La langue française

Coutelier, coutelière

Définitions du mot « coutelier, coutelière »

Trésor de la Langue Française informatisé

COUTELIER, IÈRE, subst.

Personne qui fabrique et/ou vend des couteaux et d'autres instruments tranchants. Il [Jean-Jacques] était quant à lui maître-écrivain comme son père était maître-coutelier (Guéhenno, Jean-Jacques,1950, p. 139):
Coutelière dans la rue de Grenelle-Saint-Germain, à l'enseigne de « la Ville de Châtellerault », tant qu'avait vécu son époux et maintenant pauvre ménagère, la citoyenne Gamelin vivait retirée chez son fils, le peintre. A. France, Les Dieux ont soif,1912, p. 19.
Emploi adj. De la coutellerie, relatif à la coutellerie. Ouvrier coutelier (Lar. 20e); industrie coutelière (Lar. Lang. fr.).
Prononc. et Orth. : [kutəlje], fém. [-jε:ʀ]. Ds Ac. depuis 1694. Cf. bourrelier. Étymol. et Hist. Ca 1170 « celui qui fait ou vend des couteaux » (B. de Ste-Maure, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 32434). Dér. de coutel (couteau*); suff. -ier*; cf. lat. médiév. cultellarius (xiies. ds Nierm.). Fréq. abs. littér. : 25.

Wiktionnaire

Nom commun

coutelier \ku.tə.lje\ masculin (pour une femme on dit : coutelière)

  1. Personne dont le métier est de fabriquer, de réparer, ou de vendre des couteaux ou d'autres instruments tranchants tels que ciseaux, canifs, rasoirs, etc.
    • Finalement, son père le mit en apprentissage chez un coutelier, mais les frais étaient trop élevés et il le fit revenir à la maison. — (Georges Ohsawa, L’enfance de Benjamin Franklin, 2002)

Nom commun

coutelière \ku.tə.ljɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : coutelier)

  1. Personne dont le métier est de fabriquer, de réparer, ou de vendre des couteaux ou d'autres instruments tranchants tels que ciseaux, canifs, rasoirs, etc.
    • L’une, la coutelière, c’est Lucienne Desnoues, et celui qui dissipe de son front le songe de la guerre s’appelle Marcel Thiry. — (Revue générale, Numéros 10 à 12, 1997)

Nom commun

coutelière \ku.tə.ljɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : coutelier)

  1. Personne dont le métier est de fabriquer, de réparer, ou de vendre des couteaux ou d'autres instruments tranchants tels que ciseaux, canifs, rasoirs, etc.
    • L’une, la coutelière, c’est Lucienne Desnoues, et celui qui dissipe de son front le songe de la guerre s’appelle Marcel Thiry. — (Revue générale, Numéros 10 à 12, 1997)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COUTELIER, IÈRE. n.
Celui, celle dont le métier est de faire, de vendre des couteaux, ciseaux, rasoirs, canifs, etc.

Littré (1872-1877)

COUTELIER (kou-te-lié, liê-r') s. m.
  • 1Celui, celle qui fabrique ou qui vend des couteaux, des ciseaux, des rasoirs, etc.

    Adj. Maître coutelier. Apprenti coutelier.

  • 2Nom d'un coquillage, qui est dans sa coquille comme un couteau dans sa gaîne. Le coutelier ne rampe point ; il perce le sable perpendiculairement, il s'y creuse un trou ou une sorte de cellule qui a quelquefois deux pieds de longueur et dans laquelle il monte et descend à son gré, Bonnet, Contempl. nat. 12e part. ch. 9.

HISTORIQUE

XIIIe s. Fevre marischal, grossier et greifier et hiaumier pueent ovrer de nuiz, se leur plaist, et tout li mestier devant dit, hormis serruriers et couteliers, Liv. des mét. 45.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COUTELIER, solen, (Hist. nat. Conchiolog.) coquillage auquel on a donné le nom de couteau, parce que sa coquille ressemble en quelque façon à un manche de couteau. Elle est composée de deux pieces, dont chacune est creusée en gouttiere ; lorsqu’elles sont réunies elles forment un cylindre ; elles sont attachées près de l’extrémité inférieure par un ligament à ressort. Depuis ce ligament jusqu’à l’autre bout de la coquille, il y a sur le joint qui se trouve entre les deux pieces, une membrane colée sur le bord de l’une & l’autre, & sur le joint qui est de l’autre côté aux bords opposés une pareille membrane. Ces membranes peuvent être comparées à du parchemin, & ont assez de ressort pour que les deux pieces de la coquille puissent s’éloigner l’une de l’autre de deux ou trois lignes & se rapprocher alternativement, de sorte que la coquille n’est jamais ouverte que par les deux bouts.

Ces coquillages restent dans le sable, & s’y enfoncent souvent à plus d’un pié & demi ou deux piés de profondeur, sans que la longueur de leur coquille s’éloigne beaucoup de la direction verticale ; dans cette situation ils remontent & redescendent successivement, voilà en quoi consiste leur mouvement progressif. Dans les grandes marées, lorsque la mer a laissé à découvert le sable où ces coquillages habitent, on voit les orifices de leurs trous, & on les distingue aisément de ceux des autres coquillages, parce qu’ils sont d’une figure oblongue. Alors les couteliers sont enfoncés dans le sable, mais les pêcheurs les font sortir en partie de leur trou en jettant du sel dedans, il tombe sur la partie de l’animal qui se trouve à l’extrémité supérieure de la coquille : cette partie est composée de deux canaux dans lesquels l’eau circule ; elle entre par l’un & sort par l’autre, mais sa route n’est pas constante ; car ce n’est pas toûjours par le même canal qu’elle entre ou qu’elle sort. Le sel affecte cette partie de façon qu’il en détache des morceaux ; aussi dès que le coquillage en sent l’impression, il remonte au-dessus du sable pour s’en délivrer ; & en effet il ferme autant qu’il le peut les orifices des canaux, & il fait tomber le sel en gonflant la partie qui les environne. Lorsque les couteliers paroissent au-dessus du sable, on les prend à la main ; mais comme ils ne restent à découvert qu’un instant, on les manque quelquefois, ou on ne les saisit pas assez fortement ; enfin s’ils peuvent rentrer dans leur trou, on prétend qu’il n’y a plus moyen de les faire remonter en leur jettant du sel ; il faut employer des instrumens que l’on appelle dards ou dardillons ; ce sont de longs ferremens pointus, que l’on enfonce dans le sable pour enlever le coutelier.

Lorsqu’on a tiré ce coquillage de son trou, & qu’on l’étend sur le sable, on lui voit faire des mouvemens qui font connoître la maniere dont il descend dans le sable & dont il remonte. Il fait sortir de l’extrémité inférieure de la coquille une petite partie de son corps, à laquelle on a donné le nom de jambe, qui dans ce moment est plate, terminée en pointe, & pour ainsi dire tranchante par les bords ; il l’allonge & l’enfonce dans le sable en la recourbant. A l’aide de ce point d’appui, il fait mouvoir sa coquille & la mene à une position verticale ; alors il redresse sa jambe, il l’allonge de nouveau, & l’enfonce verticalement dans le sable. Lorsqu’elle est parvenue à une longueur égale à celle de la moitié ou des deux tiers de la coquille, sa forme change, elle se gonfle & devient cylindrique sans se raccourcir ; de plus, l’extrémité est terminée par un bouton dont le diametre est plus grand que celui de la coquille. Dans cet état le coutelier raccourcit la partie de la jambe qui est entre le bouton & l’extrémité inférieure de la coquille, où il fait rentrer cette partie dans la coquille, ce qui ne se peut pas faire sans que le bouton remonte ou que la coquille descende ; mais c’est la coquille qui descend, parce qu’elle a moins de sable à déplacer que le bouton de la jambe, puisque le diametre du bouton est le plus grand. En répétant cette manœuvre, le coquillage descend successivement, & on conçoit aisément qu’à l’aide des mêmes organes il peut remonter ; car en retirant en-haut le bouton de la jambe, & en allongeant ensuite la partie de la jambe qui est entre le bouton & la coquille, la coquille doit remonter par la même raison qui a déjà été rapportée. Mém. de l’acad. royale des Scienc. ann. 1712. Voyez Coquille, Coquillage. (I)

* Coutelier, s. m. ouvrier qui a le droit de faire & vendre des couteaux, ciseaux, rasoirs, & autres instrumens de Chirurgie, de quelque espece qu’ils soient, en qualité de membre d’une communauté appellée communauté des Couteliers. Les statuts de cette communauté sont de 1505. Ils ont quatre jurés qui se sucedent deux à deux tous les ans. Les maîtres ne peuvent faire qu’un apprentif à la fois. Celui qui vent se faire recevoir doit faire chef-d’œuvre ; il n’y a que le fils de maître qui en soit exempt. Chaque maître a sa marque. Les veuves peuvent tenir boutique, mais ne peuvent faire d’apprentifs ; elles continuent seulement ceux que leurs maris ont commencé.

Les principaux outils du coutelier, sont une enclume à bigorne d’un côté & à talon de l’autre, sa forme est du reste peu importante ; il suffit qu’elle soit bien proportionnée & bien dure. Une forge semblable à celle des Serruriers, des Taillandiers, des Cloutiers, & autres Forgerons ; des tenailles & des marteaux de toutes sortes ; des meules hautes & basses ; des polissoires pareillement de différentes grandeurs ; des brunissoirs, des forêts, des arçons, des limes, des pierres à aiguiser, à repasser, & à affiler, des grands étaux, & des étaux à main, &c.

Voyez à l’article Rasoir, une des pieces de Coutellerie les plus difficiles à bien faire, le détail de presque tout le travail que le coutelier ne fait qu’appliquer diversement à d’autres ouvrages. Voici comment il s’y prend pour faire un couteau à guaine. Il a une barre d’acier, il y pratique une entaille sur le quarré de l’enclume ; il forme la scie du couteau de la portion d’acier comprise au-dessus de l’entaille ; il conserve de l’autre part autant de matiere qu’il en faut pour la lame : dans cet état cela s’appelle une enlevure de couteau ; il forge la lame ; il acheve la scie : quand on vouloit des coquilles, on avoit des mandrins & des enclumettes à l’aide desquelles les coquilles se faisoient : on dresse le couteau à la lame ; on le trempe, on l’émout, & on le polit ; les meules & les polissoires doivent être très-hautes pour cet ouvrage dont la lame est très-plate ; elles ne doivent être ni trop ni trop mal rondes. On peut rapporter presque tous les ouvrages du coutelier à cette espece de couteau ; au rasoir, voyez Rasoir, & au ciseau, voyez Ciseau.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « coutelier »

Couteau, par l'intermédiaire de coutel, ital. coltelliuaio.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1160) De couteau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « coutelier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coutelier kutœlje

Évolution historique de l’usage du mot « coutelier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « coutelier »

  • Sébastien Mathieu est un coutelier forgeron qui vient de s’installer à Lavardens. Installé depuis une quinzaine d’années à Bazian, il a décidé de changer d’environnement. Il a adressé à de nombreuses communes du Gers, sa volonté de les rejoindre, mais : "Personne ne m’a jamais répondu. La commune de Lavardens, la seule et rare, qui a proposé de m’accueillir dans ce local, qui appartient à la municipalité". ladepeche.fr, Lavardens. Sébastien Mathieu est installé en tant que forgeron-coutelier - ladepeche.fr
  • Il souhaitait un exemplaire unique, créé de toutes pièces par le coutelier, aux couleurs de sa moto Ducati. , Près de Dieppe, le coutelier François Queneuil crée un couteau aux couleurs de Ducati | Les Informations Dieppoises
  • Clermont-Ferrand, Chamalières, Maringues ou Issoire avaient déjà leur course. Cette année, Thiers va aussi courir contre le cancer du sein, pour la première fois, le dimanche 20 septembre. C’est le Rotary Club de Thiers, par le biais de son président Sébastien Blanc, qui a eu l’idée d’organiser une course caritative dans la cité coutelière pour récolter des dons afin de lutter contre la maladie, qui touche près de 60.000 femmes en France, chaque année. www.lamontagne.fr, Les premières Foulées roses de Thiers, course caritative contre le cancer du sein, se dérouleront le 20 septembre - Thiers (63300)
  • Orchestra, La Halle aux chaussures, Grand Frais. Ces trois enseignes nationales, implantées à Thiers depuis plusieurs années, font beaucoup parler d’elles ces dernières semaines dans la cité coutelière. Et pour cause, entre potentielles fermetures et déménagement, l’actualité est dense. www.lamontagne.fr, Deux grandes enseignes nationales en sursis à Thiers (Puy-de-Dôme) - Thiers (63300)
  • Elle s’appellera la médiathèque « Le navire ». Un clin d’œil au blason de la cité coutelière et une « invitation au voyage », pour Lionel Zwenger, le directeur des affaires culturelles de la ville qui a suivi le projet de réhabilitation. www.lamontagne.fr, À un an de son inauguration, plongée dans les coulisses du chantier de la médiathèque, à Thiers (Puy-de-Dôme) - Thiers (63300)
  • Situé sur l'avenue Christophe-Colomb, non loin du supermarché Casino, l'atelier de Gilles Garcia, artisan-coutelier, attire l'œil du visiteur. L'ancien cinéma en plein air de la ville a été repensé, transformé en atelier où ce passionné passe de longues heures à confectionner des pièces uniques. Une lame parfaitement aiguisée, un manche fabriqué en corne de chèvre ou encore en dent d'hippopotame. Installé à son compte depuis près d'un an, Gilles Garcia a beaucoup appris avec le coutelier Patrick Martin, l'ancien propriétaire de l'atelier.  « Avant de me lancer complètement dans cette activité, j'ai été pendant huit ans technicien de piscine, après avoir obtenu une formation d'électricien. Pendant 10 ans, je me rendais régulièrement dans cet endroit où j'apprenais les ficelles de mon futur métier. En mai dernier, j'ai finalement concrétisé le projet d'ouvrir mon propre atelier et vivre de ma passion. » Gilles Garcia utilise généralement de l'acier XC75, réputé pour sa robustesse. Corse Matin, Coutelier, Gilles Garcia forge des pièces uniques à Calvi | Corse Matin
  • Pour la fête des pères, Jean Dubost offre une jolie collection à découvrir et à offrir. Suivant la tendance des apéritifs, entre amis ou en famille, le coutelier propose trois planches apéritives, avec son couteau, à la française, adapté, pour pouvoir servir ses convives et partager un moment de convivialité, tout en simplicité et gourmandises. Des planches en bois de hêtre véritable, aimantées, pour maintenir correctement le couteau, pour ces modèles déposés, 100% français. , Fête des pères : Les planches apéritives Jean Dubost -
  • Midi, la table est dressée : nappes à carreaux, assiettes blanches et couteaux "Le Lotois" fabriqués par l’aubergiste. Dans le village d’Espédaillac, à l’Auberge Beauville, on attend les habitués et les premiers touristes… Chaque été, ce petit hameau de 275 habitants niché au cœur du parc naturel régional des Causses du Quercy dans le Lot accueille de nombreux vacanciers. "Sans eux, ce serait compliqué, reconnaît Stéphane Rossignol, aubergiste depuis 25 ans et coutelier par passion. Dans notre département, c’est l’inverse de la côte d’Azur. Les gens viennent chercher autre chose, ils fuient les grosses agglomérations. Ils se plaisent ici, ils sont sympas et on le leur rend bien." ladepeche.fr, Lot : à Espédaillac, on prépare l’arrivée des touristes - ladepeche.fr
  • Dans le cadre de la Fête du Couteau, samedi 3 et dimanche 4 août, un stage d’initiation à la forge coutelière est mis en place cette semaine par le Pôle expérimental des métiers d'Art de Nontron et du Périgord-Limousin. Pour les participants, c'est un premier pas dans l'univers de la coutellerie. France Bleu, Nontron : des participants à un stage de forge coutelière fabriquent leur propre couteau
  • Le concours de création coutelière, c’est un peu la vitrine de Coutellia, le festival international du couteau d’art et de tradition qui vit sa 29e édition, ce week-end, à Thiers. On peut y voir un joli condensé de l’esprit créatif qui règne entre les stands, dans les têtes des 230 exposants. www.lamontagne.fr, Le concours de création coutelière, premier temps fort de Coutellia 2019 à Thiers - Thiers (63300)
  • L'activité coutelière de Nogent, en Haute-Marne, ne vit pas que du couteau d'art, mais aussi d'une production industrielle que Nogent Trois Etoiles est aujourd'hui l'un des rares à assurer, sinon le dernier. Née en 1923, devenue Entreprise du Patrimoine Vivant, elle assure une fabrication 100 % française. Installée à Biesles, le fabricant perpétue la grande tradition des couteaux de table et de cuisine, ainsi que d'ustensiles, tels que ciseaux, épluche-légumes et ouvre-boîtes. Les Echos, Nogent Trois Etoiles perpétue l'industrie coutelière de Haute-Marne | Les Echos

Images d'illustration du mot « coutelier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « coutelier »

Langue Traduction
Anglais cutler
Espagnol cuchillero
Italien coltellinaio
Allemand messerschmied
Chinois 卡特勒
Arabe كاتلر
Portugais cutler
Russe ножовщик
Japonais カトラ
Basque cutler
Corse cutler
Source : Google Translate API

Synonymes de « coutelier »

Source : synonymes de coutelier sur lebonsynonyme.fr

Coutelier

Retour au sommaire ➦

Partager