La langue française

Accueil > Orthographe > « Pas de souci » ou « pas de soucis » ? - orthographe

« Pas de souci » ou « pas de soucis » ? - orthographe

Sommaire

  • Faut-il écrire "pas de souci" ou "pas de soucis" ?
  • « Pas de souci » et « pas de soucis » : exemples dans la littérature

"Il n'y a pas de souci, je peux le faire. Pas de soucis aujourd'hui."

Les expressions commençant par "pas de" posent souvent problème. On peut se demander s'il faut mettre le mot qui suit au singulier ou au pluriel ? Beaucoup de francophones se demandent ainsi s'il faut écrire "pas de souci" sans « s » ou "pas de soucis" avec un « s » ? On vous explique dans cet article la règle pour ne plus hésiter. Bonne lecture !

Faut-il écrire "pas de souci" ou "pas de soucis" ?

La règle : après "pas de", on peut écrire le nom qui suit au singulier ou au pluriel. On écrira "pas de souci" sans "s" s'il s'agit d'un souci particulier, qui exprime un sentiment d'inquiétude. "Souci" (ou tout autre nom) sera également au singulier après "pas de" s'il décrit une réalité abstraite, non dénombrable. En revanche, on peut dans certains cas parler de plusieurs soucis à la fois. Dans ce cas, on écrira "pas de soucis" dans le sens "il n'y a pas de problèmes" avec l'idée qu'il pourrait y en avoir plusieurs. D'une façon générale, certaines personnes privilégient « pas de souci » au singulier, considérant que "pas" indique qu'il y a zéro souci, et qu'il n'y a donc aucune raison de l'écrire sous sa forme plurielle.

Exemples :  Pas de souci pour sortir ce soir. Je n'ai pas de soucis ce mois-ci.

Attention toutefois, selon l'Académie française, l'usage de "pas de souci" (au singulier ou au pluriel) est erroné malgré son adoption large dans la société. Ne l'utilisez donc pas dans vos écritures formelles :

On entend trop souvent dire il n’y a pas de souci, ou, simplement, pas de souci, pour marquer l’adhésion, le consentement à ce qui est proposé ou demandé, ou encore pour rassurer, apaiser quelqu’un, Souci étant pris à tort pour « difficulté », « objection ».

Académie française

Selon les cas, on répondra simplement oui, ou bien l’on dira Cela ne pose pas de difficulté, ne fait aucune difficulté, ou bien Ne vous inquiétez pas, Rassurez-vous.

Académie française

Par ailleurs, on voit que les occurrences dans les textes publiés depuis 1800 de "pas de souci" sans "s" sont plus nombreuses que "pas de soucis" :

Source : Google Ngram

« Pas de souci » et « pas de soucis » : exemples dans la littérature

Ne vous faites pas de souci, Edwin. Le numéro deux de The Running ne se laissera pas piéger par une poignée d'apprentis-ravisseurs.

Sergio Sinay, Le tango du mal-aimé

« Quand on est dans la main de Dieu on n'a pas de souci sur ce qu'on a à faire, on n'a pas de remords de ce que l'on a fait », disait au douzième siècle la secte hérétique des amalriciens.

Simone de Beauvoir, Pyrrhus et Cinéas

Entrent de nouveaux clients, des hommes virils dont un noir, et des enfants, encore. Bruns comme leurs papas. Tasses de café, chips, les gens n'ont pas de soucis. Les enfants s'amusent dans l'eau.

Christine Angot, Vu du ciel

En tout cas ne te fais pas de soucis à cause de l'école, car le choix est grand et n'est peut-être même pas tellement important, si l'on veut apprendre, on peut toujours acquérir les choses nécessaires partout...

Franz Kafka, Lettres à Ottla et à la famille

En conclusion, l'écriture de "pas de souci" peut se faire avec ou sans "s" à la fin. Tout dépend du sens que l'on souhaite donner à notre propos et de la réalité que représente "souci". N'hésitez pas à parcourir les autres articles pour pouvoir écrire français sans soucis.

Vous pouvez aussi partager l'article et laisser un commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Jcbo

Je ne sais qui a inventé ces modes « pas de soucis », tout à fait, absolument, du coup, voilà
Un jour j’écoutais Amélie Moresmo lors d’une interview elle a dit 50 fois « voilà «  ctait vraiment agaçant
Et lors de certaines emissions les « tout à fait » pleuvent à verse

Répondre
Jcbo

On pourrait dire oui, bien sûr, c’est exact, pas de pb, puisque celui-ci se dit depuis longtemps, au lieu des mots à la mode (voir mon message précédent)

Répondre
Maryquent

Si on changeait cette expression par « no problemo » ou «  pa ni pwoblem « ….. ça nous permettrait de ne pas oublier que c’est pas très correct au sens de l’Académie…..
Dans ce cas, on pourrait varier les réponses, et selon le cas utiliser:
Avec plaisir!
Avec joie!
Bien volontiers!
Je m’en occupe tout de suite.
Je ne vois pas de difficulté majeure.
Considérez que c’est fait.
Ou un simple « oui »

Moi j’aime beaucoup le « d’accord » c’est mon voilà à moi!

Voilà!
Oups, je voulais dire …. je voulais juste apporter un peu de mon eau au moulin! 🙂

Répondre
La langue française

Merci pour votre commentaire !

Nicolas.

Répondre
Darmont

Merci de m’avoir enlevé ce doute qui trottait dans ma tête depuis assez longtemps. Site bien expliqué et très lisible

Répondre
La langue française

Merci à vous pour votre commentaire.

N’hésitez pas à partager l’article 😉

Nicolas.

Répondre
Eliane BEUGLET

Il me semble utile de rappeler que la « langue de Molière » est parfois compliquée. Il est bon de se souvenir que lorsque on écrit :
– pas de
– aucun et
– sans
en principe il n’y à pas de « s ».-
Bonne soirée

Répondre
Nawel

Merci

Répondre
ELIE DENIAU

Bonjour, merci pour cette explication, pourrions nous avoir les sources plus précisément de l’académie française ? Non pas que je doute de votre explication, mais j’aimerai avoir plus de détails et lire l’article de l’académie en entier, merci d’avance.

Répondre
Christian Lemuet

D’une manière générale, attentif à l’énergie des mots, je n’utilise pas ces formules faussement rassurantes qui comportent un double élément négatif : elles ont à mes yeux et aux oreilles des autres, un effet inverse de celui attendu : utiliser une négation et un mot stimulant des émotions d’inquiétude pour dire en fait « oui », « tout est clair », « nous nous sommes bien compris »… c’est un peu pervers. C’est quelque chose comme « Je te rassure en te montrant que tu pourrais être inquiet ».
Une méta communication du « oui mais » bien trop habituelle dans nos échanges actuels !

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager