La langue française

Coulpe

Définitions du mot « coulpe »

Trésor de la Langue Française informatisé

COULPE, subst. fém.

THÉOL. CATH.
A.− Péché :
1. ... l'opprobre de la misère est absolument indicible, parce qu'elle est, au fond, l'unique souillure et le seul péché. C'est une coulpe si démesurée que le Seigneur Dieu l'a choisie pour sienne, quand il s'est fait homme pour l'assumer. Bloy, Le Désespéré,1886, p. 338.
P. métaph. Il [Napoléon] aurait pu étendre sa confession à d'autres coulpes (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 640):
2. Lord Elgin, en déportant au British Museum les frises du Parthénon − mise à part sa coulpe de déménageur sacrilège − n'a certainement pas fait mieux que Shakespeare qui a transporté dans les brumes de Londres le soleil de la latinité. L. Daudet, Ét. et milieux littér.,1927, p. 27.
Loc. Dire sa coulpe. Confesser son péché.
En partic. Manquement extérieur contre la règle dans un monastère ou un couvent (d'apr. Foi 1968).
B.− P. méton.
1. Reconnaissance, aveu de son péché. Faire sa coulpe. Le malheureux [le P. Gaucher] était à genoux dans l'oratoire du prieur, et faisait sa coulpe avec un ruisseau de larmes (A. Daudet, Lettres moulin,1869, p. 225).
2. Signe par lequel on se reconnaît coupable. Battre sa coulpe. Chez les premiers chrétiens, la confession était publique. Certains ordres monastiques ont conservé cet usage et, chaque soir, « battent leur coulpe » devant leurs frères (H. Bazin, Vipère,1948, p. 60).
Prononc. et Orth. : [kulp]. Admis ds Ac. 1694-1932. Vx mot, peu empl. surtout dans la parole, dans lequel le l de culpa (a. fr. colpe, coupe) a survécu dans la graph. et même se reprononce (cf. Buben 1935, § 114). Étymol. et Hist. 1. 881 colpe « faute » (Ste Eulalie, 20 ds Henry Chrestomathie, p. 3); ca 1100 culpe (Roland, éd. J. Bédier, 1173); ca 1460 coulpe (Cent Nouvelles nouvelles, éd. Sweetser, 4, 102, p. 51); 2. ca 1150 batre culpe (Wace, Vie de Saint Nicolas, 898); ca 1130 batre sa colpe (Le Couronnement de Louis, éd. E. Langlois, 773). Du lat. class. culpa « faute ». Le mot a gardé une graphie et une prononc. savantes sous l'infl. du lat. d'église (dans le Confiteor, le prêtre prononce à haute voix les paroles mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa en se frappant la poitrine). Fréq. abs. littér. : 25. Bbg. Gohin 1903, p. 306.

Wiktionnaire

Nom commun

coulpe \kulp\ féminin

  1. (Religion)(Vieilli) Péché volontaire qui prive le pécheur de la grâce de Dieu.
    • "Ainsi, dit-elle, l’amour nous ruina en Italie aussi bien qu’en France, quoiqu’en celle d’Italie je n’y avais point de coulpe (faute)." — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
    • Qu’il y ait de la pénitence, de la coulpe, de la peur sous ces voûtes obscures, sous ces lourds piliers, dans cette forteresse où l’élu s’enferme pour résister aux assauts du monde, cela est sûr […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COULPE. n. f.
Péché volontaire qui prive le pécheur de la grâce de Dieu. Par la confession la coulpe est remise, et non pas la peine. Battre sa coulpe, Frapper sa poitrine en disant Mea culpa, et, figurément, Manifester son repentir d'une faute. Dans ces deux acceptions, il a vieilli et est peu usité.

Littré (1872-1877)

COULPE (koul-p') s. f.
  • 1 Terme de dogme. La souillure du péché qui fait perdre la grâce. Il fallait détruire la coulpe et la peine du péché, Bossuet, II, Pass. 3. C'est une vérité de foi que l'absolution du prêtre, en nous remettant, quant à la coulpe, les péchés que nous avons confessés, ne nous en remet pas pour cela toute la peine, je veux dire toute la peine temporelle, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 331. Par le baptême la rémission est complète, rémission de la coulpe et rémission de toute la peine ; au lieu que dans le sacrement de pénitence Dieu ne remet pas toujours, avec la coulpe et la peine éternelle, ce que nous appelons peine temporelle, Bourdaloue, ib. La coulpe ou l'offense faite à Dieu, Fléchier, Serm. II, 114. Les actions ne sont pas d'une malice de coulpe quand l'intention est pure, Voltaire, Ingénu, 15.

    Dire sa coulpe d'une chose, en témoigner son repentir. Trois fois la semaine, les capucins disent leur coulpe devant leur gardien, et en présence de tous les religieux. J'en dis ma coulpe et j'en suis tout honteux, La Fontaine, Aveux.

    Battre sa coulpe, dans le style ancien et poétique, se frapper la poitrine en disant son mea culpa. Lors bat sa coulpe, à Dieu se recommande, Son cœur défaille et son âme s'en va, Creuzé de Lesser, la Table ronde, ch. XIX.

  • 2D'une façon générale, faute. La pauvre Marion trouve tant de vengeurs en ce monde que, quelque grande qu'ait été mon offense, je crains peu d'en emporter la coulpe avec moi, Rousseau, Conf. II. À l'heure où, près de sortir de cette vie, ils seront sollicités par leur conscience à ne pas emporter leur coulpe avec eux, Rousseau, Dial. 3.

HISTORIQUE

Xe s. Elle colpes non avret [avait], por o no s'coit [pour cela elle ne fut brûlée], Eulalie.

XIe s. Clamez vos culpes, si priez dieu merci, Ch. de Rol. LXXXVII. N'i a culpe li bers, ib. X.

XIIe s. D'heures en autres [il] va sa coupe battant, Ronc. p. 92.

XIIIe s. Bien diriez que n'ai coupe en ceste destinée, Berte, XVI. Et vois [vais] je jus ma corpe batre ; Il a [y a] en vos mal confessor, Ren. 20812. Quant en cope se sentira, Du forfet se repentira, la Rose, 10617. Si li sers s'en est foïz et ce n'est pas es colpes à celui qui l'achata, il n'en paiera riens, Dig. 148. Le pechié et la colpe en est soe [sienne], non pas de celui qui est à son conseill, Ass. de J. 49. Et je vous donrai tant, que la coulpe n'iert pas moie, mès vostre, se vous ne voulez demourer, Joinville, 257.

XIVe s. Pour ce disoit Chaton d'un homme ivre, que ce n'est pas la culpe du vin mais est la culpe du bevant, Oresme, Eth. 50.

XVe s. Et que ce n'estoit pas sa coulpe qu'elle [Isabelle, femme d'Édouard II] estoit partie de lui, car il ne lui vouloit que tout amour, Froissart, I, I, 11.

XVIe s. [Tu croiras que mon absence] Vient par sentir la coulpe qui me poinct D'aucun mesfait : mais ce n'est pas le poinct, Marot, II, 165. Que doivent esperer les meschans, qui sans cesse Portent dedans le cueur leur coulpe vengeresse ? Du Bellay, J. VIII, 34, verso. Il semble qu'en nous esmouvants de l'accusation nous nous deschargeons aulcunement de la coulpe, Montaigne, III, 78. Les medecins en attribuent la coulpe au patient, Montaigne, III, 210. Perseus, troublé de ses malheurs, cherchoit à rejetter la coulpe de sa desfaitte sur tous autres que sur luy, Amyot, P. Aem. 37. Il ne se pouvoit trouver autre satisfaction suffisante pour abolir la coulpe de nos pechez, Calvin, Instit. 384.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COULPE, s. f. en Droit, est synonyme à faute. Ainsi l’on dit pour rendre le lata culpa, culpa levis, & culpa levissima des Latins, la coulpe grave, la coulpe legere, & la coulpe très-legere.

Les Théologiens disent que dans la confession des péchés, le sacrement remet la coulpe ; mais non la satisfaction.

Coulpe, (Hist. ecclés.) se dit encore dans plusieurs monasteres, de l’aveu de ses fautes en présence de tous les freres assemblés.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « coulpe »

Du latin culpa, « faute ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. colpa ; espagn. culpa ; ital. colpa ; du latin culpa.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « coulpe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coulpe kulp

Évolution historique de l’usage du mot « coulpe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « coulpe »

  • Vous aurez remarqué que les descendants d’esclavagistes malgaches ou africains ne donnent pas dans la repentance.Ils donnent plutot dans l’oubli . Chez eux ,chez nous ,pas de musée de l’esclavage ,pas de journée bien marquée au souvenir de l’esclavage, pas de monument dédié aux malheureux esclaves..Au contraire de la France qui chaque jour bat sa coulpe ,demande le pardon,et offre réparations .. La traite des occidentaux aura duré un siècle et demi .Celle des arabos musulmans 12 ou 13 siècles .Ceux là ne sont pas dans le repentir. Ici on se souvient de la révolte de 47 mais on oublie l’abolition de l’esclavage par le colonialiste frantsay. Madagascar-Tribune.com, Ralliement autour du "Fianakaviambe" - Indignation universelle contre le (...) - Madagascar-Tribune.com
  • Lors de son procès, la quadragénaire a battu sa coulpe. , Yvelines. Une ancienne employée de la mairie de Sartrouville condamnée pour escroquerie | 78actu
  • Ce vendredi, dans le box, présentées en comparution immédiate, Audrey, 29 ans, et Jennifer, 35 ans, battent leur coulpe. « Je n’ai pas d’excuses », avance la première, qui avoue avoir écoulé pour 30.000 € d’héroïne et 21.000 € de cocaïne. Elle a touché 10 % de cette somme, soit 5.100 €. La jeune femme est sans emploi et a déjà été condamnée trois fois (!) pour trafic de stups. Elle en avance une explication : « J’ai trafiqué pour payer les frais d’obsèques de mon frère qui est décédé le 3 avril ». Le parquet fait remarquer que le trafic a débuté début mars… , Faits-divers - Justice | Du ferme et mandat de dépôt pour l’une des deux trafiquantes
  • Le Français a la haine de lui-même. Culturellement mondialisé, politiquement européanisé, détaché peu à peu de ses racines et de sa culture par un appauvrissement réel de l’apprentissage de la langue et de l’histoire, dépossédé de sa souveraineté, oublieux de ses traditions, il ressasse son passé colonialiste en se battant la coulpe sans pour autant en oublier les réflexes. La France continue en effet de regarder les citoyens issus des anciennes colonies comme des enfants qu’il faut féliciter dès qu’ils alignent sujet-verbe-complément, flattant leurs cultures d’origine avec une outrance suspecte, s’abandonnant même à réécrire son propre passé à la lumière indigéniste. Causeur, La France pleine de haine... de soi - Causeur
  • Je bats ma coulpe AgoraVox, Une faute impardonnable - AgoraVox le média citoyen

Images d'illustration du mot « coulpe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « coulpe »

Langue Traduction
Anglais coulpe
Espagnol coulpe
Italien coulpe
Allemand coulpe
Chinois 酷儿
Arabe كولب
Portugais coulpe
Russe coulpe
Japonais クーペ
Basque coulpe
Corse coulpe
Source : Google Translate API

Synonymes de « coulpe »

Source : synonymes de coulpe sur lebonsynonyme.fr

Coulpe

Retour au sommaire ➦

Partager