La langue française

Zézayer

Sommaire

  • Définitions du mot zézayer
  • Étymologie de « zézayer »
  • Phonétique de « zézayer »
  • Citations contenant le mot « zézayer »
  • Traductions du mot « zézayer »
  • Synonymes de « zézayer »

Définitions du mot zézayer

Trésor de la Langue Française informatisé

ZÉZAYER, verbe intrans.

Avoir le défaut de prononciation qui consiste à substituer le son s [s] au son ch [ʒ] et le son z [z] au son j [ɑ]. Synon. bléser, zozoter (fam.), avoir un cheveu sur la langue*.Parler en zézayant. [Le vieil homme] zézayait, disait: « Ze crois, Ze veux, » comme si, à cause de l'agitation de sa tête, il n'avait plus le temps de toucher aux mots que du bout de la langue, de l'extrême pointe (Renard, Lanterne sourde, 1893, p. 9).
P. ext. Prononcer en remplaçant certains phonèmes par d'autres plus faciles à articuler, ou en les supprimant. Synon. bléser.Les cavaliers zézayaient à l'andalouse, langue molle, coulante et imprononcée, où on supprime les consonnes parce qu'elles demandent un peu d'effort (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 414).
Empl. trans., rare. Prononcer en zézayant. Au pays du sucre et des mangues, Les pâles dames créoles S'éventent sous les varangues (...) Et zézaient de lentes paroles (Toulet, Vers inéd., 1920, p. 4).
Part. passé en empl. adj., rare. Les yeux fermés, j'entends sa voix un peu zézayée, hésitante et péremptoire (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 35).
REM.
Zézayant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui zézaie. Synon. zozotant (fam.).Enfant zézayant; jeune fille zézayante. Quand il dit enfin quelques mots, je fus frappé d'horreur. Ce n'était plus sa voix, c'était une voix de vieillard, zézayante et presque infirme (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 190).[P. méton.] [Il] prenait Berthe sur ses genoux et lui répondait par de petits mots zézayants du bout de ses grosses lèvres épanouies (Chardonne, Épithal., 1929, p. 173).
Prononc. et Orth.: [zezeje], [zeze-], (il) zézaie [-zε], zézaye [-zεj]. Ac. dep. 1878: zézayer. Étymol. et Hist. 1818 (Marguery, Nouv. dict. de la langue fr. ds Quem. DDL t. 22: Zézayer vn. prononcer mollement). Formation onomat. de z redoublé. Fréq. abs. littér.: 19.

Trésor de la Langue Française informatisé

ZÉZAYER, verbe intrans.

Avoir le défaut de prononciation qui consiste à substituer le son s [s] au son ch [ʒ] et le son z [z] au son j [ɑ]. Synon. bléser, zozoter (fam.), avoir un cheveu sur la langue*.Parler en zézayant. [Le vieil homme] zézayait, disait: « Ze crois, Ze veux, » comme si, à cause de l'agitation de sa tête, il n'avait plus le temps de toucher aux mots que du bout de la langue, de l'extrême pointe (Renard, Lanterne sourde, 1893, p. 9).
P. ext. Prononcer en remplaçant certains phonèmes par d'autres plus faciles à articuler, ou en les supprimant. Synon. bléser.Les cavaliers zézayaient à l'andalouse, langue molle, coulante et imprononcée, où on supprime les consonnes parce qu'elles demandent un peu d'effort (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 414).
Empl. trans., rare. Prononcer en zézayant. Au pays du sucre et des mangues, Les pâles dames créoles S'éventent sous les varangues (...) Et zézaient de lentes paroles (Toulet, Vers inéd., 1920, p. 4).
Part. passé en empl. adj., rare. Les yeux fermés, j'entends sa voix un peu zézayée, hésitante et péremptoire (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 35).
REM.
Zézayant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui zézaie. Synon. zozotant (fam.).Enfant zézayant; jeune fille zézayante. Quand il dit enfin quelques mots, je fus frappé d'horreur. Ce n'était plus sa voix, c'était une voix de vieillard, zézayante et presque infirme (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 190).[P. méton.] [Il] prenait Berthe sur ses genoux et lui répondait par de petits mots zézayants du bout de ses grosses lèvres épanouies (Chardonne, Épithal., 1929, p. 173).
Prononc. et Orth.: [zezeje], [zeze-], (il) zézaie [-zε], zézaye [-zεj]. Ac. dep. 1878: zézayer. Étymol. et Hist. 1818 (Marguery, Nouv. dict. de la langue fr. ds Quem. DDL t. 22: Zézayer vn. prononcer mollement). Formation onomat. de z redoublé. Fréq. abs. littér.: 19.

Wiktionnaire

Verbe

zézayer \ze.ze.je\ ou \ze.zɛ.je\ intransitif (ou parfois transitif) 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Défaut d’élocution ou imitation de ce défaut consistant à remplacer [ʒ] par [z] ou [ʃ] par [s] lors de la phonation.
    • Cette personne zézaie, elle dit « pizon » au lieu de « pigeon » et « serser » à la place de « chercher ».
    • Elle a tenté les écrivains et non les moindres, cette reine Balkis, Makéda ou Candaule, Flaubert, pour en citer un ; mais elle n’a pu s’incorporer dans la « Tentation de Saint Antoine » qu’en une créature puérile et falote, en une marionnette qui sautille, en zézayant ; au fond, il n’y a que le peintre des Salomés, Gustave Moreau, qui pourrait la rendre, cette femme vierge et lubrique, casuiste et coquette ; lui seul pourrait, sous l’armature fleurie des robes, sous le gorgerin flambant des gemmes, aviver la chair épicée de cet être, son chef diadêmé, étrange, son sourire de sphynge innocente, venue de si loin pour poser des énigmes et fermenter dans le lit d’un roi. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915, page 331)
    • – L’oasis ! dit Mme Lagruelle, zézayant la dernière syllabe. — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Le Livre de Poche, page 229)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ZÉZAYER. v. intr.
Remplacer le son du j ou du g doux par celui du z.

Littré (1872-1877)

ZÉZAYER (zé-zè-ié), il se conjugue comme payer v. n.
  • Remplacer dans la prononciation l'articulation du j ou du g doux par celle du z ; c'est un défaut commun chez les enfants qui ont de la peine à prononcer les lettres chuintantes j et ch. La duchesse de Chaulnes… qui se faisait ajuster et coiffer en petite mignonne, et qui zézayait en parlant pour se rajeunir, Decourchamps, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. II, ch. I.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ZÉZAYER. Ajoutez :

Activement. Arnoux, jurant qu'il n'y avait pas de danger, continuait et même zézayait des caresses en patois marseillais, G. Flaubert, l'Éducation sentimentale, t. I, p. 189.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « zézayer »

(XIXe siècle) Onomatopée créée par la réduplication du son [z][1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « zézayer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
zézayer zezaje

Citations contenant le mot « zézayer »

  • Clap de fin ? Le massif du Mont-Blanc où les éboulis et chutes de pierres se sont multipliés cet été, en raison de gelées trop rares, va-t-il pouvoir souffler ? Les insectes arrêter de zézayer au-dessus de nos déjeuners en terrasse ? Après avoir joué les prolongations, l'été sonne la retraite. Ça se dégrade dimanche et à partir de lundi, ce sera vraiment l'automne, prévoient les experts de Météo France. leparisien.fr, Des records de chaleur à nouveau attendus ce samedi - Le Parisien
  • Henri de Toulouse-Lautrec est sans doute plus connu pour sa légende que pour son oeuvre. Né à Albi le 24 novembre 1864, il y a exactement 150 ans, il devient l'un des artistes les plus attachés à la vie parisienne. On le voit partout ! À Montmartre, où il habite, sur les Champs-Élysées, où il déménage rapidement, au Moulin Rouge, où il passe ses nuits, dans les bistrots de la ville, où il boit plus que de raison. Son omniprésence est d'autant plus raillée que son physique ne passe pas inaperçu... Son tronc était d'une taille normale, mais ses jambes étaient trop courtes. Il avait des lèvres et un nez épais. Il avait un cheveu sur la langue, ce qui le faisait zézayer en parlant. Toulouse-Lautrec mesure 1,52 m et boite fréquemment. Ses os, d'une extrême fragilité, se brisent à la moindre occasion. Il meurt à 36 ans le 9 septembre 1901, mais laisse une oeuvre importante. Le catalogue raisonné de ses oeuvres publié en 1971 énumère 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies (y compris les affiches) et environ 5 000 dessins. Le Point, Henri de Toulouse-Lautrec souffle ses 150 bougies sur Google ! - Le Point
  • Les verbes abritent une biodiversité remarquable (transitifs, intransitifs, pronominaux, d'état, d'action, actifs, passifs, impersonnels…), une variété exaltante (de ahaner à zézayer), des verbes expressifs (susurrer), des verbes qui parlent au professeur (bavarder), des verbes qui réverbèrent (Il se rencontre ou il se rend compte ?), des verbicides (glyphosater qui tuent les verbes pousser, fleurir…), des verbes qui manquent (parempler, donner un exemple ‘par’emple’), des verbes qui s’imposent trop verbes et bons pour des goujats (croiver), des verbes à venir (pasoufer), des verbes qui sont déjà arrivés (klouker, se goinfrer en breton, Larousse 2020), des verbes qu’il ne fallait pas inviter (ubériser), des verbes rares (poudrederizer)… Club de Mediapart, Europe, Écologie, Les Verbes | Le Club de Mediapart
  • Il faut l’entendre s’essayer à zézayer que des masques nous n’en manquions point.   , Dedefensa.org | Blog | Les Carnets de Badia Benjelloun
  • L’homme aux pieds gantés d’originalité est dans la création, en créature humaine, trop humaine. Il a une coupe de cheveux à la machette qui ne lui fait pourtant pas zézayer son football. Et il a les jambes arquées d’un Lucky Luke mais descend de son cheval sans déclencher l’apocalypse qu’aiment tant les tueurs. Libération.fr, Neymar à bout de ficelle - Libération

Traductions du mot « zézayer »

Langue Traduction
Anglais lisp
Espagnol ceceo
Italien blesità
Allemand lispeln
Chinois lisp
Arabe ليسب
Portugais lisp
Russe шепелявость
Japonais 舌足らずの発音
Basque lisp
Corse lisp
Source : Google Translate API

Synonymes de « zézayer »

Source : synonymes de zézayer sur lebonsynonyme.fr
Partager