La langue française

Baile

Définitions du mot « baile »

Trésor de la Langue Française informatisé

BAILE1, BAYLE1, subst. masc.

FORTIF. Au Moyen Âge, terrain clos par le (ou les) mur(s) d'enceinte d'un château, d'une forteresse :
1. ... notaires et assesseurs se rendent à la tour du côté des champs. Une centaine d'hommes d'armes, qui se trouvaient dans le bayle, les accueillent par des vociférations et des menaces. A. France, Vie de Jeanne d'Arc,1908, p. 374.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842 (s.v. baile, renvoyant à baille), ds Lar. 19e(s.v. bayle), ds Nouv. Lar. ill., Lar. 20e, Lar. encyclop.
Baile intérieur. Celui qui se trouvait entre l'enceinte intérieure et le donjon :
2. À droite régnait un vaste bayle, ou place d'armes, destiné au logement de la garnison et à la défense du château du milieu. A. France, Vie de Jeanne d'Arc,1908, p. 182.
Rem. 1. Lar. 19edonne comme synon. basse-cour. 2. Attesté comme subst. fém. par Ac. Compl. 1842, comme subst. masc. et fém. par Guérin 1892; Nouv. Lar. ill., Lar. 20e, Lar. encyclop. donnent comme autres orth. possibles baille, bayle, beille, belle.
Étymol. et Hist. Ca 1160 baile « palissade, enceinte » (Énéas, éd. Salverda de Grave, 9632 ds T.-L. : Tot le baile a fait alumer); fin xiies. baille « id. (autour d'un château) » (Garin le Loh., 2echans., XXX, P. Paris ds Gdf.); en partic. av. 1218 « courtine (mur de jonction) » (Villeh., 437, Wailly, ibid. : Reniers de Trit ere as bailles des murs), qualifié de ,,vieux langage`` ds Trév. Suppl. 1752, demeuré en pic. baille « barrière » (Corblet; Jouanc. t. 1); cf. 1872 (Littré : Baille. Nom donné, dans le nord de la France, aux perches dont on entoure les pâturages). Sans doute du lat. baculum « bâton » (Cicéron, Verr., 6, 142 ds TLL s.v., 1670, 74), FEW t. 1, p. 201; la finale en -aille s'explique à partir du plur. bacula, la palissade étant composée de nombreux bâtons (cf. tenaille < lat. tenacula). Sur baille le lat. médiév. a fait un bajulus « pieu » (v. Du Cange).

BAILE2, BAÏLE, BAYLE2, subst. masc.

I.− HIST. (infra étymol.) Personne remplissant des fonctions analogues aux fonctions modernes d'administrateur, de tuteur, de régent, de syndic. Baile du royaume :
1. Autour de son lit [de Beaudoin], à Nazareth, se rassemblèrent ses proches, sa mère, son beau-frère Guy de Lusignan, le patriarche Héraclius. Dans ce conseil de famille le malheureux souverain délégua à Guy la « baylie », c'est-à-dire la régence du royaume. Tout de suite le nouveau « bayle » se montra un chef médiocre. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 227.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Lar. 19e− Lar. encyclop., Guérin 1892 (s.v. baile ou bayle), Quillet 1965.
II.− Régionalisme
A.− En Provence, chef des bergers :
2. − Non, je ne suis pas mort, dit le berger, je peux pas mourir en Crau, moi. (...). J'ai dit au maître : « Je voudrais un effet de votre bonté. Faites-moi monter à la montagne; pas comme baïle, je suis trop vieux, pour suivre tout simplement. » Giono, Le Grand troupeau,1931, p. 262.
Rem. Attesté ds Lar. 20e(s.v. baile et bayle), Littré (s.v. bayle), Guérin 1892 (s.v. baile ou bayle), Lar. 20e, Lar. encyclop. (s.v. baîle ou bayle), Quillet 1965 (qui l'écrit bayle en ce sens).
P. ext. Chef, supérieur :
3. Tais-toi, Ponce Clumane, dit Zidore à lèvres cousues, mais si nettement que chacun l'entendit, tais-toi, bayle des charretiers. A. Arnoux, Rhône, mon fleuve,1944, p. 196.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Guérin 1892 (s.v. baïle ou bayle).
B.− Maître-valet dans les métairies du midi (de la France) :
4. L'exploitation peut se confondre organiquement avec la propriété. Elle revêt alors soit la forme d'une entreprise à salariés, gérée directement par son propriétaire ou indirectement par l'intermédiaire d'un intendant : bayle, maître-valet, etc. (grande propriété), soit la forme d'une entreprise familiale (petite propriété). Traité de sociol.,1967, p. 260.
Rem. Attesté ds Lar. 20e, Lar. encyclop. (s.v. bayle).
PRONONC. ET ORTH. : [bεl] (Barbeau-Rodhe 1930 [bε:l]) et [bajl] (Pt Lar. 1968). Var. graph. bayle (Littré, Guérin 1892, Lar. 20e, Lar. encyclop., Quillet 1965), baïle (Lar. encyclop.).
ÉTYMOL. ET HIST. − [Ca 1180 bail « celui qui dirige, qui administre » (Antioche, éd. P. Paris, I, 21 ds T.-L. : chascuns soit obëis A dant Pieron l'ermite, qui vous est baus et guis); ca 1207 « gouverneur, régent » (Villeh., 385, Wailly ds Gdf., s.v. bail : Fu receuz Henris en la seigneurie comme baus de l'empire); 1288 « tuteur » (Renart le nouvel, 2312, éd. Méon, ibid. : Et si aquerrai un los tel Dedans un an, que se moroit Li rois, que on de moi feroit Souvrain bailliu, et si seroie Baus des enfans); Fur. 1690 note encore ,,on a appelé aussi autrefois bail un mari, parce qu'il a la tutelle et administration des personnes et biens de sa femme``; bail jusqu'au xvies. (Cotgr. 1611 au sens de tuteur)] 1. 1592 bayle « administrateur d'un territoire » (Monluc, Commentaires, 1. VII ds Hug. : Pour le bien, j'en ay prou : il est vrai que si j'eusse esté nourry en l'escole du bayle de Lesperon, j'en eusse davantaige ... Sur le grand chemin le bayle avoit faict bastir une très belle maison); 1605 baille « id. » (Le Loyer, Hist. des Spectres, VI, 13, ibid.); baile (Cotgr. 1611); en partic. a) 1704 (Trév. : Baile [...] Ce mot se dit aussi dans le Languedoc et dans le Roussillon, et signifie une sorte de Juge Royal [...] On prétend assujettir les enrôllez au payement des entrées, quand les Consuls ou les Bailes l'ordonnent); b) 1751 dr. (Encyclop. t. 2 : Baile [...] usité particulièrement en Béarn, où il se dit de certains huissiers subalternes qui ne peuvent exploiter que contre les roturiers à la différence des veguers qui exploitent contre les gentilhommes); 1752 (Trév. : Baile ou Bayle étoit aussi un Officier des anciens Dauphins, préposé à la recette de leurs droits seigneuriaux); c) 1838 hist. eccl. (Ac. Compl. 1842 : Baile ou Bajule. Titre de dignité ecclésiastique, s'est dit de L'official des évêques et des abbés. Dans les monastères, il se disait Du procureur; et Du religieux qui remplissait les fonctions de moniteur); 2. a) 1867 (Lar. 19e: Baile [...] On nomme encore ainsi, en Provence, le chef des bergers employés à la garde d'un même troupeau); b) 1928 (Lar. 20e: Baile [...] Maître-valet, dans les métairies du midi de la France). 1 peut-être empr. à l'a. prov. baile, baille « officier chargé d'une administration » : baile 1140 (Acquisition par Peire Girau Raspau pour le prieuré de St-Jean d'Aureil ds Brunel 1926, p. 41); baille 1176 (Accord entre E. de Maur, prieur de l'église de St Antonin, et Fort Sanz, baile et maître de la maison du Temple dans le pays, ibid., p. 139); du lat. baiulus « porte-faix » en lat. class. (Plaute, Poen., 1301 ds TLL s.v., 1686, 70); en lat. médiév. « tuteur » (viies., Fredeg. lib. 4c. 86, Scr. rer. Merov., II, p. 164 ds Nierm. t. 1); « gouverneur » (Desjardins, Cart. de Conques, p. 157, no182 [a. 937], ibid.); fréquemment attesté dans des emplois relig. (Du Cange, s.v. bajulus2). 2 empr. au prov. mod. baile « maître, chef des travailleurs » : baile-pastre « chef des bergers d'un grand troupeau » (Mistral), de même orig. que 1. [L'a. fr. bail est directement issu du latin].
STAT. − Fréq. abs. littér. : 3.
BBG. − Darm. Vie 1932, p. 92. − Wind 1928, p. 55, 141.

Wiktionnaire

Nom commun

baile \bɛl\[1][2] ou \bajl\ Référence nécessaire masculin

  1. Titre qu’on donnait autrefois à l’ambassadeur de Venise auprès de la Porte.
    • Le baile de Venise s'est longtemps défendu dans sa maison. — (Voltaire, Lettres à Catherine de Russie, 52)

Nom commun

baile \Prononciation ?\ féminin

  1. Palissade, enceinte, retranchement.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Barre du tribunal, enceinte d’une cour de justice.
  3. Lice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BAILE (bê-l') s. m.
  • Titre qu'on donnait autrefois à l'ambassadeur de Venise auprès de la Porte. Le baile de Venise s'est longtemps défendu dans sa maison, Voltaire, Lett. à Cath. 52.

HISTORIQUE

XIIIe s. Henri le balz de l'empire, Villehardouin, p. 161, dans RAYNOUARD.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BAILE, s. m. m. terme de Palais usité particulierement en Béarn, où il se dit de certains huissiers subalternes qui ne peuvent exploiter que contre les roturiers, à la différence des veguers qui exploitent contre les gentilhommes. Voyez Veguer. (H)

Baile, s. m. (Polit. & Comm.) nom qu’on donne à Constantinople à l’ambassadeur de la république de Venise résident à la Porte.

Outre les affaires de politique & d’état dont ce ministre est chargé, il fait aussi les fonctions de consul de la nation auprès du grand Seigneur, & c’est proprement de lui que dépendent les autres consuls établis dans les échelles du levant, qui ne sont pour la plûpart que des vice-consuls. Voyez Consul. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « baile »

(Siècle à préciser) De l’ancien français bail (« bailli, gouverneur »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De bail (« pieu ») et, plus avant, du latin baculum (« bâton, pieu »), la finale en -e et le féminin s’explique par le pluriel latin bacula la palissade étant composée de nombreux bâtons → voir tenaille.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. baile ; espagn. bayle ; portug. bailio ; ital. bailo ; anc. franç. bail ; du bas-lat. bailus, du latin bajulus, porteur, qui, ayant l'accent sur ba, a donné régulièrement baile (voy. BAILLER pour saisir la série des sens).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « baile »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baile bɛl

Évolution historique de l’usage du mot « baile »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baile »

  • Dans un contexte de répression constante des baile funk par la police et du rétrécissement des espaces festifs dans les favelas, une génération de jeunes producteurs noirs réinvente la nuit carioca. Leurs événements, comme les soirées Yolo Love Party, Batekoo, Baile do Amor, Puff Puff, Black Lux, ont le plus souvent lieu dans des clubs populaires de la zone nord ou de la région portuaire, et sont avant tout des célébrations de l’identité, de la mode, de la diversité. Des espaces-temps éphémères qui refusent toutes les discriminations du Brésil actuel et où l’on peut guérir son âme des avanies du quotidien. Trax Magazine, Brésil : les sulfureuses soirées baile funk de Rio en une playlist caliente | Trax Magazine
  • Dès 23h45 et jusqu’à 5h, ce samedi, Based Mtp collabore avec Jiddybruh pour proposer des sons  venus des Caraïbes, d’Afrique et d’Amérique du Sud, avec le meilleur du hip hop, du baile funk et de l’afro. Aux platines, notamment, le DJ Don Love. , Montpellier : hip hop, afro et baile funk ce samedi soir à l'Antirouille | Métropolitain

Images d'illustration du mot « baile »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « baile »

Langue Traduction
Anglais baile
Espagnol baile
Italien baile
Allemand baile
Chinois 百乐
Arabe بايلي
Portugais baile
Russe baile
Japonais バイレ
Basque baile
Corse salvezza
Source : Google Translate API

Synonymes de « baile »

Source : synonymes de baile sur lebonsynonyme.fr

Baile

Retour au sommaire ➦

Partager