La langue française

Abracadabra

Sommaire

  • Définitions du mot abracadabra
  • Étymologie de « abracadabra »
  • Phonétique de « abracadabra »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abracadabra »
  • Citations contenant le mot « abracadabra »
  • Traductions du mot « abracadabra »
  • Synonymes de « abracadabra »

Définitions du mot abracadabra

Trésor de la Langue Française informatisé

ABRACADABRA, subst. masc.

Cabalistique. Formule magique, utilisée pour guérir ou prévenir toutes sortes de maladies :
1. Moi, je n'ai nul fluide, vous savez? Et je n'aboutis qu'à abax (table) et abacadara (abracadabra). Je mets cette magie blanche à vos pieds, blanche magicienne! V. Hugo, Correspondance,1853, p. 180.
2. − Parfois, répliqua Sigognac, tous les enchantements sont vains et l'ennemi pénètre en la place malgré les phylactères, les tétragrammes et les abracadabras. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 283.
3. Il est des assemblages de mots, qui peuvent influer, en bien ou en mal, sur la destinée. L'abracadabra des sorciers du moyen âge revêt une interprétation nouvelle et moderne. L. Daudet, Le Monde des images,1919, p. 143.
Étymol. − xvies. (Ambroise Paré, XXV, 31 ds Littré : c'est un plaisir que d'entendre telle manière de faire la médecine, mais entre autres ceste-cy est gentille, qui est de mettre ce beau mot abracadabra en une certaine figure qu'escrit Sérenus pour garir de la fiebvre). Formule magique, passant pour guérir les maladies, attestée au début du iiies. dans poème didact. lat. : Serenus Sammonicus, Liber medicin., 935 ds TLL s.v., 128, 14 : inscribis cartae quod dicitur abracadabra. Selon hyp. traditionnelle, empr. au gr. α ̓ ϐ ρ α κ α ́ δ α ϐ ρ α (où le C issu de la confusion entre Σ [σ] et Ξ [ξ] a été pris pour K), mot prob. forgé par les gnostiques basilidiens à partir du gr. α ̓ ϐ ρ α ξ α ́ ς, voir abraxas*. Selon hyp. récente (E. Katz, Abrakadabra und Abraxas ds Z. Gesch. Jud., I, 1964, 179-187) abrakadabra est un mot magique d'orig. hébraïque attesté dans tradition lat. (voir sup.) et gr. et qui, lu en boustrophédon, conformément à l'hébr. : arba- dak - arba, signifie littéralement « Que le quatre anéantisse le quatre » (hébr. arba « quatre »; hébr. dak, impér. du verbe DDK « casser, anéantir ») c.-à-d. « Dieu (quatre étant un cryptogramme représentant le Tout-Puissant) maîtrise (en cassant, anéantissant) les quatre éléments »; la symbolique des nombres de cette formule, disposée en triangle, et son explication conformément aux coutumes de la gnose révèle sa vertu de protection contre les maladies. Terme introd. en fr. prob. par vocab. méd. HIST. − Grande stab. de ce mot monosém. dep. les orig. xviies. : T. barbare qui se trouve dans les Lettres de Voiture. C'étoit une inscription qui servoit de caractère pour guerir plusieurs maladies, et chasser les Demons, dont l'Auteur étoit un Heretique qui vivoit sous l'Empereur Adrien, qui reconnoissoit pour Dieu Souverain Abracax, duquel dependoient plusieurs autres Dieux, et sept Anges qui presidoient aux sept cieux. Il leur attribuoit 365 vertus, autant que de jours en l'an, et autres choses superstitieuses. Fur. 1690. − Rem. 1. Déf. reprise par Fur. 1701, Trév. 1704, 1752, 1771. 2. Trév. 1752 précise : C'est dans la 192elettre à M. Costar qu'il [Voiture] lui propose, en riant, cette recette pour la fièvre (suivent les 3 premiers vers latins du texte originel de Serenus). xviiies. Encyclop. (1751), qui fait une étude développée des origines cabalistiques du mot.
STAT. Fréq. abs. litt. : 3.
BBG. − Katz (E.). Abrakadabra und Abraxas. Zeitschrift für die Geschichte der Juden. 1964, t. 1, p. 179-187. − Littré-Robin 1865. − Tondr.-Vill. 1968.

Wiktionnaire

Nom commun

abracadabra \a.bʁa.ka.da.bʁa\ masculin

  1. Mot auquel on attribuait anciennement des vertus magiques, et qui, disait-on, guérissait la fièvre, lorsqu’on le portait inscrit sur une amulette autour du cou, écrit dans une certaine forme.
    • Alors Geta débita les abracadabras adéquats. Il se trouve qu’une forte averse survint presque aussitôt. — (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 215)
    • Or, en dépit des grands mots agités par les maîtres de nos vies, chacun sent que la tranquillité publique n’est nullement garantie par l’abracadabra magique, tour à tour répété par chacun de nos gouvernements, depuis 1924 : […]. — (Victor Margueritte, Debout les vivants !, 1932)
    • Si, la boite de Pandore renfermait tous les maux de l’humanité, l’ensemble de ces abracadabras contient toutes les sottises de l’ignorance ; et, l’ignorance est la source même de ces maux. — (Jean Hippolyte Colins de Ham, De la justice dans la science hors l’église et hors la révolution, Librairie de la Science sociale, Paris, 1860, volume 1, page 215)

Forme de verbe

abracadabra \a.bʁa.ka.da.bʁa\

  1. Troisième personne du singulier du passé simple de abracadabrer.

Nom commun

abracadabra

  1. Abracadabra.
  2. Baragouin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABRACADABRA. n. m.
Mot auquel on attribuait anciennement des vertus magiques, et qui, disait-on, guérissait la fièvre, lorsqu'on le portait autour du cou, écrit dans une certaine forme.

Littré (1872-1877)

ABRACADABRA (a-bra-ca-da-bra) s. m.
  • Mot auquel on attribuait des vertus magiques. De vos mains grossières, Parmi des poussières, Écrivez, sorcières : Abracadabra, Hugo, Ball. 14.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ABRACADABRA. Ajoutez : - HIST. XVIe s. C'est un plaisir que d'entendre telle maniere de faire la medecine, mais entre autres ceste cy est gentille, qui est de mettre ce beau mot abracadabra en une certaine figure qu'escrit Serenus pour guarir de la fiebvre, Paré, XXV, 31.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* ABRACADABRA, parole magique qui étant répétée dans une certaine forme, & un certain nombre de fois, est supposée avoir la vertu d’un charme pour guérir les fievres, & pour prevenir d’autres maladies. Voyez Charme & Amulete.

D’autres écrivent ce mot abrasadabra ; car on le trouve ainsi figuré en caracteres grecs ΑΒΡΑϹΑΔΑΒΡΑ où le Ϲ est l’ancien Σ qui vaut S. Voici la maniere dont doit être écrit ce mot mystérieux pour produire la prétendue vertu qu’on lui attribue.

Triangle magique

Serenus Simonicus, ancien Medecin, Sectateur de l’hérétique Basilide qui vivoit dans le deuxieme siecle, a composé un Livre des Préceptes de la Medecine en vers hexametres, sous le titre De Medicinâ parvo pretio parabili, où il marque ainsi la disposition & l’usage de ces caracteres :

Inscribes chartæ quod dicitur abracadabra
Sæpius & subter repetes, sed detrahe summam,
Et magis atque magis desint elementa figuris,
Singulæ quæ semper rapies & cætera figes,
Donec in augustum redigatur littera conum ;
His lino nexis collum redimire memento :
Talia languentis conducent vincula collo,
Lethalesque abigent (miranda potentia) morbos.

Wendelin, Scaliger, Saumaise, & le P. Kircher, se sont donné beaucoup de peine pour découvrir le sens de ce mot, Delris en parle, mais en passant, comme d’une formule connue en magie, & qu’au reste il n’entreprend point d’expliquer. Ce que l’on peut dire de plus vraissemblable, c’est que Serenus qui suivoit les superstitions magiques de Basilide, forma le mot d’abracadabra sur celui d’abrasac ou abrasax, & s’en servit comme d’un préservatif ou d’un remede infaillible contre les fievres. Voyez Abrasax.

Quant aux vertus attribuées à cet amulete, le siecle où nous vivons est trop éclairé pour qu’il soit nécessaire d’avertir que tout cela est une chimere. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « abracadabra »

De l’hébreu הַבְּרָכָה דַבְּרָה, ha-brakha dabra (« la bénédiction a parlé »). Autres étymologies possibles : du grec ancien ἄβραξας, ábraxas (« divinité »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Probablement du français abracadabra.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Proprement abrasadabra, car en grec il s'écrit ΑΒΡΑΣΑΔΑΒΡΑ. On fait venir ce mot de l'hébreu ab, père, ruah, esprit, et dabar, parole. D'après cette étymologie, il désignerait la Trinité. GROTEFEND (Ersch's und Gruber's Encyclopaedie, 1) le regarde comme composé du mot persan abrasas, dénomination mystique de la divinité, et de l'hébreu dabar, parole, parole divine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abracadabra »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abracadabra abrakadabra

Évolution historique de l’usage du mot « abracadabra »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abracadabra »

  • Ceux qui laissent croire que, par une sorte d’abracadabra européen, tous nos problèmes seront résolus, se trompent et trompent les Français. De Jacques Chirac / Paris-Match - 13 Octobre 1978
  • Dernier exemple en date, le retour de l’indicateur de capacité de charge de la batterie. Que de sornettes pour en motiver la suppression dans Sierra, et maintenant, abracadabra, il y a de nouveau un lapin dans le chapeau. MacGeneration, macOS Big Sur met l’Utilitaire de réseau à la retraite | MacGeneration
  • Les fonds d’écran colorés sont revenus 🙌🏽 abracadabra Par contre je crois observer que les boutons Repeat ne sont toujours pas au même plan que volume et scroll 😪 arf bon ben rien de neuf.. que du maquillage iGeneration, iOS 14 : un onglet Ecouter dans Apple Music, et un lecteur audio qui attire l'œil | iGeneration

Traductions du mot « abracadabra »

Langue Traduction
Anglais hocus-pocus
Espagnol abracadabra
Italien abracadabra
Allemand abrakadabra
Portugais abracadabra
Source : Google Translate API

Synonymes de « abracadabra »

Source : synonymes de abracadabra sur lebonsynonyme.fr
Partager