La langue française

Autonomisme

Définitions du mot « autonomisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

AUTONOMISME, subst. masc.

I.− POL. Fait d'être autonomiste; doctrine des autonomistes. Synon. ou anton. fédéralisme, neutralisme, particularisme, régionalisme, séparatisme :
1. Du point de vue des retentissements de cette machinerie administrative et législative et des réactions des masses populaires, ce fut l'éloignement au lieu du rapprochement (...) : la diffusion d'une propagande hostile (...), la systématisation d'une agitation injuste et illégale (...), le foisonnement et les multiples excès d'un autonomisme dressé en programme et comportant non à vrai dire, un rappel de l'Allemagne, mais en réalité, une palissade imaginée entre l'ensemble de la France et l'Alsace... J. Delpech, L'Organ. admin.,L'Alsace dep. son retour à la France, Strasbourg, t. 1, 1932, pp. 38-39.
2. 20 juin [1928]. (...) à la Fédération régionaliste française, discussion sur les diverses conceptions du régionalisme (...). L'abbé Müller montre combien le mot d'autonomisme a été équivoque, et combien il a été exploité contre les Alsaciens. Ceux-ci voulaient simplement exprimer le désir de défendre leurs Heimatrechte [« particularisme »], mais ne trouvèrent pas de mot français équivalent (...). 22 juin (...). Après-midi (...) chez Desse de Rarécourt où viennent Dorchain et Nalèche. Ce dernier dit que déjà il y a 30 ans il s'inquiétait de voir Bucher créer un autonomisme alsacien. Bucher répondait qu'il ne fallait pas s'inquiéter, parce qu'il était à base française. J. de Pange, Journal, Paris,1964, pp. 60-61.
3. Les controverses de 1910 et 1911 aident à comprendre la nature de l'autonomisme alsacien et permettent d'en prendre une vue perspective. Sous le nom d'autonomie, entre 1871 et 1939, on est conduit à dénombrer quatre phénomènes : le premier autonomisme (...) est acceptation de l'annexion [de l'Alsace-Lorraine au Reich après le traité de Francfort] et ralliement au nouvel ordre des choses, il s'oppose à la « protestation ». [Dans] le second autonomisme, du tournant du siècle à la guerre, (...) l'autonomie est pour les uns « la forme légale de la protestation » et une dernière ligne de défense [de la tradition française] (...). Pour d'autres (...) l'autonomie se définit avant tout par rapport à l'avenir, elle est la condition préalable à une fusion progressive au sein de l'Empire allemand. Pour le plus grand nombre, elle est l'« hypothèse » qu'impose le présent, la solution la plus propre à permettre à l'Alsace-Lorraine de sortir de l'état d'exception où elle se trouve (...). Avec le conflit mondial les clivages s'accusent. (...) Ricklin et Hauss (...) réitèrent la revendication de l'autonomie dans le cadre de l'Empire allemand. Ricklin affirme l'« union indissoluble » de l'Alsace-Lorraine avec l'Empire allemand dans une déclaration retentissante le 12 juin 1917. (...) Après le retour à la communauté française, naîtra une quatrième et dernière forme d'autonomisme. (...) sous le nom d'autonomisme on associe, après 1919, des réalités diverses : séparatisme qui aspire au retour de l'Alsace à l'Allemagne, autonomisme proprement dit (...), régionalisme enfin... J.-M. Mayeur, Autonomie et pol. en Alsace,Paris, 1970, pp. 189-191.
SYNT. L'autonomisme alsacien, basque, breton, catalan; un autonomisme farouche, résolu.
Rem. ,,Le mot autonomisme est équivoque et peut s'appliquer à des conceptions différentes. Les distinctions sont d'autant plus nécessaires qu'il s'agit de questions brûlantes`` (Bull. cath. internat., juin 1927).
II.− PHILOS. ,,Profession d'autonomie ou prétention à l'autonomie`` (Foulq.-St-Jean 1962) :
4. À l'âge classique, et au xixesiècle encore (...) l'autonomisme intellectuel du métaphysicien se justifiait dans un univers aux structures stables, que la pensée pouvait embrasser d'un seul regard, au moins en espérance. Foulq.-St-Jean1962.
Rem. 1reattest. sens I env. 1926; sens II 1956 (G. Gusdorf, Tr. de métaph. 255-6 ds Foulq.-St-Jean 1962); dér. de autonomie*, suff. -isme*.
BBG. − Foulq.-St-Jean 1962.

Wiktionnaire

Nom commun

autonomisme \ɔ.tɔ.nɔ.mism\ ou \o.to.no.mism\ masculin

  1. Doctrine politique soutenant l’acquisition ou la préservation de l’autonomie politique d’une nation ou d’une région.
    • Un autonomisme dont on ne parle pas parce qu’il appartient à une histoire proche et dont les Alsaciens devraient avoir une connaissance historique. — (Roger Siffer, Alsace/elsass ou a chaque fou sa casquette et à moi mon chapeau, Éditeur JCLattes, 1979)
    • L’autonomisme basque n’est pas un phénomène unique en son genre en Espagne ; il existe aussi un autonomisme catalan, un autonomisme galicien. — (Articles et documents, La Documentation française, Secrétariat générale de gouvernement, Direction de la documentation, 1968)
  2. Tendance à s’administrer de façon indépendante.
    • Quand on accuse l’Administration d’être cloisonnée à l’excès, c’est cette propension à l’autonomisme des bureaux que l’on stigmatise. — (Robert Cathérine, Le Fonctionnaire français, éditeur Albin Michel, 1961)
    • Sur ce fond d’anti-étatisme et d’autonomisme de gestion, le BNBV travaille les directives d’organisation des pouvoirs qu’il répartit généralement en trois instances… — (Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, Éditions Armand colin, 1973)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « autonomisme »

(1926) Dérivé de autonomiste par substitution du préfixe -iste par le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « autonomisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
autonomisme otɔ̃ɔmism

Évolution historique de l’usage du mot « autonomisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « autonomisme »

  • En automne 1937, pour lutter contre la déculturation scolaire, il crée l’Elsässisches Volksbildungsverein. Il veut alors se mettre en retrait de la vie politique pour se consacrer pleinement à la défense de la langue, sa vraie passion. Mais pour les « nationaux », il continue d’incarner la ligne d’un autonomisme sans concession. 7seizh.info, UNSRI GSCHìCHT : 7 février 1940, KARL ROOS, autonomiste alsacien, est fusillé à Champigneuil, près de Nancy - 7seizh.info
  • En 1977, l’émission d’Antenne 2 « Un sur cinq » se penche sur l’autonomisme et les jeunes en Alsace. Les extraits de cette enquête, disponibles ci-dessus, témoignent d’un regain d’intérêt pour la défense de la culture locale et le rejet du pouvoir centralisé à Paris. Le régionalisme, terme plus consensuel que celui d’autonomisme, est de retour dès la fin des années 60. Des journaux sont créés pour publier des articles en alsacien. Des groupes politiques se présentent aux élections locales et législatives. Une association défend l’enseignement de l’allemand et de l’alsacien à l’école. Avec l’historien Alfred Wahl et le politologue Bernard Schwengler, Rue89 Strasbourg retrace cette période où Paris était honni et l’Alsace, c’était la classe. Rue89 Strasbourg, Dans les années 70, l'autonomisme alsacien en pleine effervescence
  • Cette histoire des autonomismes alsaciens de 1871 à 1940 n’est pas un simple récit des faits et des revendications de certains Alsaciens voulant obtenir pour la région un statut particulier aussi bien au sein du Reich que dans l’Etat français et même hors de ces Etats. France Bleu, Les autonomistes en Alsace avec Alfred Wahl. Die Autonomisten im Elsass mit Alfred Wahl
  • Dans les Balkans ou aux frontières de la Russie, des revendications autonomistes, indépendantistes ou séparatistes existent également. Ces tensions régionales voire ces conflits larvés sont d'une nature différente des autonomismes en Europe occidentale puisqu'ils découlent largement d'une redéfinition inachevée des frontières du bloc soviétique et de l'ex-Yougoslavie. Le Figaro.fr, Au-delà de la Catalogne, plusieurs mouvements autonomistes existent en Europe
  • Le deuxième grand repère historique est évidemment 1648 quand, par le traité de Westphalie, une large partie de l’Alsace intègre le royaume de France. Mais l’autonomisme ne germera entre Vosges et Rhin que deux bons siècles plus tard. Car pour qu’il y ait autonomisme, il faut qu’il y ait des nations constituées. Et rappelle Alfred Wahl, « le sentiment national naît au XIXe. » Il générera assez vite, soit dit en passant, une impressionnante série de catastrophes… , Alsace | Aux sources de l’autonomisme alsacien
  • On se rabat vers le deuxième courant, l’autonomisme. Les autonomistes cherchent à défendre notre peuple dans le Canada, qu’ils acceptent sans nécessairement l’aimer. Ils croient que le Québec peut y faire valoir ses droits et son identité. Du moins, ils veulent essayer. C’est le programme de la CAQ. Le Journal de Montréal, François Legault: un moment autonomiste | JDM

Traductions du mot « autonomisme »

Langue Traduction
Anglais autonomism
Espagnol autonomismo
Italien autonomismo
Allemand autonomie
Chinois 自治主义
Arabe الحكم الذاتي
Portugais autonomismo
Russe автономизация
Japonais 自律主義
Basque autonomismoa
Corse autonomisimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « autonomisme »

Source : synonymes de autonomisme sur lebonsynonyme.fr

Autonomisme

Retour au sommaire ➦

Partager