La langue française

Aconit

Définitions du mot « aconit »

Trésor de la Langue Française informatisé

ACONIT, subst. masc.

BOT. Plante vénéneuse de la famille des Renonculacées. Aconit tue-loup ou aconit-lycoctone (J. Dusaulx, Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées, t. 1, 1796, p. 322); aconit-anthore; aconit-napel; aconitine :
1. L'unique plante remarquable que j'aie ici cueillie, est l'aconitum anthora, troisième espèce d'aconit dont je me suis enrichi dans les Pyrénées. J. Dusaulx, Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées, t. 2, 1796, p. 50.
2. Nous vîmes, avec une sorte d'effroi, son chapeau couronné de plusieurs tiges de l'aconit-napel, le plus actif des poisons. J. Dusaulx, Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées, t. 2, 1796p. 89.
3. ... des buissons magnifiques d'aconits, aux feuilles sombres, aux découpures linéaires aiguës, aux fleurs d'un bleu céleste de turquoises, mais de turquoises dont on aurait, de leur azur trop lourd, décanté le blanc. C'est vrai cela, ruminait Durtal, ces aconits sont des turquoises végétales aux nuances plus légères et plus pures; ... J.-K. Huysmans, L'Oblat,t. 2, 1903, p. 133.
4. ... Dans une demi-heure, le tabac blanc embaume déjà... Veux-tu porter des aconits, des ancolies et des campanules chez Adrienne Saint-Aubin, et lui rendre la Revue des Deux-Mondes? ... Colette, Sido,1929, p. 61.
PHARM. Cette même plante, employée comme plante médicinale :
5. Les médecins allemands ont essayé les solanum, les ciguës, la laitue vireuse : l'aconit même est assez familièrement employé dans le nord : on y a tenté jusqu'à l'arsenic, mitigé par les alkalis fixes, dans le traitement des fièvres intermittentes. P. Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 2, 1808, p. 198.
6. Les feuilles d'aconit sont la base d'un assez grand nombre de préparations pharmaceutiques. Dorvault, Officine, ou Répertoire général de pharmacie pratique,1844, p. 135.
7. ... nous avons cueilli des fleurs de souvenir, des aconits salutaires pour le cœur, dressées de-ci, de-là, sur leur hampe parmi des touffes de bruyères. Ce sont des pétales d'un bleu sombre, légèrement inclinées [sic] sur la tige, qui ont servi de modèle, dit-on, pour le bonnet phrygien. De fait, j'en ai gonflé quelques-uns en soufflant, restés souples entre les feuilles de cuir de mon carnet et ils ont repris tout de suite leur forme antique, prêts à coiffer le profil droit des effigies de nos monnaies. J. De Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 2, 1928, p. 28.
En partic. Préparation obtenue à partir de cette plante :
8. Vous êtes enrhumé du cerveau; donc, vous parlez du nez; donc, vous parlez auvergnat. C'est logique. Rentrez chez vous, aspirez de l'aconit, tenez-vous les pieds chauds et la tête couverte, et prenez vos précautions contre le coryza; car vous savez désormais ce qui vous pend au nez. E. About, Le Nez d'un notaire,1862, p. 197.
9. On prescrit les préparations d'aconit dans les affections rhumatismales... Deschamps d'Avallon, Compendium de pharmacie pratique,1868, p. 855.
10. ... je suis pris de la gorge et je vais reprendre mes pilules d'aconit. P. Mérimée, Lettres à la comtesse de Montijo,t. 1, 1870, p. 33.
Rem. Nombre de syntagmes dus au large emploi de cette plante médicinale sont répertoriés au Compendium de pharmacie (Deschamps d'Avallon, 1868) ou dans les divers Codex Medicamentarius Gallicus (1884, 1908) : extrait (aqueux, alcoolique) d'aconit; alcoolature (de feuille ou de racine) d'- ou potion d'alcoolature d'-; huile d'-; poudre d'-; pilules d'extrait d'- (ex. 10); pommade d'extrait d'-; etc.
Prononc. − 1. Forme phon. : [akɔnit]. − Rem. Mart. Comment prononce 1913, p. 237 : Après i, le t sonne encore presque toujours dans les mots qui viennent des mots latins en -itus et -itum : aconit. 2. Dér. et composés : aconine (cf. Lar. encyclop.), aconitase, aconitate, aconitelle (cf. Besch. 1845), aconitine, aconitique.
Étymol. ET HIST. − 1. Ca 1160 bot. « plante toxique » (Eneas, 2580-6, éd. Salverda de Grave : De sa boche chiet une escume; Une erbe an naist mortel et laie, N'an boit nus hom a mort nel traie, Senz mort n'an puet nus hom goster; Aconita l'oï nomer : Ce est l'erbe que les marastres Donent a boivre a lor fillastres); 2. 1213 « suc de la plante », plante médicinale (Fets des Romains, 500, éd. Flûtre et Vogel : Lors vint Ericto, si lava les plaies que li cors avoit ou piz et aillors dou viez sanc et dou venim, puis prist aconite − c'est uns venims qui chiet de la lune, − et de tot les feons qui nessent contre nature), emploi rarement attesté par la suite, mentionné par Fur. 1690 et Trév. 1704 comme terme de méd. chez les Anciens; à partir du début du xixes., il est couramment signalé comme terme de thérapeutique (Ac. 1835, sém. ex. 10). Empr. au lat. aconitum (transcription du gr. α ̓ κ ο ́ ν ι τ ο ν) dont Pline esquisse de fausses étymol. : Nat. hist., 27, 10 ds TLL s.v., 420, 3 : nascitur in nudis cautibus, quas aconas nominant, et ideo aconitum aliqui dixere [< lat. acone « pierre à aiguiser »]... alii quoniam vis eadem esset in morte, quae cotibus in ferri acie deterenda statimque admota velocitas sentiretur [< gr. α ̓ κ ο ν ι τ ι ́ « sans peine »]; attesté dep. Ovide, fréq. ds Pline, mais selon André 1956 s.v. désigne une plante à racines toxiques d'espèce difficile à préciser, différente du genre aconit, synon. lat. : (ds Pline, ibid., index auct., 27, 2 ds TLL s.v., 420, 15) thelyphonon cammaron, pardalianches. Au sens de « aconit » spéc. aconitum Napellus L. ds Dioscorides latinus, 4, 74, ibid., 419, 72 : de aconitu alteroaconitu altero, quem licocto<n>on dicunt... (cf. André 1956, s.v. lucoctonon); le lat. médiév. ne semble connaître que cette 2eaccept. (Gloss. lat.-theodiscae, 185, 18 ds Mittellat. W. s.v., 120, 48 : acconitum luppewurz; voir André 1956, s.v. lupāria). Au sens « suc vénéneux de l'aconitum » (sans précision de la nature de la plante) dep. Ovide, Mét., 1, 147 ds TLL s.v., 420, 19 : lurida terribiles miscent aconita novercae; cf. 1remoitié du ixes. Walahfrid Strabo, De cultu hortor., 205 ds Mittellat. W. s.v., 120, 50 : dapibusve aconita dolosis tristia confundunt.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 15.
BBG. − Bél. 1957. − Bouillet 1859. − Brard 1838. − Daire 1759. − Littré-Robin 1865. − Nysten 1814-20. − Privat-Foc. 1870. − Skinner (H. A.). The Origin of medical terms. 2nd ed. Baltimore, 1961, p. 6 sqq.

Wiktionnaire

Nom commun

aconit \a.kɔ.nit\ masculin

  1. (Botanique) Plante fort vénéneuse, de la famille des renonculacées ; on l’emploie à petites doses comme remède ; synonyme de aconit napel.
    • En vertu de ce principe des homœopathes : similia similibus curantur, l’aconit, la stramoine, la jusquiame, seraient capables de susciter cette névrose chez l’homme ou l’animal bien portant, puisqu’ils prétendent la guérir par ces médicaments. C’est ce qui, croyons-nous, est à démontrer. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Les Aconits, les Asphodèles, les grandes Gentianes qui sont la parure de nos pâturages subalpins sont des plantes refusées par le bétail. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.29)
    • Bien sûr, il n’attendait pas un miracle de cette longue feuille rugueuse couverte d’un duvet blanchâtre, mais il eut soudain une envie désespérée de chercher, dans cette prairie aux couleurs chatoyantes et aux odeurs capiteuses, les plantes médicinales dont le nom lui revenait à la mémoire : l’aconit, la belladone, l’ergot de seigle, la stramoine, la jusquiame, le colchique, la digitale, l’adonis, le sénevé, le raisin d’ours, la gentiane, le muguet, la saponaire, la prêle, la potentille, la quintefeuille, le tussilage, le millepertuis, le genévrier, la mille-feuille, l’orchidée, l’aunée, le mélilot et la myrtille. — (Branimir Šćepanović‎, La Bouche pleine de terre, 1975. Traduit du serbo-croate par Jean Descat, 1975. Éditions du Rocher, 2008, pp. 77-78.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACONIT. (On prononce le T.) n. m.
T. de Botanique. Plante fort vénéneuse, de la famille des Renonculacées. On l'emploie à petites doses comme remède.

Littré (1872-1877)

ACONIT (a-ko-ni-t') s. m.
  • Terme de botanique. Plante fort vénéneuse, de la famille des renonculacées.

HISTORIQUE

XVIe s. L'aconit est une herbe qu'aucuns appellent luparia, parce qu'elle tue les loups, Paré, XXIII, 44. La terre par le ciel encor n'estoit maudite ; Son sein ne produisoit encores l'aconite, Ronsard, 723.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ACONIT, s. m. (Hist. nat.) en Latin aconitum, herbe à fleur irréguliere, composée de plusieurs feuilles, & dont le pistil devient un fruit à plusieurs loges ou capsules. La fleur de cette plante a cinq feuilles qui sont toutes différentes entr’elles, & qui représentent en quelque façon la tête d’un homme revêtu d’un heaume ou d’un capuchon. La feuille supérieure tient lieu de casque ou de capuchon ; les deux feuilles inférieures sont à la place de la mentonniere, & celles des côtés peuvent être comparées à des oreillettes. Il sort du milieu de la fleur deux crosses qui sont cachées sous la feuille du dessus ; il en sort aussi le pistil, qui devient un fruit composé de gaînes membraneuses, qui sont disposées en maniere de tête, & qui renferment ordinairement des semences anguleuses & ridées. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Aconit, (l’) (Jardinage.) vient de semence sur couche, & aussi de brins sans racine. Il y a un aconit d’été & un autre d’hyver. (K)

Mais de tous les aconits (Mat. med.) il n’y en a qu’un qui puisse servir dans la Medecine ; c’est l’aconitum salutiferum sive anthora. C. B.

Sa racine est un contre-poison pour ceux qui ont mangé la racine des autres aconits. Les paysans des Alpes & des Pyrénées s’en servent contre les morsures des chiens enragés & contre la colique. Elle est donc alexitere, cordiale, stomachale, & bonne pour la colique venteuse. Elle contient beaucoup d’huile & de sel essentiel volatil.

La Nature a semblé faire naître l’aconit salutaire auprès du napel, qui est un vrai poison, pour servir de contre-poison ; aussi comme le napel coagule le sang, l’aconit salutaire agit en divisant les humeurs. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aconit »

Du latin aconitum issu du grec ancien ἀκόνιτον akoniton.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἀϰόνιτον. D'après Théophraste, ce nom vient de Aconis, ville de Bithynie, où l'aconit était très abondant. D'autres le font venir de ἀϰόνη, roche, parce que l'aconit croît dans les lieux rocailleux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « aconit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aconit akɔnit

Évolution historique de l’usage du mot « aconit »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aconit »

  • Principaux types : Outre l’aconit napel, le genre Aconitum comprend une centaine d’autres espèces comme A. anthora (à fleurs jaunes), A. kasumiricus ou encore A. lycotonum. Il existe également de nombreuses obtentions horticoles ou cultivars. Autrement dit des variétés créées par l’homme en procédant à des croisements. A noter qu’il existe en Corse, une sous-espèce: Aconitum napellus corsicum. Le Figaro.fr, Aconit, l’«arsenic végétal»
  • Selon le bulletin des vigilances de l’Anses de juin 2019 (cité dans ‘Pour en savoir plus’), « en juin 2018, un homme de 78 ans est décédé après avoir consommé une plante qu’il avait cueillie au cours d’une randonnée dans les Pyrénées-Orientales. Pensant ramasser des feuilles de couscouil, plante comestible de la famille des angéliques, il a en fait cueilli puis consommé des feuilles d’aconit napel (ou aconit tue-loup), espèce très toxique ». Réalités Biomédicales, Mort après avoir consommé une plante toxique de son jardin – Réalités Biomédicales
  • L'EMA-Com met en avant "davantage de matière" récoltée par les équipes Com déployées sur le terrain et une volonté d'illustrer le travail conjoint avec les forces du Niger et du Mali, dans un secteur sensible, le Liptako. Il ne manque plus qu'une galerie photos pour illustrer les actions lors d'aconit (photos ci-dessus EMA-Com). , Ops Aconit: communication tous azimuts sur un succès "indiscutable" : Lignes de défense

Traductions du mot « aconit »

Langue Traduction
Anglais aconite
Espagnol acónito
Italien aconito
Allemand eisenhut
Portugais acónito
Source : Google Translate API

Synonymes de « aconit »

Source : synonymes de aconit sur lebonsynonyme.fr

Aconit

Retour au sommaire ➦

Partager