La langue française

Cicatrice

Définitions du mot « cicatrice »

Trésor de la Langue Française informatisé

CICATRICE, subst. fém.

A.− Marque laissée par une blessure ou une plaie après la guérison. Glorieuse, honorable, noble cicatrice. (Quasi-)synon. balafre, stigmate :
1. ... j'abordai Robert qui avait encore au front une cicatrice, plus auguste et plus mystérieuse pour moi que l'empreinte laissée sur la terre par le pied d'un géant. Proust, Le Temps retrouvé,1922, p. 757.
1. MÉD. Tissu fibreux régénéré après une perte de substance due à une blessure, brûlure, coupure, fracture ou après une intervention chirurgicale :
2. Les cicatrices sont formées de tissu atrophique. On les voit après toutes les variétés de plaies, de brûlures, d'ulcérations. Un aspect caractéristique est souvent réalisé par les cicatrices succédant aux irradiations par rayons X. La peau est blanche, fine, avec souvent dilatation du réseau des capillaires. Il est fréquent que se forment des zones d'induration du derme, plus ou moins saillantes, caractérisant les cicatrices chéloïdiennes. Le traitement des cicatrices est délicat et fait appel à des méthodes nombreuses, dont celles de la chirurgie esthétique. Quillet Méd.1965, p. 308.
SYNT. Cicatrice adhérente, chéloïdienne, difforme, enfoncée, exubérante, indélébile, ombilicale, vicieuse.
2. P. anal.
a) BOT. [En parlant d'un arbre] :
3. Des arbres dont on a coupé tous les membres. Il n'en reste que le tronc mutilé. Chaque amputation a laissé une tache ronde de cicatrice sèche. Au pied, quelques branches encore; avec les autres, on a fait des fagots. Et ce carnage n'impressionne pas : aucune plaie ne saigne. D'autres branches pousseront avec une nouvelle force. Renard, Journal,1898, p. 478.
Cicatrice (foliaire). Marque que les différentes parties articulées d'un végétal laissent, après leur chute, sur l'organe qui les portait.
Cicatrice carpique. Tache que l'on voit à la base de certains fruits tels que le gland, la noisette, la châtaigne, etc.
b) GÉOL. [En parlant d'une avalanche] Point de rupture. La région de départ [est] marquée par une cicatrice (Baulig1956, § 245).
[En parlant du relief des structures faillées] Les cicatrices de faille (Baulig 1956, § 470).
B.− P. métaph. et p. méton.
1. Trace ou dégât causés par une guerre, une catastrophe, des intempéries, etc. :
4. Mais, si belle qu'elle [Notre-Dame de Paris] se soit conservée en vieillissant, il est difficile de ne pas soupirer, de ne pas s'indigner devant les dégradations, les mutilations sans nombre que simultanément le temps et les hommes ont fait subir au vénérable monument, sans respect pour Charlemagne qui en avait posé la première pierre, pour Philippe-Auguste qui en avait posé la dernière. Sur la face de cette vieille reine de nos cathédrales, à côté d'une ride on trouve toujours une cicatrice. Tempus edax, homo edacior. Ce que je traduirais volontiers ainsi : le temps est aveugle, l'homme est stupide. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 125.
2. Trace de détérioration produite par l'usage. Ses vêtements montraient de nombreuses cicatrices (Hémon, Maria Chapdelaine,1916, p. 85).
3. Arg. Vulve.
4. Au fig., vieilli. Tort fait à la réputation, à l'honneur. Les atteintes de la calomnie laissent trop souvent des cicatrices (Ac.1835).
5. Trace physique ou psychique témoignant d'une grande souffrance morale. Il me faut les cicatrices, les tatouages du destin (Cocteau, La Machine infernale,1934, III, p. 108).Je devinais sans peine leurs cicatrices sous la croûte des conventions rassurantes (Morand, La Folle amoureuse,1956, p. 42).
SYNT. Les cicatrices du péché originel, de la vie; les cicatrices de l'âme, du cœur.
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. cicatricule, ornith. Petite tache blanche sur le sommet du jaune des œufs d'oiseaux désignant la place du germe. (Quasi-)synon. blastoderme, cumulus proligère, disque germinatif, germe. Le cytoplasme est localisé au pôle supérieur, en un petit disque, la cicatricule, le vitellus formant toute la masse du jaune (M. Caullery, L'Embryol., 1942, p. 12). 1reattest. 1501 diminutif de cicatrice (Complaintes et Epitaphes du Roy de la Bazoche, Anciennes Poésies fr. t. 13, p. 387) attest. isolée; 1743 marque blanche du germe de l'œuf (Trév.). Empr. par deux fois au lat. cicatricula « id. » seulement attesté par Celse (TLL s.v., 1046, 67).
Prononc. et Orth. : [sikatʀis]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1314 (H. de Mondeville, Chirurgie, éd. Bos, t. 2, p. 163); 1585 fig. (Noël du Fail, Contes et Discours d'Eutrapel, éd. Assézat, t. 2, 1874, p. 265). Empr. au lat. class. cicatrix « id. » au propre et au figuré. Fréq. abs. littér. : 384. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 488, b) 650; xxes. : a) 438, b) 604.
DÉR.
Cicatriciel, ielle, adj.Relatif à une cicatrice. Bourrelet, rétrécissement, travail cicatriciel; adhérence, chéloïde, lésion, néoformation, oblitération, rétraction, sclérose, suture cicatricielle. Enfin la mortification est telle que la plaie n'a aucune tendance par elle-même à la cicatrisation. Ses lèvres restent molles sans bourgeonnement réparateur. La plaie a un aspect violacé, suinte. Il faut alors raviver le processus cicatriciel jusqu'à l'obtention d'une plaie ordinaire (E. Garcin, Guide vétér.,1944, p. 39).Tissu cicatriciel. ,,Tissu conjonctif fibreux dense dont est constitué une cicatrice`` (Méd. Biol. t. 3 1972, s.v. tissu). [sikatʀisjεl]. 1reattest. 1863 (Littré); de cicatrice, suff. -el*. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Rog. 1965, p. 110.

Wiktionnaire

Nom commun

cicatrice \si.ka.tʁis\ féminin

  1. Marque des blessures, des plaies, qui reste après la guérison.
    • Une profonde cicatrice, creusée sur son front, donnait une nouvelle férocité à son aspect. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • […] moi-même j’ai été blessé, comme vous pouvez le voir, la cicatrice n’est pas fermée encore. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Et on le battait en disant : « Je te rends le mal ». Son corps était couvert de calus et de cicatrices. — (Octave Mirbeau, Rabalan,)
  2. (Figuré) Ce qui a blessé profondément notre âme, notre amour-propre, etc.
    • Les atteintes de la calomnie laissent trop souvent des cicatrices.

Nom commun

cicatrice

  1. Cicatrice.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CICATRICE. n. f.
Marque des blessures, des plaies, qui reste après la guérison. Il a le corps couvert de cicatrices. Il se dit figurément de Tout ce qui a blessé profondément notre âme. Les atteintes de la calomnie laissent trop souvent des cicatrices.

Littré (1872-1877)

CICATRICE (si-ka-tri-s') s. f.
  • 1Marque ou trace qui reste des plaies ou blessures après leur guérison. Une large cicatrice. Une cicatrice difforme. Et de ce front guerrier les nobles cicatrices Ne peuvent se couvrir que du bandeau des rois, Voltaire, Mérope, I, 3. Il avait une cicatrice au travers du nez, Hamilton, Gramm. 7.

    Terme d'histoire naturelle. Tissu qui réunit les solutions de continuité des divers systèmes organiques, animaux ou végétaux.

  • 2 Fig. Ressentiment profond. Il est des blessures Dont un cœur généreux ne peut jamais guérir ; La cicatrice reste, Voltaire, Tancr. V, 3.

    Tort fait à la réputation. Ne craignez rien, calomniez toujours ; Quand l'accusé confondrait vos discours, La place est faite ; et, quoiqu'il en guérisse, On en verra du moins la cicatrice, Rousseau J.-B. Ép. I, liv. 1, Aux muses.

HISTORIQUE

XVIe s. Te deffies tu de ces mienes cicatrices et de ceste espée ? Amyot, Anton. 82. Ce dit cuir deperdu se peut regenerer par tout, fors que sur la cicatrice, Paré, I, 3. Empeschant que l'ulcere ne soit menée à cicatrice, Paré, VIII, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CICATRICE, s. f. (Chirurgie.) c’est la marque de la plaie qui reste après la guérison, & qui par sa blancheur, son lisse, & son luisant, fait différer cette partie des tégumens où étoit l’ouverture de la plaie, de la peau voisine.

Formation de la cicatrice. Le dernier période d’une plaie guérie est celui de la cicatrice ; les sucs qui ont réparé la perte de la substance, se répandent, se dessechent sur la superficie de la plaie, & forment cette petite pellicule calleuse appellée cicatrice, qui sans être de la même espece que les tégumens emportés, supplée à leur défaut.

Les extrémités tendres & pulpeuses des vaisseaux rompus dans une plaie, s’allongent, se joignent, s’unissent ensemble par les lois de la nature, pour réparer ainsi la substance perdue du corps, & pour former l’incarnation ; ensuite les bords de la plaie qui étoient précédemment rouges & enflés, s’abaissent également : ils acquierent une couleur d’un blanc tirant sur le bleu, semblable à celle des perles ; c’est de cette maniere que commence à naître la cicatrice vers les bords, & qu’elle augmente peu-à-peu vers le centre, jusqu’à ce que la plaie soit entierement refermée.

S’il n’y a pas eu beaucoup de substance de perdue, & qu’il n’y ait pas eu non plus beaucoup de pannicule adipeux, & de la peau de consommée par une trop forte suppuration, tout se consolide de façon, qu’à peine paroît-il quelque différence entre l’endroit de la plaie & la peau voisine ; & à peine cela peut-il s’appeller cicatrice.

Mais lorsqu’il y a une grande partie de chair d’enlevée, ou qu’il y a beaucoup de la membrane graisseuse qui est dessous, de consommé par la suppuration, l’endroit de la plaie paroîtra pour lors plus tirant sur le bleu, plus solide, & souvent plus enfoncé que la peau voisine ; & c’est-là ce qu’on appelle proprement cicatrice, laquelle ne transpire point, & paroît plus lisse que le reste de la peau. Cela se voit encore mieux lorsqu’il s’est formé une large cicatrice après l’abcession d’un grand morceau de chair, comme dans l’extirpation de la mammelle ou d’un grand stéatome ; la superficie de la plaie consolidée se montre alors luisante, immobile, identifiée avec les parties qui sont dessous.

Signes de la cicatrice naissante. Les bords de la plaie ou de l’ulcere qui doit se consolider, commencent à blanchir & à devenir plus fermes ; & cette blancheur s’avance insensiblement de tout le contour de la plaie vers son centre ; cependant il commence à naître çà & là dans la superficie ouverte de la plaie une pareille blancheur, qui, si elle s’étend également dans toute la superficie & sur le bord des lévres, forme une bonne cicatrice ; la plaie pure précédemment humide dans tous les points de la superficie, se seche dans les endroits où l’on découvre cette blancheur, principe de la cicatrice. C’est pourquoi les remedes appellés cicatrisans ou épulotiques les plus recommandables, sont ceux qui dessechent modérément & qui fortifient. De-là vient qu’on applique ordinairement avec tant de succès les emplâtres faites, de plomb ou des différentes chaux de ce métal, des poudres impalpables de colophone, d’oliban, de sarcocolle, &c. sur une plaie ou sur un ulcere qui tend à se cicatriser.

La beauté de la cicatrice que le chirurgien doit toûjours tâcher de procurer, dépend particulierement des trois conditions suivantes : 1° si l’on a soin que les parties se trouvent, étant réunies, dans la même situation où elles étoient avant la blessure ; 2° si la cicatrice ne surmonte pas l’égale superficie de la peau voisine ; 3° si elle ne cave pas.

Moyens de procurer une belle cicatrice. On satisfera à cette premiere condition, si l’on fait ensorte, soit par le moyen d’emplâtres tenaces, de sutures, ou d’un bandage convenable, que les levres de la plaie soient l’une par rapport à l’autre dans la même situation où elles étoient en état de santé. On satisfera à la seconde, si par une pression modérée on supplée à celle de la peau qui est détruite, de crainte que les vaisseaux privés de ce tégument, étant distendus par leurs liquides, ne surmontent la superficie de la peau ; car lorsqu’on néglige de le faire, ou qu’on applique sur la plaie des remedes trop émolliens, ce bourrelet saillant fait une cicatrice difforme. 3°. On empêchera que la cicatrice ne cave, en procurant une bonne régénération. Or la cicatrice devient ordinairement cave, parce que la pression de la peau voisine pousse le pannicule adipeux dans l’endroit de la plaie, & le fait élever, après quoi dégénérant en chair fongueuse, il est consumé par la suppuration, & ne renaît plus ensuite.

On voit par-là que souvent on ne peut pas empêcher qu’il ne reste une cicatrice creuse & profonde, si la cause vulnérante, ou si une suppuration considérable qui s’en est ensuivie, a détruit la graisse. Dès qu’un abscès, dit Hippocrate, aph. 45. sect. vij. de quelque espece que ce puisse être, dure un an & davantage, l’os apostume, & il se fait des cicatrices fort creuses. Combien sont difformes & profondes les cicatrices que laissent après eux les ulceres vénériens, lorsqu’ils ont consumé le pannicule adipeux qui étoit au-dessous !

On comprend aisément par ce qu’on vient de dire, la raison pour laquelle le chirurgien doit éviter les caustiques, les styptiques, les astringens, s’il veut procurer une bonne cicatrice ; car tous ces remedes ou détruisent les vaisseaux vivans, ou les resserrent de façon qu’ils ne transmettent plus de liqueur. Or les extrémités des vaisseaux, mortes ou obstruées, se sépareront nécessairement par la suppuration, ce qui causera une perte de substance, la consomption de la graisse, & formera une cicatrice plus ou moins cave.

On voit aussi en même tems combien peut contribuer à la beauté de la cicatrice une égale pression qui empêche que les vaisseaux trop distendus ne s’élevent. On ne doit pas néanmoins pour cela détruire la chair fongueuse chaque fois qu’elle boursouffle, mais seulement ses bords près des extrémités de la peau ; on y parviendra par de doux escarotiques, tels que la charpie trempée dans une legere dissolution de vitriol, ou le plus souvent par l’usage seul de la charpie seche & un bandage ferme ; ce qui suffira pour réduire au niveau la chair fongueuse, si on l’applique avant qu’elle ait acquis trop d’accroissement.

Observations de pratique. Dans les grandes plaies il est inutile d’appliquer les remedes corrosifs sur toute leur surface, parce que la chair fongueuse ne s’éleve qu’à une certaine hauteur, lorsqu’elle est abandonnée à elle-même, & qu’elle s’y éleve souvent, malgré le fréquent usage des corrosifs qui la détruisent. Or comme tout l’avantage qu’on peut recueillir de tels remedes, est uniquement, pour procurer une belle cicatrice, d’applanir les bords de la plaie, on en viendra également à bout en se contentant de les tenir assujettis ; & on évitera beaucoup de peines que donneroit la répétition continuelle des escarotiques.

Il est remarquable que la perte d’une partie du corps ne sauroit être réparée que par les fluides qui sont propres à cette partie ; & comme dans un os cassé, le calus est produit par les extrémités de la fracture, ainsi dans une plaie la cicatrice vient du bord de la circonférence de la peau. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de maintenir la surface de la plaie unie par des bandages compressifs, afin que l’élévation des chairs ne résiste pas aux fibres des vaisseaux de la peau qui tendent à recouvrir la plaie. Quand je dis que la perte d’une partie du corps doit nécessairement être réparée par les mêmes fluides qui composoient auparavant cette partie ; j’entens cela dans la supposition que la nouvelle formation soit de même substance que la partie blessée, comme le calus est par rapport à l’os, & la cicatrice par rapport à la peau : car généralement parlant, un vuide ne se remplit que d’une espece de chair, quoiqu’il y eût dans cet endroit, avant la blessure, différentes sortes de substances ; savoir de la membrane adipeuse, de la membrane des muscles, & celle du muscle même.

On voit par les détails précédens combien est vaine la promesse de ceux qui se vantent de pouvoir guérir toutes sortes de plaies sans cicatrice. Les chirurgiens prudens & expérimentés n’osent jamais après une grande perte de substance ou une longue suppuration, assûrer que la cicatrice ne sera pas difforme, & ils doivent toûjours en avertir le blessé, dans la crainte que l’on n’attribue à la négligence du chirurgien la difformité de la cicatrice.

N’oublions pas de remarquer qu’il est à propos de fomenter souvent la cicatrice avec l’esprit de romarin, de matricaire, ou autres semblables ; car tous ces esprits ont la propriété d’affermir les parties animales. Cet endroit reste long-tems plus débile, couvert seulement d’une pellicule mince, & plus aisé par conséquent à être offensé que les parties voisines. De-là vient qu’il est quelquefois nécessaire d’appliquer long-tems encore sur cet endroit, quoique déjà consolidé, une emplâtre douce préparée avec le plomb ou une peau mollette, de peur que le frottement des habits, l’air, ou quelque accident ne renouvelle la plaie.

On trouve à ce sujet une observation curieuse dans les Mémoires d’Edimbourg, tome II. sur une portion du cerveau poussée par les efforts d’une toux violente, hors du crane, à-travers la cicatrice d’une plaie à la tête d’une fille âgée d’environ treize ans. Le chirurgien après avoir guéri la plaie, avoit eu soin de recommander à la malade de porter toûjours sur la cicatrice une compresse de linge, & sur la compresse une plaque de plomb percée aux quatre extrémités d’autant de trous, où seroient passés des rubans de fil, deux desquels se lieroient sous la machoire inférieure, & les deux autres derriere la tête. La malade suivit l’ordonnance pendant deux mois ; mais ensuite elle cessa de se servir de cette plaque, & continua à se bien porter pendant sept autres mois ; après lequel tems elle fut attaquée d’une toux convulsive avec tant de violence dans le cours d’une nuit, que la cicatrice de sa plaie se déchira, & que le cerveau fut fortjetté hors des tégumens, ce qui lui causa la mort au bout de cinq jours.

La cicatrice reste toûjours. Concluons qu’il est nécessaire de consolider la cicatrice, mais quand une fois la cicatrice est bien certainement consolidée, ne pourroit-on pas alors, par les secours de l’art, la corriger, l’effacer, la détruire, & rendre cette marque blanche qui reste dans l’endroit de la plaie guérie, entierement pareille à la peau voisine ? Ce sont les dames qui font cette question : je leur réponds que cette marque blanche est ineffaçable, & qu’elle ressemble aux effets de la calomnie, dont après que les plaies qu’elle a faites sont refermées, les cicatrices demeurent toûjours. Cet article est de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cicatrice »

Du latin cicatrix.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Le latin cicatrix.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cicatrice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cicatrice sikatris

Citations contenant le mot « cicatrice »

  • Le temps est un chirurgien paresseux qui laisse de profondes cicatrices sur les plaies qu’il referme. De Pierre Leroux / Cher éditeur
  • Le coeur n'a jamais de rides. Il n'a que des cicatrices. De Francis Carco
  • Il n'y a pas d'héroïsme sans cicatrices. De Moses Isegawa / Chroniques abyssiniennes
  • Les cicatrices psychiques laissées par le simple fait de se croire laide marquent à jamais la personnalité. De Joan Rivers
  • Las amants malheureux ainsi que les anciens combattants sont fiers de leurs cicatrices et les exhibent volontiers. De Achille Chavée / Décoctions II
  • Il y a des cicatrices qui saignent encore plus que les plaies elles-mêmes. De Jean-Marie Adiaffi / La carte d'identité
  • Les blessures se cicatrisent, mais les cicatrices continuent de grandir avec nous. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Le temps ferme toutes les blessures, même s'il ne nous épargne pas quelques cicatrices. De Marc Levy / Et si c'était vrai...
  • On ne peut pas croire et faire croire à quelque chose qui ne vous a pas laissé de cicatrices. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté
  • Une cicatrice trop visible peut parfois embarrasser son porteur. Heureusement, comme l'explique la dermatologue Marie Jourdan sur Europe 1, de très nombreux petits conseils permettent de prendre en charge au mieux sa cicatrice afin que celle-ci ne reste pas trop rouge ou boursouflée. Si chaque peau est différente et va réagir d'une manière qui lui est propre à la cicatrisation, il est toujours possible de faire quelque chose. Toutefois, la phase inflammatoire de la cicatrisation doit être appréhendée avec précaution. L'essentiel est avant tout d'éviter les tensions. Europe 1, Gel, laser, dépigmentation... les méthodes pour rendre vos cicatrices moins visibles
  • Très active sur les réseaux sociaux, Madonna a dévoilé des clichés où elle dévoile une impressionnante cicatrices et des marques de ventouse sur son corps. Closermag.fr, Madonna : à 62 ans, la chanteuse dévoile une impressionnante cicatrice lors d'une séance photos en sous-vêtements - Closer
  • Car sur la photo de police obtenue par TMZ, le coureur des Raiders apparaît avec une très imposante cicatrice sur le front. Touchdown Actu (NFL Actu) - News, analyses et résultats de la NFL | Toute l'actualité de la NFL, Raiders : grosse cicatrice pour Josh Jacobs après un accident alcoolisé | Touchdown Actu (NFL Actu) - News, analyses et résultats de la NFL
  • « Ça va, il n’y a plus aucun problème, j’ai retrouvé toute l’amplitude, elle ne me fait plus du tout mal. Elle est comme neuve, avec une belle cicatrice, mais neuve (rire) ! » , Natation. Mathilde Cini : "Ma cheville ? Elle est comme neuve, avec une belle cicatrice !"
  • Qui aima jamais porte une cicatrice. De Alfred de Musset / Lettre à Monsieur de Lamartine
  • Le souvenir commence avec la cicatrice. De Alain / Propos sur l’éducation
  • Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure. De Publius Syrus / Sentences
  • Du drame opératoire, le malade ne connaît jamais que la longueur de la cicatrice. De Pierre Nora
  • J’ai reçu la vie comme une blessure et j’ai défendu au suicide de guérir la cicatrice. De Lautréamont / Les chants de Maldoror
  • Une oeuvre d’art, c’est un monceau de cicatrices. De Jean Lurçat
  • «Il ne faut pas venir créer une cicatrice [au centre-ville] et je ne vous le cacherai pas, c'est un défi», a ajouté Valérie Plante. Le Journal de Montréal, REM de l'Est: «Il ne faut pas créer une cicatrice [au centre-ville]»-Valérie Plante | JDM
  • Pas forcément. Quand on a une cicatrice, c’est que la blessure n’est plus béante. La personne blessée est sur la voie de la guérison. , « Nous avons tous des blessures visibles et invisibles» – IWACU
  • « On essaye d’aller de l’avant mais il y aura une lourde cicatrice, commente Nouhra, coordinatrice de l’association Urban Vibration School, qui propose des animations jeunesse et de la médiation dans le quartier. Les familles essaient d’être là les unes pour les autres et de rester soudées ». Avant ce drame, elle décrit une bonne ambiance dans la cité, prenant l’exemple des matchs interquartiers qui se passent tellement bien qu’ils se finissent invariablement par des barbecues. , Fusillade mortelle à Bordeaux : « On essaye d’aller de l’avant mais il y aura une lourde cicatrice », estime une habitante des Aubiers

Traductions du mot « cicatrice »

Langue Traduction
Anglais scar
Espagnol cicatriz
Italien cicatrice
Allemand narbe
Chinois 瘢痕
Arabe ندب
Portugais cicatriz
Russe шрам
Japonais 傷跡
Basque orbaina
Corse cicatrice
Source : Google Translate API

Synonymes de « cicatrice »

Source : synonymes de cicatrice sur lebonsynonyme.fr

Cicatrice

Retour au sommaire ➦

Partager