La langue française

D

Définitions du mot « d »

Trésor de la Langue Française informatisé

D, d, lettre

I.− Subst. masc. La quatrième lettre de l'alphabet. Un exemplaire de cette lettre. Le d, un d majuscule. Bonnard par un d, n'est-ce pas? me dit-elle en écrivant (A. France, Bonnard,1881, p. 408).
II.− Abréviation d'un terme, parfois d'un nom propre, commençant par cette lettre.
A.− ARM. Balle D, obus D (du nom de l'inventeur, le général Desaleux). L'introduction de la balle D exigeait pour les feux de guerre des champs de tir de 4 000 mètres de profondeur au moins (Joffre, Mém.,t. 1, 1931, p. 80).
B.− CHIM. D, symbole du deutérium. Abréviation de dextrogyre, il sert comme ,,préfixe indiquant, pour un composé chimique optiquement actif, une analogie de configuration spatiale avec le glycéral dextrogyre. Ex. : D-glucose`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
C.− MÉTROL. d, abréviation de déci-.
D.− MATHÉMATIQUES :
1. Une des propriétés les plus immédiates d'une fonction qui satisfait à l'équation du potentiel (ou de Laplace) dans un domaine D (fonction harmonique) est d'être égale en chaque point A intérieur à D à la moyenne de ses valeurs sur la surface d'une sphère de centre A appartenant entièrement à D. Hist. gén. des sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 63.
E.− RELIG. D, abréviation de dame dans N.-D. (Notre-Dame). ,,[Abréviation] de don, titre que portent les nobles espagnols et tous les ecclésiastiques italiens, surtout les Salésiens de don Bosco, et de dom, qui est ou bien le titre des Bénédictins prêtres, de tous les Chartreux ou de l'abbé seul chez les Cisterciens, ou encore, en portugais, le titre correspondant au « don » espagnol et que portait le roi (D. Carlos, don Carlos; D. Mabillon, dom Mabillon; D. Pedro, dom Pedro)`` (Lar. encyclop.).
F.− ADMIN. D, abréviation de (art) dentaire. ,,Lettre-clé de la nomenclature générale des actes professionnels des médecins et autres professions de santé. Portée sur les documents de l'assurance-maladie, elle caractérise les actes pratiqués par le chirurgien-dentiste (Arr. du 27 mars 1972, art. 2)`` (Cotta 1972).
G.− BANQUE. Sur le marché des primes, d ,,figure à la gauche du montant de la prime et signifie « dont »`` (Banque 1963).
H.− Fam. D, dans système D; de (se) débrouiller, débrouillard. Sans le concours, il n'y aurait plus que le système D et le piston (Magnane, Bête à concours,1941, p. 415):
2. Nous avons tous nos recettes, comme le viticulteur de Jacou qui offrait son projet de réforme à M. Barre, comme l'architecte qui entamait une conférence sur les H.L.M. Le système D et le ,,nyaka`` [il n'y a qu'à...] sont les deux mamelles de notre éloquence (Viansson-Ponté). Le Monde,6-7 févr. 1977.
Rem. L'abréviation peut se comporter comme un symbole autonome désignant directement, et non plus par l'intermédiaire du terme en cause, l'objet en cause. Dans ce cas on ne peut lui substituer le terme en cause. Il est par exemple impossible de substituer deutérium à D dans : « D se caractérise par les quantités suivantes : Z = 1; A = 2,0136 »; il faudrait dire : « le deutérium... ». On dira par conséquent D [de]. dl, p. ex., se dira en revanche décilitre.
III.− En tant que lettre de l'alphabet, attribution sans rapport avec une désignation verbale.
A.− Pour marquer l'ordre (après c et avant e) et, par conséquent, le rang (4e) des éléments d'une série :
3. ... New York est fendu dans toute sa longueur par un certain nombre d'avenues, dont les unes sont désignées par des lettres (A, B, C, D), les autres par des numéros (de 1 à 14), et quelques-unes, exceptionnellement, par des noms... Morand, New York,1930, p. 111.
4. ... c) la détermination de la masse du Soleil et des planètes; d) l'évaluation de l'aplatissement de la Terre (1/230econtre 1/297eadmis actuellement); e) un premier calcul expliquant la précession des équinoxes; ... Kourganoff, Astron. fondamentale élémentaire,1961, p. 93.
1. MÉTÉOR. Couche D. Région de l'ionosphère située entre 60 000 et 80 000 m d'altitude (cf. Lar. encyclop.).
2. MUS. D, d désignent le quatrième degré de l'échelle dans la nomenclature alphabétique. En Allemagne et en Angleterre les notes sont désignées par des lettres alphabétiques : C pour ut, D pour ré, E pour mi, F pour fa, G pour sol, A pour la; H pour si naturel ou bécarre, et B pour si bémol (Rougon1935).
Rem. Dans l'ex. 4, l'ordre n'est pas certainement significatif; s'il ne l'est pas, on retombe sur le cas III B. Dans l'ex. 3, il l'est, bien qu'il ne soit pas irréversible. On a indifféremment « D après C et avant E » ou, inversement, « D après E et avant C »; à moins d'observer systématiquement un principe d'orientation topologique (p. ex. d'est en ouest, ...).
B.− Sans autre préoccupation que d'identifier :
5. Étant donné un caractère linguistique A, susceptible d'être remplacé par un autre (B, C, D, etc.), la différenciation peut se produire de trois façons différentes : ... Saussure, Cours de ling. gén.,1916, p. 271.
MÉD. Vitamine D. Le rôle biochimique exact des vitamines A, E et K est encore mal connu; celui de la vitamine D la rapproche plutôt d'une hormone, puisqu'elle favorise l'absorption intestinale du calcium (Méd. Biol.t. 11970).
Rem. 1. L'observation suivante met en évidence un trait de l'articulation de l'article : ,,Lettre numérale, le δ des Grecs a signifié d'abord 4, en raison de la place qu'il occupait dans l'alphabet [valeur ordinale de d en tant que lettre de l'alphabet], puis une dizaine, parce qu'il était l'initiale de δ ε κ α [d, initiale d'un lexème]`` (Bach.-Dez. 1882). 2. Dans les divisions III et (parfois) II, la lettre en cause n'est plus un objet quelconque désigné par un terme possédant un signifiant graphique et un signifiant phonique (signifiant graphique en l'occurrence confondu, faute d'écrire, p. ex. dé, avec l'objet), mais signe elle-même, et signe bien entendu non lexical, d'autres objets. On peut ce de fait se demander s'il convient de les inclure ici.
Prononc. et Orth. : [de]. Le nom de la lettre est le « mot » par lequel on la désigne. Son signifiant phon. est [de]. Il n'a pas de signifiant graph. distinct : on écrit d et non, p. ex., *dé. Seul mérite d'être traité sous un art. d, en toute rigueur, le nom de la lettre, à l'exclusion de sa valeur. La valeur est le son qui lui correspond dans un mot en tant qu'élément constitutif du signifiant graph. de ce mot. Cette valeur est [d], occlusive dentale douce (lorsque la lettre se prononce, cf. grande, mais grand, et sauf le cas de la liaison, cf. grand homme [gʀ ɑ ̃tɔm]). ,,Le nom que les maîtres habiles donnent aujourd'hui à cette lettre, selon la remarque de la Grammaire générale de P. R., ce nom, dis-je, est de plutôt que dé, ce qui facilite la syllabation aux enfants. Voyez la Grammaire raisonnée de P. R. chap. vj. Cette pratique a été adoptée par tous les bons maîtres modernes`` (Gramm. t. 2 1789). Motivée par le souci légitime de ne pas encombrer inutilement la pédagogie de la lecture, la suggestion revient, abstraction faite d'un point vocalique [ə] utile à la prononc. hors cont., à réduire le nom à la valeur. Ce principe a été expressément pris un moment comme base d'une série de méthodes, dont la première, Alphabet pour les enfants contenant les huit leçons de la méthode de M. de Launay, pour apprendre à lire le français et le latin, a paru en 1730. Dans : Laisse moi te gourman... D (Carabelli, [Jeux typogr.]), le jeu consiste à prendre D comme élément de mot tout en lui attribuant son nom au lieu de sa valeur. Fréq. abs. littér. : 833. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 430, b) 643; xxes. : a) 1 088, b) 1 323.

D, d, lettre

I.− Subst. masc. La quatrième lettre de l'alphabet. Un exemplaire de cette lettre. Le d, un d majuscule. Bonnard par un d, n'est-ce pas? me dit-elle en écrivant (A. France, Bonnard,1881, p. 408).
II.− Abréviation d'un terme, parfois d'un nom propre, commençant par cette lettre.
A.− ARM. Balle D, obus D (du nom de l'inventeur, le général Desaleux). L'introduction de la balle D exigeait pour les feux de guerre des champs de tir de 4 000 mètres de profondeur au moins (Joffre, Mém.,t. 1, 1931, p. 80).
B.− CHIM. D, symbole du deutérium. Abréviation de dextrogyre, il sert comme ,,préfixe indiquant, pour un composé chimique optiquement actif, une analogie de configuration spatiale avec le glycéral dextrogyre. Ex. : D-glucose`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
C.− MÉTROL. d, abréviation de déci-.
D.− MATHÉMATIQUES :
1. Une des propriétés les plus immédiates d'une fonction qui satisfait à l'équation du potentiel (ou de Laplace) dans un domaine D (fonction harmonique) est d'être égale en chaque point A intérieur à D à la moyenne de ses valeurs sur la surface d'une sphère de centre A appartenant entièrement à D. Hist. gén. des sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 63.
E.− RELIG. D, abréviation de dame dans N.-D. (Notre-Dame). ,,[Abréviation] de don, titre que portent les nobles espagnols et tous les ecclésiastiques italiens, surtout les Salésiens de don Bosco, et de dom, qui est ou bien le titre des Bénédictins prêtres, de tous les Chartreux ou de l'abbé seul chez les Cisterciens, ou encore, en portugais, le titre correspondant au « don » espagnol et que portait le roi (D. Carlos, don Carlos; D. Mabillon, dom Mabillon; D. Pedro, dom Pedro)`` (Lar. encyclop.).
F.− ADMIN. D, abréviation de (art) dentaire. ,,Lettre-clé de la nomenclature générale des actes professionnels des médecins et autres professions de santé. Portée sur les documents de l'assurance-maladie, elle caractérise les actes pratiqués par le chirurgien-dentiste (Arr. du 27 mars 1972, art. 2)`` (Cotta 1972).
G.− BANQUE. Sur le marché des primes, d ,,figure à la gauche du montant de la prime et signifie « dont »`` (Banque 1963).
H.− Fam. D, dans système D; de (se) débrouiller, débrouillard. Sans le concours, il n'y aurait plus que le système D et le piston (Magnane, Bête à concours,1941, p. 415):
2. Nous avons tous nos recettes, comme le viticulteur de Jacou qui offrait son projet de réforme à M. Barre, comme l'architecte qui entamait une conférence sur les H.L.M. Le système D et le ,,nyaka`` [il n'y a qu'à...] sont les deux mamelles de notre éloquence (Viansson-Ponté). Le Monde,6-7 févr. 1977.
Rem. L'abréviation peut se comporter comme un symbole autonome désignant directement, et non plus par l'intermédiaire du terme en cause, l'objet en cause. Dans ce cas on ne peut lui substituer le terme en cause. Il est par exemple impossible de substituer deutérium à D dans : « D se caractérise par les quantités suivantes : Z = 1; A = 2,0136 »; il faudrait dire : « le deutérium... ». On dira par conséquent D [de]. dl, p. ex., se dira en revanche décilitre.
III.− En tant que lettre de l'alphabet, attribution sans rapport avec une désignation verbale.
A.− Pour marquer l'ordre (après c et avant e) et, par conséquent, le rang (4e) des éléments d'une série :
3. ... New York est fendu dans toute sa longueur par un certain nombre d'avenues, dont les unes sont désignées par des lettres (A, B, C, D), les autres par des numéros (de 1 à 14), et quelques-unes, exceptionnellement, par des noms... Morand, New York,1930, p. 111.
4. ... c) la détermination de la masse du Soleil et des planètes; d) l'évaluation de l'aplatissement de la Terre (1/230econtre 1/297eadmis actuellement); e) un premier calcul expliquant la précession des équinoxes; ... Kourganoff, Astron. fondamentale élémentaire,1961, p. 93.
1. MÉTÉOR. Couche D. Région de l'ionosphère située entre 60 000 et 80 000 m d'altitude (cf. Lar. encyclop.).
2. MUS. D, d désignent le quatrième degré de l'échelle dans la nomenclature alphabétique. En Allemagne et en Angleterre les notes sont désignées par des lettres alphabétiques : C pour ut, D pour ré, E pour mi, F pour fa, G pour sol, A pour la; H pour si naturel ou bécarre, et B pour si bémol (Rougon1935).
Rem. Dans l'ex. 4, l'ordre n'est pas certainement significatif; s'il ne l'est pas, on retombe sur le cas III B. Dans l'ex. 3, il l'est, bien qu'il ne soit pas irréversible. On a indifféremment « D après C et avant E » ou, inversement, « D après E et avant C »; à moins d'observer systématiquement un principe d'orientation topologique (p. ex. d'est en ouest, ...).
B.− Sans autre préoccupation que d'identifier :
5. Étant donné un caractère linguistique A, susceptible d'être remplacé par un autre (B, C, D, etc.), la différenciation peut se produire de trois façons différentes : ... Saussure, Cours de ling. gén.,1916, p. 271.
MÉD. Vitamine D. Le rôle biochimique exact des vitamines A, E et K est encore mal connu; celui de la vitamine D la rapproche plutôt d'une hormone, puisqu'elle favorise l'absorption intestinale du calcium (Méd. Biol.t. 11970).
Rem. 1. L'observation suivante met en évidence un trait de l'articulation de l'article : ,,Lettre numérale, le δ des Grecs a signifié d'abord 4, en raison de la place qu'il occupait dans l'alphabet [valeur ordinale de d en tant que lettre de l'alphabet], puis une dizaine, parce qu'il était l'initiale de δ ε κ α [d, initiale d'un lexème]`` (Bach.-Dez. 1882). 2. Dans les divisions III et (parfois) II, la lettre en cause n'est plus un objet quelconque désigné par un terme possédant un signifiant graphique et un signifiant phonique (signifiant graphique en l'occurrence confondu, faute d'écrire, p. ex. dé, avec l'objet), mais signe elle-même, et signe bien entendu non lexical, d'autres objets. On peut ce de fait se demander s'il convient de les inclure ici.
Prononc. et Orth. : [de]. Le nom de la lettre est le « mot » par lequel on la désigne. Son signifiant phon. est [de]. Il n'a pas de signifiant graph. distinct : on écrit d et non, p. ex., *dé. Seul mérite d'être traité sous un art. d, en toute rigueur, le nom de la lettre, à l'exclusion de sa valeur. La valeur est le son qui lui correspond dans un mot en tant qu'élément constitutif du signifiant graph. de ce mot. Cette valeur est [d], occlusive dentale douce (lorsque la lettre se prononce, cf. grande, mais grand, et sauf le cas de la liaison, cf. grand homme [gʀ ɑ ̃tɔm]). ,,Le nom que les maîtres habiles donnent aujourd'hui à cette lettre, selon la remarque de la Grammaire générale de P. R., ce nom, dis-je, est de plutôt que dé, ce qui facilite la syllabation aux enfants. Voyez la Grammaire raisonnée de P. R. chap. vj. Cette pratique a été adoptée par tous les bons maîtres modernes`` (Gramm. t. 2 1789). Motivée par le souci légitime de ne pas encombrer inutilement la pédagogie de la lecture, la suggestion revient, abstraction faite d'un point vocalique [ə] utile à la prononc. hors cont., à réduire le nom à la valeur. Ce principe a été expressément pris un moment comme base d'une série de méthodes, dont la première, Alphabet pour les enfants contenant les huit leçons de la méthode de M. de Launay, pour apprendre à lire le français et le latin, a paru en 1730. Dans : Laisse moi te gourman... D (Carabelli, [Jeux typogr.]), le jeu consiste à prendre D comme élément de mot tout en lui attribuant son nom au lieu de sa valeur. Fréq. abs. littér. : 833. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 430, b) 643; xxes. : a) 1 088, b) 1 323.

Wiktionnaire

Nom commun

d \de\ masculin

  1. (Jeux) Dé, en particulier dans le domaine du jeu de rôle.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

d \de\ masculin

  1. (Jeux) Dé, en particulier dans le domaine du jeu de rôle.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

d \de\ masculin

  1. (Jeux) Dé, en particulier dans le domaine du jeu de rôle.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

d \de\ masculin

  1. (Jeux) Dé, en particulier dans le domaine du jeu de rôle.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

D. n. m.
La quatrième lettre de l'alphabet. Elle représente une des consonnes. On la nomme Dé. Un D majuscule. Un petit d. Le D est une des consonnes qu'on appelle dentales. Il est muet à la fin d'un mot, sauf à la fin de certains noms d'origine étrangère : David, Port-Saïd; et de quelques locutions latines : Ad patres, ad hoc. En liaison, il se prononce T. Grand homme. Pied-à-terre.

Littré (1872-1877)

D (dé, et, dans l'épellation moderne, de) s. m.
  • La quatrième lettre de l'alphabet et la troisième des consonnes. Le d appartient aux consonnes nommées dentales. Dans la plupart des livres que l'on imprime aujourd'hui [XVIIe siècle], on ôte le d de tous les mots où il ne doit point se faire sentir ; ainsi, comme on trouve écrit avenir, avis, ajourner, ajuger, ajuster, on ne saurait point se tromper à la prononciation de ces mots ; plusieurs font encore sentir le d dans adversité, mais tout le monde prononce aversaire, Vaugelas, Rem. notes Th. Corn. t. II, p. 746, dans POUGENS. La prononciation a changé ; voy. ces mots.

    À la fin des mots et après une nasale, il est ordinairement muet : grand, il rend ; et s'il sonne sur la voyelle suivante, il sonne comme un t : grand homme, prononcez granit homme.

    Dans la musique, D ou D-la-ré (pour ré-fa-la-ré) indique le ton de ré. D écrit au-dessus de la portée signifie doux (dolce). Quelquefois, en tête d'une partie, il marque que c'est celle du dessus.

    En chiffres romains, D signifie 500, et, quand il est surmonté d'un trait, 5000.

    D, Sur les anciennes monnaies de France, indique qu'elles ont été frappées à Lyon.

    D M P après une signature signifie docteur en médecine de la faculté de Paris.

    D est l'abréviation de don, titre donné aux seigneurs italiens et espagnols : D. Pedro. Il est aussi l'abréviation de dom, titre donné aux moines bénédictins : D. Rainard.

    N. D. signifie Notre-Dame, la vierge Marie.

    D. O. M. est dans les inscriptions, l'abréviation de Deo optimo maximo [à Dieu très bon, très grand].

    Dans l'ancien alphabet chimique, D indiquait le sulfate de fer.

HISTORIQUE

XIIIe s. D [D signifie ici Dieu] jeta ceux de l'aigre feu Qui touz tems fussent en enfer ; D fu en fust, D fu en fer ; D eut au C [croix] angoisse et soif, Senefiance de l'A B C, Jubinal, t. II, p. 276.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* D, s. m. (Ecriture.) la quatrieme lettre de notre alphabet. La partie intérieure du D italique se forme de l’O italique entier ; & sa partie supérieure ou sa queue des septieme & huitieme parties du même O. Le d coulé & le d rond n’ont pas une autre formation ; il faut seulement le rapporter à l’o coulé & à l’o rond. Ces trois sortes de d demandent de la part de la main un mouvement mixte des doigts & du poignet, pour la description de leur portion inférieure ; les doigts agissent seuls dans la description de la queue ou de leur partie supérieure.

D, (Gramm. &c.) Il nous importe peu de savoir d’où nous vient la figure de cette lettre ; il doit nous suffire d’en bien connoître la valeur & l’usage. Cependant nous pouvons remarquer en passant que les Grammairiens observent que le D majeur des Latins, & par conséquent le nôtre, vient du Δ delta des Grecs arrondi de deux côtés, & que notre d mineur vient aussi de δ delta mineur. Le nom que les maîtres habiles donnent aujourd’hui à cette lettre, selon la remarque de la grammaire générale de P. R. ce nom, dis-je, est de plûtôt que dé, ce qui facilite la syllabisation aux enfans. Voyez la grammaire raisonnée de P. R. chap. vj. Cette pratique a été adoptée par tous les bons maîtres modernes.

Le d est souvent une lettre euphonique : par exemple, on dit prosum, profui, &c. sans interposer aucune lettre entre pro & sum ; mais quand ce verbe commence par une voyelle on ajoûte le d après pro. Ainsi on dit, pro-d-es, pro-d-ero, pro-d-esse : c’est le méchanisme des organes de la parole qui fait ajoûter ces lettres euphoniques, sans quoi il y auroit un bâillement ou hiatus, à cause de la rencontre de la voyelle qui finit le mot avec celle qui commence le mot suivant. De-là vient que l’on trouve dans les auteurs mederga, qu’on devroit écrire me-d-ergà, c’est-à-dire erga me. C’est ce qui fait croire à Muret que dans ce vers d’Horace,

Omnem crede diem tibi diluxisse supremum.

I. epist. jv. vers. 13.

Horace avoit écrit, tibid iluxisse, d’où on a fait dans la suite diluxisse.

Le d & le t se forment dans la bouche par un mouvement à-peu-près semblable de la langue vers les dents : le d est la foible du t, & le t la forte du d ; ce qui fait que ces lettres se trouvent souvent l’une pour l’autre, & que lorsqu’un mot finit par un d, si le suivant commence par une voyelle, le d se change en t, parce qu’on appuie pour le joindre au mot suivant ; ainsi on prononce gran-t-homme, le froi-t-est rude, ren-t-il, de fon-t-en comble, quoiqu’on écrive grand homme, le froid est rude, rend-il, de fond en comble.

Mais si le mot qui suit le d est féminin, alors le d étant suivi du mouvement foible qui forme l’e muet, & qui est le signe du genre féminin, il arrive que le d est prononcé dans le tems même que l’e muet va se perdre dans la voyelle qui le suit ; ainsi on dit, grand’ardeur, gran-d’ame, &c.

C’est en conséquence du rapport qu’il y a entre le d & le t, que l’on trouve souvent dans les anciens & dans les inscriptions, quit pour quid, at pour ad, set pour sed, haut pour haud, adque pour atque, &c.

Nos peres prononçoient advis, advocat, addition, &c. ainsi ils écrivoient avec raison advis, advocat, addition, &c. Nous prononçons aujourd’hui avis, avocat, adition ; nous aurions donc tort d’écrire ces mots avec un d. Quand la raison de la loi cesse, disent les jurisconsultes, la loi cesse aussi : cessante ratione legis, cessat lex.

D numéral. Le D en chiffre romain signifie cinq cents. Pour entendre cette destination du D, il faut observer que le M étant la premiere lettre du mot mille, les Romains ont pris d’abord cette lettre pour signifier par abréviation le nombre de mille. Or ils avoient une espece de M qu’ils faisoient ainsi CIϽ, en joignant la pointe inférieure de chaque C à la tête de l’I. En Hollande communément les Imprimeurs marquent mille ainsi CIϽ, & cinq cents par , qui est la moitié de CIϽ. Nos Imprimeurs ont trouvé plus commode de prendre tout d’un coup un D qui est le C rapproché de l’I. Mais quelle que puisse être l’origine de cette pratique, qu’importe, dit un auteur, pourvû que votre calcul soit exact & juste ? non multum resert, modo recte & juste numeres. Martinius.

D abréviation. Le D mis seul, quand on parle de seigneurs Espagnols ou de certains religieux, signifie don ou dom.

Le dictionnaire de Trévoux observe que ces deux lettres N. D. signifient Notre-Dame.

On trouve souvent à la tête des inscriptions & des épîtres dédicatoires ces trois lettres D. V. C. elles signifient dicat, vovet, consecrat.

Le D sur nos pieces de monnoie est la marque de la ville de Lyon. (F)

D, (Antiquaire.) Hist. anc. Dans les inscriptions & les médailles antiques signifie divus ; joint à la lettre M, comme DM, il exprime diis manibus, mais seulement dans les épitaphes romaines : en d’autres occasions, c’est deo magno ou diis magnis ; & joint à N, il signifie dominus noster, nom que les Romains donnerent à leurs empereurs, & sur-tout aux derniers.

Cette lettre a encore beaucoup d’autres sens dans les inscriptions latines. Alde Manuce en rapporte une cinquantaine, quand elle est seule, autant quand elle doublée, & plus de trente quand elle est triplée sans parler de beaucoup d’autres qu’elle reçoit, lorsque dans les anciens monumens elle est accompagnée de quelques autres lettres. Voyez l’ouvrage de ce savant littérateur italien ; ouvrage nécessaire à ceux qui veulent étudier avec fruit l’Histoire & les Antiquités. Son titre est, de veterum notarum explanatione quæ in antiquis monumentis occurrunt, Aldi Manutii Pauli F. commentarius : in-8° Venetiis, 1566 ; il est ordinairement accompagné du traité du même auteur, orthographiæ ratio in-8°. Venetiis, 1566. (a)

D, (Musique.) D-la-ré, D-sol-ré, ou simplement D. Caractere ou terme de Musique qui indique la note que nous appellons ré. Voyez Gamme. (S)

D, (Comm.) cette lettre est employée dans les journaux ou registres des marchands banquiers & teneurs de livres, pour abréger certains termes qu’il faudroit répéter trop souvent. Ainsi d° se met pour dito ou dit ; den. pour denier ou gros. Souvent on ne met plus qu’un grand D ou un petit pour denier tournois & dit. Dal. ou Dre pour daldre, duc. ou Dd pour ducat. V. Abréviation. Dict. du Com. & Chamb. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « d »

(Nom commun) Abréviation du mot .
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

D de l'alphabet latin, qui est le delta de l'alphabet grec, lequel, à son tour, est le daleth de l'alphabet phénicien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « d »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
d

Évolution historique de l’usage du mot « d »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « d »

  • Les sites éditoriaux Le Figaro.fr, Le «Ségur de la santé» prolongé, faute d'accord
  • Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune France Bleu, Remaniement : Jean Castex nommé Premier ministre en remplacement d'Edouard Philippe
  • Christian Brodhag : « La transition écologique exige connaissance et intelligence collective, transfert d’expériences » Le Monde.fr, La mort d’un chanteur oromo embrase l’Ethiopie
  • C’est une histoire qui n’était pas écrite d’avance. Legalife Immobilier, l’ancien nom d’Unlatch, a initialement été créé pour assurer une croissance soutenue à la maison-mère, Legalife. La startup de services juridiques en ligne pour les particuliers et les professionnels, créée en 2015, se porte bien mais présente toutes les caractéristiques d’une croissance « plutôt selon une droite qu’une exponentielle » , selon les termes d’un de ses cofondateurs, François Marill. En effet, « le panier moyen est plutôt faible, l’acquisition se fait principalement par SEO ou SEA et l’internationalisation demande beaucoup de temps puisqu’il faut au préalable se renseigner sur les droits des contrats dans les pays concernés » , liste-t-il. Maddyness - Le Magazine sur l’actualité des Startups Françaises, Unlatch lève 4 millions d'euros pour exporter sa solution en Espagne et au Royaume-Uni
  • Après quasiment quatre mois de retard sur la date prévue, mi-mars en Australie, le Championnat 2020 de F1 a enfin débuté, ce vendredi matin sur le Red Bull Ring, dans une ambiance assez triste : ciel gris et tribunes vides, pour ce week-end à huis clos. L'Équipe, GP d'Autriche : Lewis Hamilton signe le meilleur temps des essais libres 1 en Autriche - F1 - GP d'Autriche - EL1 - L'Équipe

Images d'illustration du mot « d »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « d »

Langue Traduction
Anglais d
Espagnol re
Italien d
Allemand d
Chinois d
Arabe د
Portugais d
Russe d
Japonais d
Basque d
Corse d
Source : Google Translate API

Synonymes de « d »

Source : synonymes de d sur lebonsynonyme.fr

D

Retour au sommaire ➦

Partager