La langue française

Alkékenge

Sommaire

  • Définitions du mot alkékenge
  • Étymologie de « alkékenge »
  • Phonétique de « alkékenge »
  • Évolution historique de l’usage du mot « alkékenge »
  • Citations contenant le mot « alkékenge »
  • Traductions du mot « alkékenge »
  • Synonymes de « alkékenge »

Définitions du mot alkékenge

Trésor de la Langue Française informatisé

ALKÉKENGE, subst. masc.

BOT. Plante ornementale de la famille des solanées produisant des fleurs dont le calice, d'abord blanc, devient rouge-orangé, se referme au sommet et contient le fruit, une baie d'un rouge vif :
1. ...la pulsatilla vulgaris est la coquelourde, la coquerelle, le coqueret, la coquerette, la clochette, le passe-velours, la fleur du vent. Cette coquerelle, des botanistes ont osé la dénommer alkékange, mot dont j'ignore l'origine, mais dont la laideur est trop évidente. R. de Gourmont, Esthétique de la langue française,1899, p. 44.
2. Car « Sido » aimait au jardin le rouge, le rose, les sanguines filles du rosier, de la croix-de-Malte, des hortensias et des bâtons-de-Saint-Jacques, et même le coqueret-alkékenge, encore qu'elle accusât sa fleur, veinée de rouge sur pulpe rose, de lui rappeler un mou de veau frais... Colette, Sido,1929, pp. 25-26.
Rem. Cette plante, du genre physalis, est appelée aussi coqueret, coquerelle, lanterne (Lar. encyclop.), herbe à cloques (Guérin 1892), etc. (cf. ex. 1).
Prononc. ET ORTH. : [alkekɑ ̃:ʒ]. Var. graph. : alkékange (supra ex. 1); var. morphol. : alkékengère (Littré, Guérin 1892). Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop. et Ac. Gastr. 1962 donnent à ce mot le genre fém.
Étymol. ET HIST. − xves. alkacange « plante vivace dont le fruit possède des propriétés diurétiques » (Grant Herbier, no186 ds Gdf. Compl. : Faba inversa, feve enverse, c'est une herbe qui a les feulles semblables a espece de morelle que l'on appelle solatrum rusticum, alkacange); 1555 alquequange p. ext. « fruit de cette plante, appelé aussi cerise d'hiver » (Junius, Nomenclature, p. 97 ds Gdf. : Halicacabus, vesicaria, Plin. Des coquerets, coullebobes, alquequanges baguenaudes. It. : alquaquengi); 1611 alcange, alchechange, alchequange, alkerenge (Cotgr.). Empr. à l'ar. al-kākanğ, de mêmes sens (Lok. 1927, s.v. kākanğ ); attesté en esp. sous la forme alkakengi dep. 1555 (Laguna ds Cor. t. 1 1954, s.v. alquequenje).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 2.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Alex. 1768. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Bouillet 1859. − Comm. t. 1 1837. − Lar. méd. 1970. − Littré-Robin 1865. − Mont. 1967. − Nysten 1814-20.

Wiktionnaire

Nom commun

alkékenge \al.ke.kɑ̃ʒ\ masculin

  1. (Botanique) Plante d’origine européenne, vivace décorative et dont le fruit est une baie de couleur orange, comestible, légèrement aigrelette, renfermée dans une vésicule orange à rouge puis transparente, semblable à une lanterne.
    • Mais les baies de l’alkékenge renferment aussi un potentiel de santé qui, s’il est en cage, n’en est pas moins réel. — (Guy Fuinel, Arbres et plantes médicinales du jardin, 2002)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALKÉKENGE. n. m.
T. de Botanique. Plante de la famille des Solanées qui croît dans les haies et dans les vignes et dont le fruit est une baie légèrement aigrelette, renfermée dans une vésicule rougeâtre.

Littré (1872-1877)

ALKÉKENGE (al-ké-kan-j'), dit aussi ALKÉKENGÈRE, COQUERET ou COQUERELLE s. m.
  • Plante vivace dont les baies, arrondies, d'un rouge orange, renfermées dans un calice vésiculeux très large et rougeâtre, sont acidules, légèrement rafraîchissantes et diurétiques. Ces baies entrent dans le sirop dit de chicorée.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* ALKÉKENGE, s. f. (Bot.) coqueret ou coquerelle. Ses racines sont genouillées & donnent plusieurs fibres grêles. Ses tiges ont une coudée de haut ; elles sont rougeâtres, un peu velues & branchues. Ses feuilles naissent deux à deux de chaque nœud, portées par de longues queues. Elles naissent solitaires de chaque aisselle des feuilles, sur des pédicules longs d’un demi pouce, grêles, velus. Elles sont d’une seule piece, en rosette, en forme de bassin, partagées en cinq quartiers, blanchâtres, garnies de sommets de même couleur. Le calice est en cloche. Il forme une vessie membraneuse, verte dans le commencement, puis écarlate, à cinq quartiers. Son fruit est de la figure, de la grosseur & de la couleur de la cerise, aigrelet & un peu amer. Il contient des semences jaunâtres, applaties & presque rondes. Il donne dans l’analyse beaucoup de phlegme, du sel essentiel & de l’huile.

Les baies d’alkekenge excitent l’urine, font sortir la pierre, la gravelle, guérissent la colique néphrétique, purifient le sang ; on les employe ordinairement en décoction, & quelquefois séchées & pulvérisées : on employe ce fruit dans le sirop de chicorée, & dans le sirop antinéphrétique de la Pharmacopée royale de Londres. On en fait aussi des trochisques selon la Pharmacopée du collége de Londres.

Voici les trochisques d’alkekenge, tels que la préparation en est ordonnée dans la Pharmacopée de la Faculté de Médecine de Paris.

Prenez de pulpe épaissie de baies d’alkekenge avec leurs semences, deux onces ; de gomme arabique, adragant, de suc de réglisse, d’amandes ameres, de semence de pavot blanc, de chacune une demi-once ; des quatre grandes semences froides, des semences d’ache, de suc de citron préparé, de chacun deux gros ; d’opium thébaïque un gros ; de suc récent d’alkekenge, une quantité suffisante : faites-en selon l’art des trochisques.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « alkékenge »

(XVIe siècle) De l’arabe كاكنج, kāknǧ, attesté au quinzième siècle sous la forme alkacange et le sens de « plante vivace dont le fruit possède des propriétés diurétiques » dans le Grant Herbier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Arabe, al, le, et kakendj, mot d'origine incertaine, qui est expliqué dans le dictionnaire de FREYTAG, par resina arboris in montibus Herati crescentis, cui usus in medicina est.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « alkékenge »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alkékenge alkekɑ̃ʒ

Évolution historique de l’usage du mot « alkékenge »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « alkékenge »

  • L’alkékenge est excellente contre la goutte et les rhumatismes  ! ConsoGlobe, Vins d'alkékenge et d'artichaut : diurétiques, anti-fièvre, anti-cholestérol
  • Difficile de faire le lien entre les petites lanternes rouges orangées que l’on découvre à l’automne, les délicates cages beiges ajourées qui pullulent tout au long de l’année, les fleurs blanches qui s’étirent en grappes comme de minuscules champignons de Paris et la baie orange et sucrée ou acidulée qui apparaît dans le calice séché et épanoui à la fin du printemps. Il s’agit pourtant de la même plante : le physalis, aussi appelé amours-encage, lanterne japonaise ou alkékenge, mais aussi cerise d’hiver ou mirabelle de Corse. Si on l’apparente parfois, par son goût, à la groseille, il est cependant beaucoup plus proche de la tomate, sa cousine. The Good Life, Physalis, antibactérien, anti-inflammatoire... antitout !
  • Nommé physalis, groseille du Cap, cerise d’hiver, pok-pok, alkékenge ou amour en cage, ce petit fruit exotique,  produit par Physalis pruinosa, pèse entre 5 et 7 g. Appartenant à la famille des solanacées, comme l’aubergine et la  tomate, c’est une baie juteuse, acidulée, rafraîchissante et sucrée, cachée sous un calice beige. Originaire des  Andes, le physalis est cultivé en Inde, dans les Antilles, en Afrique... Naturopathe, Marc Le Quenven a découvert ce  fruit au Brésil. « Récemment, j’en ai beaucoup vu dans les assiettes en Californie et, aujourd’hui, il revient à la  mode en Europe », explique-t-il. En France, on signale le coqueret du Pérou, une variété comestible cultivée dans la  région de Nice et en Anjou. Attention, il ne faut pas le confondre avec les « lanternes japonaises », parfois  ajoutées aux bouquets par les fleuristes, qui, elles, peuvent être toxiques. , Tout savoir sur le physalis - Elle à Table
  • • S’agit-il de physalis alkékenge ou de physalis francheti qu’on appelle Alkékenge ou Amour en cage ? , Région | Les fruits du physalis
  • Son cocktail anti-âge maison à base d'extraits de calice d'alkékenge, de Padina pavonica et d'acétate de vitamine E, stimule la synthèse de collagène et renforce les défenses de la peau. Il est enrichi d'extrait de rose noire, anti-radicalaire et lissante, à l'effet tenseur. Boosté en oligoéléments, vitamines et acides aminés revitalisants, il renferme aussi des ingrédients apaisants hydratants et réparateurs (extrait de bouillon blanc, beurre de karité, glycérine végétale...). Le tout dans une texture sensorielle et réconfortante, au parfum divin. Marie Claire, Le produit culte : Le Masque Crème à la Rose Noire de Sisley - Marie Claire

Traductions du mot « alkékenge »

Langue Traduction
Anglais alkekengi
Espagnol alquequenje
Italien alkekenge
Source : Google Translate API

Synonymes de « alkékenge »

Source : synonymes de alkékenge sur lebonsynonyme.fr
Partager