La langue française

Bréhaigne

Définitions du mot « bréhaigne »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRÉHAIGNE,(BREHAIGNE, BRÉHAIGNE) adj.

A.− [En parlant de la femelle de certains animaux] Stérile. Biche bréhaigne (Ac. 1932) :
1. C'est une vieille jument Ladre, efflanquée et bréhaigne, Les crins rongés de mal-roux. J. Richepin, La Bombarde,1899, p. 195.
Emploi subst. ... l'une des biches, une vieille bréhaigne, venait de souffler bruyamment (Genevoix, La Dernière harde,1938, p. 7).
B.− Vx et pop. [En parlant d'une femme] :
2. Le dragon reçut quinze mille francs de dot et une demoiselle heureusement brehaigne que deux ans de mariage rendirent la plus laide et conséquemment la plus hargneuse de la terre. Balzac, Melmoth réconcilié,1835, p. 334.
3. Adélie restait brehaigne et le désir effréné d'un enfant avait peut-être été le point de départ de ses abandons. J. de La Varende, Cœur pensif,1957, p. 186.
P. métaph. :
4. Il [Vaxelaire] espérait sans doute qu'après tant de vides efforts, ces montagnes de chiffres accoucheraient un jour ou l'autre et mettraient enfin au clair une petite souris, une souris de vérité. Les montagnes ont grossi tout en restant bréhaignes. (...) Cette souffrance des savants stériles, on la connaît mal, hors de notre profession, et surtout on ne la prend guère en pitié. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Vue de la Terre promise, 1934, p. 95.
Emploi subst. [MmeAugustus Craven et MlleEugénie de Guérin] sont de bien lymphatiques bas-bleus et de bien dévotieuses bréhaignes (Huysmans, À rebours,1884, p. XV).
PRONONC. ET ORTH. : [bʀeε ɳ]. Besch. 1845 : ,,On a dit braheigne, brahin, brehagne, brehenne.`` On écrit aussi brehaigne sans accent aigu sur le e de la 1resyll. Cf. Gattel, Nouv. dict. portatif de la lang. fr., 1797.
ÉTYMOL. ET HIST. − Début xiies. terre ... baraine (Ph. de Thaon, Comput, 2006 dans T.-L.); mil. xiies. brahaignes femes (Wace, Conception N.D., 359 dans Keller, p. 51); début xiiies. brehaigne (Gautier de Coincy, Nativité N.D., 254 dans T.-L.); 1680 considéré comme ,,terme injurieux`` en parlant d'une femme (Rich.). Orig. obsc.; l'existence de nombreuses formes romanes qu semblent se rattacher à un même type avec le sémantisme commun d'infertilité appliqué à des réalités différentes laisse supposer un rad. pré-roman au sens de « stérile, infertile ». Les différents types proposés pour un tel rad. (FEW t. 1, p. 242; REW4, no942; DEI, s.v. barena et brenna) ne permettant pas d'expliquer toutes les formes qui semblent s'y rattacher, on peut seulement supposer un rad. bar « infertile » à partir duquel il reste à expliquer chacune d'elles (J. Jud dans Arch. St. n. Spr., t. 127, 1911, p. 434 et 435). La finale -aigne représente sans doute le suff. lat. -aneu (cf. montanea, montagne); l'h intervocalique n'a qu'une valeur séparative de voyelles en hiatus (cf. ébahi, trahi, etc.). Les hyp. d'étymons empr. au domaine germ. (DIEZ3; E. Gamillscheg dans Homenage Fritz Krüger, 1952, t. 1, pp. 18-20 et EWFS2) semblent en contradiction avec la répartition géogr. des termes à partir desquels on les postule, aucun n'étant confirmé par un mot du domaine germ. Une orig. lat. d'apr. vorago, -inis (Garcia de Diego, Revista de Filologia Española, t. 36, 1952, pp. 257-286) fait difficulté du point de vue phonét. et sém. (cf. Cor., s.v. maraña).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 6.
BBG. − Allard (I.). Lang. de la bouvine. Vie Lang, 1972, p. 132. − Gamillscheg (E.). Germanisches im Französischen. In : [Mél. Krüger (F.)]. Mendoza, 1952, t. 1, pp. 17-40. − Garcia de Diego (V.). El Español braña, breña y el frances brehaigne. Revista de filologia española. 1952, t. 36, pp. 257-286. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 195, 283. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 75; t. 2 1972 [1925], p. 279; t. 3 1972 [1930], p. 112. − Thurneysen 1884, p. 93.

Wiktionnaire

Adjectif

bréhaigne \bʁe.ɛɲ\ ou \bʁe.ɛnj\ féminin Note : inexistant au masculin.

  1. Stérile, en parlant des femelles de certains animaux.
    • A Mervale, les vieilles biques bréhaignes cabretaient sans besoin de bouc, les petits poussaient sur les fumiers ! — (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 24)
    1. (Spécialement) Qualifie un poisson qui n’a ni œufs ni laitance.
      • Duhamel pense aussi que les carpes qu'on nomme bréhaignes ne sont point des mulets, mais des poissons qui, dans certaines circonstances, sont dépourvus de laitance et d'œufs. — (Exposé succinct des principales observations faites jusqu’à ce jour sur les maladies et sur les anomalies des poissons, par P. Rayer, dans Archives de médecine comparée, Paris : chez J.-B. Baillière, 1843, vol.1, page 305)
    2. (Par extension) (Souvent ironique) Stérile, en parlant d'une femme.
      • Cette prouesse médicale se payait cependant au prix fort : Marguerite n’aurait plus jamais d’enfant. […] Sous le coup de la déception, Lucien n’avait pas trouvé les mots qui auraient pu apaiser le chagrin de Marguerite, devenue bréhaigne à vingt ans. — (Jean-Max Tixier, Le Maître des roseaux, 2003, Terres de France)
      • Je vous parie une vache pleine contre une dame bréhaigne qu'il se prépare des choses pas décorticables pour bientôt! — (San-Antonio, Béru-Béru, Éditions Fleuve noir, 1970, chap. 12)
    3. (Par extension) Qui est stérile, ne contient aucune vie.
      • Tout est déréglé, la nature (la mer devient bréhaigne), les lois (il n'est plus permis de porter secours), la famille (le conseil des anciens n'est plus écouté), et l'ordre ancien ne reviendra jamais. — (Le Monde, 13.03.2012)
      • Ce n’est point cependant une terre bréhaigne, puisque ses enfants se comptent par millions, et si cette mère n’a pas de lait pour ses petits, du moins l’aiment-ils passionnément. — (Jules Verne, P’tit Bonhomme, ch. 1, J. Hetzel et Cie, Paris, Illustrations par Léon Benett, 1891)
  2. Qui partage avec le cheval certaines caractéristiques, en parlant de la jument.
    • [Les crocs ou de crochets sont] les quatre dents canines du cheval, que nos peres appelloient écaillons. Ces quatre dents canines sont celles dont les jumens sont dépourvûes, à l’exception de celles auxquelles nous donnons le nom de brehaigne. — (L’Encyclopédie, 1751)
    • Les jumens en sont communément privées, & n’ont par conséquent que trente-six dents : il en est néanmoins qui en ont quarante, mais leurs crochets sont toûjours très-petits, & elles sont dites brechaines. Beaucoup de personnes les regardent comme admirables pour le service, & comme très-impropres pour le haras. — (L’Encyclopédie, 1751)
  3. (Hapax) Bohémien.
    • À l’avant, sur un strapontin adhérent au fourgon et ayant pour porte la fenêtre, au-dessus de la croupe des chevaux, à côté d’un vieillard qui tenait les guides et dirigeait l’attelage, deux femmes bréhaignes, c’est-à-dire bohémiennes, vêtues en déesses, sonnaient de la trompette. L’ébahissement des bourgeois contemplait et commentait cette machine, fièrement cahotante. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, 1869)

Nom commun

bréhaigne \bʁe.ɛɲ\ ou \bʁe.ɛnj\ féminin

  1. Femelle stérile.
    • Et d'ajouter aussi que c'est une vielle biche : la bréhaigne, laquelle ne peut plus se reproduire qui régule la harde. — (La Dépêche, 23/09/2012)
  2. (Hapax) Bohémienne.
    • Ces deux bréhaignes, ramassées par le philosophe dans le pêle-mêle nomade des bourgs et faubourgs, étaient laides et jeunes, et s’appelaient, par la volonté d’Ursus, l’une Phœbé et l’autre Vénus. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, 1868)

Adverbe

bréhaigne \bʁe.ɛɲ\ ou \bʁe.ɛnj\

  1. (Hapax) Bohémien.
    • Vinos et Fibi partageaient le repas, mais gênaient peu. Ces deux vagabondes, à demi sauvages et restées effarées, parlaient bréhaigne entre elles. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, 1868)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRÉHAIGNE. adj. f.
Qui est stérile, en parlant des femelles de certains animaux. Biche bréhaigne. Par extension, Carpe bréhaigne, Carpe qui n'a ni œufs ni laite.

Littré (1872-1877)

BRÉHAIGNE (bré-è-gn') adj.
  • 1Stérile, en parlant des femelles des animaux domestiques ou de ceux qu'on entretient dans des parcs et des viviers. Une jument bréhaigne. Une carpe bréhaigne.
  • 2 S. f. Une bréhaigne, se dit parfois populairement en parlant d'une femme stérile.

HISTORIQUE

XIIe s. Et li fameilleus sont asagiez, puisque la baraigne plusurs enfantad, Rois, 6. Pesmes sont les eves et baraignes les terres, ib. 350. Franzois morront, s'en ert la France bregne, Roncisv. p. 42.

XIIIe s. La roche porte un bois doutable, Dont li arbre sont merveillable ; L'un est brehaigne et riens ne porte…, la Rose, 5973.

XIVe s. Et pour ce les mariés steriles ou brahaignes se departent plus tost d'ensemble que les autres, Oresme, Eth. 251.

XVe s. Voy Elisabeth ta cousine, Qui estoit brehaigne clamée, La nativité de N. S. Sec et brahaing, je porte fleur et graine, Orléans, Ball. 104.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bréhaigne »

(XIIIe siècle) De l’ancien français brehaing, brehaigne (« stérile »)[1], attesté sous la forme baraigne dans le Livre des Créatures (1119) de Philippe de Thaon[5]. En ancien français, le mot était masculin ou féminin, mais seul le féminin a perduré. L’étymon est un radical prélatin[5][6][8]. Plusieurs hypothèses sont proposées :
  • Le Trésor de la Langue Française informatisé[1] propose un radical *bar- (« infertilité ») avec une finale -aigne qui représenterait le suffixe -aneus (→ voir montain et montagne). Ce dictionnaire rejette les hypothèses d’étymon germanique faites par Gamillscheg, et celle de l’étymon latin vorago faite par Garcia de Diego[1]. Selon Gustav Körting[2] cet étymon est le vieux haut allemand bar (« nu, dépouillé ») qui donne bar en allemand, bare (« nu ») ou même barren (« stérile ») en anglais.
  • Alternativement, Körting[2] et Diez[3] proposent comme étymon le latin baro, baronis (« lourdaud, homme »), une jument brehaigne est « masculinisée » (voir citation ci-dessous), une femme bréhaigne est une virago, une hommasse.
  • Pour Oscar Bloch et Walther von Wartburg, l’étymon est *barañ, apparenté à l’albanais beronjë (« femme stérile »).
  • Pierre Gastal[7] propose le gaulois *bregano (« stérile »), qu’il base sur le breton brec’hagn (« stérile »). Il l’apparente à l’ancien français meshain, meshaigne (« mutilation, estropiement », « mutilé »).
Le sens de « bohémien » que l’on trouve chez Victor Hugo ne se retrouve nulle part ailleurs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. braime ; picard, braine ; Berry, brâgne ; wall. brouhagne ; rouchi, breine ; Metz, bereigne ; anc. angl. barrayn ; angl. mod. barren. Mot d'origine obscure. Diez propose une dérivation de barus, homme, en bas-latin, de sorte que brehaigne serait la femme-homme, la femme stérile. Grandgagnage, trouvant dans le wallon meshaignier, décompose baraigne en bar, particule péjorative, et haigner, dont du reste il ne peut indiquer le sens.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bréhaigne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bréhaigne breɛnj

Évolution historique de l’usage du mot « bréhaigne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bréhaigne »

  • En cette saison, les biches et les jeunes, ainsi que les hères, jeune cerf vivent ensemble. Leur mode de vie est matriarcal. C’est la biche appelée bréhaigne qui guide le groupe. Les grands cerfs ne les rejoindront qu’au moment du brame. , Yvelines. Chevreuse. Cédric filme les biches sur la route de la vallée de Chevreuse et ça fait le buzz | 78actu
  • Pour les cerfs et les biches, l’hiver est « la saison du repos, à la fois calme et périlleuse, car il faut trouver de quoi se nourrir. Les biches surveillent leur faon de l’année et leur ventre s’arrondit, car elles attendent leur faon du printemps 2019. C’est en général la plus vieille d’entre elles, une biche bréhaigne, qui est responsable du groupe. » Les cerfs ont, quant à eux, passé l’hiver à part, « en petit groupe ». www.lyonne.fr, Le parc animalier de Boutissaint rouvert au public - Treigny-Perreuse-Sainte-Colombe (89520)
  • Dans l'office contiguë, la malpeignée nourrissait une chèvre bréhaigne, deux agneaux nouveau-nés couchés sur des bat-flanc, un jars, un verrat et quelques canards d'Inde. Le Point, La dictée du "Point" #15 : le corrigé des "Baux à la mer" - Le Point
  • Le plaisir manifeste qu'Emanuele Crialese prend à filmer cette île et les gens qui l'habitent est maintenant voilé d'inquiétude. Le monde a étendu son emprise sur ce morceau de terre qui s'était si bien passé de lui. Tout est déréglé, la nature (la mer devient bréhaigne), les lois (il n'est plus permis de porter secours), la famille (le conseil des anciens n'est plus écouté), et l'ordre ancien ne reviendra jamais. Le Monde.fr, "Terraferma" : l'impossibilité d'une île
  • Le guide accompagnateur Alain Massol connaît presque chaque mètre carré des 4 000 ha de la forêt de Grésigne. Dans les bois il est chez lui en compagnie des animaux qui y habitent. Quand il accueille les visiteurs (environ 300 personnes par an) il n'oublie jamais le «petit goûter» qui donne des forces avant de partir traquer les cervidés : petits sablés maisons et jus de pomme du verger conservatoire de Puycelsi obtenu «avec près de 150 variétés de pommes». Sous forme de questions réponses (il fait les deux), il met les visiteurs dans le bain. «Pourquoi le cerf brame-t-il ? - C'est un cri d'amour envers les biches ? - Pour marquer son territoire ? - Pour appeler les biches ? se hasardent les néophytes. - Oui d'accord mais ce n'est pas le plus important. Le brame, rectifie Alain Massol, provoque l'ovulation de la femelle. Si le cerf est muselé, pas d'ovulation». Et voila notre guide lancé. «En septembre, c'est le ballet, le cerf doit constituer une harde, soit environ une dizaine de biches. Le cerf le plus vieux va les saillir toutes, le plus jeune est là pour apprendre et gare à lui s'il lui prend de s'approcher trop près d'une femelle. Le jeune est la pour tenir la chandelle». Et d'ajouter aussi que c'est une vielle biche : la bréhaigne, laquelle ne peut plus se reproduire qui régule la harde. ladepeche.fr, Brame du cerf : «Ce soir ils sont chauds, ils en veulent» - ladepeche.fr

Traductions du mot « bréhaigne »

Langue Traduction
Anglais bréhaigne
Espagnol bréhaigne
Italien bréhaigne
Allemand bréhaigne
Chinois 布雷海涅
Arabe بريهاين
Portugais bréhaigne
Russe bréhaigne
Japonais ブレーニュ
Basque bréhaigne
Corse bréhaigne
Source : Google Translate API

Synonymes de « bréhaigne »

Source : synonymes de bréhaigne sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bréhaigne »

Bréhaigne

Retour au sommaire ➦

Partager