La langue française

Déflation

Définitions du mot « déflation »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉFLATION, subst. fém.

A.− ÉCON. POL., usuel. Ensemble de mesures économiques et financières visant à la réduction de la circulation monétaire, afin de stabiliser ou faire baisser les prix et les salaires. Déflation budgétaire, secondaire; procédure de déflation. Anton. inflation.Des résistances sectorales et des distorsions supplémentaires risquent d'entraîner des pertes massives et des liquidations dans d'autres secteurs, c'est-à-dire de faire dégénérer la désinflation en déflation (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 535):
Le chancelier Brüning employa ce qu'on appelle la « méthode orthodoxe », celle de Poincaré en 1926 en France : diminuer sévèrement les dépenses de l'État, augmenter les impôts, bloquer les salaires ou même essayer de les faire baisser, ainsi que les prix. La déflation amena la crise industrielle et le chômage à leur paroxysme... Lesourd, Gérard, Histoire écon., XIXeet XXes.,1963, p. 516.
P. méton., péj. (conséquences réelles ou appréhendées prises pour la cause ou la visée). Restriction, régression des crédits et de la consommation, diminution de ressources. Ruiné par la déflation [allemande], on le retrouve [Kron] garçon d'hôpital à Nuremberg, compromis dans une obscure escroquerie d'autoclaves (Morand, Fr.-la-Doulce,1934, p. 46).
P. anal., domaine littér., artistique. Diminution, réduction de la production. Déflation verbale. Dès 1930 la déflation littéraire suit les autres déflations, et comme les autres elle signifie restriction (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 523).
Rem. La docum. atteste dans le même sens désinflation, subst. fém. Les limites d'une politique de désinflation (Perroux, op. cit., p. 523).
B.− GÉOMORPHISME. Érosion éolienne qui enlève des sols les matériaux légers et meubles, tels que les limons et les sables. Le résultat de la déflation est un tri de matériaux, seuls les plus grossiers restant sur place (M. Derruau, Précis de géomorphologie,Paris, Masson, 1974, p. 194).
Prononc. et Orth. : [deflasjɔ ̃]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1. 1909 fin. (Lar. mens.); 2. 1932 géogr. (Lar. 20e). Formé à partir d'inflation* par substitution de l'initiale; cf. l'angl. deflation et inflation dès 1891 ds NED, s.v. deflate. Fréq. abs. littér. : 6.
DÉR.
Déflationniste, adj. et subst. masc.a) Emploi adj. [Correspondant à déflation B] Qui est propre ou qui conduit à la déflation. Situation, mesure déflationniste; tendance, tension déflationniste. Anton. inflationniste.Pour lutter contre la détérioration de la balance des paiements et la spéculation contre la livre, dont on craignait une nouvelle dévaluation, le gouvernement conservateur, élu en septembre 1951, prit une série de mesures déflationnistes (M. Flamant, J. Singer-Kerel, Crises et récessions écon.,Paris, P.U.F., 1968, p. 88).Une pression déflationniste (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 523).b) Emploi subst. masc. Théoricien ou partisan de la déflation. Anton. inflationniste.Attesté ds Quillet 1965, Rob. Suppl. 1970.Rem. La docum. atteste dans le même sensdésinflationniste. Catégories soumises à la pression désinflationniste (Perroux, Écon. XXes.,1964p. 536). [deflasjɔnist]. 1reattest. 1953 (Quillet); de déflation B, suff. -iste*. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Dub. Dér. 1962, p. 32.

Wiktionnaire

Nom commun

déflation \de.fla.sjɔ̃\ féminin

  1. Diminution progressive ou suppression totale de l’inflation.
    • Pierre Laval avait remplacé Doumergue, fin 1934. Il pensait résoudre les problèmes financiers et économiques par la déflation. Il prit des mesures draconiennes. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 288.)
    • La déflation est une menace, sinon une issue, logique, de tout processus hyperinflationniste. — (Jean-Pierre Petit, La Bourse: Rupture et renouveau, 2003)
  2. (Géologie) Érosion éolienne impliquant le départ des particules les plus fines d'un sédiment (vannage éolien).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉFLATION. n. f.
Diminution progressive ou suppression totale de l'inflation. Voyez ce mot.

Étymologie de « déflation »

(Siècle à préciser) Formé à partir de inflation par substitution de la syllabe in par le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déflation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déflation deflasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « déflation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déflation »

  • Aux États-Unis, la Réserve fédérale de Saint-Louis a élaboré un indice permettant de suivre le risque de déflation : les Prices Pressures Measures (PPM). Ce dernier mesure la probabilité de voir le taux d’inflation de l’indice des prix des dépenses de consommation des ménages (PCEPI) pour les douze prochains mois tomber en territoire négatif. Il inclut 104 séries telles que les variables des prix à l’étranger, les indices des prix à la production (IPP), les indicateurs relatifs au marché du travail, etc. (pour plus d’information sur le PPM et sur la façon dont il a été élaboré, veuillez cliquer ici). D’après les Prices Pressures Measures, la probabilité de voir les États-Unis tomber en déflation au cours des douze prochains mois s’élève à 0,76 (soit 76 %). Capital.fr, “La banque centrale des Etats-Unis fait face au spectre de la déflation !” - Capital.fr
  • Les prix à la consommation avaient reculé en avril au Japon pour la première fois depuis fin 2016, ressuscitant ainsi le spectre de la déflation. Mardi à l'issue de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ), son gouverneur Haruhiko Kuroda a de nouveau concédé que la dynamique des prix était perdue pour le moment, sous l'effet de la pandémie et de la chute des prix du pétrole. La BoJ estime cependant que cette tendance déflationniste est passagère, et que les prix repartiront à la hausse avec la reprise économique, laquelle s'annonce toutefois lente. Le Figaro.fr, Japon : la déflation s'est poursuivie en mai
  • Les craintes de déflation justifient la décision de la Banque centrale européenne d'accroître son soutien à l'économie via la hausse de la taille de son programme d'achat d'urgence en cas de pandémie, selon Pablo Hernandez de Cos. "Les risques déflationnistes ont augmenté et c'est l'une des raisons pour lesquelles la Banque centrale européenne prend les mesures qu'elle prend pour s'assurer que le risque ne se matérialise pas", a déclaré le membre du Conseil des gouverneurs de la BCE dans une interview accordée à 'Bloomberg News' à Madrid. "Je suis de ceux qui pensent que cette crise est essentiellement désinflationniste, dans le sens où certains des problèmes que nous avons eus avec la faible inflation s'accumulent". Bourse Direct, Les craintes de déflation justifient l'action de la BCE
  • Crainte de déflation : Christine Lagarde est d’autant plus confiante que les nouvelles qu’elle annonce sont mauvaises : baisse de 3,8% du PIB de la zone au un premier trimestre, évidemment pire au deuxième, avant une modeste reprise. Au total, -8,7% en 2020, +5,2 et 3,3% en 2021 et 2022. La perte ne sera pas compensée. Surtout, les chiffres d’inflation sont très pires : 0,3% en 2020, 0,8% en 2021 et 1,3% en 2022. Au plus loin que la BCE publie ses chiffres, nous ne sommes donc pas du tout à 2% d’inflation, faute de croissance. Pire encore, ce 0,3% d’inflation est son minimum historique, inquiétant quand on connaît les dynamiques des prix (les hausses appellent des hausses et les baisses des baisses) avec une marge d’incertitude autrefois estimée à 0,5% par la BCE. Dit autrement, 0,3% peut tangenter 0% ou moins ! Atlantico.fr, La BCE révèle des menaces de déflation plus inquiétantes que prévu | Atlantico.fr
  • Le choc lié au coronavirus est profondément déflationniste, puisqu'il entraînera probablement une récession de l'économie française et mondiale. Et même si la hausse des coûts liés à la sécurité sanitaire pourrait bien faire grimper les prix, les salaires, eux ne suivront pas. Ce qui éloigne encore davantage toute perspective de retour de l'inflation. Les Echos, Pourquoi l'inflation n'est pas près de repartir | Les Echos
  • Depuis des semaines, des informations et des textes sont apparus dans les médias qui caractérisent Bitcoin déflationniste dans son caractère de monnaie. Beaucoup d’entre eux font une mauvaise approche du fonctionnement de cette crypto-monnaie, car ils ont tendance à l’analyser de la même manière que les devises traditionnelles sont analysées. C’est une grave erreur sur laquelle nous devons nous arrêter. Ce que nous allons faire dans cet article. Breakingnews.fr, Pourquoi le Bitcoin n'est-il pas déflationniste comme certains le disent?
  • C'est le gouvernement lui-même qui a créé les accords de "performance collective", avec les ordonnances Macron de 2017, pour donner de la flexibilité aux entreprises. C'est normal d'une certaine manière qu'elles s'en saisissent. Je crois que c'est un enjeu très important, pour à la fois le monde des entreprises, les organisations syndicales et l'État, que ces accords soient bien calibrés. Le plus grand risque, en fait, c'est qu'en voulant aller vite, les entreprises, comme Ryanair l'a fait, mettent la pression sur les salariés et entraînent des baisses de salaires mais sans qu'il y ait une véritable logique productive, industrielle par derrière, et que ça se traduise comme on l'a déjà vu, d'un point de vue microéconomique, par une dégradation de la situation de l'entreprise parce que les meilleurs salariés, les salariés qui avaient les meilleures perspectives d'emploi, refusaient l'accord, préféraient se faire licencier avec des indemnités et retrouvaient des emplois par ailleurs. Et donc, les entreprises perdaient leurs meilleurs éléments, leurs meilleurs cadres. Et puis, il y a un autre danger qui, je pense, est bien plus macroéconomique. Si effectivement, des centaines et des centaines d'entreprises font ces accords qui induisent une baisse des salaires, on risque d'avoir un phénomène macroéconomique qui s'appelle la déflation. Et rentrer dans une spirale déflationniste serait bien pire. Franceinfo, Baisse des salaires : "Il faut éviter qu'on aille dans cette spirale low cost" sinon on risque une "spirale déflationniste qui serait bien pire", estime un économiste
  • Une panique inflationniste pourrait également démarrer aux États-Unis. La solidité globale du dollar US au cours des dernières années a produit un effet déflationniste. Le dollar US a été soutenu par des différentiels de taux d'intérêt et de croissance favorables, qui sont tous deux en train de disparaître maintenant. La Fed monétise agressivement le déficit budgétaire américain.  Le « double déficit » (budgétaire et de la balance des paiements courants) devrait atteindre 20 % du PIB cette année. La faiblesse du dollar devrait avoir un effet inflationniste pour les États-Unis et à l'échelle mondiale. Boursorama, Inflation post Covid-19 : quel scénario ? - Boursorama

Images d'illustration du mot « déflation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « déflation »

Langue Traduction
Anglais deflation
Espagnol deflación
Italien deflazione
Allemand deflation
Chinois 通缩
Arabe الانكماش
Portugais deflação
Russe дефляция
Japonais デフレ
Basque deflazioa
Corse deflazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « déflation »

Source : synonymes de déflation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déflation »

Déflation

Retour au sommaire ➦

Partager