La langue française

Calviniste

Sommaire

  • Définitions du mot calviniste
  • Étymologie de « calviniste »
  • Phonétique de « calviniste »
  • Évolution historique de l’usage du mot « calviniste »
  • Citations contenant le mot « calviniste »
  • Traductions du mot « calviniste »
  • Synonymes de « calviniste »

Définitions du mot « calviniste »

Trésor de la Langue Française informatisé

CALVINISTE, adj. et subst.

I.− Adj. Qui concerne le calvinisme. Un prêche calviniste; les deux communions romaine et calviniste; Genève, la Rome calviniste :
1. Il y avait là un fond d'idéalisme calviniste, janséniste, jacobin, une vieille croyance en l'irrémédiable perversité de l'homme, que seul peut et doit briser l'orgueil implacable des élus chez qui souffle la Raison, − l'esprit de Dieu. R. Rolland, Jean-Christophe,La Foire sur la place, 1908, p. 759.
II.− Subst. masc. et fém. Personne professant la doctrine de Calvin. Le fanatisme des premiers calvinistes (Zola, Madeleine Férat,1868, p. 46);veuf d'une calviniste (Chamfort, Caractères et anecdotes,1794, p. 151).V. aussi anabaptiste ex. 1 :
2. ... avec leur synode et leurs assemblées, les calvinistes gardaient les organes d'un gouvernement, une autonomie, ce qu'on a pu définir une « république autorisée ». Bainville, Histoire de France,t. 1, 1924, p. 197.
Prononc. et Orth. : [kalvinist]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1562 (Chron. bordelaise ds Gdf. Compl. : En ceste annee, les huguenots, en France, commencent d'estre appeles calvinistes). Dér. du nom de Jean Calvin, v. calvinien; suff. -iste*. Fréq. abs. littér. : 177.

Wiktionnaire

Adjectif

calviniste \kal.vi.nist\ masculin et féminin identiques

  1. (Christianisme) Relatif à Jean Calvin, théologien protestant.
    • Il était si peu calviniste et si peu tolérant, qu’il disait : « Si je me trouvais dans la nécessité de me faire mahométan ou calviniste, j’aimerais mieux me faire mahométan ; car enfin les mahométans adorent un Dieu bon et miséricordieux, au lieu que les calvinistes nous proposent un Dieu cruel et impitoyable qui damne ses créatures de propos délibéré. » — (Léo Armagnac, Histoire de Turenne, maréchal de France, Mame, Tours, 1888, p. 10)
    • Le dogme calviniste de la prédestination, religion terrifiante et qui avait touché si profondément les Écossais, s’était, en ce pays de compromis, atténué. — (André Maurois, Histoire de l’Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p. 598)
    • Sur la steppe rouge du Planalto central, où les arbres ne poussent qu'à contrecœur, Brasilia est une ville retranchée, une capitale solitaire, loin, très loin, du Brésil utile, du pays réel. Bâtie par des disciples de Le Corbusier, elle a été soumise à la rigueur, à la raideur calvinistes du vieux maître, […]. — (Charles Vanhecke, Brésil, Paris : Éditions du Seuil, 1976)
    • Entre la petite Écosse, pauvre, calviniste et profrançaise, et la puissante Angleterre, épiscopalienne et traditionnellement hostile à la France, les relations n’ont jamais été de tout repos. — (Élie Barnavi, Vers une république d’Écosse ?, dans Marianne, n°772 du 11 février 2012, p. 53)

Nom commun

calviniste \kal.vi.nist\ masculin et féminin identiques

  1. (Christianisme) Celui ou celle qui suit la doctrine de Jean Calvin, théologien protestant.
    • J’entends crier de toute part à l’impiété. Le chrétien est impie en Asie, le musulman en Europe, le papiste à Londres, le calviniste à Paris, le janséniste au haut de la rue Saint-Jacques, le moliniste au fond du faubourg Saint-Médard. Qu’est-ce donc qu’un impie ? Tout le monde l’est-il, ou personne ? — (Denis Diderot, Pensées philosophiques, texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875–77)
    • [Il] découvrit une sorte de bloc, qui pouvait bien avoir été une statue mal faite.
      – Elle décorait autrefois, dit-il avec un long gémissement, la tombe de Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre et duc de Normandie. Ce sont les calvinistes, monsieur, qui vous l’ont réduite en cet état. Ils l’avaient, par méchanceté, ensevelie dans de la terre, sous le siège épiscopal de Monseigneur.
      — (Flaubert, Madame Bovary, 1857)
    • En 1582, la ville de Metz envoya une députation au roi pour se plaindre des calvinistes et des juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La théologie catholique diverge ainsi de celle des luthériens, des calvinistes, et la théologie latine médiévale diverge de celle de l’Église grecque sur des points qui ont toujours été considérés comme intangibles de part et d’autre (le Filioque notamment). — (Joseph Morsel et al., L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, 2007)
  2. (Figuré) (Péjoratif) Celui ou celle qui pratique sa religion de manière puritaine.
    • Pour ces nouveaux puritains et « calvinistes » parmi les croyants, il fallait réintégrer l’islam et les musulmans au cœur de la vie politique, en vue de rétablir une domination islamique. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 99)

Forme d’adjectif

calviniste \kal.vi.ˈni.ste\

  1. Féminin pluriel de calvinista.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CALVINISTE. n. des deux genres
. Celui, celle qui suit la doctrine de Calvin.

Littré (1872-1877)

CALVINISTE (kal-vi-ni-st') s. m.
  • Celui, celle qui suit la doctrine de Calvin.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « calviniste »

(1556) dérivé de Calvin avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « calviniste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
calviniste kalvinist

Évolution historique de l’usage du mot « calviniste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « calviniste »

  • Son père Jacques Reclus, né en 1796, était pasteur calviniste français (tout d’abord rémunéré par l’État, puis indépendant) et a aussi été quelques années professeur au collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même caractéristique ou un établissement d'enseignement.) protestant de Sainte-Foy-la-Grande. Le pasteur eut, avec son épouse Zéline Trigant (née en 1805), dix-sept enfants (dont trois ne survécurent pas à la naissance). Parmi les frères d'Élisée : Élie Reclus très lié à Élisée, Onésime Reclus (1837-1916), Armand Reclus (1843-1927) et Paul Reclus (1847-1914). Techno-Science.net, 🔎 Élisée Reclus - Définition et Explications
  • Les guerres de religion commencent en France en 1562. Même si la région reste généralement fidèle au catholicisme, cela n’empêche pas les conflits sanglants et incessants. En 1568, Espalion est attaquée et mise à sac alors que les calamités climatiques, des épidémies et surtout la peste ravagent le Rouergue. En 1593, une troupe calviniste d’une quarantaine d’hommes marche sur Anglars. Les portes de l’église sont défoncées. centrepresseaveyron.fr, L’étonnante église fortifiée d’Anglars du Cayrol - centrepresseaveyron.fr
  • Souvent oublié, ce théologien a largement contribué à la diffusion de la Réforme protestante en Europe en précisant la pensée calviniste. La Croix, Les protestants fêtent les 500 ans de Théodore de Bèze
  • Pendant les Guerres de Religion, La Liquisse fut le théâtre de plusieurs combats. Au mois d’octobre 1569, les protestants s’emparèrent du château de La Liquisse qui était défendu par six soldats catholiques. Au mois de juillet 1570, le capitaine calviniste Marmairon tenta de le reprendre, mais il fut repoussé et tué dans le combat. A la fin de septembre 1585, Antoine de Tauriac, à la tête de 300 calvinistes, livra un nouvel assaut au château de La Liquisse. Mais les Nantais, prévenus à temps, accoururent à sa rencontre, le blessèrent mortellement, mirent en fuite les religionnaires et La Liquisse demeura définitivement aux Catholiques. Journal de Millau, De Nant aux Liquisses de château en château | Journal de Millau
  • Selon Dany-Robert Dufour, on doit au calviniste Bernard de Mandeville les fondements de la pensée économique libérale, qui s’appuie sur nos pulsions inavouées Le Temps, Quand les vices privés font la vertu publique - Le Temps
  • Adoptée en 1905 à l’initiative du député républicain Aristide Briand, la Loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat, alimente, plus que tout autre, le débat public depuis plus de cent ans dans une France fracturée entre tradition et marche vers la modernité. Initialement dirigée vers les cultes catholique, protestant (luthérien et calviniste) et israélite, elle est régulièrement brandie par les laïques comme les traditionalistes chrétiens à l’assaut d’un Islam, deuxième religion de France et perçu comme conquérant. Infoguerre, Religion et influence : peut-on parler d'un renouveau catholique français ? - Infoguerre
  • Paul Ricoeur aurait cent ans. Né en 1913, orphelin de mère puis de père - son père sera tué au combat en 1913, Paul Ricoeur, élevé par sa famille paternelle, recevra une éducation sévère dans un climat austère de religiosité calviniste. France Culture, Paul Ricoeur (1913-2005)

Traductions du mot « calviniste »

Langue Traduction
Anglais calvinist
Espagnol calvinista
Italien calvinista
Allemand calvinist
Portugais calvinista
Source : Google Translate API

Synonymes de « calviniste »

Source : synonymes de calviniste sur lebonsynonyme.fr
Partager