La langue française

Abstème

Définitions du mot « abstème »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABSTÈME, adj.

Qui ne boit pas de vin.
A.− DR. CANON. [En parlant d'un homme] Qui, par aversion naturelle, ne peut communier au vin et auquel, de ce fait, l'accès au sacerdoce est, sauf dispense, interdit.
Rem. Les disputes théol. entre calvinistes et luthériens ont donné à ce mot un certain relief. Les calvinistes admettaient la communion au seul pain, les luthériens rejetaient cette pratique.
B.− P. ext. Qui s'abstient de vin. Les musulmans sont abstèmes. (Ac.1878).
1. Volontaire Tantale, abstème comédien, martyr de la maigreur. Anatomie disséquée par elle-même, il ne touchait aux mets que du bout des dents, ... T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 33.
2. ... un jour, disent les chroniques, Son roi, vrai roi d'Eldorado, Fit dans les fontaines publiques Couler du pinard au lieu d'eau; En jurant sur son diadème, Que celui qui n'en boirait pas, Jusque y compris le plus abstème, Serait pendu la tête en bas. R. Ponchon, La Muse au cabaret,Conte, 1920, p. 41.
3. Dès l'Avenir de la science, son [de Renan] austère jeunesse ose ce singulier aveu : « dans ma chambre nue et froide, dit-il, abstème et vêtu pauvrement, je comprends, ce me semble, la beauté d'une manière assez élevée. » H. Massis, Jugements,t. 1, 1923, p. 91.
Rem. Mot rare. Rheims 1969 cite : 4. Vous avez confessé l'anneau de Gygès, remué les gemmes À pleines mains; à plein tonneau, Bu les rubis les moins abstèmes. R. de Montesquiou, Les Paons, VI, De lapidibus, 1901, p. 14. et ajoute : ,,Terme inusité. Qui s'abstient de boire du vin (latin temetum). Employé ici par une métaphore rapprochant la couleur du rubis et du vin pur; il est également possible que abstème soit pris avec l'acception erronée « qui ne doit pas être bu ». Il fait partie de ces mots affectionnés par les symbolistes et les décadents.`` [Il faut sans doute comprendre : « dont on s'abstient habituellement »].
Prononc. ET ORTH. : [ab̭stεm]. Barbeau-Rodhe 1930 donne également la possibilité d'une prononc. avec [ε:] long. − Rem. Le mot est enregistré avec un accent circonflexe, abstême, ds Fur. 1701 et ds les différentes éd. de Trév. À partir de Ac. 1762, le mot est noté avec un accent grave.
Étymol. ET HIST. − Corresp. rom. : ital. astemio; esp., port. abstemio; cat. abstemi. 1596 « qui ne boit jamais de vin » (Mellema, Dict. fr.-flam., s.v. : Abstème : Die nimmer meer wyn en drinct). Terme relig. devenu litt. au xviiies. (J. J. Rousseau, Émile, II ds Littré : Nous serions tous abstèmes si l'on ne nous eût donné du vin dans nos jeunes ans). Dep. le début du xixes., la plupart des lexicogr. le signalent comme peu usité (cf. Ac. 1835, 1878; Besch. 1845, Quillet et aussi sém. A, rem.). Noter également l'emploi comme terme de civilisation romaine : Les Dames Romaines dans les premiers temps étoient abstêmes; et afin qu'on pût s'apercevoir si elles buvoient du vin, les Loix de la Civilité Romaine étoient qu'elles donnassent le baiser à leurs parents, quand elles les abordoient. Trév. 1752, Besch. 1845. Du lat. abstemius « qui s'abstient de boire du vin » dep. Lucilius, 220 ds TLL s.v., 188, 65; orig. du mot ds Porphyr, Hor. epist., I, 12, 27 ds TLL s.v., 188, 58 : abstemius, qui abstinet. An, ut quidam putant abs temeto, id est siccus ac sine vino et sobrius; voir aussi Ern.-Meillet 1959 s.v. temetum. Emploi relig. en lat. médiév. : 1056-58, Humbertus, Adversu Simoniacos, 2, 27, p. 173, 43 ds Mittellat. W. 58, 5 : manichaei abstemi a vino sanguinis Christi... se substrahebant.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 4.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Bouillet 1859. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Littré-Robin 1865. − Mots rares 1965. − Nysten 1814-20 − St-Edme t. 1 1824 − Théol. cath. t. 1 1909.

Wiktionnaire

Adjectif

abstème \ab.stɛm\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Qui ne peut communier au vin, par répulsion naturelle.
  2. (Par extension) Qui ne consomme pas d’alcool, qui est lié à la non-consommation d’alcool.
    • Il était une fois, il y a moult années, un homme abstème qui ne le savait pas encore. — (Jean-François Chassay, L’Angle mort, 2002)
    • Alors, quand il a contemplé dans ce monde-là, belles d’une beauté incomparable, les formes exemplaires et idéales des objets sensibles qu’il avait vus ici-bas, ivre d’une ivresse abstème, il est saisi de transports divins comme les gens qui sont pris de fureur corybantique. — (André-Jean Festugière, La Révélation d’Hermès Trismégiste, Vol. 2 : Le Dieu cosmique, 1987)
    • Même quand il se blessait légèrement, quand il s'égratignait, il refusait, en bon abstème, de se désinfecter avec de l'alcool à soixante-dix degrés — (Martin Page, Comment je suis devenu stupide, 2003, ISBN 978-2290319871)

Nom commun

abstème \ab.stɛm\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Substantif de l’adjectif : personne abstème, qui ne peut communier au vin.
  2. (Par extension) Personne abstème, qui ne consomme pas d’alcool.
    • Le député, un abstème bien connu de ses électeurs, s’humecta les lèvres avec un peu d’eau, avant de prendre des mains d’un buveur hoqueteux un verre vide sur lequel il frappait doucement avec son stylo pour réclamer le retour du silence. — (Bernard Yao Béda, La ronde des devins, 2006)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ABSTÈME (ab-stê-m') s. m.
  • Qui ne boit pas de vin. Telle qu'est celle (l'exception) des abstèmes, qui ne peuvent boire de vin, Bossuet, Déf. comm. Nous serions tous abstèmes si l'on ne nous eût donné du vin dans nos jeunes ans, Rouss. Ém. II.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abstème »

Du latin abstemius (« qui s'abstient de vin », « sobre »), composé lui même de abs (« loin de ») et de temetum (« vin pur »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abstemius, de abs privatif, et temetum vin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abstème »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abstème abstɛm

Évolution historique de l’usage du mot « abstème »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abstème »

  • Un verre de jus de carotte. Puis deux. Peut-être même, un soir de folle ripaille, une tisane de radis noir avant d’aller au dodo à 21h30… Il faut parfois se rendre à l’évidence : votre adolescent est un « abstème ». Un adepte de la sobriété. Passé le choc initial, et la honte fort légitime qui accompagne cette douloureuse prise de conscience, il est indispensable de le comprendre avant de le juger. La Vie.fr, Mon enfant est “abstème”, c’est grave ?
  • Aux États-Unis, où le mouvement des jeunes abstèmes est particulièrement suivi, une étude a montré que la génération Y dépense moins d’argent dans la boisson que les précédentes. Un mélange de préoccupations de santé et de pouvoir d’achat, puisque la même étude indique que les millennials consacrent la même proportion de leurs revenus à l’alcool que leurs parents. L'ADN, Tendances : les millennials diminuent leur consommation d'alcool
  • L’abstème n’a cependant pas renoncé pour toujours aux plaisirs des boissons alcoolisées. « Une chose est sûre, je ne commanderai plus jamais ça », dit-il en pointant du doigt une pinte de bière blonde dans un gobelet en plastique sur la table d’à côté. Affranchi de la pression sociale, il choisit désormais la qualité à la quantité. « S’il y a, par exemple, une bière brune très spéciale qui me tente réellement, j’en boirai. Mais c’est hors de question de boire de la bière générique, simplement « parce qu’il faut boire ». L'ADN, Qui sont ces millennials qui font la fête sans boire d'alcool ?
  • Le fait de ne pas consommer d'alcool (pour des raisons morales, de santé ou religieuses) possède un nom – bien méconnu d'ailleurs : il s'agit de "l'abstème". De la même façon qu'il y a toujours une bonne occasion pour boire un verre, il en existe également pour l'inverse. Et c'est comme ça qu'au XIXe siècle (en 1833 précisément) s'est créée la Preston Temperance Society, sous l'impulsion de Joseph Livesey, un militant britannique. Cette organisation était emblématique des ligues de tempérence qui se sont formées dans quelques pays d'Europe et aux États-Unis au 20e siècle et obéissaient toutes au même principe : « Nous acceptons de nous abstenir de consommer toute liqueur à la propriété intoxicante, bière, vin ou spiritueux, sauf en tant que médicament » mentionnait The Pledge, ("La Promesse"), sorte de bible de ce mouvement non-alcoolisé. Pour des motifs psychologiques, religieux, sanitaires, médicaux, familiaux, philosophiques, sociaux, à cause d'un alcoolisme passé ou par simple préférence de goût, les abstèmes ne buvaient donc pas une goutte. Le Bonbon, Tendance : ces jeunes qui arrêtent l'alcool
  • «Vespéral», «sycophante», «abstème»... Ces mots bien que peu courants peuvent décrire nos discussions du quotidien. Florilège. Le Figaro.fr, Des mots savants pour briller au quotidien
  • QUIZ - Que signifie le mot «abstème»? De quelle langue vient le mot «abricot»? Faut-il écrire «du pain béni» ou «pain bénit»? Le Figaro vous propose grâce au Cahier de jeux Langue française, de Jean-Loup Chiflet et Anne Camberlin, de tester vos connaissances. Le Figaro.fr, Seul un amoureux des mots, obtiendra un 10/10 à ce test de langue française

Traductions du mot « abstème »

Langue Traduction
Anglais teetotaller
Espagnol abstemio
Source : Google Translate API

Synonymes de « abstème »

Source : synonymes de abstème sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abstème »

Abstème

Retour au sommaire ➦

Partager