La langue française

Zut

Sommaire

  • Définitions du mot zut
  • Étymologie de « zut »
  • Phonétique de « zut »
  • Citations contenant le mot « zut »
  • Images d'illustration du mot « zut »
  • Traductions du mot « zut »
  • Synonymes de « zut »

Définitions du mot zut

Trésor de la Langue Française informatisé

ZUT, interj.

Fam. Synon. crotte (fam.), flûte1, mince, ; merde (trivial).
A. − [Le locuteur s'adresse à un interlocuteur]
1. [Pour marquer l'irritation, l'exaspération, l'impatience, le désir d'en finir] Je ne l'ai pas dit, encore une fois!Si, vous l'avez dit.Non!Si!Zut! Vous m'embêtez à la fin! Vraiment on n'a pas idée de ça! Vouloir me persuader que j'ai dit une chose quand je n'ai même pas ouvert la bouche (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 179).Zut!... Flûte!... C'est trop embêtant aussi!... C'est toujours la même chose... On ne peut rien dire, rien faire sans être reçu comme un chien... (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 352).
2. [Pour marquer le mépris, l'indifférence] Presque tous les soirs (...) il fait à sa femme des scènes terribles! Dame... franchement!... Et qu'est-ce que sa femme peut lui répondre?Elle lui répond: zut! dit Marianne (Feuillet, Honn. d'artiste, 1890, pp. 56-57).
3. Locutions
a) Dire zut à (qqn). Signifier à quelqu'un son mécontentement, sa désapprobation, son refus d'obtempérer. Il a fait des pieds de nez et dit zut aux Allemands avec tant de crânerie (...) qu'on l'a élu à l'unanimité (Vallès, J. Vingtras, Insurgé, 1885, p. 339).J'ai dit zut à Fine qui ne voulait pas me donner une seconde tartine (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 62).
b) Zut à (pour). [Pour signifier que l'on n'a aucune considération pour l'interlocuteur ou que l'on tient une chose comme négligeable] Maman, c'est Poil de Carotte qui veut s'en aller.Qu'il s'en aille! Ses parents s'éloignent. Il dit: « Zut pour eux! Me voilà libre (...) » (Renard, Journal, 1893, p. 180).Avec ça que vous ne le dites pas, vous aussi, zut, quand ça vous prend... Zut pour le chapeau, zut pour la voilette (Loti, Désench., 1906, p. 22).
B. − [Le locuteur réagit par rapport à lui-même ou à une situation qui le concerne de près ou de loin]
1. [Pour marquer la colère, l'irritation] La nuit tombait déjà, lorsque le 106e(...) put enfin s'installer, tellement il y avait eu de confusion dans le choix et dans la désignation des emplacements.Zut! dit furieusement Chouteau, je ne mange pas, je dors! C'était le cri de tous les hommes (Zola, Débâcle, 1892, p. 136).
2. [Pour marquer le désir d'en finir une fois pour toutes, de ne plus évoquer tel problème, telle situation] Ah! et puis zut, à la fin du compte! Il est plus simple de ne point songer à tout cela (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 25).
Loc., vieilli. Zut et bran! Synon. zut et crotte!V. bran C.
3. [Pour marquer le déplaisir causé par un contretemps, la contrariété devant une obligation] Il sonne à tour de bras. La sonnette ... se détache, tombe et roule au loin ... Consternation de Médard. Zut! j'ai cassé la sonnette! (Courteline, Conv. Alceste, Cochon de Médard, 1892, II, p. 53).C'est mon tour d'allumer le feu, zut! Il va falloir casser du petit bois dans le hangar, et s'abîmer les mains, et porter des bûches (Colette, Cl. école, 1900, p. 44).
C. − Loc. verb. Avoir un œil qui dit zut à l'autre. Loucher. Synon. avoir un œil qui dit merde à l'autre (v. œil I A).Babette jacassait: « Moi, les hommes, si c'était moi, bien entendu, parce qu'avec cet œil qui dit zut à l'autre, et j'ai jamais su lequel entre parenthèses (...) » (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 366).
REM. 1.
Zutique, adj.,hist. littér. Relatif aux zutistes et à leurs écrits. L'Album zutique. Recueil de cent-deux poèmes écrits notamment par Verlaine, Rimbaud, Coppée, Charles Cros, Richepin, etc. pour réagir contre le mouvement parnassien en pastichant les auteurs célèbres de l'époque, mais en se parodiant également entre eux. L'Album zutique est le livre de bord du « cercle » du même nom qui, de 1871 à la fin 1872 environ, fut le lieu de rencontre d'une vingtaine de poètes et d'artistes (J.-P. de Beaumarchais, D.Couty, A. Rey, Dict. des litt. de lang. fr., 1984, p. 20).
2.
Zutisme, subst. masc.,vieilli. Attitude politique ou philosophique selon laquelle on dit « zut » à tout. Certes, je n'ai pas la naïveté de croire ... que nous l'ayons inventée [la jalousie] comme le symbolisme, le brutalisme, le décadentisme, le zutisme (Bourget, Physiol. amour mod., 1890, p. 183).
3.
Zutiste, adj. et subst. masc.a) Hist. littér. Membre d'un cercle littéraire (appelé zutique ou zutiste) qui, dans les années 1871, puis en 1883, se réunissait pour se divertir et ridiculiser les poètes en place de l'époque, notamment les Parnassiens. À la fin de l'année 1871, les Zutistes se réunissaient dans une grande salle de l'entresol de l'Hôtel des Étrangers (J. Borel ds Verlaine, Œuvres poét. compl., 1962, p. 161).b) Partisan du zutisme. Avez-vous une opinion politique?Zut! Voilà la réponse (...) Les zutistes n'ont pas voté, dimanche dernier (L'Illustration, 10 oct. 1885ds Quem. DDL t. 17, p. 270 s.v. zutisme).
Prononc. et Orth.: [zyt]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1813 z'ut (lang. poissard, s. réf. ds Esn.: Allons, z'ut pour les petits boyaux, Y faut m'régaler d'un pigeon); 1833 zuth (Borel, Champavert, p. 177: zuth et bran pour les Prussiens); 1837 zut (Balzac, C. Birotteau, p. 318: Tôt ou tard, zut! l'usurier siffle son homme comme moi ce verre de vin). Mot issu de l'agglutination de deux élém., z- et -ut, dont le premier représente un -s final dans allons ou je te/lui dis; le z de liaison, motivé ou non, était caractéristique du genre poissard qui fleurissait au déb. du xixes. (cf. Brunot t. 10, p. 100 et p. 263) et a fourni notre attest. de 1813. Le deuxième élém., ut ou sa var. hut, apparaît dans un sens voisin de zut dans les textes suiv.: 1791 (Le Véritable P. Duchesne f., Grand compliment..., p. 3 ds Quem. DDL t. 32: Allons, allons, hut! pas de ça); 1797 (La Petite poste de Paris, no32, 12 pluviôse an 5, p. 352, ibid.: et ut, j'ai bu ma goutte); 1804 (Martainville, Une Demi-heure de cabaret, p. 11 [Barba], ibid. : qu'il aille à Charenton, et hut...); et en partic., dans une plaisanterie pop. fréq. au déb. du xixes. ca 1803 (Aubert, Les Nouv. mots poissards [Daniel], ibid.: Sais-tu la musique; allons, [...] ut (cité dans une éd. de 1816 par R. Dagneaud, Les Éléments pop. dans le lex. de la Comédie Humaine de Balzac, p. 201)); 1808 (Hautel, s.v. ut: Sais-tu la musique? Oui: Eh bien, Ut! Quolibet qui, d'une farce comique, est passé parmi le peuple; se dit à quelqu'un que l'on est ennuyé d'entendre, et équivaut à va te promener, retire toi); 1809 ([Leclair], Médit. hussard, p. 30: sais-tu la musique! eh bien ut...). La finale -ut est d'orig. obsc. et a reçu plusieurs explications: qq. dict. voient dans zut un croisement entre les interj. zest et flûte; J. Orr ds Arch. ling. t. 1, pp. 60-65 considère -ut comme une atténuation euphémique de foutre par les intermédiaires: outre, out; selon Boutmy 1883, s.v. ut, zut serait une corruption de ut, formule de souhait dans l'arg. des typographes (Gattel 1797: Ut [...] C'est le premier mot du souhait que se faisoient en buvant les anciens imprimeurs [...]: Ut tibi prosit meri potio (Que grand bien vous fasse ce bon vin pur). Par abréviation l'on se contenta ensuite du mot ut); enfin, on pourrait voir dans ut l'onomat. d'un sifflement, accompagné ou non d'un geste de la main, marquant un mouvement rapide, un escamotage, la disparition de qqn ou de qqc., et p. ext., le désir de voir disparaître ou s'éloigner qqn ou qqc.; en ce cas, ut serait à rapprocher de pf(t)* et ses var., en partic. uit chez A. Daudet (cf. Burns 1916, p. 132). Bbg. Darm. 1877, p. 68. − George (K.E.M.). Formules de nég. et de refus en fr. pop. et arg. Fr. mod. 1970, t. 38, p. 312. − Orr (J). Qq. étymol. scabreuses. Archivum linguisticum. 1949, t. 1, pp. 60-65. − Quem. DDL t. 17 (s.v. zutisme), 32, 38.

Trésor de la Langue Française informatisé

ZUT, interj.

Fam. Synon. crotte (fam.), flûte1, mince, ; merde (trivial).
A. − [Le locuteur s'adresse à un interlocuteur]
1. [Pour marquer l'irritation, l'exaspération, l'impatience, le désir d'en finir] Je ne l'ai pas dit, encore une fois!Si, vous l'avez dit.Non!Si!Zut! Vous m'embêtez à la fin! Vraiment on n'a pas idée de ça! Vouloir me persuader que j'ai dit une chose quand je n'ai même pas ouvert la bouche (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 179).Zut!... Flûte!... C'est trop embêtant aussi!... C'est toujours la même chose... On ne peut rien dire, rien faire sans être reçu comme un chien... (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 352).
2. [Pour marquer le mépris, l'indifférence] Presque tous les soirs (...) il fait à sa femme des scènes terribles! Dame... franchement!... Et qu'est-ce que sa femme peut lui répondre?Elle lui répond: zut! dit Marianne (Feuillet, Honn. d'artiste, 1890, pp. 56-57).
3. Locutions
a) Dire zut à (qqn). Signifier à quelqu'un son mécontentement, sa désapprobation, son refus d'obtempérer. Il a fait des pieds de nez et dit zut aux Allemands avec tant de crânerie (...) qu'on l'a élu à l'unanimité (Vallès, J. Vingtras, Insurgé, 1885, p. 339).J'ai dit zut à Fine qui ne voulait pas me donner une seconde tartine (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 62).
b) Zut à (pour). [Pour signifier que l'on n'a aucune considération pour l'interlocuteur ou que l'on tient une chose comme négligeable] Maman, c'est Poil de Carotte qui veut s'en aller.Qu'il s'en aille! Ses parents s'éloignent. Il dit: « Zut pour eux! Me voilà libre (...) » (Renard, Journal, 1893, p. 180).Avec ça que vous ne le dites pas, vous aussi, zut, quand ça vous prend... Zut pour le chapeau, zut pour la voilette (Loti, Désench., 1906, p. 22).
B. − [Le locuteur réagit par rapport à lui-même ou à une situation qui le concerne de près ou de loin]
1. [Pour marquer la colère, l'irritation] La nuit tombait déjà, lorsque le 106e(...) put enfin s'installer, tellement il y avait eu de confusion dans le choix et dans la désignation des emplacements.Zut! dit furieusement Chouteau, je ne mange pas, je dors! C'était le cri de tous les hommes (Zola, Débâcle, 1892, p. 136).
2. [Pour marquer le désir d'en finir une fois pour toutes, de ne plus évoquer tel problème, telle situation] Ah! et puis zut, à la fin du compte! Il est plus simple de ne point songer à tout cela (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 25).
Loc., vieilli. Zut et bran! Synon. zut et crotte!V. bran C.
3. [Pour marquer le déplaisir causé par un contretemps, la contrariété devant une obligation] Il sonne à tour de bras. La sonnette ... se détache, tombe et roule au loin ... Consternation de Médard. Zut! j'ai cassé la sonnette! (Courteline, Conv. Alceste, Cochon de Médard, 1892, II, p. 53).C'est mon tour d'allumer le feu, zut! Il va falloir casser du petit bois dans le hangar, et s'abîmer les mains, et porter des bûches (Colette, Cl. école, 1900, p. 44).
C. − Loc. verb. Avoir un œil qui dit zut à l'autre. Loucher. Synon. avoir un œil qui dit merde à l'autre (v. œil I A).Babette jacassait: « Moi, les hommes, si c'était moi, bien entendu, parce qu'avec cet œil qui dit zut à l'autre, et j'ai jamais su lequel entre parenthèses (...) » (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 366).
REM. 1.
Zutique, adj.,hist. littér. Relatif aux zutistes et à leurs écrits. L'Album zutique. Recueil de cent-deux poèmes écrits notamment par Verlaine, Rimbaud, Coppée, Charles Cros, Richepin, etc. pour réagir contre le mouvement parnassien en pastichant les auteurs célèbres de l'époque, mais en se parodiant également entre eux. L'Album zutique est le livre de bord du « cercle » du même nom qui, de 1871 à la fin 1872 environ, fut le lieu de rencontre d'une vingtaine de poètes et d'artistes (J.-P. de Beaumarchais, D.Couty, A. Rey, Dict. des litt. de lang. fr., 1984, p. 20).
2.
Zutisme, subst. masc.,vieilli. Attitude politique ou philosophique selon laquelle on dit « zut » à tout. Certes, je n'ai pas la naïveté de croire ... que nous l'ayons inventée [la jalousie] comme le symbolisme, le brutalisme, le décadentisme, le zutisme (Bourget, Physiol. amour mod., 1890, p. 183).
3.
Zutiste, adj. et subst. masc.a) Hist. littér. Membre d'un cercle littéraire (appelé zutique ou zutiste) qui, dans les années 1871, puis en 1883, se réunissait pour se divertir et ridiculiser les poètes en place de l'époque, notamment les Parnassiens. À la fin de l'année 1871, les Zutistes se réunissaient dans une grande salle de l'entresol de l'Hôtel des Étrangers (J. Borel ds Verlaine, Œuvres poét. compl., 1962, p. 161).b) Partisan du zutisme. Avez-vous une opinion politique?Zut! Voilà la réponse (...) Les zutistes n'ont pas voté, dimanche dernier (L'Illustration, 10 oct. 1885ds Quem. DDL t. 17, p. 270 s.v. zutisme).
Prononc. et Orth.: [zyt]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1813 z'ut (lang. poissard, s. réf. ds Esn.: Allons, z'ut pour les petits boyaux, Y faut m'régaler d'un pigeon); 1833 zuth (Borel, Champavert, p. 177: zuth et bran pour les Prussiens); 1837 zut (Balzac, C. Birotteau, p. 318: Tôt ou tard, zut! l'usurier siffle son homme comme moi ce verre de vin). Mot issu de l'agglutination de deux élém., z- et -ut, dont le premier représente un -s final dans allons ou je te/lui dis; le z de liaison, motivé ou non, était caractéristique du genre poissard qui fleurissait au déb. du xixes. (cf. Brunot t. 10, p. 100 et p. 263) et a fourni notre attest. de 1813. Le deuxième élém., ut ou sa var. hut, apparaît dans un sens voisin de zut dans les textes suiv.: 1791 (Le Véritable P. Duchesne f., Grand compliment..., p. 3 ds Quem. DDL t. 32: Allons, allons, hut! pas de ça); 1797 (La Petite poste de Paris, no32, 12 pluviôse an 5, p. 352, ibid.: et ut, j'ai bu ma goutte); 1804 (Martainville, Une Demi-heure de cabaret, p. 11 [Barba], ibid. : qu'il aille à Charenton, et hut...); et en partic., dans une plaisanterie pop. fréq. au déb. du xixes. ca 1803 (Aubert, Les Nouv. mots poissards [Daniel], ibid.: Sais-tu la musique; allons, [...] ut (cité dans une éd. de 1816 par R. Dagneaud, Les Éléments pop. dans le lex. de la Comédie Humaine de Balzac, p. 201)); 1808 (Hautel, s.v. ut: Sais-tu la musique? Oui: Eh bien, Ut! Quolibet qui, d'une farce comique, est passé parmi le peuple; se dit à quelqu'un que l'on est ennuyé d'entendre, et équivaut à va te promener, retire toi); 1809 ([Leclair], Médit. hussard, p. 30: sais-tu la musique! eh bien ut...). La finale -ut est d'orig. obsc. et a reçu plusieurs explications: qq. dict. voient dans zut un croisement entre les interj. zest et flûte; J. Orr ds Arch. ling. t. 1, pp. 60-65 considère -ut comme une atténuation euphémique de foutre par les intermédiaires: outre, out; selon Boutmy 1883, s.v. ut, zut serait une corruption de ut, formule de souhait dans l'arg. des typographes (Gattel 1797: Ut [...] C'est le premier mot du souhait que se faisoient en buvant les anciens imprimeurs [...]: Ut tibi prosit meri potio (Que grand bien vous fasse ce bon vin pur). Par abréviation l'on se contenta ensuite du mot ut); enfin, on pourrait voir dans ut l'onomat. d'un sifflement, accompagné ou non d'un geste de la main, marquant un mouvement rapide, un escamotage, la disparition de qqn ou de qqc., et p. ext., le désir de voir disparaître ou s'éloigner qqn ou qqc.; en ce cas, ut serait à rapprocher de pf(t)* et ses var., en partic. uit chez A. Daudet (cf. Burns 1916, p. 132). Bbg. Darm. 1877, p. 68. − George (K.E.M.). Formules de nég. et de refus en fr. pop. et arg. Fr. mod. 1970, t. 38, p. 312. − Orr (J). Qq. étymol. scabreuses. Archivum linguisticum. 1949, t. 1, pp. 60-65. − Quem. DDL t. 17 (s.v. zutisme), 32, 38.

Wiktionnaire

Forme de verbe

zut \Prononciation ?\

  1. Participe passif de zout.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ZUT. interj.
Exclamation familière pour exprimer l'impatience, le dépit, pour envoyer les gens au diable et signifier qu'on ne veut plus rien entendre.

Littré (1872-1877)

ZUT (zut') interj.
  • très familière par laquelle on exprime que les efforts faits pour atteindre un but sont en pure perte, que les assertions, les promesses sont vaines, et surtout qu'on s'en moque. Il voulait m'entraîner avec lui, mais zut. Il y a là beaucoup d'argent à gagner : voulez-vous que nous fassions d'affaire ensemble? - Ah! zut.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « zut »

(1813)[1] Origine discutée :
  1. Crase[1] de zest et flûte ;
  2. Formé[1] d’un \z\ de liaison et de ut/hut attesté en 1791 : Allons, allons, hut! pas de ça — (Le Véritable P. Duchesne f., Grand compliment), qu'il aille à Charenton, et hut. — (Martainville, Une Demi-heure de cabaret, 1804), Sais-tu la musique ? eh bien ut. Ut, zut serait une corruption du latin ut, formule de souhait dans l'argot des typographes : Ut […] C'est le premier mot du souhait que se faisoient en buvant les anciens imprimeurs […] : Ut tibi prosit meri potio (« Que grand bien vous fasse ce bon vin pur »). Par abréviation l'on se contenta ensuite du mot ut. — (Gattel, 1797)
  3. Littré[2] mentionne un plus ancien zot qui est dans diablezot.
  4. Il serait purement onomatopéique[3], comme pft, pfuit ; voir zou.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « zut »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
zut zyt

Citations contenant le mot « zut »

  • AH zut alors, voilà que le covid19 revient de plus belle, vite mes amis comprenez que est impératif de remettre les masques car ce virus n'est pas en vacances ETC ...ETC.... , EN DIRECT - Coronavirus - 29 nouveaux décès liés au Covid-19 ont été recensés à l'hôpital ces dernières 24 heures en France, selon les données communiquées par la Direction générale de la Santé ce lundi
  • ha zut, il y a aura pas de gros badaboum dans les arènes avec des flammes qui sortent de dessous les arches voire même une ou deux qui s'écroulent sur les personnages du film en question. Mais quel dommage, faudrait peut être un généreux donateur pour un truc dans ce style un jour, mais quel dommage, quel dommage de devoir attendre pour voir çà... midilibre.fr, Le dernier film de David Moreau en tournage dans les arènes de Nîmes - midilibre.fr
  • Oui, et de retour de vacances, bonjour papa et maman, bisous papy et mamie, et... ah zut alors... j'ai pas fait exprès... midilibre.fr, Eric Caumes : "Laisser les jeunes se contaminer entre eux" - midilibre.fr
  • Elle n'est pas que la femme de Raymond, zut alors ! Voici.fr, Affaire Clémentine Sarlat : Estelle Denis pas d'accord avec le licenciement des journalistes impliqués - Voici

Images d'illustration du mot « zut »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « zut »

Langue Traduction
Anglais damn
Espagnol maldición
Italien dannazione
Allemand verdammt
Chinois 该死的
Arabe اللعنة
Portugais droga
Russe черт
Japonais くそー
Basque malditos
Corse damnatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « zut »

Source : synonymes de zut sur lebonsynonyme.fr
Partager