La langue française

Turban

Définitions du mot « turban »

Trésor de la Langue Française informatisé

TURBAN, subst. masc.

A. −
1. Coiffure orientale portée par les hommes et formée d'une longue bande d'étoffe (laine, coton, soie) enroulée autour d'une calotte de drap. Turban bleu rayé de rouge; turban arabe, hindou, indien, maure, persan, turc; turban de rajah; turban à aigrette, à mitre; turban vert des mahométans. [Les Arabes] portaient de longues robes de soie, de larges turbans blancs, de superbes armes, ils avaient un harem, des esclaves, des chevaux de race (Flaub., Souv., 1841, p. 86).Zarouk (...) avait, autour de sa chéchia, fort adroitement roulé un turban de linge blanc (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 178).
Loc., vx. Prendre le turban. Se convertir à l'islam. Un de ces vieux récits (...) où il est question (...) de hardis Provençaux (...) qui finissent toujours par épouser quelque sultane et « prendre le turban » (A. Daudet, Nabab, 1877, p. 172).
2. P. méton.
a) Homme qui porte le turban. Si par hasard on entendait marcher dehors (...) elles [les jeunes Turques] regardaient inquiètes à travers les quadrillages protecteurs: quelque vieux turban qui rentrait chez lui, ou bien le marchand d'eau du quartier (Loti, Désench., 1906, p. 176).
b) Vx. ,,Toile de coton rayée de bleu et de blanc, qui se fabrique en divers endroits des Indes orientales et qui servent à faire des turbans`` (Chesn. t. 2 1858).
B. − P. ext.
1.
a) Coiffure de femme utilisant des étoffes souples (mousseline, cachemire) ornées de bijoux, aigrettes, plumes, cordelières, glands et qui fut beaucoup portée sous la Restauration et vers 1940-1945. Nous avons vu le turban sous le Directoire; sous l'Empire celui de Mmede Staël est célèbre. C'était en réalité des bandes de mousseline tournées autour de la tête. Ces turbans surchargés d'écharpes de couleurs variées, d'étoffes lamées ou de mousselines brodées d'or, prirent vite des proportions énormes (Stéphane, Art coiff. fém., 1932, p. 164).
b) Tout foulard ou bande d'étoffe enroulée autour de la tête à la manière d'un turban. Yvonne portait autour de la tête le turban des ménagères sages (Queneau, Pierrot, 1942, p. 221).
2. Coiffure formée d'une bande d'étoffe croisée entourant la tête des soldats de certains corps de l'armée française d'Afrique (spahis, tirailleurs). Un des tirailleurs entend, en passant, de quoi l'on parle. Il nous regarde, rit largement dans son turban casqué (...)I' sont d'une autre race que nous, avec leur peau de toile de tente, avoue Biquet (Barbusse, Feu, 1916, p. 52).
3. Partie cylindrique du képi, dans la coiffure militaire (d'apr. Leloir 1961).
C. − P. anal.
1. Vx. Bande d'étoffe que l'on enroulait autour de la taille. [Il] prit dans ses bras l'abbesse comme il eût fait d'un enfant.Passez votre bras dans mon turban [ceinture en coton rayé], madame la comtesse, et ne craignez rien, dit-il, en donnant un coup de bâton sur les flancs de son bidet qui partit au grand trot (Nerval, Fayolle, 1855, pp. 211-212).
2. Bandage, linge enroulé autour de la tête à la manière d'un turban. Synon. bandeau.La grande pharmacie du Centre avait fourni sa civière et son pharmacien qui façonna sur la tête de Maxime un turban de pansements (Colette, Képi, 1943, p. 204).
D. − Spécialement
1. ART CULIN. Préparation de certains mets dressée en couronne. Turban de crustacés, de poissons, de volaille, de gibier, de riz. Eh ben! mon vieux, ça va chez toi? On fait toujours des turbans de filets de soles avec des escalopes de cabillaud? (Hamp, Marée, 1908, p. 61).
En turban. En couronne (Dict. xxes.).
2. SC. NAT. [N. donné à certaines fleurs, à certains coquillages, dont la forme rappelle celle du turban] Lis turban. (Dict. xixeet xxes.).
REM.
Turbané, -ée, adj.,,Coiffé d'un turban`` (Littré).
Prononc. et Orth.: [tyʀbɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1360 tourbelon « coiffure orientale » (Chevalier Cygne, éd. Reiffenberg, 17908: Ly Sarrasin portoient de toille ung tourbelon), forme isolée; ca 1500 toliban (Commynes, Mém., éd. J. Calmette, VIII, 7, t. 3, p. 163); 1537 turbant, turbans (J. De Véga, Journal de la croisière du baron de Saint-Blancard ds E. Charrière, Négociations de la France dans le Levant, t. 1, p. 346: son grand turbant; p. 348: les turbans); 1555 turban (P. Belon, Obs. de plusieurs singularités, fo321 vods Fonds Barbier: le turban jaune); b) 1575 symbole de l'Islam (Thevet, Cosmographie univ., XI, III, fo367 vo: quitte le Turban, et la Loy Turquesque); 1636 prendre le turban « se convertir à l'islam » (Monet: prandre le Turban); 2. 1818 mode « coiffure de femme (en Europe) » (Obs. modes, t. 1, p. 21: quelques dames du bon ton portent le turban ottoman); 3. 1830 « bande circulaire qui entoure la tête, dans certaines coiffures militaires » (doc. ds P. J. Bemelmans, Recueil administratif, t. III, p. 552 [Bruxelles, 1832] ds Quem. DDL t. 16). B. 1. 1732 cuis. (Pât. de santé, I, 132, ibid., t. 1: turban [...] [moule qui a la forme] des bonnets turcs de moyenne grandeur); 2. 1846 art culin. (ici, dans un texte angl.) (Soyer, Cookery, 514 ds NED: Turban de Meringues glacé); 1855 (Flaub., Corresp., p. 72: turbans alimentaires). C. 1. 1764 zool. (Valm., s.v. murex: le Turban ou le Casque); 1823 turban de Pharaon (Boiste Hist. nat.); 1845 turban turc (Besch.); 2. 1823 bot. « martagon » (Boiste, loc. cit.); 1842 lis turban (Mozin-Biber). Empr. au turctülbent « turban », et celui-ci au persan dulband « turban » (cf. tulipe). Cf. l'ital. turbante (1487 ds Hope, p. 226). Fréq. abs. littér.: 317. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 483, b) 841; xxes.: a) 332, b) 285. Bbg. Hope 1971, p. 149, 226. - Quem. DDL t. 16.

Wiktionnaire

Nom commun

turban \tyʁ.bɑ̃\ masculin

  1. Coiffure d’homme usitée chez les Orientaux et faite d’une longue pièce d’étoffe, qui est roulée et entrelacée autour de la tête.
    • Ces deux écuyers étaient suivis de deux autres serviteurs dont les visages bronzés, les turbans blancs et la forme des vêtements dénonçaient l’origine orientale. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Une foule serrée et bruyante grouillait dans les rues. Ce n'était que tarbouches, galabiehs […], turbans et majestueuses robes des cheikhs. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  2. (Par extension) Coiffure de femme de forme semblable.
    • Le turban a été à la mode sous le Premier Empire.
    • La mode était aux chapeaux cloches, aux petits marquis fort seyants, aux turbans ornés parfois d’un chou de ruban. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 250.)
  3. (Par extension) (Beaucoup moins courant) Personnage qui porte cette coiffure.
    • La fauconnerie est donc un sport assez coûteux et, la majorité des gros turbans marocains étant trop indolents pour chasser, elle tend à disparaître. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 129)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TURBAN (tur-ban) s. m.
  • 1Coiffure de plusieurs peuples orientaux, anciens et modernes, et entre autres des Turcs. Les Turcs portent le turban blanc, et les Persans le portent rouge. Oh ! combien lors aura de veuves La gent qui porte le turban ! Malherbe, III, 1. Ces espèces de hauts turbans qui élevaient la taille, étaient plus imposants aux yeux que les perruques et les justaucorps, et plus convenables aux climats froids, Voltaire, Russie, I, 2.

    Prendre le turban, se faire mahométan. Celui qui prend le turban et renonce à son baptême, Bossuet, Var. 15. Quelques années après, il [le comte de Bonneval] alla prendre le turban à Constantinople, où il est mort bacha, Voltaire, Louis XV, 1.

  • 2Se dit de certaines toiles de coton rayées de bleu et de blanc, qui se fabriquent en divers endroits des Indes, et qui servent à faire des turbans.
  • 3Coiffure d'une femme consistant, comme le turban turc, en une pièce d'étoffe enroulée autour de la tête. Sous la parure qu'elle portait d'ordinaire, à la fois brillante et négligée, sous ce turban de couleur écarlate qui renfermait à demi ses épais cheveux noirs… Mme de Staël ne semblait plus la même personne, Villemain, Souv. contemp. les Cent-Jours, I.
  • 4Turban, nom donné au lis de Pompone, liliacées, dit aussi martagon de Pompone, et qui est le lis turban de Lamarck.
  • 5Turban, nom vulgaire du balane clochette (cirrhipèdes) de Linné, dit encore gland de mer, tulipe, balane tulipe, turban turc, et turban rouge.

    Turban de Pharaon, le troque de Pharaon (mollusques univalves).

    Turban rouge, le casque rouge (mollusques univalves) de Bruguières, mer des Indes.

    Turban vert, nom vulgaire et spécifique du turbo turban vert, mollusques univalves, qui est le sabot turban vert de certains auteurs.

    Turban persan, un des noms vulgaires du turbo cidaris, mers de l'Asie australe, de Linné, dit aussi turban turc : c'est le turbo bonnet tartare de certains auteurs, Legoarant

HISTORIQUE

XVe s. Estradiots sont gens comme genetaires, vestus, à pié et à cheval, comme les Turcs, sauf la teste, où ils ne portent ceste toile qu'ils appellent tolliban, Commines, VIII, 5.

XVIe s. Ceulx ici [les Perses] portent leurs testes tousjours couvertes de beguins et puis de turbans, Montaigne, I, 260.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TURBAN. Ajoutez :
6La partie d'une casquette, d'un képi, d'un bonnet de police, qui entoure la tête. Art. 5… Il n'y aura qu'un filet d'argent autour du collet et des parements de la capote, et un galon d'argent autour du turban de la casquette, Ordon. de police, 1er août 1866. Glapisson ôta sa chique, la mit dans le turban de son bonnet de police, passa ses longues moustaches entre son pouce et son index, E. Sue, le Colonel de Surville, ch. 1er.
7Sorte de potiron. Voici le bonnet d'électeur bizarrement côtelé, le turban, la courge brodée, Journ. offic. 18 oct. 1874, p. 6997, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TURBAN, s. m. (Hist. mod.) c’est la coiffure de la plûpart des orientaux & des nations mahométanes. Il consiste en deux parties, savoir le bonnet & le bourlet ou la bande qui est de linge fin, ou de taffetas artistement plié & entortillé au-tour de la partie inférieure du bonnet.

Ce mot vient de l’arabe dar ou dur, dal ou dul, qui signifie entourer, & de bond ou bend, qui veut dire bande, bourelet, ou écharpe ; de sorte que durband ou turband ou tulbend, ne signifie autre chose qu’une écharpe, ou bande liée en rond, & c’est ce bourlet qui donne la dénomination à tout le turban.

Le bonnet est rouge ou verd, sans bord, tout uni, & plat par dessus, mais arrondi par les côtés, & piqué ou fourré de coton, mais il ne couvre point les oreilles, une longue piece de linge ou de coton très fin l’enveloppe depuis le milieu de sa hauteur jusqu’à sa naissance sur le front, & forme une infinité de plis sur le bourlet.

Il y a beaucoup d’art à donner bon air au turban, & parmi les orientaux c’est un commerce ou une profession particuliere, comme est parmi nous la fabrique des chapeaux, ou plutôt le métier de coiffeuses.

Les émirs qui se prétendent de la race de Mahomet, portent leurs turbans tout-à-fait verds, & eux seuls parmi les turcs ont le privilege de l’avoir entierement de cette couleur, qui est celle du prophete. Ceux des autres turcs sont ordinairement rouges avec un bourlet blanc. Les gens de qualité, & ceux qui aiment la propreté sont obligés de changer souvent de turban.

M. de Tournefort remarque que le turban est à tous égards une coiffure très-commode, elle est même plus avantageuse à la guerre que nos chapeaux, parce qu’elle tombe moins facilement, & peut plus aisément parer un coup de tranchant.

Le turban du grand-seigneur est aussi gros qu’un boisseau & les Turcs l’ont en si grande vénération qu’à peine osent-ils y toucher. Il est orné de trois aigrettes, enrichi de diamans & de pierres précieuses. Il y a un officier appellé tulbent-oglan, chargé expressément de le garder & d’en avoir soin. Le turban du grand-vizir n’a que deux aigrettes, aussi bien que ceux de plusieurs officiers qui les portent plus petits les uns que les autres. Quelques-uns ne portent qu’une aigrette, d’autres n’en ont point du tout.

Le turban des officiers du divan est d’une forme particuliere, & on l’appelle mugenezek. Nous avons observé que le bourlet du turban des Turcs est de toile blanche, celui des Persans est de laine rouge & de taffetas blanc rayé de rouge, & ce sont-là les marques distinctives de la religion différente entre ces deux peuples. Voyez Mandil.

Sophi roi de Perse, qui étoit de la secte d’Ali, fut le premier qui adopta cette couleur, pour se distinguer des turcs qui sont de la secte d’Omar, & que les Persans regardent comme des hérétiques. Voyez Kinibasch.

Turban, (toilerie de coton.) les turbans sont des toiles de coton rayées, bleues & blanches, qui se fabriquent en divers endroits des Indes orientales ; on leur donne ce nom parce qu’elles servent à couvrir ou faire l’habillement de tête qu’on nomme un turban. Elles sont propres pour le commerce de Guinée ; leur longueur n’est que des deux aunes sur une demi-aune de large. Leur véritable nom est des brauls. Dict. du Com. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « turban »

(Siècle à préciser) Du moyen français turbant, via l’italien turbante, du turc tülbent (ou türban, sens identique) du persan دلبند (dulbend) qui est aussi la racine de tulipe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Portug. turbante ; de l'arabe dulband, de dul, tour, et persan band, bande.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du moyen anglais turbant, de l’italien turbante, du turc tülbent, du perse دلبند (dolband), également à l'origine de tulip.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « turban »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
turban tyrbɑ̃

Citations contenant le mot « turban »

  • La sainteté ne vient ni du turban, ni de la barbe, mais du coeur. De Proverbe kurde
  • La colère du vrai croyant ne dure que le temps de remettre son turban en ordre. De Proverbe arabe
  • Ne regarde pas à la blancheur du turban, peut-être le savon était pris à crédit. De Proverbe turc
  • Le monde est aux mains de stratèges / Costume noir, cravate beige / Ou turban blanc comme la neige / Qui jouent de bien drôles de jeux. De Francis Cabrel / "Le chêne liège"
  • Tout ce qu'Allah réalise n'est pas toujours juste et parfait : parfois, il vous gratifie d'une grosse tête sans vous donner les moyens d'acquérir un long turban. De Ahmadou Kourouma / En attendant le vote des bêtes sauvages
  • Avec son turban blanc, son caftan clair brodé, son sabre ouvragé, ses sermons enflammés, Ali Erbas est le personnage central de la chorégraphie politico-religieuse qui se joue à la mosquée Sainte-Sophie chaque vendredi. Rien d’anormal puisque l’ancienne basilique vient de lui être confiée. Le Monde.fr, Turquie : Ali Erbas, au centre de la chorégraphie politico-religieuse qui se joue à Sainte-Sophie
  • Retrouvez tout le matériel pour réaliser ce turbanen tissu façon maille tricotée chez Perles & Co.  Marie Claire, Tutoriel facile pour faire un turban sans tricoter - Marie Claire
  • Dans le vestiaire islamique des couvre-chefs, le voile et le turban sont devenus les symboles sacralisés d'une frontière entre la foi et l'impiété, ainsi que les témoins de l'évolution des sociétés musulmanes. Analyse croisée.  Le Monde des Religions, Pourquoi voile et turban sont sacralisés dans l'islam - Edition du 31 décembre 2019 (n° 99) - Le Monde des Religions
  • Pour vous aider à faire votre choix, ici on vous donne conseils et astuces pour pouvoir porter au mieux votre turban. Confortablement installé face à un miroir, on vous montre comment le mettre avant que de le faire vous-mêmes. Et même si vous avez deux mains gauches (ou deux mains droites si vous êtes gaucher) c'est une simplicité déroutante ! Et si vous pensiez que le turban est un accessoire des beaux jours, Katia vous répondra du tac au tac que "le turban, c'est ni plus ni moins qu'un bonnet plus chic !". D'ailleurs pour la saison automne hiver, ils se déclinent en des tons adaptés pour la saisons, avec des matières plus chaudes et hyper agréables. , Indira de Paris, le spot des turbans tendances - Sortiraparis.com
  • En février 2018, une jeune femme se fait remarquer dans l'émission "The Voice", elle s'appelle Mennel. Mais le port de son turban et d'anciens tweets refont surface. Face à la polémique, la jeune femme quitte le programme. Récemment, elle a annoncé ne plus porter son turban. Mennel s'est exprimée sur "Balance ton post". Non Stop People, Mennel : pourquoi elle a choisi de retirer son turban | Non Stop People
  • A Médina Baye, il est aimé et adulé du fait de sa lignée paternelle mais aussi de sa dimension spirituelle. Silhouette imposante, grand boubou soigneusement porté, écharpe autour du cou, lunette bien vissée et turban sur la tête, l’actuel Khalif de Médina Baye, ne passe jamais inaperçu. Socialnetlink, le lien vers l'actu IT africaine et des startups, Portrait – Qui est Cheikh Ahmed Tidiane Ibrahima Niass, Khalif de Médina Baye - Socialnetlink, le lien vers l'actu IT africaine et des startups
  • Le turban de la discorde. C'était à l'aube du printemps 2018, la jeune Mennel Ibtissem alors âgée de 22 ans fait ses premiers pas sur scène devant des milliers de téléspectateurs. Un turban bleu dissimulant ses cheveux, elle entonne une version bilingue du tube de Leonard Cohen, Hallelujah. C'est le succès immédiat. Elle séduit tout le monde avec ses yeux bleus, son visage poupin et sa voix angélique. Mais cela ne va pas durer. Très vite, un statut Facebook est déterré dans l'historique de la jeune femme, datant de 2016. "J'avais 20 ans", se justifiera-t-elle par la suite. Dans ce message, la chanteuse déclare : "Les vrais terroristes, c'est le gouvernement", suite aux attentats qui ont frappés la ville de Nice. Une femme voilée, qui chante en arabe et qui s'exprime de la sorte, il n'en faut pas plus pour que la Toile s'emballe. Pour éviter que la polémique n'enfle davantage, la jeune femme est coupée au montage. Quant à cette dernière, elle annonce son retrait de l'émission, pour se protéger et "continuer à faire sereinement de la musique". Femme Actuelle, Photo - Mennel Ibtissem ("The Voice" 7) retire son turban : les internautes sont sous le choc : Femme Actuelle Le MAG

Images d'illustration du mot « turban »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « turban »

Langue Traduction
Anglais turban
Espagnol turbante
Italien turbante
Allemand turban
Chinois 头巾
Arabe عمامة
Portugais turbante
Russe тюрбан
Japonais ターバン
Basque turban
Corse turbante
Source : Google Translate API

Synonymes de « turban »

Source : synonymes de turban sur lebonsynonyme.fr

Turban

Retour au sommaire ➦

Partager