La langue française

Brome

Définitions du mot « brome »

Trésor de la Langue Française informatisé

BROME1, subst. masc.

BOT. Graminée utilisée comme plante fourragère :
... les chélidoines, les alliaires, les renoncules bouillonnaient au bas des murs, (...) se haussaient vers l'appui des fenêtres, petites et basses, quadrillées de vitres exiguës, se nouaient aux guirlandes des cymbalaires, aux aigrettes des bromes, aux coulées sombres et brillantes des lierres. Genevoix, Raboliot,1925, p. 116.
Prononc. Cf. brome2. Étymol. et Hist. 1559 bot. (Cl. Valgelas, Conserv. de santé, 30 dans R. Hist. litt. Fr., 1898, p. 303). Empr. au lat. bromos « sorte d'avoine » (Pline dans TLL s.v., 2204, 46), lui-même empr. au gr. β ρ ο ́ μ ο ς « id. » (Hippocrate dans Liddell-Scott). Fréq. abs. littér. : 3.

BROME2, subst. masc.

CHIM. Métalloïde liquide très toxique, de couleur brun rouge foncé dégageant des vapeurs rouges denses d'odeur désagréable, de symbole chimique Br.
Eau de brome. ,,Dissolution aqueuse saturée de brome`` (Duval 1959)
Indice de brome. Méthode d'analyse permettant de déterminer la proportion d'oléfines contenue dans une essence (cf. J.-J. Chartrou, Pétroles naturel et artificiels, 1931, p. 108).
Subst. masc. plur. Les bromes. Les dérivés du brome, en particulier les bromures :
Je commence à comprendre les hantises du succubat, se dit-il; je vais essayer de l'exorcisme des bromes. Ce soir, j'avalerai un gramme de bromure de potassium; cela m'assagira les sens. Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 152.
Rem. Le mot sert de premier élément de composés : a) Bromhydrate, subst. masc. Vx, synon. de bromure*. Sel résultant de l'action de l'acide bromhydrique sur l'acide alcaloïde. Le bromhydrate basique de quinine est lévogyre (Codex medicamentarius Gallicus, 1908, p. 558). Composé de brome, du rad. de hydrogène* et du suff. -ate*; b) Bromhydrique, adj. Acide bromhydrique. Acide résultant de la combinaison de brome avec l'hydrogène; gazeux à la température ordinaire, d'odeur piquante, très soluble dans l'eau. (Qualifie également un certain nombre d'esters de cet acide : éther bromhydrique). Composé de brome, du rad. de hydrogène* et du suff. -ique*; c) Bromonaphtalène, subst. masc. Dérivé de substitution du naphtalène. Synon. bromure de naphtalène.
Prononc. : [bʀo:m]. Buben 1935, § 27 : ,,La plupart des mots savants en -ome, -one s'écrivent sans accent circonflexe et prennent souvent un o bref sous l'influence des mots en -omme, -onne; mais d'autre part on prononce souvent un o fermé et long là où il n'est pas justifié par l'étymologie``. DG distingue entre [brɔm] plante fourragère et [bro:m] terme de chimie; Passy et Barbeau-Rodhe n'ont que [bro:m]; pour Martinon « chrome [ɔ] entraînera brome ». Étymol. et Hist. 1826 (M. Balard, Mémoire sur une substance particulière contenue dans l'eau de la mer dans Annales de chim. et de phys., Paris, t. 32, p. 341). Empr. au gr. β ρ ω ̄ μ ο ς « puanteur » (Dioscoride dans Liddell-Scott) à cause de l'odeur forte et irritante de cette substance. Fréq. abs. littér. : 8.
DÉR. 1.
Bromate, subst. masc.Sel de l'acide bromique. [bʀ ɔmat] 1reattest. 1838 (Ac. Compl. 1842); suff. -ate*.
2.
Bromé, ée, adj.Qui contient du brome. Substance bromée, produits bromés. 1reattest. 1838 (Ibid.); suff. *.
BBG. − Pamart (P.). De l'alchimie à la chimie. Vie Lang. 1969, p. 142.

Wiktionnaire

Nom commun 1

brome \bʁom\ masculin singulier

  1. (Chimie) (Indénombrable) Élément chimique de numéro atomique 35 et de symbole Br qui fait partie des halogènes.
  2. (Chimie) (Indénombrable) Dibrome (Br2) ; liquide de couleur brunâtre à température ambiante. Il est très volatil et ses vapeurs irritantes sont très toxiques.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BROME (brô-m') s. m.
  • Terme de chimie. Corps simple, métalloïde, intermédiaire au chlore et à l'iode, et découvert en 1826 par Balard.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brome »

(Nom 1) Emprunté au latin bromus (« puanteur ») en raison de son odeur piquante. Il fut dans un premier temps nommé muride en 1826 par Antoine-Jérôme Balard qui l’a découvert (en même temps que Carl Löwig), avant que l’Académie n’impose la forme actuelle.
(Nom 2) Emprunté au latin bromos (« avoine »), lui-même emprunté au grec ancien βρομός, bromos (« sorte de graine ») dérivé de βρέμω, brémô (« gronder en parlant du tonnerre ») car on pensait que la plante de cette graine protégeait des coups de foudre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Βρῶμος, puanteur : ainsi dit à cause de sa mauvaise odeur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « brome »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brome brom

Traductions du mot « brome »

Langue Traduction
Anglais bromine
Espagnol bromo
Italien bromo
Allemand brom
Chinois
Arabe البروم
Portugais bromo
Russe бром
Japonais 臭素
Basque bromo
Corse bromu
Source : Google Translate API

Synonymes de « brome »

Source : synonymes de brome sur lebonsynonyme.fr

Brome

Retour au sommaire ➦

Partager