La langue française

Cousinage

Sommaire

  • Définitions du mot cousinage
  • Étymologie de « cousinage »
  • Phonétique de « cousinage »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cousinage »
  • Citations contenant le mot « cousinage »
  • Traductions du mot « cousinage »
  • Synonymes de « cousinage »

Définitions du mot cousinage

Trésor de la Langue Française informatisé

COUSINAGE, subst. masc.

A.− [Parenté]
1. Parenté entre cousins; liens créés par cette parenté. Lien, relation de cousinage; retrouver des cousinages; se découvrir un cousinage. Synon. partiels : lignage, parenté.Une tribu, une commune, dont les cousinages se perdaient, remontaient à des siècles (Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1231).Ferral connaissait le cousinage chinois (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 261):
1. Elle [la fille de Françoise] ne pouvait se décider à retourner à Méséglise où « le monde est si bête », où, au marché, les commères, les « pétrousses » se découvriraient un cousinage avec elle. Proust, Le Côté de Guermantes 1,1920, p. 148.
En partic. Relation vague de parenté entre cousins éloignés. Des paysans qui se disent tous ses cousins. Les cousinages sont infinis dans ces provinces (Michelet, Journal,1840, p. 333).
2. P. méton. Ensemble de cousins, de parents. Deux indifférents de son cousinage (Barrès, Appel soldat,1900, p. 398).Aux yeux du cousinage (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 772).
P. iron., souvent péj. Assemblée des parents éloignés.
3. Rare. Fait de cousiner*. Le despotique cousinage bourgeois (Balzac, Paysans,1844, p. 177).Le cousinage spontané, la franc-maçonnerie intime des villes d'eaux (Gracq, Syrtes,1951, p. 93).
B.− [En parlant d'une relation entre pers. ou choses] Fig. Analogie, ressemblance, lien. Un air de cousinage; un cousinage d'esprit. La grande objection et imputation faite aux Jansénistes était toujours leur cousinage avec le Calvinisme (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 594).On retrouve aisément cousinage et même descendance entre l'homme et les bêtes (Alain, Propos,1921, p. 269):
2. Les paysages des miniatures médiévales de l'Europe, de la Perse, de l'Inde et de la Chine, connaissent un confus cousinage que déchirera l'éclair de Rembrandt. Malraux, Les Voix du silence,1951, p. 538.
Prononc. et Orth. : [kuzina:ʒ]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. 1. Début xiies. cusinage « ensemble de familles, de gens » (Psautier d'Oxford, 73, 9 ds T.-L. [cognatio eorum]); 2. ca 1150 « lien entre cousins, parents » (Thèbes, éd. L. Constans, 2754). Dér. de cousin1*; suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 34. Bbg. Lew. 1960, p. 194.

cousinage « parenté entre cousins »

Wiktionnaire

Nom commun

cousinage \ku.zi.naʒ\ masculin

  1. Parenté qui existe entre cousins.
    • La plupart des patronymes se répétaient et se ressemblaient, à croire que ces gens vivaient tous en cousinage. Mais ce n'était qu'un faux-semblant, le postier de Péronville l'avait bien avertie là-dessus. Elle l'entendait encore lui dire :« Ne te trompe surtout pas de destinataires, ma fille, quand tu liras tes enveloppes ! » — (Gérard Boutet, Paroles de nos anciens : Les gagne-misère : 1920-1960, Omnibus/Place Des Éditeurs, 2013)
  2. Tout l’ensemble des parents.
    • Par ailleurs, c’était par l’alliance matrimoniale que se reproduisait la cohésion des « cousinages » (les gentes, conçues comme des parentèles issues d’un ancêtre commun – mythique et éponyme – et qui servaient de cadres de mobilisation dans la lutte pour le pouvoir). — (Joseph Morsel avec la collaboration de Christine Ducourtieux, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, 2007)
  3. (Figuré) Relation d’analogie, de ressemblance.
    • La grande objection et imputation faite aux Jansénistes était toujours leur cousinage avec le Calvinisme. — (Sainte-Beuve, Port-Royal, tome 3, Renduel, 1848)
    • Le flinguer comme ça, de sang froid, sans être tout à fait de l’assassinat, y aurait quand même comme un cousinage ! — (Michel Audiard, dialogues du film Ne nous fâchons pas, de Georges Lautner, 1966)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COUSINAGE. n. m.
Parenté qui existe entre cousins. Ils s'appellent cousins, je ne sais d'où vient ce cousinage. Il se prend aussi pour Tout l'ensemble des parents. Il pria tout le cousinage. Ce mot est familier dans les deux sens.

Littré (1872-1877)

COUSINAGE (kou-zi-na-j') s. m.
  • 1Parenté entre cousins. Les prérogatives du cousinage. Il vient les visiter sous le nom de cousin ; La soubrette d'ailleurs sait gagner un voisin ; Là, tout devenant libre à ce feint cousinage, Ils y vont en secret jouer leur personnage, Hauteroche, les Apparences trompeuses, III, 2.
  • 2Tous les parents. Il pria tout son cousinage.

HISTORIQUE

XIIIe s. [Il] verra se li ferez amur et cusinage, Jordan Fantosme, dans le Gloss. français de Du Cange. Et com nature aist establi entre nos un cosinage loial, desloial chose est que nus homs face conchiemant ne barat à autres, Liv. de just. 2. Cosin Renart, dist Chantecler, Nus ne se doit en vos fier ; Dahez ait vostre cosinage, Ren. 1707.

XVIe s. Il [un seigneur au fond de sa province] oyt parler de son maistre [le roi] une fois l'an comme du roi de Perse, et ne le recognoist que par quelque vieux cousinage que son secretaire tient en registre, Montaigne, I, 333. Les ducs qu'il avoit accousinez [appelés cousins] n'empecherent point les premiers coups de poings du cousinage nouveau, D'Aubigné, Faen. III, 18. Or ces deux, l'ouye et la parole, se respondent et rapportent l'une à l'autre, ont un grand cousinage ensemble, l'un n'est rien sans l'autre, Charron, Sagesse, I, 12.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « cousinage »

Cousin 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de cousin avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cousinage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cousinage kusɛ̃aʒ

Évolution historique de l’usage du mot « cousinage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cousinage »

  • Le jeune Rzewuski est un homme du monde. Arrivé ä Paris en 1919 âgé de 27 ans, alors que se tiennent les pourparlers qui aboutiront quelques mois plus tard au Traité de Versailles, il se révèle un dessinateur sensuel et esthète, qui lui vaut de décrocher une première commande de la part de la revue Femina alors en vogue. Dans le Paris de l’immédiat après-guerre, il se fera rapidement un nom auprès des dames de la haute société dont il trace le portrait à la pointe sèche, une technique exigeante dans laquelle il passe maître. Bientôt il voit sa réputation franchir la Manche et devient alors l’artiste le mieux rémunéré de son temps. Jeune dandy, il rencontre Boni de Castellane vieillissant et noue bien entendu des relations avec l’aristocratie en exil, les Youssoupof, les Lubomirski, et les Radziwiłł à qui plusieurs liens de cousinage le rattachent. C’est le Paris des Années Folles ; aux aristocrates qui parfois ont redoré leur blason en épousant une riche Américaine se mêlent des créateurs, Jeanne Lanvin, Coco Chanel ou Christian Dior et des artistes et écrivains de grande notoriété parmi lesquels on compte Cocteau et Picasso, Darius Milhaud et Maurice Ravel. Des femmes du monde se glissent dans ce univers-là, derrière lesquelles, écrit Gaillardon, se tapit parfois une aventurière dont le comportement est de nature à entacher sa réputation. La Ligne Claire, De la Cour de Nicolas II au cloître de Saint Dominique – La Ligne Claire
  • Diplômé du lycée des Métiers d’art d’Uzès, finaliste au concours du Louvre et formateur pour le Greta ou stage de loisirs, Grégory compte déjà vingt-cinq années d’expérience en tapisserie. Il a ouvert son atelier à Saint-Laurent, il y a dix ans, réfection fauteuil, rideaux, tenture, cousinage. Par la petite porte, il est entré dans le monde des grands décorateurs, restaurateurs ou navigateurs, que du sur-mesure "J’ai même participé à un film de Bertrand Blier", dit-il en s’amusant. Il y en aura d’autres. Mais Gregory garde les pieds sur terre. C’est le hasard et le bouche-à-oreille qui ont fait sa renommée car le tapissier aime la discrétion et il a surtout l’amour de son métier, un travail manuel, avec peu de machines, quelques outils mais beaucoup de dextérité. midilibre.fr, Saint-Laurent-d'Aigouze : Les Bottes de Marius, un mélange de tradition et savoir-faire - midilibre.fr
  • Dans les trois premières parties du recueil, où tout n’est qu’émotion et vertige, on observe que chacune d’elles comporte vingt poèmes de quatorze lignes, formant visuellement sur la page des carrés identiques. Y a-t-il une forme de mimétisme entre l’écriture des poèmes et votre œuvre picturale ?Pas de mimétisme, non. Je parlerais plutôt d’un « cousinage d’intentions ». La forme du poème dans la page (sa faculté d’occupation de l’espace, pour dire : son autorité) m’importe autant que ce que les mots véhiculent de sens ou d’émotion. L’un ne va pas sans l’autre, d’ailleurs. On remarquera que ces pavés de quatorze lignes sont en fait des sonnets ramenés à la raison d’un bloc de texte et que leur mise en place scande ainsi, presque de manière répétitive, le déroulé de l’ensemble, qui va finir dans l’effrangement de la dernière partie, celle qui donne son titre au recueil, où il se clôt, comme à bout de souffle. C’est autrement préciser que c’est l’organisation en séquences de ce découpage – son arrangement en frise pour le dire en terme de mosaïste – qui le détermine et le fixe au même titre que la teneur du texte lui-même. Télérama, Gérard Titus-Carmel : “Entre mes poèmes et mes œuvres picturales, un cousinage d’intentions”
  • Placée depuis près de trente-cinq ans dans le giron de Wolfsburg, cette marque dont la mission consiste à offrir au bon peuple une porte d’entrée dans l’univers du groupe Volkswagen a souffert d’une instabilité chronique. Pris en porte-à-faux entre des racines latines assez superficielles et un cousinage germanique valorisant mais parfois écrasant, SEAT a joué pendant des années la carte du croisement de cultures. Il s’ensuivit des virages stratégiques multiples avec des positionnements incertains et des circonvolutions stylistiques peu convaincantes. La partie avant de la première Leon, en 1999, évoquait une BMW ; l’arrière s’inspirait de l’antique Alfasud. Les deux autres générations ont essayé de se faire passer pour des Volkswagen ou des Audi méditerranéennes, arrondissant les angles à l’excès puis les aiguisant beaucoup trop. Le Monde.fr, La Leon fait un bond
  • Pour sa défense, l’avocat d’Alexis Kohler produit une lettre de ce dernier, non signée et datée du 5 novembre 2010, dans laquelle il informe le directeur de l’APE (Agence des participations de l’État) du conflit d’intérêts potentiel de par son lien de cousinage. Mais les enquêteurs du parquet financier notent qu’ils n’ont trouvé nulle part trace de cette lettre lors de leurs perquisitions ou des demandes à Bercy, ni aucune autre note qui informerait du lien de famille en question. L'Obs, Emmanuel Macron serait intervenu dans l’affaire Kohler, selon Mediapart
  • Il existe un cousinage certain entre l'humour absurde de Fabcaro et celui plus teinté de dérision du tandem Nicolas et Bruno. «Quand le Forum des images nous a proposé d'adapter cette BD sur grand écran, au début, nous étions très excités,se souviennent Nicolas et Bruno. Jusqu'à présent, cela ne s'est jamais fait des lectures vivantes de bandes dessinées. Nous nous sommes dit que nous pourrions inventer une sorte de nouveau genre. Ce drôle de road-movie hilarant était idéal car il est au carrefour entre l'humour, le cinéma et la BD. Si nous sommes restés très proches de l'œuvre originale, nous avons aussi procédé à quelques détournements...» Le Figaro.fr, La BD culte de Fabcaro Zaï Zaï Zaï Zaï transformée en spectacle par le duo Nicolas et Bruno

Traductions du mot « cousinage »

Langue Traduction
Anglais cousinhood
Espagnol prima
Italien primos
Allemand cousine
Chinois 表亲
Arabe ابن العم
Portugais primo
Russe cousinhood
Japonais 従兄弟
Basque cousinhood
Corse prima
Source : Google Translate API

Synonymes de « cousinage »

Source : synonymes de cousinage sur lebonsynonyme.fr
Partager