La langue française

Défrayer

Sommaire

Définitions du mot défrayer

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉFRAYER, verbe trans.

A.− Décharger de ses frais.
1. Défrayer qqn de qqc.Payer, rembourser à quelqu'un les frais correspondant à quelque chose. C'est ce portier, d'origine hongroise, qui m'avait défrayé de tout et payé chaque fois ma note d'hôtel en fin de semaine (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 46):
1. ... exposer à Grasset le cas en toute simplicité, savoir s'il pourrait m'obtenir un permis de chemin de fer Paris-Milan avec arrêt Genève-Lausanne, à l'aller ou au retour (ou tout au moins me défrayer du trajet Genève-Milan, aller et retour, car celui de Paris-Genève au retour, la Revue de Genève le remboursera); ... Du Bos, Journal,1925, p. 270.
2. Défrayer qqn.Lui payer, lui rembourser ses frais. Défrayer les électeurs (Courier, Pamphlets pol.,1824, p. 196).Chacun d'eux fut nourri, logé et défrayé entièrement pendant trois jours (Chateaubr., Génie,t. 2, 1803, p. 548).Le roi les défraya [les ambassadeurs] et les reçut avec une grande magnificence (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 2, 1821-24, p. 140).J'ai une compagnie de cinquante lances, monseigneur, que je défraie et que j'habille (Hugo, L. Borgia,1833, II, p. 108).Les visiteurs dont le pourboire seul défraye la domesticité (Barrès, Cahiers,1908-09, p. 101).
3. Défrayer qqc.Payer les frais correspondant à une dépense. Ses appointements [du duc] défrayaient son hiver, et les vingt-sept mille francs défrayaient l'été dans la Normandie (Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 179).Les revenus ecclésiastiques devraient tous être employés à défrayer la toilette de jolies femmes et à pensionner des gens d'esprit (Renan, Drames philos.,Eau jouvence, 1881, III, 1, p. 475).Défrayer les services publics gratuits (Zola, Argent,1891, p. 422).
Par pléonasme. Défrayer des dépenses, des frais. Trois mille francs, y compris ses profusions pour sa fille, défrayaient toutes ses dépenses (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 133).Il [Coleridge] voyagea d'abord en Allemagne, généreusement défrayé de la dépense par le poète Wordsworth (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 173).
P. métaph. Le travail forcé que Lisbeth exigeait de lui ne défrayait pas les besoins de son cœur (Balzac, Cous. Bette,1847, p. 68).
Emplois pronom.
À sens passif. Être défrayé. La vie, qui jadis se défrayait à mille écus, n'est pas aujourd'hui si abondante à dix-huit mille francs (Balzac, Œuvres div.,t. 3, 1850, p. 609).
Réfl. Payer ses frais, se dédommager de ses frais. La veuve du bienfaisant Tuparle aurait pu s'épargner cette avanie en se défrayant elle-même, quelques jours auparavant, d'un globule d'équité rudimentaire (Bloy, Journal,1900, p. 40).
Rem. La distinction entre les emplois A et B est parfois impossible (ambiguïté sém.). Combien de fois, dans des temps déjà bien anciens, n'ai-je pas vu le Journal des Débats, quand il était à sec, se défrayer aux dépens de la Gazette de France (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 1, 1863-69, p. 270).
B.− Au fig. Donner à quelqu'un, à quelque chose la matière qui correspond à son activité, à son contenu.
1. [Le suj. est un nom de pers. ou de chose; le compl. est un nom de sens temporel, un nom à contenu psychol.] Quasi-synon. occuper, remplir.Il [Alexandre Hardy] défraya, par ses huit cents pièces, la curiosité publique (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr.,1828, p. 243).Les idées dont chacune a défrayé la vie entière d'hommes très-forts (Sand, Hist. vie,t. 1, 1855, p. 48):
2. ... toute cette collection de crimes, riche à défrayer deux mille ans de tragédies, a tenu dans ce petit espace. About, La Grèce contemporaine,1854, p. 28.
En partic. Défrayer une soirée; défrayer les loisirs (cf. Sandeau, Sacs, 1851, p. 10), les récréations (cf. Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 246) de quelqu'un; les imaginations (cf. Villiers De L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 65).
2. Rare. [Le compl. est un nom de pers.] Fournir à (quelqu'un) matière à activité, réflexion... Il y aura encore assez longtemps des obscurités en médecine pour défrayer les médecins anti-scientifiques (Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 113).
3. Spéc. Donner à (un groupe de personnes) matière à conversation, à discussion; alimenter (les propos de quelqu'un, d'un groupe).
a) Défrayer la compagnie. Égayer, faire rire (la compagnie), même à ses dépens; lui donner matière à rire.
b) Défrayer la conversation
Rare. Avoir la part la plus active à la conversation.
Être le principal sujet de conversation. Le viol de la petite Claire défraie toujours les conversations (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 174).
c) Défrayer la chronique (usuel). Faire abondamment parler de soi, constituer le sujet essentiel de (conversation) (v. chronique1B 2). [La] première grande attaque contre l'unité formelle du moi des idéologues a défrayé la chronique mondaine des salons de la fin du XIXesiècle (Mounier, Traité caract.,1946, p. 578).
Prononc. et Orth. : [defʀ εje] ou [defʀeje] par harmonisation vocalique. [ε] ouvert ds Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Nod. 1844, Littré, DG, Passy 1914, Pt Lar. 1968; [e] fermé ds Dub., Pt Rob. et Lar. Lang. fr. [ε] ouvert pour le lang. soutenu, [e] fermé pour le lang. cour. ds Warn. 1968. (Je) défraie ou défraye [defʀ ε], [defʀ εj]. Cf. balayer. Dupré 1972 souligne qu'au fut. et au cond. ,,les graphies défraîrai, défraîrais ne sont pas admises par l'usage``. Étymol. et Hist. 1. 1373 soy deffroyer « prendre en charge ses propres frais » (Mandement de Charles V, 16 sept., éd. L. Delisle, p. 506); 2. 1663 au fig. « distraire, amuser » (Molière, Critique de l'École des femmes, sc. 2 : défrayer la compagnie de bons mots); 3. 1734 id. « alimenter quelque chose, en fournir la matière » (Marivaux, Cabinet du philosophe ds Œuvres Complètes, t. IX, 1830, p. 469 ds IGLF : défrayer la conversation). Dér. de frayer « dépenser » (attesté du mil. xiiies. ds T.-L. à 1636, Monet; dér. de frais* subst.); préf. dé-*. Fréq. abs. littér. : 80.
DÉR.
Défraiement, défraîment, défrayement, subst. masc.Action de défrayer, de payer les frais; résultat de cette action. J'exige mon défraîment et d'être conduit, en voiture, à la gare (Arnoux, Chiffre,1926, p. 49).P. méton. Somme d'argent servant à défrayer. Ravet (...) qui était des nôtres grâce à un petit « défraiement » que je lui avais versé d'avance (Vialar, Carambouille,1949, p. 30). 1resattest. 1365-66 deffrayement (Compte de la D. d'Anjou, Arch. KK 241, fo10 rods Gdf.) − 1677 défraiement (Miège); repris dep. 1863 défrayement (Littré); de défrayer, suff. -ment1*.
BBG. − Rog. 1965, p. 236.

Wiktionnaire

Verbe

défrayer \de.fʁɛ.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Décharger des frais de nourriture, d’entretien, de voyage, etc., en s’en chargeant soi-même.
    • À Paris, le jeune duc avait, il est vrai, les voitures du Roi, son hôtel rue Saint-Thomas-du-Louvre, à la Grande Écurie ; mais ses appointements défrayaient son hiver et les vingt-sept mille francs défrayaient l’été dans la Normandie. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. Amuser.
    • Défrayer la compagnie de bons mots, de plaisanteries
  3. Donner un caractère amusant à.
    • Défrayer la conversation
    • Dans le quartier des Plâtriers, elle figurait parmi les locataires d’un immense bâtiment surnommé « la boîte aux gosses » et qui, à lui tout seul, aurait défrayé une gazette quotidienne. — (Léon Frapié, La bonne leçon, dans Les contes de la maternelle, 1910, éditions Self, 1945, page 223)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉFRAYER. (Il se conjugue comme BALAYER.) v. tr.
Décharger des frais de nourriture, d'entretien, de voyage, etc., en s'en chargeant soi-même. Il l'a défrayé des dépenses de voyage. Être défrayé de tout. Fig. et fam., Défrayer la compagnie de bons mots, de plaisanteries, L'amuser par ses bons mots, ses plaisanteries. On dit aussi absolument, dans un sens analogue, Défrayer la conversation.

Littré (1872-1877)

DÉFRAYER (dé-frè-ié. Au temps de Chifflet on prononçait dé-fra-ié), je défraye, tu défrayes, il défraye ou il défraie, nous défrayons, vous défrayez, ils défrayent ou ils défraient ; je défrayais, nous défrayions, vous défrayiez, ils défrayaient ; je défrayai ; je défrayerai ou défraierai ou défraîrai ; je défrayerais ou défraierais ou défraîrais ; défraye, défrayez ; que je défraye, que nous défrayions, que vous défrayiez, qu'ils défrayent ; que je défrayasse ; défrayant v. a.
  • 1Payer la dépense de quelqu'un. Ils voulurent défrayer tout le train, Sévigné, 211. Le roi et la reine de Danemark vont voir ce comte d'Oldenbourg dans sa comté ; il défraye toute cette cour, et sa magnificence surpasse toute principauté, Sévigné, 442. Monsieur, mettez-vous à table, nous vous défrayerons, Voltaire, Cand. II. Mme André, prenant la parole, dit au savant que, s'il voulait défrayer sa table pour dix fois autant, il lui ferait grand plaisir, Voltaire, l'H. aux 40 écus, Un bon souper.

    Fournir ce qu'il faut pour repas ou entretien. Je veux qu'à mon souper celle-ci [la tortue] me défraie, La Fontaine, Fabl. XII, 15. Ils étaient obligés de défrayer leur tyran, lorsqu'il arrivait ; leurs vivres, leurs meubles, leurs troupeaux, tout était alors au pillage, Raynal, Hist. phil. XI, 24.

  • 2 Fig. Défrayer de bons mots, de plaisanteries, amuser, faire rire par de bons mots, des plaisanteries. Ils pensaient tous qu'il était là pour défrayer la compagnie de bons mots, Molière, Critique, 2.

    Absolument, défrayer la compagnie, amuser, faire rire, pourvu toutefois que quelque chose détermine le sens ; autrement défrayer la compagnie signifierait payer la dépense faite par une compagnie.

    Défrayer la compagnie, se dit aussi pour faire rire à ses dépens.

    Défrayer la conversation, parler le plus dans une conversation, y tenir le dé. Par son esprit il défrayait les conversations. Défrayer la conversation signifie aussi être l'objet d'une conversation. Ce fut lui et sa mésaventure qui défrayèrent la conversation.

  • 3Se défrayer, v. réfl. Payer les frais que l'on fait. Je serais bien allé à l'hôtel, mais je n'avais pas de quoi me défrayer.

REMARQUE

Défraîrai, défraîrais, ne s'orthographient ainsi qu'en poésie, et encore y renonce-t-on.

HISTORIQUE

XVe s. Il donna plusieurs robbes, et deffroya tout jusques en la Haye en Hollande, Commines, III, 5.

XVIe s. D'un client vous avez les sacs, Qui vous defraye Et le vin paye Qu'il ne boit pas, J. le Houx, VII. Ilz accepterent la charge de faire les frais de jeux qui n'estoient pas de petite despense, ayant l'un desfrayé à Thebes les joueurs de fluste, et l'autre à Athenes la danse des enfans qui balloient en rond, Amyot, Arist. 2. Il emporta par plusieurs fois le prix ès jeux qu'il desfrayoit, Amyot, Nicias, 4. Il n'est jà besoing de faire tant affaire, on vous deffroyera cela, Palsgrave, p. 450.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉFRAYER. - HIST. Ajoutez : XIVe s. Cent frans d'or à Robert de Heugueville, escuier,… pour lui aidier à soy deffroyer et ses compaingnons de Paris, Mandements de Charles V, 1373, p. 506.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « défrayer »

Dé… préfixe, et l'ancien verbe frayer, dépenser (voy. FRAIS, s. m. plur.).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français frayer (« payer les frais de ») avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « défrayer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
défrayer defraje

Évolution historique de l’usage du mot « défrayer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « défrayer »

  • En vue de porter en Cour Suprême la cause visant à interdire l’implantation de l’usine de compost de Champag à partir de fumier de poule et de cheval, le conseil municipal de Saint-Roch-de-Richelieu a placé une demande au Fonds de défense de la Fédération québécoise des Municipalités (FQM) pour l’aider à défrayer les frais juridiques qui pourraient s’élever à plus de 200 000 $. Les 2 Rives, Votre hebdomadaire pour la région de Sorel-Tracy

Traductions du mot « défrayer »

Langue Traduction
Anglais defray
Espagnol sufragar
Italien risarcire
Allemand bestreiten
Chinois 支付
Arabe دافع
Portugais custear
Russe брать на себя
Japonais 払う
Basque ordaintzeko
Corse difenda
Source : Google Translate API

Synonymes de « défrayer »

Source : synonymes de défrayer sur lebonsynonyme.fr
Partager