréq. abs. littér. : 5.

DÉPIQUER2, verbe trans.

Région., vieilli. Faire sortir le grain de l'épi en le foulant ou en le passant sous le rouleau. Elles [les moissonneuses] font le geste de dépiquer le grain, fouler au pied (Claudel, Sagesse,1939, p. 1112).
Absol. On achevait de dépiquer. (...) − Nous aurons de la pluie avant ce soir. Il faut laisser là le battage et rentrer les gerbes (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 175).
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. dépiqué, ée. [En parlant d'une céréale] Dont on a fait sortir le grain de l'épi à l'aide d'un rouleau ou d'une batteuse. Trente-cinq sous le sac d'avoine dépiqué, quarante celui de blé (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p. 67).
Prononc. et Orth. : [depike], (je) dépique [depik]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1785 (Cours complet d'agric. théorique, pratique, écon., d'apr. FEW t. 8, p. 468 b). Empr. au prov. depica « id. ». (Mistral); 1408 région. [Bigorre] piquer (Gdf.) proprement « frapper le blé sur l'aire pour en faire sortir le grain » qui paraît s'être confondu avec despiga « id. » (Mistral) dér. espigo, v. épi. L'a. fr. depiquier « piquer » (R. de Clari, Constantinople, éd. Ph. Lauer, XXV, 77) est dér. de piquer* avec préf. dé-* exprimant le renforcement (lat. de). Fréq. abs. littér. : 7.
DÉR.
Dépiquage, subst. masc.Action de dépiquer les épis de céréale. Les Alibert ont une sorte de culte du silence qui les rend à peu près muets, sauf sur les questions de labour, de dépiquage et de vendange (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 11). [depika:ʒ]. Ds Ac. 1878 et 1932, s.v. dépiquage. La majorité des dict. gén. admet dépic- et dépiqu-. Cf. Besch. 1845, Littré, DG, Rob., Lar. Lang. fr. Selon R. Thimonnier, Principes d'une réforme rationnelle de l'orth. (inédit), 1967, p. 20, il convient d'écrire dépiquage puisque le simple s'écrit avec -qu- : pique. 1reattest. 1785 (Cours complet d'agric. théorique, pratique, écon., d'apr. FEW t. 8, p. 468 b); du rad. de dépiquer, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 8.

Dépiquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

dépiquer \de.pi.ke\ transitif \de.pi.ke\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Défaire une étoffe qui est piquée.
    • Dépiquer un couvre-pied, une couverture.
  2. (Jardinage) Enlever un jeune plant qu’on a fait venir de graine et le planter ailleurs.
  3. (Figuré) (Familier) Délivrer quelqu’un du mécontentement qu’il éprouve d’un procédé à son égard, faire qu’il n’en soit plus piqué.
    • Le gain de ce procès l’a un peu dépiqué de toutes ses pertes. Après nous avoir longtemps boudés, il commence à se dépiquer.
  4. (Agriculture) (Vieilli) Égrener le blé, soit en le faisant piétiner par des bêtes, soit en le passant au rouleau, soit maintenant, le plus souvent, au moyen d’une batteuse.
  5. (Médecine) Action de déperfuser, d'enlever une aiguille, d’ôter le matériel de ponction.
    • Alexandre, peux-tu dépiquer le patient dans le box 2 ?
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dépiquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPIQUER. v. tr.
Défaire une étoffe qui est piquée. Dépiquer un couvre-pied, une couverture. En termes de Jardinage, il signifie Enlever un jeune plant qu'on a fait venir de graine et le planter ailleurs. Il signifie aussi, figurément et familièrement, Délivrer quelqu'un du mécontentement qu'il éprouve d'un procédé à son égard, faire qu'il n'en soit plus piqué. Le gain de ce procès l'a un peu dépiqué de toutes ses pertes. Après nous avoir longtemps boudés, il commence à se dépiquer.

Dépiquer : définition du Littré (1872-1877)

DÉPIQUER (dé-pi-ké) v. a.
  • 1Défaire les piqûres faites à une étoffe.
  • 2 Terme de jardinage. Enlever un jeune plant qu'on a fait venir de graine et qu'on va planter, repiquer ailleurs.
  • 3 Fig. et familièrement, dissiper la pique, l'humeur, le mécontentement qu'une chose donne à quelqu'un. Ce gain-là me dépique de toutes mes pertes, Voiture, Lett. 99.
  • 4Se dépiquer, v. réfl. Cesser d'être fâché. Je me suis dépiqué avec le roi de Prusse, qui est beaucoup plus régulier [à écrire] que lui [le maréchal de Richelieu], Voltaire, Lett. Mme de Graffigny, 22 mars 1758.

    Se dédommager, se venger. Rebuté de ne pouvoir prendre avec les jésuites, Fénelon se tourna aux jansénistes pour se dépiquer, par l'esprit et par la réputation qu'il se flattait de tirer d'eux, de la fortune qui l'avait méprisé, Saint-Simon, 31, 105. Philippe le Bel, pour se dépiquer, chassa tous les Juifs du royaume et s'empara de leur argent, Voltaire, Mœurs, 65. C'est à quoi [jouer la comédie] nous avons passé notre hiver, pour nous dépiquer du malheur de nos armées, Voltaire, Lett. Voisenon, mars 1758. Et en vérité, un homme qui a le malheur d'avoir lu la cosmologie de Christian Wolf, a besoin de la vôtre pour se dépiquer, Voltaire, Lett. Maupertuis, 10 août 1741.

REMARQUE

Se dépiquer, cesser d'être fâché ; mot fort à la mode présentement à la cour, DE CAILLIÈRES, 1690.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il m'ont atorné malement, Il m'ont tot depiqué le dos, Ren. 4261. Tu qui si m'en mors et depiques…, la Rose, 7145.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dépiquer »

Étymologie de dépiquer - Littré

Dé… préfixe, et piquer. Dépiquer, dans l'ancien français, signifiait piquer fortement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de dépiquer - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Dérivé de piquer avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dépiquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dépiquer depike play_arrow

Conjugaison du verbe « dépiquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe dépiquer

Évolution historique de l’usage du mot « dépiquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dépiquer »

  • Samedi aux environs de 14 heures, a été inaugurée, en l’église de Mongaudon, l’exposition "Mongaudon et ses crèches, en presence de M. Lacombe, maire de Saint-Nazaire-de-Valentane, accompagné de son adjointe, Mme Eyramono; du père Kofor, curé de la paroisse, et d’une trentaine de paroissiens. Le spectacle qui s’offre aux visiteurs est de toute beauté, et plus beau encore lorsque l’on sait que cette crèche grandeur nature a été élaborée par une seule personne, Odile Molinier, pour ne pas la nommer, aidée de quelques bonnes volontés du voisinage. Et rien ne manque: le lavoir, le forgeron, l’alambic qui fait l’ eau-de-vie, la machine à dépiquer, le tracteur, le tout entièrement mécanisé et parfaitement éclairé avec le meilleur goût. Hormis certains objets miniatures, tout a été fabriqué à la main. On peut également admirer le village des santons du Quercy, les crèches des régions de France, ainsi que les crèches des îles du monde. ladepeche.fr, Saint-Nazaire-de-Valentane. La crèche grandeur nature de l’église de Mongaudon a été inaugurée - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « dépiquer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dépiquer »

Langue Traduction
Corse scorcia
Basque zuritu
Japonais
Russe корка
Portugais descasca
Arabe قشر
Chinois
Allemand schälen
Italien sbucciare
Espagnol pelar
Anglais peel
Source : Google Translate API

Synonymes de « dépiquer »

Source : synonymes de dépiquer sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires