La langue française

Cosmogonie

Sommaire

  • Définitions du mot cosmogonie
  • Étymologie de « cosmogonie »
  • Phonétique de « cosmogonie »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cosmogonie »
  • Citations contenant le mot « cosmogonie »
  • Traductions du mot « cosmogonie »
  • Synonymes de « cosmogonie »

Définitions du mot « cosmogonie »

Trésor de la Langue Française informatisé

COSMOGONIE, subst. fém.

Ensembles de récits mythiques ou de conjectures scientifiques, cherchant à expliquer l'origine et l'évolution de l'univers :
1. La cosmogonie est un genre littéraire d'une remarquable persistance et d'une étonnante variété, l'un des genres les plus antiques qui soient. On dirait que le monde est à peine plus âgé que l'art de faire le monde. Valéry, Variété I,1924, p. 136.
2. Insensiblement, et sans qu'il l'ait voulu, le cosmologiste est donc devenu, de nos jours, un cosmogoniste militant, (...) On peut s'en réjouir : cela démontre que la cosmogonie qui, naguère encore, était affaire d'hypothèses plus ou moins fondées, de développements subjectifs, est devenue un domaine de science exacte. Hist. gén. des sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 588.
P. méton., ASTRON. Science de la formation des corps célestes et particulièrement du système solaire.
Rem. Attesté (sauf ds Ac.) ds la plupart des dict. gén. du xixeet xxes.
Prononc. et Orth. : [kɔsmɔgɔni]. Ds Ac. depuis 1762. Étymol. et Hist. 1585 (J. des Caurres, Œuvres morales, 50 a ds Fr. mod. t. 5, p. 73). Empr. au gr. κ ο σ μ ο γ ο ν ι ́ α, composé de κ ο ́ σ μ ο ς (cosmos1*) et de γ ο ν ι ́ α (suff. -gonie*). Fréq. abs. littér. : 92. Bbg. Deckers (M.-Ch.). Le Vocab. de Teilhard de Chardin. Gembloux, 1968, p. 184.

Wiktionnaire

Nom commun

cosmogonie \kɔs.mɔ.ɡɔ.ni\ féminin

  1. Système décrivant la formation de l’univers.
    • Des quatre éléments de la cosmogonie antique, un seul ici, l’air, nous est utile, nécessaire, indispensable. Mais les trois autres, la terre, le feu et l’eau, ils ne devraient pas exister pour nous ! Ils sont contraires à la nature même des régions polaires !… — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • On peut distinguer la cosmogonie, théorie de la formation de l’Univers tributaire de la physique quantique, de la cosmologie qui serait plutôt une théorie de la description globale de l’Univers en partant de la relativité générale. — (Jean Hladik, Pour comprendre simplement les origines et l’évolution de la Physique quantique, Ellipses, Paris, 2008, page 310)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COSMOGONIE. n. f.
Système sur la formation de l'univers. La cosmogonie d'Hésiode.

Littré (1872-1877)

COSMOGONIE (ko-smo-go-nie) s. f.
  • Description hypothétique de la manière dont l'univers ou un monde en particulier a été formé. Aucune nation n'eut une cosmogonie qui eût le moindre rapport à celle des Juifs, Voltaire, Dial. XXIV, 17.

    Idée que se firent de l'origine du monde les anciens poëtes et les anciens sages de la Grèce.

    Cosmogonie de Laplace, hypothèse par laquelle ce célèbre astronome explique la formation des planètes et des satellites de notre soleil, en supposant que ce sont des parcelles qui, par l'effet d'un refroidissement progressif, se sont détachées du soleil s'étendant dans un état primitif jusqu'à la limite des dernières planètes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COSMOGONIE, s. f. (Physiq.) est la science de la formation de l’Univers. Ce mot est formé de deux mots grecs, κόσμος, monde,, γείνομαι, je sais. La Cosmogonie differe de la Cosmographie, en ce que celle-ci est la science des parties de l’Univers, supposé tout formé, & tel que nous le voyons ; & elle differe de la Cosmologie, en ce que celle-ci raisonne sur l’état actuel & permanent du Monde tout formé ; au lieu que la Cosmogonie raisonne sur l’état variable du Monde dans le tems de sa formation. Voyez Cosmologie.

De quelque maniere qu’on imagine la formation du Monde, on ne doit jamais s’écarter de deux grands principes : 1° celui de la création ; car il est clair que la matiere ne pouvant se donner l’existence à elle-même, il faut qu’elle l’ait reçue : 2° celui d’une intelligence suprème qui a présidé non-seulement à la création, mais encore à l’arrangement des parties de la matiere en vertu duquel ce Monde s’est formé. Ces deux principes une fois posés, on peut donner carriere aux conjectures philosophiques, avec cette attention pourtant de ne point s’écarter dans le système qu’on suivra de celui que la Genèse nous indique que Dieu a suivi dans la formation des différentes parties du Monde.

Ainsi un chrétien doit rejetter tout système de Cosmogonie, par exemple, où les poissons seroient existans avant le soleil ; parce que Moyse nous apprend que le soleil fut fait le quatrieme jour, & les poissons le cinquieme. Mais on auroit tort de taxer d’impiété un physicien qui penseroit que les poissons ont habité le globe avant l’homme, puisqu’il est écrit que l’homme ne fut créé que le dernier. Ainsi l’auteur d’une gazette périodique a sottement accusé l’illustre secrétaire de l’académie des Sciences d’avoir dit que les poissons ont été les premiers habitans du globe ; car cela est très-conforme au récit de Moyse.

C’est encore une chose qu’il est très-permis de soûtenir, suivant le récit même de Moyse, que le chaos a existé avant la séparation que Dieu a faite de ses différentes parties. Voyez l’article Chaos.

Il doit être très-permis de dire avec Descartes, que les planetes, & la terre en particulier, ont commencé par être des soleils qui se sont ensuite encroûtés, parce que le récit de Moyse n’a rien de contraire à cette supposition. La Physique peut la réprouver ; mais la religion l’abandonne à nos disputes. Il doit être permis de dire que la formation de ce Monde n’a dépendu que du mouvement & de la matiere différemment combinés ; parce que Dieu auteur seul de la matiere & du mouvement n’a employé certainement que ces deux principes pour l’arrangement du Monde ; mais les a employés avec une intelligence dont lui seul est capable, & qui seule est une preuve de son existence. On doit donc être extrèmement reservé à taxer d’irréligion les philosophes qui proposent un système de Cosmogonie, lorsque ce système peut s’accorder avec le récit de Moyse ; & il ne faut pas craindre qu’on leur donne par-là trop d’avantage. Dans le système de Newton, par exemple, l’impulsion une fois donnée aux planetes, & l’attraction supposée, le système du Monde doit subsister en vertu des seules lois du mouvement. Il semble d’abord que ce système favorise l’Athéisme, en ce qu’il ne suppose autre chose qu’un premier mouvement imprimé, dont tout le reste est une suite, & qu’il n’a pas recours à l’action continue de l’Être supreme. Mais qui a pû donner ce premier mouvement, & qui a établi les lois en vertu desquelles il se conserve ? Ne sera-ce pas toûjours l’être suprème ? Il en est ainsi des autres. La philosophie de Démocrite qui attribuoit tout au hasard & au concours fortuit des atomes, étoit impie ; mais une physique qui, en réduisant tout au mouvement différemment combiné & à des lois simples & générales, explique la formation de l’Univers, est très-orthodoxe, quand elle commence par reconnoître Dieu pour auteur seul de ce mouvement & de ces lois. V. Création, Mouvement, Percussion, &c.

Après ces observations, nous n’entrerons point dans le détail des différens systèmes des anciens & des modernes sur la formation du Monde, tous ces systèmes étant des hypothèses purement conjecturales, & plus ou moins heureuses, à proportion qu’elles sont plus ou moins appuyées sur les faits & sur les lois de la méchanique ; nous en exposerons les principaux à l’article Terre. Car c’est principalement la formation de ce globe que nous habitons qui est l’objet de la Cosmogonie. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cosmogonie »

Du grec ancien κοσμογονία, kosmogonía (« création du monde »), de κόσμος, kósmos (« monde ») et γόνος, gónos (« procréation »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Κοσμογονία, de ϰόσμος, monde, et γόνος, engendrement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cosmogonie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cosmogonie kɔsmogɔni

Évolution historique de l’usage du mot « cosmogonie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cosmogonie »

  • Ils s’appellent Fumée et Ombre, Asughara ou Saint Vincent. Ce sont des esprits qui, selon la cosmogonie de l’ethnie igbo, au Nigeria, forment la personnalité et l’avenir des enfants, dans le ventre de la mère. La tradition veut qu’ils s’effacent après la naissance. Mais quelque chose a vrillé pour Ada. Ils sont restés dans son corps et sa tête. « Il était clair qu’elle allait devenir folle », affirment ces esprits. La suite leur donnera raison. Bébé étrange qui ne marche pas, mais « rampe comme un serpent » et hurle très fort, Ada traverse une enfance brisée, entre une mère dépressive partie travailler à l’étranger et un père médecin dévoré par l’échec de sa carrière. Très vite, elle se mutile, encouragée par les multiples voix qui lui dictent ses actes. Le Monde.fr, « Eau douce », d’Akwaeke Emezi : quels démons piquent Ada
  • J'ai écrit une fable issue d'une cosmogonie très spécifique qui provient des forêts de Mangrove des Sundarbans, entre le Bangladesh et l'Inde.[...]C'est un livre pour enfant, qui m'a procuré un grand bonheur, originellement je l'ai écrit comme le scénario d'un solo dansé. Il s'agit d'une fable écologique qui s'ancre dans les croyance des Forêts de Mangrove des Sundarbans où il y a une écologie extrêmement fragile et merveilleuse de six saisons...  Ces six saisons existent au Bangladesh, il y a, par exemple, deux automnes. Cela est lié aux changements visuels, ces six saisons ponctuent la vie culturelle.    France Culture, Karthika Naïr : "J'ai écrit une fable issue d'une cosmogonie très spécifique des forêts de Mangrove des Sundarbans, entre le Bangladesh et l'Inde" - Ép. 5/10 - La Nuit de l’Inde
  • La question d’histoire des sciences que pose ce livre très bien documenté, en retraçant la multiplication des théories sur l’origine et l’évolution de l’univers, ou cosmogonies, est de savoir comment une institution scientifique maintient la limite entre discussion savante et discussion non savante quand un sujet intéresse trop de gens et trop passionnément. Le parallèle avec la situation présente est inévitable : les scientifiques qui travaillent sur la crise multiforme de l’écologie donneraient cher pour organiser une distinction plus nette entre ce qui ressort de l’intérieur et de l’extérieur de leurs disciplines. Mais, comme le montre l’auteur, quand un sujet paraît vital à beaucoup, les barrières sautent les unes après les autres. Le Monde.fr, Qui a la parole ? Poussière de cosmogonies

Traductions du mot « cosmogonie »

Langue Traduction
Anglais cosmogony
Espagnol cosmogonía
Italien cosmogonia
Allemand kosmogonie
Chinois 宇宙的
Arabe علم نشأة الكون
Portugais cosmogonia
Russe космогония
Japonais コスモゴニー
Basque kosmogonia
Corse cosmogonia
Source : Google Translate API

Synonymes de « cosmogonie »

Source : synonymes de cosmogonie sur lebonsynonyme.fr
Partager