Bûcheur : définition de bûcheur, bûcheuse


Bûcheur, bûcheuse : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BÛCHEUR, EUSE, adj. et subst.

(Personne) qui travaille constamment avec acharnement :
− Est-ce que vous perdez du temps, Pasquier? (...) : − Je ne crois pas. Non, patron. − Ah! ah! vous êtes un bûcheur et vous avez raison. Pourtant, il faut savoir perdre du temps. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 86.
En partic. [En milieu scol., avec parfois une nuance péj.] (Élève) gros travailleur. Ses camarades n'étaient pas trop sympathiques : c'étaient des boursiers, pour la plupart, bûcheurs et malpropres (Sartre, Le Mur,1939, p. 161).
1reattest. av. 1866 (E. Brisebarre dans Lar. 19e); dér. de bûcher2* « travailler dur », suff. -eur2*. [byʃ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. Fréq. abs. littér. : 9.

Bûcheur, bûcheuse : définition du Wiktionnaire

Nom commun

bûcheur \by.ʃœʁ\ masculin (pour une femme on dit : bûcheuse) (orthographe traditionnelle)

  1. (Familier) Celui, celle qui travaille beaucoup dans le domaine intellectuel.
    • Il en était déjà ainsi quand il fréquentait le lycée. On le prenait pour un bûcheur parce qu'il était toujours enfermé dans sa chambre. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. II, Gallimard, 1937)

Nom commun

bûcheuse \by.ʃøz\ féminin singulier

  1. Féminin singulier de bûcheur.


Nom commun

bûcheuse \by.ʃøz\ féminin singulier

  1. Féminin singulier de bûcheur.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bûcheur, bûcheuse : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BÛCHEUR, EUSE. n.
Celui, celle qui travaille beaucoup dans le domaine intellectuel. C'est un bûcheur. Il est familier.

Bûcheur, bûcheuse : définition du Littré (1872-1877)

BÛCHEUR (bû-cheur) s. m.
  • Terme populaire d'atelier. Celui qui travaille fort et ferme.

    Il se dit aussi, dans les colléges, d'un élève qui travaille assidûment.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bûcheur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bûcheur byʃœr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bûcheur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bûcheur »

  • A l'issue de son doctorat, cette bûcheuse choisit l'industrie plutôt que la recherche universitaire. « J'ai toujours voulu fabriquer des produits. » Elle démarre sa carrière chez Texas Instrument puis est recrutée chez IBM où elle passera treize ans, gravissant les échelons jusqu'à diriger le centre de recherches. Elle s'y implique dans le lancement de produits innovants, y développe des semi-conducteurs en silicium et participe à la mise au point de puces plus efficaces. Un rapide crochet par Freescale Semiconductors, puis AMD la débauche en 2012. Deux ans plus tard, elle prend la direction de cette entreprise de 10.000 salariés basée à Austin. « Le job dont je rêvais depuis que j'étais petite fille », avoue-t-elle dans une interview vidéo au magazine Fortune. Les Echos, Lisa Su, la patronne la mieux payée au monde | Les Echos
  • Mère de deux filles, dont l'aînée développe, à 3 ans, le même symptôme de fin gourmet, Victoire Finaz est d'abord une bûcheuse. En 2006, elle a décroché un DESS de psychologie, dont le mémoire portait sur l'analyse sensorielle du chocolat. Elle a embrayé plus tard sur un master de marketing à HEC. C'est là qu'elle a fait le choix de casser l'idée d'une carrière trop conventionnelle, pour vivre de sa passion. Les Echos, Victoire Finaz, chocologue | Les Echos
  • Réfléchie, rationnelle, responsable travaillante, bûcheuse: autant de qualificatifs qui sont sortis spontanément de la bouche des gens à qui j'ai demandé de me décrire Hélène David, la nouvelle ministre de la Culture et des Communications. La Presse, Hélène David: l'élégance de la bûcheuse
  • Tout avait pourtant bien commencé pour cette Bordelaise d'origine. Émilie Andéol est bûcheuse et mène de front sa carrière sportive et ses études. « Un bac, un DUT techniques de commercialisation, une licence management des organisations, des diplômes pour être professeure de judo », énumère-t-elle, consciente dès son plus jeune âge qu'une carrière dans le sport est éphémère. Un parcours sans faute jusqu'à toucher les étoiles. C'était en 2016. Aux Jeux olympiques de Rio, Émilie Andéol croque en effet une breloque en or bien méritée. Le Point, Judo : la « petite mort » d'Émilie Andéol, médaillée olympique et chômeuse - Le Point
  • Comment cette bûcheuse fait-elle pour s’en sortir ? La passion, ses pensions et… « Je suis propriétaire de la maison ! En plus, je gère bien, je fais attention à tout, j’achète des produits de saison. Il faut bien tenir : personne n’est encore passé pour me racheter le restaurant ! » Vendre, Nadine y songe vraiment ? « Il ne faut pas pousser le bouchon », estime la sexagénaire, avant d’évoquer une retraite bien mijotée pour ses 20 ans de Bûcherie. À voir… D’ici là, quelqu’un passera peut-être par Piedmont. Quelqu’un couvant le rêve d’ouvrir un jour une bonne auberge. , Edition Longwy | Mont-Saint-Martin : dans l’auberge de Nadine la « bûcheuse » de Piedmont
  • Certains jugent qu'elle confère au Premier ministre une image de bûcheur que n'a pas le président. Et qu'elle l'aiderait à sortir plus fort de la crise sanitaire.... Planet, Coronavirus : faut-il s'attendre à une baisse des pensions à cause du confinement ?
  • Tout commence à New York. Allan Stewart Königsberg voit le jour dans une famille juive le 13 novembre 1935 – et non le 1er décembre comme indiqué dans les notices biographiques le concernant : « Mes parents ont repoussé la date officielle pour que je naisse un 1er du mois. Cela ne m’a conféré aucun avantage dans la vie et j’aurais de beaucoup préféré qu’ils me lèguent un énorme héritage », plaisante-t-il. Il changera plus tard de nom, à l’instar de nombreux artistes, en transformant son prénom en patronyme et en choi­sissant Woody « à partir de rien ». Bien que surdoué (son QI est très supérieur à la moyenne), il s’ennuie à l’école : « On apprenait tout par cœur, sauf qu’on n’apprenait jamais rien ». Il préfère jouer au baseball, au basket ou au poker, faire des tours de magie, s’initier au saxophone et à la clarinette pour interpréter des morceaux de jazz de la Nouvelle-Orléans, faire semblant d’être malade pour rester à la maison et écouter la radio (qui lui inspirera l’inoubliable Radio Days) et, surtout, aller au cinéma au Midwood avec sa cousine Rita, « la véritable fée bleue » de son enfance – l’occasion pour lui de découvrir Hollywood « avec sa morale patriotique et ses dénouements miraculeux ». À l’université, il est nul ; il préfère gagner sa vie en écrivant des répliques et des gags (à raison de cinquante par jours !) à l’intention des humoristes de l’époque qui se produisent dans les théâtres, à la radio ou à la télévision, dont Johnny Carson, Pat Boone, Sid Caesar et le fameux Bob Hope, puis en montant lui-même sur scène, au Blue Angel, pour raconter, à la manière de son idole Mort Sahl, des histoires désopilantes où l’actualité et la politique sont néanmoins absentes. Nombre de connaissances lui mettent le pied à l’étrier ; il ne les déçoit pas. C’est un bûcheur. Ses textes sont très prisés et plaisent au public. Il le dit lui-même : « Je me considère avant tout comme un écrivain. » Bientôt, on lui propose de contribuer, en tant que chroniqueur, au prestigieux magazine The New Yorker et d’écrire son premier scénario. Ce sera Quoi de neuf, Pussycat ?, le début d’une longue carrière, jalonnée de pièces de théâtre plus ou moins réussies et de films reconnaissables entre tous grâce à leur finesse, la qualité de leurs dialogues et leur drôlerie : Annie Hall, Manhattan, Stardust Memories, Comédie érotique d’une nuit d’été, Broadway Dany Rose, La Rose pourpre du Caire, Hannah et ses sœurs, Match Point, Scoop, Vicky Cristina Barcelona, Minuit à Paris, To Rome with Love, Blue Jasmine, Un jour de pluie à New York… L'Orient-Le Jour, Woody Allen, écrivain avant tout - L'Orient-Le Jour
  • Thibaut Privat (6,5). Lui, on le voit rarement. Et pourtant, quel bûcheur de l’ombre ! Si le Cévenol était un animal, on pourrait le comparer à un castor. Capable de bâtir de grandes choses sans que cela se remarque forcément. Récompensé pour sept ans de labeur. www.lamontagne.fr, ASM - USAP : le carnet de notes - Clermont-Ferrand (63000)
  • Un autre collègue au sein du même gouvernement et qui a également requis l’anonymat évoque « un bûcheur et un travailleur », mais critique « sa faiblesse ». « N’est-ce pas être faible que d’accepter de prendre en charge un gouvernement pour lequel il n’y a pas un minimum de consensus ? » « Il est atteint du virus des politiciens «, estime-t-il, jugeant, en dépit des déclarations faites par l’intéressé après sa désignation, qu’« il est aveugle devant ce qui se passe dans la rue depuis plus de deux mois ». L'Orient-Le Jour, Hassane Diab, un « bûcheur » très « instruit » et « honnête », mais qu’en est-il de ses qualités politiques ? - L'Orient-Le Jour
  • Les deux assassins sont condamnés à mort. L’évêque d'Angers demande leur grâce au président de la République, le maréchal de Mac-Mahon. Le prétexte est qu’ils auraient été pervertis par les théories de Darwin... Le chef de l’Etat est insensible à cette demande et refuse la grâce. Au mois d’août, un journal satirique, La petite Lune, s’empare de l’affaire. André Gil, célèbre caricaturiste, signe un article dans des mots très populaires. Il écrit : "Bien des gens ignorent ce qu’est Darwin. Sans le chourineur Lebiez, qui se croyait Darwinien, vous ne sauriez peut-être pas son nom. Eh bien voici ce que c’est. C’est un savant anglais, un naturaliste, un bûcheur. Il a dit que l’Homme descendait du singe. L’Homme est un singe transformé, perfectionné, sélecté comme disent les gens qui ont de l’instruction.... Alors, il va trouver ça : si Lebiez avait escarpé la veuve Gillet, c’était la faute à Darwin !" Europe 1, Charles Darwin, l'histoire d'un naturaliste révolutionnaire
  • C’est « the » terrasse d’un palace parisien à découvrir ces temps-ci : la seule ouverte, la plus gourmande du genre, en période de post-confinement. Aux commandes désormais des fourneaux du Peninsula, David Bizet, resté longtemps dans l’orbite du Four Seasons George V, d’abord sous l’aile de Philippe Legendre, puis celle de Christian Le Squer, puis sous sa signature discrète mais précise à l’Orangerie, avant l’épisode Taillevent, où il sera demeuré moins de deux ans, mais où il aura retrouvé les deux étoiles. Au Peninsula, ce bûcheur né, qui remplace le MOF Christophe Raoux, a les coudées franches. Le blog de Gilles Pudlowski - Les Pieds dans le Plat, Paris 16e : en terrasse au Peninsula | Le blog de Gilles Pudlowski - Les Pieds dans le Plat

Traductions du mot « bûcheur »

Langue Traduction
Italien secchione
Espagnol empollón
Anglais swot
Source : Google Translate API

Synonymes de « bûcheur »

Source : synonymes de bûcheur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bûcheur »


Mots similaires