La langue française

Anthropologie

Sommaire

  • Définitions du mot anthropologie
  • Étymologie de « anthropologie »
  • Phonétique de « anthropologie »
  • Évolution historique de l’usage du mot « anthropologie »
  • Citations contenant le mot « anthropologie »
  • Images d'illustration du mot « anthropologie »
  • Traductions du mot « anthropologie »
  • Synonymes de « anthropologie »

Définitions du mot « anthropologie »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANTHROPOLOGIE, subst. fém.

SC. HUM.
I.− Étude de l'homme dans son ensemble.
A.− Étude des traits physiques de l'homme en tant qu'il appartient au règne animal et à la nature physique.
En partic. :
1. Étude des types humains :
1. Quant aux ouvriers, qui travaillaient dans les usines, aux environs de la ville, leur déchéance physique et morale était profonde; ils réalisaient le type du pauvre établi par l'anthropologie. Bien que chez eux le développement de certains muscles, dû à la nature particulière de leur activité, pût tromper sur leurs forces, ils présentaient les signes certains d'une débilité morbide. A. France, L'Île des pingouins,1908, p. 403.
2. Plus récemment. Étude de l'évolution physique des races :
2. Une chaire qui, actuellement, aurait le titre de chaire d'anthropologie, un musée qui s'intitulerait Musée d'anthropologie, serait, pour l'immense majorité des Français, une chaire où l'on étudierait les caractères anatomiques ou biologiques, l'histoire naturelle de l'homme, un établissement où le visiteur s'attendrait à trouver uniquement des crânes ou des squelettes. P. Rivet, Diogène,13, 1916, 1, p. 141 (Foulq.-St-Jean 1962).
SYNT. 1. Suiv. les domaines d'investigation de l'anthropologie : anthropologie anatomique, appliquée (médico-légale), biochimique, biologique, chimique, criminelle, culturelle, hématologique, morphologique, pathologique, physiologique, physique, psychologique, raciale, zoologique, etc. 2. Suiv. la méthode ou les techn. empl. par l'anthropologie : anthropologie compréhensive, différentielle, individuelle, philosophique, synthétique, théorique, comparée, descriptive, prospective, etc. 3. Cf. L'Anthropologie structurale ds Lévi-Strauss, Paris, Plon, 1963 [1958].
B.− P. ext. Étude générale de l'homme sous le rapport de sa nature individuelle ou de son existence collective, sa relation physique ou spirituelle au monde, ses variations dans l'espace et dans le temps, etc. :
3. Une science dite cosmologique ne l'est jamais qu'à un certain point de vue, elle est toujours en même temps science théorique. Elle ne mériterait même pas le nom de science si elle se bornait à enregistrer la simple présence brutale des réalités, ce qui constitue pourtant l'essence même d'un cosmos. En fait, on peut prendre n'importe laquelle des sciences qui peuvent le plus facilement passer pour cosmologiques, que ce soit l'astronomie, la géologie, la géographie physique, l'anthropologie, l'histoire, on trouvera qu'elle est toujours, par certains côtés, théorique. La réalité qu'elle étudie a des caractères, des lois propres. Elle est toujours autre chose qu'une utilisation de lois empruntées à d'autres sciences considérées, elles, comme théoriques. Ruyer, Esquisse d'une philos. de la struct.,1930, p. 76.
4. Connaître le petit monde qu'est l'homme ne va pas sans connaissance du grand. De là les essais réitérés auxquels se sont livrés les hommes du Moyen Âge, et même de la Renaissance, pour construire des anthropologies complètes, où la description détaillée du corps conduisait à celle de l'âme, celle de l'âme à la connaissance de Dieu. Gilson, L'Esprit de la philos. médiév.,t. 2, 1932, p. 12.
Rem. 1. Dans l'emploi illustré par l'ex. 4, qui suppose un type universel d'homme, anthropologie est souvent concurrencé par humanisme. 2. De plus en plus, le terme désigne aussi une idée de l'homme en tant que cette idée engage une éthique.
II.− Vieilli, THÉOL. et lang. abstr. Système de représentations qui attribue à Dieu (ou à des entités, à des abstractions) des manières de penser, de sentir ou de parler humaines. Synon. plus usuel anthropomorphisme.
PRONONC. : [ɑ ̃tʀ ɔpɔlɔ ʒi].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1516 entropologie « étude de l'homme » (J. Bouchet ds A. Hamon, thèse sur Bouchet, 215 d'apr. Quem. : la naturelle et aussi la moralle Philosophie, et l'Entropologie, Géographie et la Philologie); 1534 anthropologie (Gracian Du Pont, Controverses ds R. Et. Rabelaisiennes, 4, p. 138), ext. de ce sens aux sc. hum. dep. la fin du xviiies.; 2. 1680 théol. « langage humain prêté à Dieu » (Malebranche ds Littré : Comme l'Écriture est faite pour les simples comme pour les savants elle est pleine d'anthropologies). Composé de l'élément préf. anthropo-* et du suff. -logie*; noter aussi le gr. α ̓ ν θ ρ ω π ο λ ο ́ γ ο ς (anthropologue*).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 60.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Barb. Misc. 8 1928-38, pp. 414-422. − Birou 1966. − Bouillet 1859. − Foi t. 1 1968. − Foulq.-St-Jean 1962. − Franck 1875. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − George 1970. − Goblot 1920. − Gramm. t. 1 1789. − Hetman 1969. − Husson 1970. − Julia 1964. − Lafon 1969. − Lal. 1968. − Lar. méd. 1970. − Littré-Robin 1865. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Mucch. Sc. soc. 1969. − Pag. 1969. − Perraud 1963. − Piéron 1963. − Piguet 1960. − Prév. 1755. − Psychol. 1969. − Sexol. 1970. − Sill. 1965. − Sociol. 1970. − Spr. 1967. − Yam.-Kell. 1970.

Wiktionnaire

Nom commun

anthropologie \ɑ̃.tʁɔ.pɔ.lɔ.ʒi\ féminin

  1. Branche des sciences qui étudie l'être humain sous tous ses aspects à la fois :
    1. Science qui étudie la structure et l’histoire physique (anatomiques, morphologiques, physiologiques, évolutifs, etc.) de l’espèce humaine.
      • J’ai moi-même été militant marxiste-léniniste et j’ai pourtant produit une thèse en anthropologie biologique en recourant au paradigme de la sociobiologie et de la psychologie évolutionniste. — (La démagogie est-elle génétique ?, dans Le Québec sceptique, n°58, p. 17, automne 2005)
      • (Figuré) Cette anthropologie approximative du peuple satyresque laisse de côté l'embarrassante question des satyreaux, dont on se demande comment ils ont bien pu être engendrés dans cet univers sans femmes. — (Françoise Lavocat, La syrinx au bûcher: Pan et les satyres à la Renaissance et à l'âge baroque, Librairie Droz, 2005, p. 357)
    2. Science qui étudie l’être humain sur les plans culturels, socio-religieux, psychologiques, géographiques, etc.
      • Ce que l’anthropologie traite de stupidité chez les vieilles races incomplètes n’est souvent qu’une force extraordinaire d’enthousiasme et d’intuition. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 59.)
      • L’évolution est particulièrement nécessaire sur les questions morales, parce qu’elles sont toujours en lien avec une culture, une anthropologie. — (Anne-Bénédicte Hoeffner, Père Jean-François Chiron, L’élaboration de la doctrine de l’Église, Journal La Croix, page 14, 19 octobre 2014)
      • L’archéologie et l’anthropologie locales sont coutumières, on le sait, d’une grande sérénité dans l’affirmation. Ledit Poignant ne s’en est pas tenu là : à une portée de fusil du tombeau de Merlin, l’« archidruide », il a retrouvé le tombeau de « son épouse » Viviane ! — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, p.95)
  2. (Religion) (Vieilli) Anthropomorphisme par lequel l’Écriture sainte attribue à Dieu des qualités humaines.
    • L’anthropologie du Nouveau Testament se base sur celle de l’Ancien Testament. Elle témoigne de la grandeur de la personne humaine, créée à l’image de Dieu (Gn 1,26-27), et de sa misère, provoquée par l’indéniable réalité du péché, qui fait de l’homme une caricature de lui-même. — (Commission pontificale biblique ; Le peuple juif et ses Saintes Écritures dans la Bible chrétienne)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ANTHROPOLOGIE. n. f.
Science qui étudie la structure de l'être humain et l'histoire physique de l'espèce humaine. L'anthropologie s'applique à déterminer et à classer les diverses races humaines. L'anthropologie préhistorique.

Littré (1872-1877)

ANTHROPOLOGIE (an-tro-po-lo-jie) s. f.
  • 1Histoire naturelle de l'homme.
  • 2Figure de style, par laquelle on attribue à Dieu des affections, des actions humaines. Comme l'Écriture est faite pour les simples comme pour les savants, elle est pleine d'anthropologies, Malebranche.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ANTHROPOLOGIE.
1Ajoutez :

D'après Kant et les philosophes allemands, nom donné à toutes les sciences qui se rapportent à un point de vue quelconque de la nature humaine, à l'âme comme au corps, à l'individu comme à l'espèce, aux faits historiques et aux phénomènes de conscience, aux règles absolues de la morale comme aux intérêts les plus matériels et les plus variables. L'anthropologie médicale et philosophique de Platner. L'anthropologie pragmatique de Kant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ANTHROPOLOGIE, s. f. (Théol.) maniere de s’exprimer, par laquelle les Ecrivains sacrés attribuent à Dieu des parties, des actions ou des affections qui ne conviennent qu’aux hommes, & cela pour s’accommoder & se proportionner à la foiblesse de notre intelligence : ainsi il est dit dans la Genese, que Dieu appella Adam, qu’il se repentit d’avoir créé l’homme ; dans les Pseaumes l’univers est appellé l’ouvrage des mains de Dieu : il y est encore dit que ses yeux sont ouverts & veillent sur l’indigent.

Par toutes ces expressions & d’autres semblables qui se rencontrent fréquemment dans l’Ecriture, l’Esprit saint a seulement voulu nous faire entendre les choses ou les effets que Dieu opere comme s’il avoit de, mains, des yeux, &c. sans que cela préjudicie à la simplicité de son être. Voyez Simplicité. (G)

Anthropologie, dans l’œconomie animale ; c’est un traité de l’homme. Ce mot vient du Grec ἄνθρωπος, homme, & de λόγος, traité.

Teichmeyer nous a donné un traité de l’œconomie animale, qu’il a intitulé Anthropologia, in-4°. imprimé à Genes en 1739.

Drake nous a aussi laissé une Anthropologie en Anglois, in-8°. 3 vol. imprimée à Londres en 1707 & 1727. Voyez Antropographie. (L)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « anthropologie »

(1534)[1] Du grec ancien ἄνθρωπος, ánthrôpos (« homme, humain ») et λόγος, lógos ; le grec avait aussi ἀνθρωπολόγος, anthrôpológos (« parlant des hommes »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἄνθρωπος, homme, et λόγος, discours (voy. LOGIQUE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « anthropologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anthropologie ɑ̃trɔpɔlɔʒi

Évolution historique de l’usage du mot « anthropologie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anthropologie »

  • L'anthropologie est une discipline dont le but premier, sinon le seul, est d'analyser et d'interpréter les différences. De Claude Lévi-Strauss / Anthropologie structurale
  • L'anthropologie sociale est la discipline qui par la comparaison, la réflexion et la généralisation permet de mettre en évidence, à l'échelle universelle, des lois et des invariants. De Françoise Héritier / Julie Chupin - Le Monde de l'éducation - Mai 2001
  • L'objet premier de l'anthropologie est la relation entre l'un et l'autre, les uns et les autres. Elle se situe au confluent des histoires, au lieu des crises, au carrefour des doutes : la matière concrète du social et de l'individuel. De Antoine Spire / Le Monde de l'éducation - Juillet - Août 2001
  • Je ne pense pas. Tout d’abord, c’est une situa­tion très fran­çaise. Pour des rai­sons his­to­riques, l’anthropologie n’a qu’une place dis­crète à l’université et nom­breux sont ceux qui, comme moi, ont com­men­cé à l’étudier tar­di­ve­ment. Et par­mi eux il y a en effet bon nombre de phi­lo­sophes défro­qués. De ce fait, les anthro­po­logues fran­çais se sont inté­res­sés, peut-être plus encore que d’autres, à des objets intel­lec­tuels : des tra­di­tions rituelles, des mythes, des cos­mo­lo­gies, etc. Ce n’est donc pas une mau­vaise chose qu’ils dis­posent, pour les étu­dier, d’une for­ma­tion de phi­lo­sophe. Le pro­blème est plu­tôt affaire de modes­tie et d’ethnographie. Les Français sont pas­sés à côté du grand moment eth­no­gra­phique amé­ri­cain du début du XXe siècle. Les membres de la pre­mière école de Franz Boas, des gens comme Truman Michelson, Edward Sapir ou Gladys Reichard étaient eux aus­si fas­ci­nés par les modes de pen­sée des Amérindiens. Paul Radin, par exemple, a écrit un livre inti­tu­lé Primitive Man as Philosopher. Mais avant d’avancer des géné­ra­li­sa­tions, ils se sont don­nés comme tâche de trans­crire des dis­cours, d’éditer des textes, de res­ter le plus fidèle pos­sible à la parole des Amérindiens, dans leur langue et en la contex­tua­li­sant. Ces anthro­po­logues se sont effor­cés d’éditer des œuvres qui ne soient pas les leurs, mais bien celles des Amérindiens — des mythes, des des­crip­tions de céré­mo­nies, des auto­bio­gra­phies, etc. C’est un cou­rant qui existe tou­jours, bien qu’il soit désor­mais mino­ri­taire, dont Keith Basso était encore il y a peu l’un des repré­sen­tants les plus inté­res­sants — il n’a d’ailleurs été tra­duit que très récem­ment en fran­çais. C’est quelque chose qui a man­qué et qui conti­nue à man­quer en France. Plutôt que de lec­teurs de phi­lo­sophes à la mode, nous avons besoin d’anthropologues qui connaissent la lin­guis­tique, éla­borent des textes, assument le tra­vail com­pli­qué de trans­po­si­tion d’un dis­cours oral en un texte tra­duit et écrit. Si ensuite on sou­haite être créa­tif, on le fait un peu avant, un peu après, sur les côtés : on peut faire tout ce qu’on veut, mais on ne mélange pas. C’est pré­ci­sé­ment ce que je reproche aux anthro­po­logues de la généa­lo­gie de L’Autre-mental. Certes ils ont été créa­tifs, mais il aurait fal­lu pla­cer cette créa­ti­vi­té ailleurs : pas dans la bouche des Amérindiens. Je suis très atta­ché à cette approche cri­tique et j’essaie d’y conver­tir les étu­diants ; pour le moment, de toute évi­dence, c’est un échec, mais je ne déses­père pas ! BALLAST, BALLAST | Pierre Déléage : « Si l’anthropologie a une vertu, c’est sa méfiance vis-à-vis de l’universalité des lois »
  • L’anthropologie du don de Marcel Hénaff, ainsi que son éthique de l’altérité et sa politique de la reconnaissance, permettent de penser les limites de la marchandisation, le lien entre les générations et les transformations urbaines. À lire aussi dans ce numéro : l’image selon Georges Didi-Huberman, l’enseignement de la littérature, la neuropédagogie, l’invention de l’hindouisme, l’urgence écologique et la forme poétique de Christian Prigent. , Esprit, n° 465, juin 2020 : "Marcel Hénaff, une anthropologie de la reconnaissance"
  • "Le 26 mai, j'ai été contacté par un producteur de @anthropologie pour participer à une campagne de fierté. J'ai répondu avec mes tarifs pour les exigences de la campagne. La réponse a été qu'il n'y avait pas de budget, mais que le producteur serait heureux d'envoyer un e-mail à discuter des tarifs ", a écrit Okello dans un autre article Instagram. "L'e-mail était plus long, y compris une demande de publicité sur ma page Instagram et 3 à 5 images à utiliser où ils le souhaitaient. Sans budget." News 24, Anthropologie réagit après avoir été accusé de profilage racial - News 24
  • Vous êtes connu pour votre approche nouvelle des relations entre l’homme et la nature. Comment comprendre la crise présente à la lumière de vos travaux ? Philippe Descola1 : Mes observations sur le terrain auprès des sociétés amérindiennes d’Amazonie m’ont amené à constater que ces populations ne faisaient pas de distinction entre la nature et la société, les non-humains y sont vus comme des personnes. J’ai consacré ensuite une partie de mes travaux d’anthropologie comparée à explorer les formes de relation que les collectifs humains entretiennent avec les non-humains, ce qui m’a conduit à m’interroger sur l’universalité présumée de nos propres conceptions de la nature. Or, le domaine non-humain vu comme extérieur aux humains, ce que nous, Occidentaux, appelons la Nature, est en réalité une conception récente, née en Europe il y a quatre siècles tout au plus. L’idée que les humains sont en retrait du monde – ce que j’appelle le naturalisme, c'est-à-dire la distinction entre la société et la nature – a conduit à faire de la nature un champ d’investigation, que nous cherchons à contrôler et que nous concevons comme une ressource extérieure à nous-mêmes. CNRS Le journal, Philippe Descola : « Il faut repenser les rapports entre humains et non-humains » | CNRS Le journal
  • Défenseur du système de quotas en faveur des Noirs dans les universités brésiliennes, Le Pr Kabengele Munanga est régulièrement invité à débattre sur le sujet. Spécialiste en anthropologie de la population afro-brésilienne, il  s'intéresse particulièrement à la question du racisme dans la société brésilienne. Il est considéré comme l'anthropologue qui a démystifié la démocratie raciale au Brésil, mythe fondateur de l'identité brésilienne, élaboré par des intellectuels et qui affirme l’égalité entre les citoyens indépendamment de leur appartenance ethnique. , Portrait : Pr Kabengele Munanga, anthropologue et figure majeure de la lutte contre le racisme au Brésil | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo
  • Une équipe internationale a, sous l'impulsion de Michael Krützen, directeur du département d'anthropologie de l'Université de Zurich (Suisse), observée durant plus de 10 ans (de 2007 à 2018) des grands dauphins de l'océan Indien (Tursiops aduncus) au large de l'Australie occidentale, dans la baie de Shark. Cette population est adepte d'un comportement particulier pour obtenir de la nourriture : le "shelling". Sciences et Avenir, Les dauphins peuvent apprendre à la manière des primates - Sciences et Avenir

Images d'illustration du mot « anthropologie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « anthropologie »

Langue Traduction
Anglais anthropology
Espagnol antropología
Italien antropologia
Allemand anthropologie
Portugais antropologia
Source : Google Translate API

Synonymes de « anthropologie »

Source : synonymes de anthropologie sur lebonsynonyme.fr
Partager