La langue française

Accueil > Orthographe > « Maline » ou « maligne » ? - orthographe

« Maline » ou « maligne » ? - orthographe

"Ma voisine est plus maligne que les autres."

Je reçois plusieurs messages qui me demandent s'il faut écrire « maline » ou « maligne ». En effet, à l'oral, on ne prononce pas le "g", ce qui peut induire en erreur... On vous explique tout dans cet article pour ne plus faire de faute d'orthographe !

On écrit « maline » ou « maligne » ?

On écrit « maligne » : « maligne » vient du latin malignus et désigne une personne encline à faire du mal à quelqu'un, ou bien quelqu'un qui fait preuve d’ingéniosité (voir définition complète ici). Tout comme l'adjectif bénigne, on l'écrira toujours avec un « g ».

Exemples :

Ils sont plus malins que vous, mais je suis aussi maligne qu’eux.

Dumas fils, Ami femmes, 1864

Décidément, les malignes refusent le combat et me narguent.

Renard, Lanterne sourde, 1893

Tout de même, c’était sa nièce, cette fille qui faisait tant sa maligne.

Queneau, Enf. du limon, 1938

Certains auteurs écrivent cependant « maline » sans « g » : à partir du XVIème siècle, on retrouve l'orthographe « maline », dérivée de l'usage oral qui s'est peu à peu passé de la prononciation du « g ». Aujourd'hui, le TLFi indique une différence de sens entre « maligne » qui désignerait quelqu'un qui veut faire du tort à autrui et « maline » qui désignerait une personne rusée, roublarde, ingénieuse. L'Académie française préfère toutefois l'orthographe avec un « g ».

Exemples :

Cette expression de candeur maline qui éclaire perpétuellement son visage.

Michel Droit, Clarté du jour

Déesses de déesses !
Du repos en liesses,
De la calme gaîté,
De malines fossettes
Ainsi que des risettes

Verlaine, Odes en son honneur, X

À peine débarquée à Chartres, Élodie se montrait étonnante, aussi énergique et maline que Nénesse. Elle avait roulé son père, elle tenait déjà la maison.

Emile Zola, La Terre, 1887

Elle sait bien ce qu’elle fait, elle est maline.

Charles Péguy, Porche du mystère de la deuxième vertu

« Maline » existe également en tant que nom commun (substantif féminin) : selon la définition du dictionnaire, « maline », du latin malina, désigne aussi de grandes marées qui ont lieu à la nouvelle et à la pleine lune, et dont les plus considérables arrivent aux équinoxes. On l’emploie surtout au pluriel.

Exemples :

À l’époque des grandes malines.

Le temps était radieux. Les grandes malines venaient de commencer, et la mer, en se retirant très loin, découvrait des bancs de sable vierge, des rochers que les estivants ne soupçonnaient pas, où on voyait les femmes du pays ramasser des huîtres.

Georges Simenon, Marie qui louche, Première partie, 1952

Vous savez désormais la différence entre « maligne » et « maline ». Vous les utiliserez peut-être dans l'expression « faire le malin » / « faire la maligne » / « faire la maline ». N'hésitez pas à partager cet article s'il vous a été utile et à parcourir notre section orthographe pour continuer à améliorer votre français.

Pour soutenir notre travail, vous pouvez aussi partager cet article et laisser un commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

La langue française

Exactement !

Nicolas.

Répondre
La langue française

Merci à vous et à bientôt !

Nicolas.

Répondre
La langue française

Merci pour cette précision.

Nicolas.

Répondre
Patrice FADEYI

Merci beaucoup. Encore une épine d’enlever de mon pied…
A présent, je peux faire le malin !

Répondre
La langue française

Merci à vous et à bientôt.

Nicolas.

Répondre
Dieudonné Gboto

Merci infiniment, j’ai aimé l’article!

Répondre
aymar.bounda
Merci à vous, j'ai aimé cet article.
Répondre
La langue française Bienfaiteur
Merci pour vos encouragements ! À bientôt. Nicolas.
Répondre
Rydje Darling BOUCKA

Je loue pleinement la clarté que vous n’avez de cesse d’apporter aux fins d’élaguer pour le moins, nos approximations orthographiques.

Un millier de mercis à toute l’équipe.

Répondre
Marie Celia

Merci infiniment , j’ai aimé l’article.

Répondre
Eric Warot

Cet article est excellent et toute la partie qui concerne le féminin « maline » m’a vivement intéressé. À vos exemples, je peux ajouter celui-ci, extrait de Un Roi sans divertissement, de Jean Giono, à la page 205 de l’édition Folio imprimée en novembre 2019 :
« Et je ne peux même pas me permettre de t’associer, maline, ma vieille Saucisse. »
Le locuteur est Langlois, héros de ce roman, et Saucisse est le surnom d’une femme âgée très sympathique et à forte personnalité. Le terme « maline » est employé ici affectueusement au sens d »intelligent », « ingénieux », « rusé ».

Répondre
La langue française

Bonjour Eric,
Merci pour cet exemple supplémentaire, très utile !

À bientôt,
Nicolas.

Répondre
Hayat

It s very interesting!

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

« Maline » ou « maligne » ? - or...

Partager