La langue française

Affermer

Définitions du mot « affermer »

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFERMER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− Donner à ferme.
1. DR. PRIVÉ, PUBL. [L'agent désigne un ou plusieurs particuliers]
a) Fréq. [Le compl. désigne un bien rural] :
1. 1774. Le bail, sans écrit, d'un fonds rural, est censé fait pour le temps qui est nécessaire afin que le preneur recueille tous les fruits de l'héritage affermé. Ainsi le bail à ferme d'un pré, d'une vigne, et de tout autre fonds dont les fruits se recueillent en entier dans le cours de l'année, est censé fait pour un an. Code civil,1804, p. 322.
2. Dans l'état actuel des propriétés en France, le fermier qui ne peut être expulsé, est plus réellement propriétaire que le citadin qui ne l'est qu'en apparence d'un bien qu'il afferme. Il est donc juste d'accorder à l'un les mêmes droits qu'à l'autre. Si l'on objecte qu'à la fin du bail le fermier perd sa qualité de propriétaire, je répondrai que par mille accidents, chaque propriétaire peut, d'un jour à l'autre, perdre sa propriété. B. Constant, Principes de politique,1815, p. 57.
3. Je vais affermer ce que ma femme faisait valoir, car elle s'est dégoûtée de son métier de fermière. P.-L. Courier, Lettres de France et d'Italie,1824, pp. 926-927.
4. ... celui des deux, du propriétaire ou du fermier, qui fait l'amélioration à ses frais, ne retire que la moitié du fruit de sa dépense, puisqu'il est obligé d'en partager le produit. Cette manière d'affermer était plus usitée dans les temps féodaux que de nos jours. J.-B. Say, Traité d'économie politique,1832, p. 416.
5. Le domaine devrait fournir des recettes considérables : il se compose des mines et des carrières, des eaux thermales, des salines, des pêcheries, des forêts, des plantations d'oliviers, des vignes à raisins de Corinthe, des jardins, des bâtiments et des mines appartenant à l'État et affermés aux particuliers. E. About, La Grèce contemporaine,1854, p. 309.
6. Je sais bien que la plupart louent leurs bras aux compagnies, et il le faut, puisque les terrains aurifères sont tous vendus ou affermés par le gouvernement. Mais à celui qui n'a rien, qui ne peut ni louer ni acheter, il reste encore une chance de s'enrichir. J. Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 2, 1868, p. 149.
7. ... il [Séguin] continuait à se plaindre des rentes dérisoires que lui rapportaient les immenses terrains incultes de Chantebled, simplement affermés à des sociétés de chasse. É. Zola, Fécondité,1899, p. 294.
b) [Le compl. désigne une partie de journal, un emplacement, etc., en vue d'une opération de publicité (Lar. comm. 1930, Lar. encyclop., Lar. 3)] :
8. (...) de nombreux périodiques afferment leur publicité à des agences spécialisées qui, contre redevance déterminée en valeur absolue ou en pourcentage, ont la libre disposition des emplacements réservés aux annonces payantes. Les sociétés de transport font généralement de même. Romeuft. 11956.
Péj., iron. :
9. ... le Petit Parisien, qui était l'un des journaux français qui avaient affermé l'entretien de la gloire de Witte, disait que la grande grève d'octobre 1905 se termina par suite de la misère des ouvriers; ... G. Sorel, Réflexions sur la violence,1908, p. 231.
2. DR. FISCAL. [L'agent désigne une autorité publ.]
a) [Le compl. désigne l'obj. sur lequel est concédé le droit de percevoir des impôts ou des taxes publ.] :
10. Je ne voudrais cependant pas répondre que les prises couvrissent les frais d'armement, à moins que cet établissement ne se rançonnât, ou que le gouvernement n'accordât un dédommagement pour la ruine des bâtimens et des usines, qui sont une dépendance du fisc, puisque le gouvernement afferme le privilège exclusif de la pêche de la baleine. Voyage de La Pérouse autour du monde,t. 4, 1797, p. 96.
11. Autre part on joue à des jeux que n'afferme point le gouvernement : au palet, à la boule, aux quilles. P.-L. Courier, Pamphlets politiques,Pétition pour des villageois que l'on empêche de danser, 1822, p. 136.
12. Buonaparte, qui versoit le sang des François pour sa gloire, s'empara de leurs cendres à son profit; il mit les cimetières en régie, et afferma nos funérailles. F.-R. de Chateaubriand, Discours et opinions,1826, p. 89.
13. Le droit de chasse et de pêche a été de tout temps réservé aux seigneurs et aux propriétaires : aujourd'hui, il est affermé par le gouvernement et par les communes à quiconque peut payer le port d'armes et l'amodiation. P.-J. Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?,1840, p. 194.
14. En 1748, l'Opéra avait traité avec Royer à l'effet de lui affermer le concert, (...) pour une durée de quatorze ans. L. de La Laurencie, L'École française de violon,1922, p. 390.
b) [Le compl. désigne l'impôt lui-même] :
15. Si l'impôt est affermé, que de fermiers, que de traitans dont les profits sont faits sur le public! les poursuites seules qu'il faudrait diriger contre les fermiers de l'impôt, exigeraient une administration étendue. J.-B. Say, Traité d'économie politique,1832, p. 534.
16. Le gouvernement a essayé d'abord d'affermer l'impôt, mais les fermiers, après s'être témérairement engagés, manquaient à leurs engagements, et l'État, qui est sans force, n'avait aucun moyen de les contraindre. Depuis que l'État s'est chargé lui-même de percevoir l'impôt, les frais de perception sont plus considérables, et les revenus sont à peine augmentés. E. About, La Grèce contemporaine,1854, pp. 298-299.
B.− Prendre à ferme
1. [Le compl. désigne un bien rural] :
17. Rome avait ruiné l'Italie indépendante par ses colonies, où elle rejetait ses pauvres; désormais elle ruinait l'Italie colonisée, par l'envahissement des riches qui partout achetaient, affermaient, usurpaient les terres et les faisaient cultiver par des esclaves. J. Michelet, Histoire romaine,t. 2, 1831, pp. 122-123.
18. ... sa surprise [de Luc] était grande de voir dans quel état de souffrance il [Feuillat] laissait les terres qu'il avait affermées... É. Zola, Travail,t. 2, 1901, p. 58.
19. On le rencontrait souvent dans cette partie de la rivière. Ayant affermé le lot, il y tendait des nasses et des verveux pour prendre le poisson que sa femme allait porter, tous les vendredis, au marché de la ville. E. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 179.
20. Il loua une métairie attenante, et il cherchait partout autour de lui d'autres biens à affermer ou à acquérir, où rayonner et enfoncer ses pas. J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 2, 1928, p. 206.
2. Au fig. :
21. La pauvre, ayant rempli jusques au bout son rôle, S'en allait au début de l'année agricole. Elle se séparait de la terre au printemps, Pour affermer le ciel, sans nuire à ses enfants. Son bail se terminait ici-bas sans reproche, ... F. Jammes, Les Géorgiques chrétiennes,1911, p. 34.
P. ext., arch., dial. [L'obj. désigne une pers.] :
22. Non, il faudrait pour cela être certain d'être affermé par Dieu, d'être habité tout entier par lui. J.-K. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 233.
Rem. Cette constr. s'employait et s'emploie encore en parlant de domestiques.
II.− Emploi pronom. passif. S'affermer.Être donné ou pris à ferme (Land. 1834, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., Lar. 20e, Quillet 1934) :
23. Le tabac et la poudre s'affermaient en régie, sous une surveillance. Le système sur ces deux régies (...) fut si convaincant que cette loi n'eût point passé dans une Chambre à qui l'on n'aurait pas mis le marché à la main... H. de Balzac, Les Employés,1837, p. 26.
Rem. 1. a) Affermer s'emploie aussi bien au sens A qu'au sens B; à chaque sens correspond un subst. partic. : « donner à ferme » renvoie à affermeur, « prendre à ferme » à fermier. b) Dans le cas d'un bien rural, affermer est usité tant dans le domaine privé (ex. 1 à 3) que dans le domaine publ. (ex. 4, 5, 6). Il s'oppose à vendre ou à acquérir (ex. 6, 17, 20), à « exploiter en faire valoir direct » (ex. 3) ou « selon un bail à métayage ». Dans ce dernier cas, l'oppos. n'est pas toujours bien nette : aucun verbe partic. ne correspondant au subst. métayage, certains auteurs emploient abusivement affermer dans ce dernier cas, à la place d'un verbe plus gén. (ex. 4). c) Complétant les indications données par les dict., les ex. montrent que le gouvernement peut affermer à des partic. ou à des sociétés le droit de chasse ou de pêche (ex. 10, 12), certains jeux (ex. 11, allusion à la « ferme des jeux », faculté accordée par un État de tenir des maisons de jeux). d) Certains dict. signalent une signif. vieillie de affermer : « affirmer » (cf. Dupin-Lab. 1846, DG : ,,vieilli``, Quillet 1934 : ,,vx``). 2. Affermer se trouve en relation synon. avec amodier et louer; il se distingue de ce dernier par ses conditions d'emploi : affermer concerne essentiellement des biens ruraux, cédés en vue d'exploitation, pour un temps relativement court; louer, de valeur plus gén., concerne une variété plus étendue de choses cédées en vue d'une utilisation pure et simple, pour un temps plus ou moins long. 3. Syntagmes fréq. : affermer un bien, - une terre, - un privilège, - l'impôt; - à des particuliers, - à des sociétés; être affermé par le gouvernement.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [afε ʀme], j'afferme [ʒafε ʀme]. − Rem. Fér. Crit. t. 1 1787 écrit affermer ou afermer avec un seul f. 2. Dér. et composés : affermable, affermage, afferme arch. (cf. Lar. 19e), affermeur.
Étymol. ET HIST. − 1260, dr. « donner à ferme » (Morice, Pr. de l'H. de Bret., t. 1, col. 994 ds Gdf. Compl. : Nous affermons... a Jahan duc de Bretanne, nostre costume de nostre port de Saint Mahé... duc a set anz de la date de cestes presentes lettres, por tres mil livres de monae corante de Bretanne). Dér. de fermer* terme jur.; préf. a-1*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 49.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bonnaire 1835. − Dup. 1961. − Dupin-Lab. 1846. − Fér. 1768. − Gougenheim (G.). La Relatinisation du vocabulaire français. Annales de l'Univ. de Paris. 1959, t. 29, no1, p. 15. − Guizot 1864. − Kold. 1902. − Laf. 1878. − Lar. comm. 1930. − Romeuf t. 1 1956. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − Synon. 1818.

Wiktionnaire

Verbe

affermer \a.fɛʁ.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Donner à ferme ou prendre à ferme.
    • Mais, à côté de ces favorisés, il y a la masse des autres paysans qui n’ont pas de bonne terre à faire valoir ; ceux-là, devant l’extension du machinisme, trouveront de plus en plus difficilement à affermer des champs où leur force de travail puisse s’employer. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • (Figuré)[…] ; le Petit Parisien, qui était l’un des journaux français qui avaient affermé l’entretien de la gloire de Witte, disait que la grande grève d’octobre 1905 se termina par suite de la misère des ouvriers ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. V, La grève générale politique, 1908, p. 216)
  2. (En particulier) Prendre ou donner en location, en vue de les sous-louer, des emplacements publicitaires, moyennant une redevance fixe.
    • Or il est à la veille, grâce à de puissantes interventions, d’affermer complétement la publicité de Lutèce-Journal. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 217-218)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFERMER. v. tr.
Donner à ferme. Ce propriétaire vient d'affermer sa terre. Autrefois, le gouvernement affermait la perception des impôts. Il signifie aussi prendre à ferme. Tous ceux qui ont affermé cette terre y ont bien fait leurs affaires.

Littré (1872-1877)

AFFERMER (a-fèr-mé) v. a.
  • Donner à ferme ou à bail ; prendre à ferme ou à bail. J'ai affermé mes terres à un excellent fermier. Mon fermier a affermé une terre qui me restait. Affermer la perception des impôts. Cet entrepreneur afferma la fourniture des chevaux. Les financiers, sous l'ancienne monarchie, affermaient, pour un prix qu'ils payaient à l'État, les impôts.

SYNONYME

AFFERMER, LOUER. Ces deux mots signifient l'action par laquelle le propriétaire d'une chose en cède à un autre la jouissance et l'usufruit, au moyen d'une somme annuelle. Mais affermer ne se dit que des biens ruraux, des impôts ou des fournitures, et louer est un terme plus général qui s'applique à tout, aux terres, comme aux logements, ustensiles, animaux.

HISTORIQUE

XVIe s. Nous voions quel bien nous pouvons affermer ou arrenter et quel tenir à nostre main, De Serres, 57.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AFFERMER, v. act. terme de Pratique, qui signifie prendre ou donner, mais plus souvent donner à ferme une terre, métairie, ou autre domaine, moyennant certain prix ou redevance que le preneur ou fermier s’oblige de payer annuellement. Voyez Ferme. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « affermer »

(Date à préciser) → voir ferme
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

À et ferme, s. f.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « affermer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affermer afɛrme

Évolution historique de l’usage du mot « affermer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affermer »

  • Brunel Michel, propriétaire d’une résidence à Laboule 18,  raconte qu’il a dû accepter de diminuer le prix de sa location pour trouver un preneur après plus de 6 mois d’attente. « De 600 dollars comme prix de location habituelle j’ai dû me résigner avec 400 dollars ». Même cas de figure du côté de Jeanine Lhérisson. Son appartement à Delmas 31 ne peut plus s’affermer pour 4 000 dollars. « Je me contente de 3000 dollars », indique-t-elle. Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - La hausse du dollar à l’origine de la chute de prix de certains loyers
  • Chaque intéressé doit se procurer d’une carte d’identité haïtienne, ouvrir un compte bancaire en Haïti de mille (1.000.00) dollars américains minimum seul ou en partenariat, affermer un carreau de terre par unité d’action. Rezo Nòdwès, Appel patriotique aux leaders spirituels et religieux | Rezo Nòdwès
  • On peut espérer qu’Apple ait appris sa leçon. L’écriture est un mode d’interaction trop sensible pour l’affermer à des sources extérieures, et trop centrale à « l’expérience utilisateur » sur laquelle Apple a raison de tant insister. Soit ils la développent eux-mêmes et la maîtrisent à perfection, soit il vaut mieux ne pas s’y risquer. iGeneration, iOS 14 : OCR pour l’Apple Pencil, une nouvelle app Fitness et des voix supplémentaires | iGeneration
  • Le chemin de fer arrive à Albi en 1864. Au tout début du 20e siècle, le Conseil général du Tarn initie un projet de lignes ferroviaires. Le réseau (150 km), comprend deux groupes de lignes : l'un autour d'Albi (Albi-Valence et Albi-Alban), le second autour de Castres (Castres-Vabre, Le Bouïssas-Brassac, Vabre-Viane, Viane-Lacaune puis Lacaune-Murat). Les lignes ouvriront entre 1905 et 1911. En 1929, le département rachètera le réseau pour l'affermer aux « voies ferrées départementales du midi ». Le réseau nord disparaitra en 1939 et le réseau sud en 1962. ladepeche.fr, La place des Manèges est devenue la place Jean-Jaurès - ladepeche.fr
  • CEDRE n’est que l’un des points du plan. Ne pensez-vous pas que 0,63% de déficit et un budget sans taxes ni impôts sont de bonnes mesures? Je peux vous faire un budget dans lequel j’ai du surplus budgétaire alors qu’en réalité je sais très bien que je vais faire du déficit. On peut toujours réduire le déficit artificiellement dans le projet de budget. Nous avons un ministre des Finances très fantaisiste qui est dictateur dans son ministère. C’est un très grave problème d’affermer le ministère des Finances à un des principaux partis connus pour ses gaspillages et sa mauvaise gestion. Magazine Le Mensuel, Georges Corm. La mainmise du FMI et de la Banque mondiale se rapproche - Magazine Le Mensuel
  • Les élites toulousaines sont opposées à l'arrivée du train dans le Midi. Malgré des réticences un projet de voie ferrée entre Bordeaux et Sète est lancé en 1846 et aboutit en 1858. La Compagnie du Canal du Midi cède rapidement, les actionnaires du canal préférant l'affermer à la Compagnie des chemins de fer du Midi. Le ferroviaire voit alors une augmentation de son trafic au détriment du canal, ce que l'opinion publique régionale lui reproche, le soupçonnant de le faire mourir. ladepeche.fr, Albi. Le Canal du Midi : un lien entre les Occitans - ladepeche.fr
  • C'est déjà très déplaisant, pour le dire avec modération, de devoir s'acquitter d'une redevance audiovisuelle en ayant le sentiment (la conviction intime) de ne la verser utilement que pour Radio France et Arte... Alors s'il s'agit demain, avec France Inter, comme dans le cas de France Télévisions, d'en arriver à financer massivement par la redevance un service public radio incapable de s'auto-suffire sans affermer des parcelles entières de son antenne à la grande et petite distribution de voitures, meubles, téléphones, miracles cosmétiques et autres cirques à "Mille étoiles Mercedes" – même et toujours de plus en plus "connectés", même avec caméra de recul, même avec un crédit illimité –, c'est non! Le HuffPost, Où s'arrêtera le saccage publicitaire de France Inter? | Le HuffPost

Traductions du mot « affermer »

Langue Traduction
Anglais lease
Source : Google Translate API

Synonymes de « affermer »

Source : synonymes de affermer sur lebonsynonyme.fr

Affermer

Retour au sommaire ➦

Partager