La langue française

Allitération

Sommaire

  • Définitions du mot allitération
  • Étymologie de « allitération »
  • Phonétique de « allitération »
  • Évolution historique de l’usage du mot « allitération »
  • Citations contenant le mot « allitération »
  • Traductions du mot « allitération »
  • Synonymes de « allitération »

Définitions du mot allitération

Trésor de la Langue Française informatisé

ALLITÉRATION, subst. fém.

CRIT., VERSIF. Répétition exacte ou approximative d'un ou de plusieurs phonèmes (surtout consonantiques) à l'initiale des syllabes d'un même mot, au commencement ou à l'intérieur de mots voisins dans une même phrase :
1. Chez les peuples scandinaves, l'allitération ou l'emploi des mêmes consonnes était le principe dominant de la versification, comme la mesure chez les anciens et la rime chez nous. Bouillet1859.
2. Te souviens-tu de ce sonnet : Le Vœu, où il y a une perpétuelle allitération en v? Le nombreux univers en vous fut plus vivant Qu'en ses fleuves, ses flots, ses fleurs et ses fontaines. J. Rivière, Alain-Fournier, Correspondance,lettre de J. R. à A.-F., août 1907, p. 236.
3. Jamais un poète d'Israël n'a résisté au plaisir de l'allitération; c'est pour lui une façon souveraine de traduire la colère, l'indignation, la joie ou la frayeur; d'une certaine manière, on pourrait dire que l'allitération est sa langue. Avec une virtuosité dont les meilleures traductions françaises ne peuvent donner une idée, il multiplie les sifflantes et met en jeu le registre grandiose des gutturales. C'est le souffle vigoureux de l'éternel qui passe dans cette langue... J. Green, Journal,1936, pp. 63-64.
4. Le vers libre n'est vers qu'en tant qu'il épouse, par son accentuation ou ses homophonies, des courants naturels et des habitudes ancestrales du français. Il a pour éléments, aussi bien que le vers régulier (...), des successions de longues et de brèves équilibrées selon le mouvement et l'émotion, des assonances et des allitérations, parmi lesquelles la rime est comprise, et il diffère de la prose dans la mesure où il maintient un emploi continu, avec des retours, de ces éléments. A. Thibaudet, Réflexions sur la littérature,1936, p. 15.
5. L'on a déployé beaucoup d'astuce au sujet de l'e muet et de l'allitération. (...) La position de l'e muet dans le vers est, dites-vous, de primordiale importance; de même vous avez remarqué que souvent la reprise dans le corps d'un vers, comme en écho, d'une même sonorité, peut nous emplir d'aise. Il est vrai; mais le charme est rompu si l'on sent ici l'intention et l'artifice... A. Gide, Journal,4 juill. 1941, p. 83.
Rem. L'allitération se distingue de l'apophonie, qui consiste en un jeu sur les variations du timbre vocalique, et de l'assonance, qui consiste, lorsqu'elle se produit à l'intérieur du vers, dans la répétition d'une même voyelle. L'allitération est fréq. dans les prov. : Qui terre a, guerre a.
P. anal., littér. Distribution plus ou moins régulière d'éléments qui se répondent :
6. Je m'amusais à regarder les carafes que les gamins mettaient dans la Vivonne pour prendre les petits poissons, et qui, remplies par la rivière où elles sont à leur tour encloses, à la fois « contenant » aux flancs transparents comme une eau durcie et « contenu » plongé dans un plus grand contenant de cristal liquide et courant, évoquaient l'image de la fraîcheur d'une façon plus délicieuse et plus irritante qu'elles n'eussent fait sur une table servie, en ne la montrant qu'en fuite dans cette allitération perpétuelle entre l'eau sans consistance où les mains ne pouvaient la capter et le verre sans fluidité où le palais ne pourrait en jouir. M. Proust, À la recherche du temps perdu,Du côté de chez Swann, 1913, p. 168.
7. ... devant les calmes surfaces de Braque, la permanence des motifs, le jeu tout classique des équilibres et des allitérations, le dosage précautionneux des éléments les plus subtils, comment croire à une pure manifestation de l'inconscient? Il faut y croire cependant... A. Lhote, Peinture d'abord,1942, pp. 157-158.
Prononc. − 1. Forme phon. : [al(l)iteʀasjɔ ̃]. Passy 1914, Harrap's 1963 et Warn. 1968 transcrivent [l] double; Pt Lar. 1968 : [l]. Pt Rob. donne les 2 possibilités de prononc. D'apr. Fouché Prononc. 1959, p. 306, le mot se prononce avec [l] double. Harrap's 1963 transcrit la 3esyllabe avec [ε] (-tεrasjɔ ̃). − Rem. Nod. 1844, Littré et DG donnent une prononc. avec l double; Land. 1834, Gattel 1841 transcrivent un seul l. 2. Dér. : allitérant, allitéré, allitérer.
Étymol. ET HIST. − 1751 ling. (Encyclop. t. 1 : Allitération [...] figure de Rhétorique; c'est une répétition et un jeu sur la même lettre). Composé du lat. ad et littera sur le modèle de adlocutio; l'angl. alliteration « id. » étant attesté dep. 1656 (NED) l'hyp. d'un empr. à l'angl. n'est pas à exclure.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 29.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Bouillet 1859. − Dagn. 1965. − Gall. 1955, p. 504. − Mar. Lex. 1961 [1951]. − Morier 1961. − Springh. 1962.

Wiktionnaire

Nom commun

allitération \a.li.te.ʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. Figure de style et jeu de sons, qui consiste dans la répétition, généralement voulue, d’un ou quelques sons initiaux identiques, dans des mots voisins. Exemple :
    Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? — (Jean Racine, Andromaque)
    • L’allitération, qui est originellement un phénomène poétique, se retrouve parfois en prose littéraire. — (Gérard Marie Noumssi, La créativité langagière dans la prose romanesque dʼAhmadou Kourouma, 2009)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALLITÉRATION. (Dans ce mot et dans les quatre suivants, on prononce les deux L.) n. f.
T. de Grammaire. Figure de mots qui consiste dans la répétition recherchée dans la même phrase de mots commençant par la même syllabe ou la même consonne. Repos et repas font gros et gras. Jeter feu et flamme.

Littré (1872-1877)

ALLITÉRATION (al-li-té-ra-sion) s. f.
  • Figure de diction qui consiste à répéter ou opposer plusieurs fois la même ou les mêmes lettres, comme dans cet exemple : le riz tenta le rat ; le rat tenté tâta le riz.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « allitération »

(1751)[1] De l’anglais alliteration, attesté dès 1685 et composé du latin ad (« à ») et littera (« lettre ») sur le modèle de allocutio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ad, à (voy. À), et littera (voy. LETTRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « allitération »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
allitération aliterasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « allitération »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « allitération »

  • Et, pour le plaisir de l’allitération : « Les marins sont bien plus marrants que tous les forains réunis » dans Les Demoiselles de Rochefort. Causeur, Mais qu’allons-nous faire? Retrouver Jacques Demy sur Netflix - Causeur
  • Cela étant, sa qualité propre et son histoire des plus riches ne le rendent pas intouchable pour autant. En 2003 et 2006 se sont achevés sans passer par les Ardennes Belges. La deuxième fois était le résultat de la faillite du promoteur local, empêchant le financement des travaux nécessaires pour moderniser les infrastructures. 2007 marqua leur retour avec un paddock et des stands remis à neuf, une troisième allitération de la chicane (celle encore en vigueur aujourd'hui)... et une entrée des stands bien trop étroite. France Racing, 1999 : quand la pub tabac faillit mettre un terme au Grand Prix de Belgique
  • Et si Octave était Cocteau — comme le suggèrent une note Folio mais aussi l’allitération en OCT ? Avec Proust et la bande, ce jeune auteur forme d’ailleurs un triangle ludique : « l’éternel malentendu d’un « intellectuel » (représenté en l’espèce par moi) et des gens du monde (représentés par la petite bande) au sujet d’une personne mondaine (le jeune joueur de golf). »   DIACRITIK, Billet proustien (40) : Qui est Octave? Qui est Cocteau?
  • Cet alexandrin qui ouvre le poème intitulé Soleils couchants est particulièrement doux : on repère, à 4 reprises, l'emploi de la sifflante "s" : c'est une allitération. La chuintante "ch", utilisée au milieu du vers renforce cette impression. AgoraVox, Pour écouter la musique des mots... - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « allitération »

Langue Traduction
Anglais alliteration
Espagnol aliteración
Italien allitterazione
Allemand alliteration
Portugais aliteração
Source : Google Translate API

Synonymes de « allitération »

Source : synonymes de allitération sur lebonsynonyme.fr
Partager