Tombereau : définition de tombereau


Tombereau : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TOMBEREAU, subst. masc.

A. −
1.
a) Voiture de charge hippomobile ou tirée par des bœufs, composée d'une caisse montée sur des roues et qui peut être déchargée en basculant en arrière. Roue pesante des tombereaux; faire basculer le tombereau. Deuteric (...) plaça [sa fille] dans un tombereau attelé de deux bœufs indomptés (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 415).Des hommes dételèrent les chevaux qui s'effarèrent et partirent, piqués aux cuisses; tandis que d'autres, en renversant le tombereau, cassaient les brancards (Zola, Germinal, 1885, p. 1423).
b) [Servant à transporter des matériaux ou des rebuts de tous ordres]
α) [Transp. de matériaux pour des mét. ou des activités liés à l'agric. ou au bât.] Tombereau rempli de fumier, de paille; tombereau de choux, de pois, de raves. La brouette et le tombereau sont les véhicules fondamentaux des chantiers de terrassement (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 925).Les charrettes de ferme n'avaient jamais cessé de circuler depuis le Moyen Âge, c'est-à-dire depuis l'invention du harnais moderne et du collier. Elles avaient toujours deux grandes roues et des brancards (...)! Du même temps datait leur variante, le tombereau, réservé au transport de matières plus ou moins fluides comme le sable ou le fumier (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p. 171).
P. méton. Contenu de cette voiture. Faites conduire cent tombereaux de sable fin de rivière de Mâcon au château sous les marronniers de la cour pour crépir le château (Lamart., Corresp., 1834, p. 26).Si l'on creusait de cinq ou six pieds dans ce tournant, ça nous donnerait d'abord deux ou trois cents tombereaux de terre grasse, qui formerait un bon engrais pour la côte (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 49).
P. anal. Grosse quantité de quelque chose. Tombereaux de fiches, de documents. Les tranchées qui courent dans ce vallon ont l'air de crevasses sismiques, et il semble que sur les ruines d'un tremblement de terre on ait déversé des tombereaux d'objets hétéroclites (Barbusse, Feu, 1916, p. 295).
Au fig. Tombereau d'ignominies, d'emmerdements, d'injures, de cris, d'infâmies. Dans sa rage bredouillante, d'une voix aigre et sifflante, il déchargeait sur mon dos un tombereau de gros mots (Rolland, C. Breugnon, 1919, p. 219).[Restif de la Bretonne] a déversé, sur la société, un tombereau d'histoires triviales sans aucun intérêt (L. Daudet, Ét. et mil. littér., 1927, p. 201).
β) [Transp. de déchets de tous ordres et en partic. des ordures par les éboueurs] Tombereaux chargés de gadoue; tombereaux de démolitions; décombres dans des tombereaux; saletés jetées au tombereau. Aux portes des restaurants, on jetait dans des tombereaux les écailles d'huîtres (Goncourt, Journal, 1863, p. 1236).Des fenêtres on avait vue sur la cour. Cette vue ressemblait à un dessus de tombereau de boueux. Les choses, sans compter les hommes, qui pourrissaient là, qui s'y rouillaient, qui y moisissaient, étaient indescriptibles (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 168).
γ) [Transp. de cadavres en temps de guerre, d'épidémie] Le char funéraire est commun à toutes les victimes. C'est un vaste tombereau, fourni par chaque paroisse (Latouche, L'Héritier, Lettres amans, 1821, p. 120).Le sang ruisselait, des tombereaux emportaient les cadavres, du matin au soir (Zola, Débâcle, 1892, p. 627).
2. Vieilli. Charrette utilisée pour le transport des condamnés à mort sur le lieu de leur exécution. Hideux tombereau; tombereau fatal; tombereau de l'infâmie. Le bourreau s'en était retourné dans son bouge; Et la peine de mort, remmenant ses valets, Juges, prêtres, était rentrée en son palais, Avec son tombereau terrible dont la roue, Silencieuse, laisse un sillon dans la boue, Qui se remplit de sang sitôt qu'elle a passé (Hugo, Légende, t. 6, 1883, p. 63).
3. Arg., péj. Automobile. Ça devait être un tombereau assez vioquard (...) j'entendais son moulin renâcler au démarreur. Il est parti enfin, en toussant (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 59).
B. − Spécialement
1. FOREST. ,,Véhicule servant à transporter des déblais, terres et roches, non loin du chantier (...) Si les matériaux sont transportés en avant du conducteur, le véhicule est appelé tombereau à benne frontale`` (Métro 1975).
2. INDUSTR., TRAV. PUBL. Camion constitué par une benne automotrice à plans inclinés ouverte à l'arrière et se déchargeant par basculement. [Dans le système de benne basculante, de camion] la benne du tombereau ordinaire pivote autour de l'essieu, quand on libère ses longerons des brancards (J. Cahen, Bruet, Carrières, 1926, p. 158).
Tombereau automoteur articulé. ,,Engin de terrassement composé d'un avant-train moteur (généralement à deux roues) et d'un tombereau se vidant soit par le fond, soit par l'arrière`` (Choppy 1975).
Tombereau racleur. ,,Sorte de véhicule en forme de benne dont le fond est terminé par une lame tranchante; la lame racle les alluvions, et le tombereau se charge en avançant. Il est poussé par un tracteur à chenille. Le déchargement se fait en marche par abaissement du fond`` (Peyroux Techn. Métiers 1985).
3. CH. DE FER. Wagon-tombereau. V. wagon-.
C. − [Le tombereau est d'une autre forme matérielle que A et B et n'a pas les mêmes fonctions]
CHASSE. Claie en forme de trémie, dont on se sert pour prendre les oiseaux pendant l'hiver, sur la neige. (Dict. xixes.).
CHIM. ,,Polyester renforcé`` (Delorme 1962).
PÊCHE. Retranchement pratiqué derrière la bonde d'un étang, pour y pêcher, quand la bonde perd de l'eau. Il y a des étangs vaseux où l'on ne peut pas former une bonne poêle: en ce cas on ne pêche pas dans l'étang, mais on fait dans la fosse (...), à la décharge de l'étang, avec des planches, de la maçonnerie ou des gazons, ce qu'on nomme tombereau (...). C'est une enceinte dans laquelle, ayant ôté la cage de la bonde et levé le pilon, on laisse passer le poisson avec l'eau; et c'est dans cet endroit qu'on le pêche (Baudr.Pêches1827, p. 174).
Prononc. et Orth.: [tɔ ̃bʀo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Av. 1278 tomberel « voiture de charge, faite d'une caisse montée sur deux roues, susceptible d'être déchargée en basculant à l'arrière » (Marques de Rome, éd. J. Alton, 32 b 2 ds T.-L.); fin xiiies. tumberel (Isopet de Chartres, éd. J. Bastin, t. 1, p. 158); 1406 tombereau (Compt. de Nevers, CC 15, fo12 vo, Arch. de Nevers ds Gdf. Compl.); mil. xves. mention de l'usage du tombereau pour le transport des condamnés (J. d'un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, p. 70: fut [mené] en ung tumberel à boue); b) 1498-1515 p. méton. « contenu de cette voiture » (Gringore, Vie Monseigneur Sainct Loys, éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, t. 2, p. 315: mille tumberaux de terre); c) 1857 fig. « grosse quantité » (Taine, Philos. XIXes., p. 124: son livre [...] est un tombereau de documents); 1866 (Veuillot, Odeurs de Paris, p. 89: trois tombereaux de lieux-communs); 2. a) 1855 ch. de fer wagon-tombereau (Perdonet, Traité élémentaire des ch. de fer, p. 299 ds Quem. DDL t. 28); 1858 tombereau (Chesn. t. 2); b) 1973 trav. publ. « engin de terrassement constitué par une benne automotrice à pans inclinés, ouverte à l'arrière et se déchargeant par basculement » (J.O., 18 janv., p. 729a: Tombereau. Engin de terrassement [...] en anglais: dumper). Dér. de tomber1*; suff. -ereau (-eau*), cf. Nyrop t. 3,391. Fréq. abs. littér.: 205. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 229, b) 333; xxes.: a) 424, b) 242.

tombereau .« Char servant au transport des matériaux et qu'on décharge en le basculant en arrière »

Tombereau : définition du Wiktionnaire

Nom commun

tombereau \tɔ̃.b(ə).ʁo\ masculin

  1. Véhicule hippomobile à deux roues destiné au transport de marchandises, et que l’on bascule pour vider.
    • Un tombereau de choux et un tombereau de pois, au pont de Neuilly, s’étaient joints aux huit voitures de navets et de carottes qui descendaient de Nanterre ; et les chevaux allaient tout seuls, la tête basse, de leur allure continue et paresseuse, que la montée ralentissait encore. — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, ch. I, Georges Charpentier, Paris, 1873, p. 1 de l’éd. de 1878)
    • Ce n’est pas un cheval irritable, […] qu’il faut pour conduire la charrue ou traîner le tombereau dans les champs ! — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Il crut marcher une dernière fois dans la grande rue, criblée de soleil, parmi les tas de fumier, suant les flots noirs de purin, et les vieux tombereaux, dont les chaînes lui avaient servi de « chargantoir » , quand il était enfant. — (Émile Moselly, Joson Meunier: histoire d'un paysan lorrain , 1923, p.6)
  2. Ce qui est contenu dans un tombereau.
    • Un tombereau de sable.
  3. (Figuré) Grande quantité.
    • Attends, avant de me textoter des tombereaux d’injures, lis ceci jusqu’au bout. — (Daniel Nayeri, Notre-Dame des Traîtres, dans Brigade des crimes imaginaires et autres histoires fantastiques et déglinguées, traduit de l’anglais par Valérie Le Plouhinec, Hélium, 2008, page 233)
    • C'est chic, les réseaux sociaux, surtout quand ils servent aux internautes à déverser des tombereaux d'ordures racistes en se croyant à l'abri avec un pseudo. — (Les minables d'Internet, Le Canard enchaîné, 18 mai 2016)
  4. (Travaux publics) Engin de terrassement servant à transporter les matériaux extraits d’un chantier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tombereau : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TOMBEREAU. n. m.
Sorte de charrette entourée de planches, servant à porter du sable, des pierres, des matériaux, etc. Conduire un tombereau. Il se dit aussi de Ce qui est contenu dans un tombereau. Un tombereau de sable.

Tombereau : définition du Littré (1872-1877)

TOMBEREAU (tom-be-rô) s. m.
  • 1Charrette entourée de planches servant à porter du sable, des pierres, etc.; on le décharge en trébuchant. Le sable de rivière à Paris se mesure au tombereau contenant vingt-sept boisseaux, Genlis, Maison rust. t. I, p. 31, dans POUGENS. Comme le manant enlève dans son tombereau les boues et les ordures de nos cités, Chateaubriand, Génie, IV, II, 6.
  • 2Ce qui est contenu dans un tombereau. Un tombereau de sable.
  • 3 Par extension, voiture lourde et grossière. Thespis fut le premier qui… Et, d'acteurs mal ornés chargeant un tombereau, Arausa les passants d'un spectacle nouveau, Boileau, Art p. III.
  • 4Charrette sur laquelle on menait au supplice les grands coupables. À six heures on l'a menée [la Brinvilliers] nue, en chemise et la corde au col, à Notre-Dame, faire l'amende honorable, et puis on l'a mise dans le même tombereau, où je l'ai vue, jetée à reculons, sur de la paille, Sévigné, 296. Ceux qui ont eu la lâcheté barbare de le conduire [Lally] à la Grève dans un tombereau d'ordures avec un bâillon à la bouche, Voltaire, Lett. Mme du Deffand, 7 sept. 1774.

    Le fatal tombereau, la charrette qui conduit les condamnés au lieu de l'exécution. Non, Je ne verrai point le tombereau du crime, Ces licteurs, ce vil peuple, outrageant leur victime, Delille, Pit. III.

  • 5 Terme de pêche. Sorte de retranchement que l'on pratique derrière la bonde d'un étang, pour y pêcher, quand la bonde perd de l'eau.
  • 6Petite claie avec laquelle on prend les oiseaux, en hiver.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et tunberaus [machines de guerre] y avoit six, et tinrent le chastel moult destroit, G. de Tyr, Continuation, p. 388. Qu'il orent assez mangoniaus, Et trebukès et tumeriaus, Mouskes, dans DU CANGE, tumbrellum.

XIVe s. El chemin à un lait pas vint… Et fist un si lait tumberel, Qu'il se rompi le haterel [cou], Jean de Condé, t. III, p. 86. Toute l'estendue de la verge d'un tumberel, Modus, f° LXXI. Illec seront tendus plusseurs engins, à quoy on prent les faisans : c'est assavoir à une caige, à ung tomberel, ib. f° CXXVII. Philippon estant en la compaignie d'un sien charreton qui menoit un tumerel à un sien cheval; liquel tumeriaus versa, Du Cange, tumbrellum.

XVe s. Or refault aler aux charrons Pour roes et pour tumeriaux, Deschamps, Miroir du mariage. Henri de Maltrait fut mené par les quarefours de Paris en un venel ou tombereau, et après rendu à l'evesque, et illec mourut en la chambre que l'on dit oubliette, Du Cange, tumbrellum.

XVIe s. Chasser aux oiseaux à l'amorce, à la pipée, à la passée, au tombereau, à la tonnelle, au feu, au glu…, De Serres, 995.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tombereau : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOMBEREAU, s. m. terme de Charron, c’est une sorte de charrette dont le fond & les deux côtés sont faits de grosses planches enfermées par des gisans.

Un tombereau sert à transporter les choses qui tiennent du liquide, comme les boues, les ordures des rues, ainsi que le sable, la chaux, les terres, gravois, & choses semblables.

Du Cange dérive ce mot de tombrellum, dont les Anglois ont fait tumbrel, que Dodwell dit avoir été une espece de charrette, sur laquelle on promenoit par les villes d’Angleterre les femmes coupables d’adultere, & qu’en quelques lieux on plongeoit plusieurs fois dans l’eau, ce qu’on appelloit la peine du tumbrel.

Tombereau désigne aussi la charge d’une charrette faite en tombereau. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tombereau »

Étymologie de tombereau - Littré

Tomber, un tombereau étant une charrette disposée de manière à pouvoir trébucher ; de là encore un tombereau en termes d'oiseleur est une sorte de trébuchet ; de là aussi le sens de chute qu'a ce mot dans les anciens textes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tombereau - Wiktionnaire

De l’ancien français tumberiaus, XIIIe siècle ; tomberel, XIVe siècle.
Du verbe tomber, parce que l’on fait basculer, culbuter ce genre de véhicule pour en décharger le contenu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tombereau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tombereau tɔ̃bœro play_arrow

Citations contenant le mot « tombereau »

  • Une remise de décorations est l'instant privilégié entre tous où un homme en bonne santé peut entendre en avant-première le tombereau d'amabilités qu'on déversera plus tard sur son cercueil. De Philippe Bouvard

Images d'illustration du mot « tombereau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tombereau »

Langue Traduction
Corse dumper
Basque dumper
Japonais ダンパー
Russe самосвал
Portugais descarregador
Arabe قلاب
Chinois 自卸车
Allemand kipper
Italien autocarro
Espagnol compuerta
Anglais dumper
Source : Google Translate API

Synonymes de « tombereau »

Source : synonymes de tombereau sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires