La langue française

Verdier

Définitions du mot « verdier »

Trésor de la Langue Française informatisé

VERDIER1, subst. masc.

ORNITH. Oiseau de l'ordre des Passereaux, commun en Europe, caractérisé par un gros bec clair, par un plumage vert jaunâtre marqué de jaune à la poitrine, aux ailes aiguës, à la queue fourchue. Entièrement d'un vert sombre. Le ventre et les cuisses jaunes (...). Le verdier est un granivore qui commet parfois de réels dégâts dans les champs de chanvre et de lin (Coupin, Animaux de nos pays, 1909, p. 134).C'était l'heure du soir où les oiseaux sont maîtres (...). Un pinson blanc fermant ses ailes retomba brun; une mésange bleue, un verdier jaune, retomba grise, retomba vert (Giraudoux, Simon, 1926, p. 205).
REM.
Verdière, subst. fém.,région. (Lorraine), vx, synon.À ces engins viennent se prendre à foison rouges-gorges, fauvettes, pinsons et verdières (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 139).
Prononc. et Orth.: [vε ʀdje]. Homon. verdier2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1280 verder (Gautier de Bibbesworth, Traité sur la langue française, 749, éd. A. Owen, p. 113); 1385-89 verdier (Eustache Deschamps, Le Miroir de Mariage, 136, éd. G. Raynaud, t. 9, p. 7). Dér. de vert*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér.: 20.

VERDIER2, subst. masc.

HIST. DES INSTIT. Officier des Eaux et Forêts qui avait sous sa garde et juridiction un certain territoire boisé. Les verdiers (...) venaient dans la hiérarchie au-dessous des maîtres des eaux et forêts, et au-dessus des gruyers (MarionInstit.1923).
REM.
Verderie, subst. fém.,hist. des instit. Office, juridiction du verdier; territoire boisé qui dépendait de cette juridiction. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [vε ʀdje]. Homon. verdier1. Att. ds Ac. 1694, 1718 et 1762-1878. Étymol. et Hist. Ca 1200 (Charte de Guill. du Fresne ds Mém. et notes pour serv. à l'Hist. du départ. de l'Eure, I, 143b, L. Delisle et Passy ds Gdf.). Dér. de vert*; suff. -ier*.

Wiktionnaire

Nom commun 1

verdier \vɛʁ.dje\ masculin

  1. (Ornithologie) Une des espèces de petits oiseaux passereaux voisins des pinsons, à gros bec court, à queue fourchue et dont le plumage est vert.
    • Plusieurs oiseaux de cage : le serin, le chardonneret, le verdier, couvent des œufs d’autres espèces. — (Les Annales politiques et littéraires - Volume 42, 1904)
    • Les verdiers et les chardonnerets, les passereaux et les pinsons se comportent au matin comme une basse-cour qu’on a gorgée de grain trempé dans l’eau-de-vie. — (Colette, Printemps passé, dans La maison de Claudine, Hachette, 1922, collection Livre de Poche, 1960, page 151.)

Nom commun 2

verdier \vɛʁ.dje\ masculin

  1. (Histoire) Officier qui commandait aux gardes forestiers.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VERDIER. n. m.
Oiseau du genre des Moineaux, dont le plumage est vert.

Littré (1872-1877)

VERDIER (vèr-dié ; l'r ne se lie jamais) s. m.
  • Ancien terme d'administration. Officier qui était établi pour commander aux gardes d'une forêt éloignée des maîtrises. Item doivent avoir en icelle forêt bois pour leur ardoir [chauffage] par livrée du verdier, Bible des ch. 5e série, t. III, p. 527.

HISTORIQUE

XVe s. Verdiers, maistres et enquesteurs des eaux et forestz, Du Cange, viride.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VERDIER, Verdrier, Verdun, Verdereule, Verdere, Bruyan, Bruan, s. m. (Hist. nat. Ornitholog.) chloris, Aldrovand. Wil. Oiseau à-peu-près de la grosseur du moineau, il a cinq pouces six lignes de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue, & neuf pouces d’envergure ; la longueur du bec est de six lignes & demie ; les aîles étant pliées, s’étendent un peu au-delà du milieu de la longueur de la queue. La tête, la face supérieure & les côtes du cou sont d’un verd d’olive mêlé d’un peu de cendré ; il y a de chaque côté de la tête entre le bec & l’œil, une tache d’une couleur cendrée foncée. Les plumes du croupion, du dessus de la queue, de la poitrine, de la gorge & de la face inférieure du cou, sont d’un verd d’olive tirant sur le jaune. Le haut du ventre & les jambes ont une couleur jaune, le bas-ventre est d’un bleu mêlé d’une légere teinte de jaune. Les plumes du dessous de la queue ont une couleur jaune mêlé de cendré ; celle de la face inférieure des aîles, & le bord de chaque aîle vers le pli qui répond à celui du poignet sont jaunes. Les neuf premieres grandes plumes des aîles ont les barbes extérieures jaunes, & les barbes intérieures, & l’extrémité noirâtres ; dans toutes les autres le côté extérieur est cendré, & le côté intérieur a une couleur noirâtre, à l’exception du bord, qui est blanchâtre : les petites plumes des aîles sont d’un verd d’olive mêlé de cendré. La queue est composée de douze plumes, & un peu fourchue, parce que les six plumes du milieu sont plus courtes que les autres. Les six du milieu ont une couleur noirâtre, à l’exception du bord extérieur qui est d’un verd d’olive, & de l’extrémité qui est cendrée ; les trois autres de chaque côté sont jaunes à leur origine, ensuite noirâtres & cendrées à l’extrémité, elles ont le tuyau noir à leur origine.

La femelle differe du mâle par ses couleurs ; elle a la tête, la face supérieure du cou & le dos gris, cependant l’origine de chaque plume tire un peu sur le verd d’olive ; cette couleur n’est pas apparente, quand les plumes sont couchées les unes sur les autres ; les plumes du croupion & du dessus de la queue sont d’un verd d’olive tirant sur le jaune : la gorge, la face inférieure du cou, la poitrine, les côtés du corps & les jambes ont une couleur grise claire. Les plumes du ventre & du dessous de la queue sont d’un blanc mêlé d’une légere teinte de jaune ; la face inférieure & le bord des aîles ont une couleur jaune : les neuf premieres grandes plumes des aîles sont noirâtres, à l’exception du bord extérieur, qui est d’un jaune verdâtre, & de l’extrémité qui a une couleur cendrée ; les autres ont le côté extérieur & l’extrémité gris, & le côté intérieur noirâtre : les petites plumes des aîles sont d’un verd d’olive tirant sur le jaune, à l’exception de celles du premier rang, dont les intérieures sont grises, & les extérieures ont une couleur noirâtre. Les plumes de la queue sont de même couleur que celles du mâle. Cet oiseau niche dans les buissons.

On donne aussi le nom de verdier à un oiseau connu sous le nom de bruant. Voyez Bruant.

Verdier, s. m. (Gram. & Jurisprud.) viridarius ou virillarius, est un officier préposé pour la conservation des eaux & forêts.

Quelques-uns prétendent que ces sortes d’officiers ont été appellés verdiers, viridarii, quasi viridariorium curæ præpositi, les forêts étant les plus beaux vergers de la France.

Mais il est plus vraissemblable qu’ils furent nommés viridarii, soit à cause de la verdure des forêts dont ils avoient la garde, soit parce que pour être reconnus, ils avoient coutume de porter à leurs chapeaux ou chaperons, une petite branche, ou des feuilles de chêne verd.

Il est parlé de ces officiers dans les capitulaires de Louis le Debonnaire & de Lothaire, où il est dit que les rois ont droit de tiers & danger dans les forêts de Normandie, dont la redevance consiste en coupe de bois, glandée, pascage, droit de grurie, & autres émolumens ; & que pour empêcher que l’on ne fraudât ces droits, on a institué des gruyers, verdiers, gardes & autres ; instituti sunt gruarii, virillarii, custodes silvarii alique quibus silvarum procuratio demandata.

Les verdiers ont aussi été appellés gruyers, segrayers, forestiers, châtelains, maîtres-sergens, maîtres-gardes, & selon l’usage des tems & des lieux : on les appelle encore en quelques endroits verdiers, en d’autres gruyers ; & c’est sous ce nom que l’ordonnance des eaux & forêts les désigne.

Les anciennes ordonnances nomment tous ces officiers également & comme exerçans les mêmes fonctions : quelquefois les gruyers sont nommés les premiers de tous les verdiers.

On les a appellés châtelains, parce que c’étoient ordinairement les châtelains ou concierges des châteaux, qui avoient aussi la garde des forêts & dépendances.

Ils sont aussi appellés maîtres-sergens ou maîtres-gardes, comme étant préposés au-dessus de tous les sergens & gardes des forêts.

Dans les provinces de Normandie, Touraine & Bretagne les verderies ou offices de vardiers, ainsi que ceux des sergens à garde avoient été inféodées par le roi ; mais comme les propriétaires en négligeoient les fonctions, elles ont été supprimées par arrêt du conseil, & lettres-patentes du mois d’Août 1669.

Suivant une ordonnance de Philippe V. du 2 Juin 1319, les verdiers ou maitres-sergens faisoient les livraisons de bois aux usagers ; & par une autre ordonnance de Philippe le Bel, du 20 Avril 1309, on voit que les verdiers de Normandie devoient apporter au bailli leur compte & les parties de leurs exploits un mois devant l’échiquier ; & que faute de le faire, ils perdoient leurs gages de ce terme. C’étoit le vicomte qui devoit taxer les amendes, & les verdiers étoient obligés de donner caution aux baillifs pour leur recette, sans quoi elle leur étoit ôtée.

Dans les autres provinces ils rendoient compte au maître des eaux & forêts des livraisons par eux faites aux usages.

Rogeau, en son indice des droits royaux, a supposé que le verdier étoit en plus grande charge que les maitres-sergens & gardes, en quoi il s’est trompé, étant le même office qui a reçu différens noms, selon l’usage de chaque pays. Voyez le tit. ix. de l’ordonnance des eaux & forêts, & le mot Gruyere. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « verdier »

Mot dérivé de vert avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. viridarius, du lat. viridis, vert.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « verdier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
verdier vɛrdje

Traductions du mot « verdier »

Langue Traduction
Anglais greenfinch
Espagnol finchada verde
Italien verdone
Allemand grünfink
Chinois 绿雀
Arabe غرينفينش
Portugais verdilhão
Russe зеленушка
Japonais greenfinch
Basque txorru
Corse greenfinch
Source : Google Translate API

Synonymes de « verdier »

Source : synonymes de verdier sur lebonsynonyme.fr

Verdier

Retour au sommaire ➦

Partager